Loading...

Thursday, May 17, 2012

Des sources bien informées dans les camps de Tindouf ont assuré à Polisario-confidentiel que la direction du Polisario suivait avec la plus grande appréhension le séjour en France du roi Mohammed VI.


La première alerte a retenti à Tindouf le 9 mai déjà. Ce jour-là, Saâd Eddine El Othmani le ministre marocain des affaires étrangères, s’était rendu à Paris où il a rencontré les principaux collaborateurs du président nouvellement élu, François Hollande.

France : le Polisario angoissé par le syndrome Rajoy
En tête de ces responsable, Pierre Moscovici, ancien directeur de campagne de François Hollande et cheville ouvrière qui a assuré la transition présidentielle. Mais d’après les mêmes sources, ce qui a le plus inquiété Mohamed Abdelaziz, ce sont les phrases avenantes prononcées par Moscovici à l’issue de ses entretiens avec le chef de la diplomatie marocaine. Les « relations entre la France et le Maroc sont d’une telle profondeur, d’une telle intensité, d’une telle densité (que) au-delà des changements politiques qui se sont produits de part et d’autre et qui sont majeurs, nous voulons rapprocher davantage encore nos deux sociétés ». 

Une déclaration qui a jeté le froid sur tout l’état-major de Tindouf qui, avec le soutien d’Alger, dispute au Maroc la souveraineté sur la région du Sahara occidental. La direction du Polisario a vu son inquiétude augmenter d’un cran en apprenant le séjour du souverain marocain à Paris avec, en prime, de probables entretiens avec le président français, selon les mêmes sources. 



No comments: