Loading...

Thursday, October 27, 2011

Prise d'otages européens à Tindouf: Polisario complice, Algérie responsable (ATSME)

L'Association des Tribus Sahraouies Marocaines en Europe (ATSME) condamne avec "la plus extrême vigueur" l'enlèvement de trois ressortissants européens dans un camp de Tindouf, qui n'a pu se faire, selon elle, qu'avec la complicité d'éléments du Polisario dans une zone "très militarisée", sous le contrôle et la responsabilité de l'Algérie .
 
Dans un communiqué rendu public à Paris, le porte-parole de l'ATSME, M. Lahcen MAHRAOUI, s'étonne qu'une telle prise d'otages ait pu se dérouler "dans une zone fortement militarisée et de fait dans un espace doublement surveillé par l'armée algérienne et par les milices du Polisario".

Cet "acte relèverait de l'impossible sans l'aide d'éléments du Polisario qui, d'une part, connaissent les chemins parcourant le désert, et, d'autre part, savent où se trouvaient précisément" les européens avant leur enlèvement, a-t-il relevé.

L'ATSME pointe également la responsabilité d'Alger, affirmant qu'il est "légitime de s'interroger et d'attirer l'attention de la communauté internationale sur la responsabilité des autorités algériennes dans l'accomplissement de cet acte ignoble de prise d'otages de civils sur son propre territoire".

Après l'enlèvement de dimanche dernier, "un nouveau pas vient d'être franchi "en termes de collusion entre le Polisario et les réseaux terroristes, souligne la même source.

Et cet acte ne fait que "confirmer la liaison dangereuse Polisario - Al-Qaeda dans la région sahélo-saharienne" établie par de nombreux rapports des services internationaux, et attestée par l'arrestation d'éléments du Polisario impliqués dans le trafic de drogue et d'armes en Mauritanie et au Mali, ajoute l'ATSME.

La communauté internationale "doit mesurer le danger que représente aujourd'hui la milice du Polisario, non seulement pour les sahraouis retenus dans les camps et qui n'ont toujours, hélas, ni liberté de mouvement, ni liberté d'expression, ni même le droit d'être recensés comme l'exige pourtant le HCR, mais aussi la menace directe qu'elle fait peser sur la stabilité des pays du Maghreb, du Sahel et même de l'Europe".

Aussi l'ATSE lance un appel à la communauté internationale" à agir vite et à presser l'Algérie à tout mettre en oeuvre pour libérer les otages innocents, arrêter et traduire les coupables devant une justice indépendante, dans l'un des pays d'origine des personnes enlevées (Espagne ou Italie)", afin de savoir comment cet enlèvement "a pu avoir lieu dans l'une des régions les plus militarisées du monde".
Paris  MAP 27 10 2011



Wednesday, October 26, 2011

Les otages du Sahara enlevés par une branche sahraouie d'AQMI selon le Mali



Amadou Toumani Touré (G), le président du Mali, accueilli par le président de l'Algérie, Abdelaziz Bouteflika (D), à l’aéroport international d’Alger le 24 octobre 2011.
Amadou Toumani Touré (G), le président du Mali, accueilli par le président de l'Algérie, Abdelaziz Bouteflika (D), à l’aéroport international d’Alger 
Amadou Toumani Touré est en Algérie pour une visite officielle de quatre jours. Le président malien s'est dit préoccupé par la situation dans la bande sahélo-saharienne. Une inquiétude renforcée par l'enlèvements de trois coopérants européens le week-end dernier dans le sud de l'Algérie. Selon des sources sécuritaires maliennes, ce rapt aurait été mené par des membres sahraouis d'al-Qaïda au Maghreb islamique.
Alors que l'enlèvement n'est toujours pas revendiqué, une source au sein des services de sécurité du Mali affirme que c'est la filiale sahraouie d'al-Qaïda au Maghreb islamique qui aurait mené l'opération.
Cette même source explique que ce sont des éléments proches du groupe d'Hakim Ould Mohamed M'Barek qui auraient localisé, suivi puis kidnappé les trois coopérants, deux Espagnols et une Italienne.
Ce sahraoui, membre d'Aqmi a été arrêté en 2008 à Bamako puis extradé vers la Mauritanie ou il était recherché. Il y est toujours incarcéré. Lors de son interrogatoire, il avait reconnu l'existence de réseaux d'endoctrinement et de recrutement du groupe islamiste à l'intérieur des camps de réfugiés sahraouis de Lahmadat et de Tindouf dans l'ouest de l'Algérie.
Toujours d'après cette source des services de sécurité du Mali, ces enlèvements sont la preuve qu'Aqmi est en train d'étendre son réseau d'action et que l'organisation a des ramifications dans toute la sous-région.
Si Aqmi revendiquait officiellemment ces enlèvements, l'organisation détiendrait alors sept européens. Quatre Français, enlevés au Niger sont en effet otages du groupe terroriste depuis plus 400 jours.
Et toujours selon une source sécuritaire malienne, l'un des chefs d'Aqmi, Moktar Ben Moktar, serait l'auteur du rapt des trois coopérants européens, avec la complicité d'éléments sahraouis, membres d'Aqmi.
AFP / FAROUK BATICHE
le 24 octobre 2011.

