Loading...

Saturday, May 26, 2012

Tindouf : Amnesty accuse le Polisario d’abus des droits humains




Amnesty international a de nouveau accusé le Polisario de continuer à couvrir des responsables d’abus des droits humains dans les camps de Tindouf, en Algérie, et de maintenir sous une chape de plomb ces camps qui échappent à tout contrôle.
Ce rappel est contenu dans le rapport sur la situation des droits de l'homme dans le monde, publié le 24 mai par l’organisation humanitaire internationale. Amnesty y dénonce le contrôle stalinien exercé par le Polisario sur les populations sahraouies vivant dans ces camps. Les abus commis par le Polisario contre ces populations n’auraient pas été possibles sans le consentement complice des autorités algériennes. Amnesty International a été déjà confrontée par le passé au refus d’Alger d’accéder au territoire algérien pour y enquêter sur les abus commis dans les camps de Tindouf. En 2010, l’ONG humanitaire a essuyé une fin de non recevoir en voulant se rendre en Algérie pour y enquêter sur le cas du dissident du Polisario, Mustapha Salma. Ancien responsable de la sécurité du Polisario, Mustapha Salma a été arrêté, torturé pendant des mois avant d’être expulsé pour avoir soutenu publiquement le plan marocain d’autonomie au Sahara occidental.
A cette date, Malcolm Smart, directeur chargé du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord d’Amnesty International, avait souhaité qu’Amnesty se rende dans les camps de Tindouf pour juger sur place. Mais « notre souhait se heurte au refus des autorités algériennes », avait-il expliqué, amer. Enchaînant, Malcolm Smart avait expliqué que la « petite section » d’Amnesty International en Algérie trouvait « des difficultés à travailler dans ce pays ». Amnesty n’est pas prête à « accepter un accès limité en Algérie ». Elle souhaite « avoir accès à tout le territoire algérien y compris aux camps de Tindouf », avait-il insisté.
Écrit par Katherine Junger   
Jeudi, 24 Mai 2012 16:00

Monday, May 21, 2012

Communiqué du Quai d'Orsay sur le Sahara


Sahara occidental (Q&R - Extrait du point de presse du 14 mars 2012)

Q - Un 9ème round de pourparlers informels sur le Sahara s’est achevé hier à New York, sans grand progrès, selon Christopher Ross.
La France soutient le plan d’autonomie marocain et souhaitait que le Printemps Arabe pousse à la solution. Le Polisario reste figé dans des attitudes dignes de la guerre froide et reste insensible à la nouvelle donne au Maghreb. Deux prochains rounds sont prévus, dont un en juin, en Europe. Etes-vous optimistes ?
R - La France, membre du Groupe des amis du Sahara occidental, soutient la poursuite des négociations et des pourparlers informels tenus sous les auspices des Nations unies.
C’est ce processus qui, en maintenant le dialogue entre les parties, peut contribuer à une avancée substantielle sur le plan politique.
Elle appuie l’action du Secrétaire général des Nations unies et de son envoyé personnel, M. Christopher Ross, pour que les parties parviennent à une solution politique réaliste, juste et durable à la question du Sahara occidental conformément à la résolution 1979 du Conseil de sécurité du 27 avril 2011.
Comme l’a rappelé le ministre d’Etat lundi à New York, nous considérons que le plan d’autonomie marocain, est aujourd’hui la seule proposition réaliste sur la table, constitue la base sérieuse et crédible d’une solution. La persistance du statu quo n’est dans l’intérêt de personne.

Sunday, May 20, 2012

Une famille sahraouie établie dans les camps de Tindouf lance un appel au secours à la communauté internationale.



Une famille sahraouie établie dans les camps de Tindouf a récemment adressé une lettre au Secrétaire Général des Nations Unies et à son Représentant Spécial au Sahara, ainsi qu’aux organisations internationales des droits de l’Homme, dans laquelle elle sollicite la  protection des instances onusiennes contre les exactions des responsables du Polisario et l’ouverture d’une enquête approfondie aux fins de déterminer le commanditaire de l’assassinat d’un de ses membres, à savoir Bechri Sid Ahmed Zein, retrouvé mort calciné, en compagnie de trois autres individus dans une demeure située près de Bir Mougrien.

La famille en question qui compte à son actif de multiples confrontations avec les dirigeants du Polisario, accuse ses services de sécurité d’avoir commandité l’assassinat de Bechri Sid Ahmed Zein qui travaillait pour le compte d’un responsable du Polisario, connu pour ses activités de trafic en tout genre, avant de lui tourner le dos et de rejoindre le mouvement d’opposition "5 mars" avec qui il a participé à plusieurs manifestations à Rabouni.