Sunday, October 23, 2011

Enlèvement d'une ressortissante italienne à Tindouf en Algérie (ministère italien des A.E)


Rome, 23 oct (MAP)- Une ressortissante italienne a été enlevée à Tindouf Algérie, a annoncé le ministère italien des affaires étrangères cité dimanche par l'agence Ansa.

L'enlèvement de Rossella Urru, a eu lieu dans le camp de Rabouni, près de Tindouf , en Algérie, a précisé l'agence italienne en citant la presse espagnole qui fait état également du rapt de deux ressortissants espagnols, Ainhoa Fernandez de Rincon et Enric Gonyalons. L'enlèvement a eu lieu, dans la nuit de samedi à dimanche, a précisé le ministère italien des affaires étrangères en soulignant, dans un communiqué, avoir "immédiatement activé tous les canaux utiles pour favoriser un dénouement positif de cette affaire".-(MAP)-

Enlévement de deux coopérants espagnols dans les camps de Tindouf (Officiel)


Madrid, 23 oct (MAP) - Deux ressortissants espagnols ont été enlevés, dimanche à l'aube, dans les camps de Tindouf, dans le Sud ouest de l'Algérie, a confirmé à la MAP un porte-parole du ministère Espagnol des Affaires étrangères. 

Outre les deux Espagnols, une ressortissante Italienne a été enlevée dans "le camp dit de Rabouni ", a précisé le porte-parole.(MAP)





Monday, October 17, 2011

استنفار امني بتندوف بعد ترويج قرص مدمج يفضح الاختلاسات المالية لقيادة البوليساريو






اهتزت مخيمات البوليساريو في الجزائر مساء يوم الخميس 14أكتوبر2011 جراء توزيع قرص مدمج من طرف شباب ينتمون إلى فرع رابطة أنصار الحكم الذاتي في مخيم ولاية العيون التي ينشط فيها التنظيم المذكور بكثرة، يحرض القرص الصحراويين على العصيان والتظاهر بمخيمات تندوف ضد قيادة البوليساريو التي فقدت الشرعية ويتضمن القرص فضائح لبعض عمليات الاتجار بمعانات الصحراويين عبر جمع أموال ضخمة كمساعدات من المنظمات الدولية للصحراويين بالمخيمات ويضم نفس القرص أرقام مالية كبيرة استحوذت عليها خديجة حمدي زوجة الرئيس ووزيرته بالثقافة والإعلام ومحمد لمين البوهالي وزير دفاع جمهورية المخابرات الجزائرية في تندوف، وعقب عملية التوزيع شنت مليشيات البوليساريو والدرك الصحراوي والشرطة وعشرات الضباط الجزائريين دوريات هستيرية طيلة ليلة الخميس أعتقل على إثرها شاب صحراوي احتج على الطريقة القمعية التي تعرضت لها والدته بمخيم ولاية العيون من طرف شرطة البوليساريو مما خلق استياء كبير وسط العائلات الصحراوية.
   كانت 19 دقيقة مدة القرص كافية لإيصال حقيقة بعض قيادة البوليساريو وتورط زوجة الرئيس ولمين ولد البوهالي في التسول باسم الصحراويين ونهب المال باسمهم وتقديمهم للجمعيات الدولية على أنهم محتاجين للمال والتغذية والأدوية وبعد الحصول عليها يتم إعادة الاتجار فيها بأسواق موريتانيا، مالي، الجزائر ويتحكم لمين ولد البوهالي وزوجة الرئيس في عائداتها المالية. حقائق فجراها فرع رابطة أنصار الحكم الذاتي التنظيم المزعج للبوليساريو والاستخبارات الجزائرية في تندوف.
 جاءت هذه الحركة المزعجة بعد هيكلة تنظيمية للفرع دامت أربعة أشهر، ودعا فرع رابطة أنصار الحكم الذاتي بتندوف عبر القرص الصحراويين إلى دعم مصطفى سلمى ولد سيدي مولود في محنته الإنسانية وما يتعرض له الفنان الصحراوي الناجم بلال من ظلم وتضييق من طرف القيادة الفاسدة في الرابوني مؤكدا على أن الظروف مواتية لكل الصحراويين بالمخيمات من اجل الالتحاق بالأقاليم الصحراوية والانخراط  في مشروع الحكم الذاتي الذي يحفظ ماء وجه الجميع.


الجزائر تايمز خاص متابعة / عبد الله الانصاري

Sunday, October 09, 2011

Alger plaque tournante du trafic international de drogue dure?

Tous les services internationaux, en charge de la lutte contre le trafic international de drogue, soupçonnaient l’Algérie d’en être la pièce maîtresse sur le continent africain, notamment dans les pays du Sahel.A noter que les algériens sont également de très grands consommateurs de psychotropes.


S’agissant du cannabis, dont les algériens sont également de grands consommateurs, les réseaux de trafiquants algériens, avec l’aide des gardes-frontières de leur pays, arrivent facilement à approvisionner le marché algérien. Aussi, il est indéniable que le dernier acte en date impliquant la compagnie aérienne nationale dans ce vaste trafic de drogue, celui du 02 octobre 2011 impliquant un membre de son personnel naviguant, est irréfutable.



En effet, ce dernier a été arrêté à l’aéroport d’Alger alors qu’il était en possession de 800 grammes d’héroïne qu’il envisageait d’écouler sur le marché local.A noter que l’individu, employé de la compagnie aérienne nationale algérienne était à bord d’un vol en provenance de Bamako.Force est de répéter que ce n’est pas la première fois qu’un membre du personnel navigant commercial algérien est pris en flagrant délit, que ce soit pour le trafic de drogue, d’or ou de fuite des capitaux. Ce phénomène s’explique aisément par le fait que l’attraction de l’argent facile reste beaucoup plus forte que toutes les autres considérations.

A partir de cet incident grave et vu que le vol avait pour point de départ Bamako, on peut avancer sans risque d’erreur que le Mali constitue, lui aussi, un important point de transit de drogue vers les marchés européens, via l’Algérie. Cette drogue est souvent convoyée via le nord du Mali, une zone désertique difficilement contrôlable par les autorités maliennes cas sous contrôle de l’AQMI, des éléments du Polisario et de rebelles touarègues, tous à la solde d’Alger.

En conséquence, les services de sécurité algériens, malgré cette arrestation épisodiqu et anecdotiquee, sont dans l’incapacité d’assurer la sécurité de leurs frontières et de contrecarrer un quelconque trafic de stupéfiants sur leur territoire. Les autorités sécuritaires maliennes ne sont pas exemptes de toutes inaptitudes en matière de lutte anti-drogue et anti-terroriste ; Ils devraient diversifier leurs interlocuteurs et leur coopération au lieu de se cantonner à la seule Algérie. Le résultat est là, parlant de lui-même.