De même, la mère et la tante du défunt, Lalla et Dadu Ment Zrouk, ont été emprisonnées à plusieurs reprises à cause de leur différend avec les responsables du Polisario. En témoigne la confrontation, en 2009, entre la précitée Lalla Ment Zrouk et Khatri Addouh, président du parlement, alors wali de "Smara" qui a ordonné son emprisonnement avant d’être contraint de la relâcher sur instruction de Mohamed Abdelaziz, suite aux manifestations organisées par les membres de sa famille.

Il est à signaler que cette famille, originaire de la tribu R’guibat Oulad Moussa, projette d’observer un sit-in ouvert devant le siège du HCR à Rabouni jusqu’à ce que ses revendications soient satisfaites.


Ci-joint la lettre en question envoyée à Ban Ki-moon.


نداء استغاثة من عائلة صحراوية مقيمة بمخيمات تيندوف
إلى المجتمع الدولي


ناشدت عائلة صحراوية مقيمة بمخيمات تيندوف، من خلال رسالة بعثت بها إلى كل من الأمين العام للأمم المتحدة وممثله الخاص بالصحراء وكذا إلى المنظمات الدولية لحقوق الإنسان من اجل التدخل لحمايتها من المضايقات التي تتعرض لها من طرف البوليساريو و المطالبة بتحقيق نزيه وشفاف لكشف ملابسات وفاة أحد أبنائها المدعو بشري سيد أحمد زين الذي وجد مقتولا رفقة ثلاثة أشخاص بعد أن عمد شخص إلى إضرام النار ليلا أثناء نومهم في مكان إيوائهم في منطقة قريبة من بئر موكرين.

وتتهم هذه العائلة المعروفة بمعارضتها لجبهة البوليساريو والتي تعرضت نتيجة ذلك للكثير من المضايقات، عناصر أمن البوليساريو بتدبير عملية اغتيال إبنها الذي كان معروف بنشاطه في مجال تهريب المخدرات لصالح أحد قياديي جبهة البوليساريو قبل أن ينشق عليه ويلتحق بصفوف  ما يعرف بشباب 5 مارس التي شارك معها في العديد من الإعتصامات.

كما أن والدة وخالة هذا الأخير المدعوتان لالة منت زروك ودادو تعرضتا للسجن نتيجة صراعهما مع بعض المسؤولين بالجبهة كان أخرها المواجهة التي دارت سنة 2009 بين لالة منت زروك وخطري أدوه الذي كان يشغل آنذاك منصب والي السمارة والذي أصدر أوامره بسجنها وهو ما حذا بأبناء قبيلتها للثورة ضد البوليساريو حيث قاموا بتطويق الولاية وهو ما دفع محمد عبد العزيز بالتدخل لإطلاق سراحها.

العائلة المذكورة والتي تنتمي إلى قبيلة اركيبات ولاد موسى تعتزم القيام باعتصام مفتوح أمام مقر منظمة غوث اللاجئين بالرابوني ما لم يتم تلبية مطالبها والتي تتمثل أساسا  في الكشف عن حقيقة اغتيال إبنها وتقديم الجناة إلى المحاكمة.

وتجدون طيه نسخة من الرسالة.

Wilaya de Smara, el 03 de mayo 2012


Excelentísimo Señor Ban Ki Moon, Secretario General de Naciones Unidas.


En nombre de la familia de ZRUG SIDI OMAR refugiados saharauis en los campamentos de Tindúf al sur oeste de Argelia, queremos transmitir nuestro más alto SOS a todos los organismos e institutos de derechos humanos en el mundo para intervenir poniendo fin a nuestros sufrimientos, maltratos psicológicos, provocaciones continúas y sobre todo una investigación seria, en relación con la muerte de nuestro hermano BECHRI SIDAHMED ZEIN fallecido el mes de febrero pasado víctima de una muerte misteriosa, fue matado primeramente y luego quemado, camuflando el hecho para más tarde dar explicaciones que carecen de fundamentos, incluso contradictorias.

Según la vieja teoría de las investigaciones detrás de cualquier hecho hay un beneficiario y el primero son los gobernantes del POLISARIO ya que el difunto poseía informaciones muy comprometedoras sobre los mencionados.

Y como prueba de tales barbaridades tenemos las siguientes pruebas.

·  1978 un atentado contra de la vida de tres miembros de esta familia pero sin éxito ;
·  1979 el esposo de DADU fue llevado a una cárcel secreta y se desconoce su paradero ;
·  1979 fue llevado a la cárcel otro de los hijos de Zrug ;
·  1988 LALA y DADU fueron llevadas a otra cárcel por no querer participar en un trabajo voluntario ;
·  2008 otro hijo regresa a su tierra natal huyendo de falsas acusaciones para encarcelarlo ;
·  2010 LALA y DADU fueron asaltadas y maltratadas por la policía y los guardias civiles del Polisario ante los ojos de los menores de edad ;
·  2010 encarcelamiento del hijo de DADU injustamente ;
·  2012 fallece el hijo de LALA.

Tenemos plena confianza en que tarde o temprano se haga justicia para esta familia que durante años es objeto de discriminación racial simplemente por el hecho de ser liberales y tener una manera de pensamiento distinta dentro de este parque jurasico, pero cuando una familia enérgica y viril llora la injusticia tiembla.

Atentamente.

Thursday, May 17, 2012

Des sources bien informées dans les camps de Tindouf ont assuré à Polisario-confidentiel que la direction du Polisario suivait avec la plus grande appréhension le séjour en France du roi Mohammed VI.


La première alerte a retenti à Tindouf le 9 mai déjà. Ce jour-là, Saâd Eddine El Othmani le ministre marocain des affaires étrangères, s’était rendu à Paris où il a rencontré les principaux collaborateurs du président nouvellement élu, François Hollande.

France : le Polisario angoissé par le syndrome Rajoy
En tête de ces responsable, Pierre Moscovici, ancien directeur de campagne de François Hollande et cheville ouvrière qui a assuré la transition présidentielle. Mais d’après les mêmes sources, ce qui a le plus inquiété Mohamed Abdelaziz, ce sont les phrases avenantes prononcées par Moscovici à l’issue de ses entretiens avec le chef de la diplomatie marocaine. Les « relations entre la France et le Maroc sont d’une telle profondeur, d’une telle intensité, d’une telle densité (que) au-delà des changements politiques qui se sont produits de part et d’autre et qui sont majeurs, nous voulons rapprocher davantage encore nos deux sociétés ». 

Une déclaration qui a jeté le froid sur tout l’état-major de Tindouf qui, avec le soutien d’Alger, dispute au Maroc la souveraineté sur la région du Sahara occidental. La direction du Polisario a vu son inquiétude augmenter d’un cran en apprenant le séjour du souverain marocain à Paris avec, en prime, de probables entretiens avec le président français, selon les mêmes sources. 



Friday, May 11, 2012

Nouvelles manigances du Polisario à l’approche du recensement



sahraoui polisario tindouf HCR
sahraoui polisario tindouf HCR
Nouvelles manigances du Polisario à l’approche du recensement des réfugiés sahraouis de Tindouf
Le compte à rebours a commencé dans les camps de Tindouf (sud-ouest algérien) pour l’opération de recensement des réfugiés sahraouis. Depuis la date d’adoption de la dernière résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental demandant au Haut Commissariat pour les Réfugiés d’entamer la procédure de recensement, les dirigeants du Front Polisario talonnés de près par les officiers du DRS, le redoutable service de renseignement militaire algérien, cherchent à faire feu de tout bois. Comme d’habitude ils ne manquent pas d’imagination. Cette fois-ci, nous confie un fervent partisan de l’autonomie installé dans le camp Hassi Rabouni, le chef du Polisario Mohamed Abdelaziz et ses hommes de confiance ont eu recours, bien sûr avec l’aval du DRS, à l’idée de rapatrier des réfugiés du sud algérien et mauritanien et du nord du Mali, pour gonfler les effectifs des véritables réfugiés originaires du Sahara Occidental.
Pour ne pas créer de conflits ou des confrontations entre les vrais et les faux réfugiés sahraouis, nous explique notre informateur joint par téléphone, la direction du Polisario a demandé l’autorisation aux autorités algériennes de créer de nouveaux camps à proximité du Sahara Occidental.
Selon la même source, des milliers de fausses cartes d’identités ont été déjà imprimées en vue d’être distribuées aux personnes rapatriées, après y avoir apposé leurs pseudonymes et leurs photos. Pour convaincre leurs futurs candidats de s’installer dans les nouveaux camps de réfugiés, le temps que l’opération de recensement soit achevée, les dirigeants du Polisario leur ont promis de percevoir une rémunération mensuelle attrayante à la seule condition de tenir la bouche cousue. La nouvelle manœuvre mise au point conjointement par le Polisario et le DRS a néanmoins crée certaines dissensions parmi les hauts dirigeants sahraouis. Mohamed Khaddad, responsable du Polisario chargé des relations avec la Minurso, a émis ses craintes quant à la possibilité que cette mise en scène soit découverte par les agents du HCR ou soit divulguée par certains opposants vivant dans les camps de Tindouf. L’implication de hauts cadres du Front dans le kidnapping fin 2011, de deux ressortissants espagnols et d’une italienne du plein centre des camps de Tindouf et l’envoi sur le front libyen, de combattants sahraouis pour appuyer les forces loyales du Colonel Kadhafi, sont encore évoqués par les médias et les organisations humanitaires internationales. Pour éviter de tels pièges, les observateurs n’excluent pas le recours du HCR à des Chioukhs (chefs de tribus) du Sahara Occidental pour l’aider dans l’opération d’identification de toute personne suspecte avant son recensement.
Par Mrthemaroc