Mardi 4 Octobre 2011 - Par Farid Mnebhi

EXCLUSIVE: El Polisario pone a la MINURSO bajo tutela

Una patrulla de la MINURSO en las proximidades del muro de separación del Sahara Occidental

Los indicios apuntan a que el Frente Popular para la Liberación de Saguía el-Hamra y Río de Oro (Polisario) ha ido un poco más allá en su estrategia de tensión y provocación al encuentro de la Misión de las Naciones Unidas para la celebración de un Referéndum en el Sahara Occidental (MINURSO). En un momento en que las relaciones entre la organización independentista y la instancia onusiana atraviesan una zona de turbulencias, a causa, fundamentalmente, de las redes de tráfico de droga y armas que abundan en la zona y en las que a menudo caen miembros del frente independentista saharaui, una reciente decisión de la cúpula militar del Polisario ha socavado, aún más, las ya de por sí deterioradas relaciones.

A finales del pasado mes de septiembre, Taleb Ami, comandante de la primera región militar del Frente Polisario, al este del muro de separación del Sahara Occidental, informó a los oficiales de la MINURSO de la decisión operada por el ministerio de Defensa de la organización independentista. Ami informó a los responsables de la MINURSO que todas y cada una de las patrullas efectuadas por éste deben ir, a partir de ahora, obligatoriamente acompañadas por elementos armados de las fuerzas militares del Frente Polisario.

Violación del alto el fuego

“Tal decisión, además de suscitar numerosos interrogantes con respecto al timming elegido y los objetivos perseguidos, supone una violación de los acuerdos de alto el fuego entre Marruecos y el Polisario firmados bajo la égida de la ONU, y que prohiben cualquier movimiento de tropas armadas en la zona”, destaca un experto francés en cuestiones de estrategia consultado por Correo Diplomático.

Por su parte, responsables militares marroquíes contactados, quienes han incidido en la “violación flagrante” del alto el fuego que supone esta medida del Polisario, destacan cómo “en el interior del muro levantado por las Fuerzas Armadas Reales, en la parte controlada por Marruecos, las tropas de la MINURSO disponen de absoluta libertad de movimiento y nunca son escoltadas”.

La tutela a la que el Polisario somete desde finales de septiembre a los efectivos de la MINURSO desplegados sobre el terreno molesta sobremanera a los responsables de la misión. Estos deben someter con cierta antelación a las autoridades militares del Frente Polisario el planning de sus patrullas, el momento en que estas se van a desplegar, la ruta que van a seguir y, además, deben ir siempre acompañadas de uno o varios soldados armados de la organización independentista.

“Es una violación directa la libertad de movimiento de la Misión”, confiesa a Correo Diplomático un anónimo ex miembro de la MINURSO, de nacionalidad colombiana.

Retorno de mercenarios saharauis

Mientras que algunos observadores consultados justifican la decisión de la organización independentista en la “protección” de los miembros de la misión onusiana en el Sahara Occidental, otros estiman que el Polisario buscaría, con esta medida, enmascarar la vuelta de sus combatientes de Libia. “Si la cúpula de la organización es puntualmente informada de los desplazamientos de las patrullas de la MINURSO, ésta puede evitar que los combatientes que vuelven de Libia y Níger no sean detectados por la ONU”, asegura el experto francés en cuestiones de estrategia.

Además, fuentes sobre el terreno han informado sobre la llegada a Tinduf, la pasada semana, de varias decenas de vehículos todoterreno y miles de fusiles kalachnikov. Las armas provendrían del arsenal de Muamar Gadafi. Tras haber desaparecido el ex dictador sin pagar el dinero que adeudaba a los combatientes saharauis, los vehículos y las armas habrían sido entregadas como pago por sus servicios a los mercenarios provenientes del Frente Polisario que combatieron al lado de Gadafi desde el inicio de la insurrección armada.

Thursday, October 06, 2011

ONU - IV Commission - New-York - Discours de Madame Latifa Ait-Baala

ONU - IV Commission - New-York

Latifa Aït-Baala

Présidente, Action Internationale Femmes

04 octobre 2011

------------------------------------------------------------

Madame la présidente,

Excellence, Mesdames et Messieurs,

Il y a un an jour pour jour, je plaidais devant cette honorable assemblée la cause d'un haut cadre du polisario arrêté par la milice de son propre camp parce qu'il a comme le rappelle Human Rights Watch, « approuvé publiquement la solution du Maroc au conflit et déclaré qu'il retournerait à Tindouf pour la défendre, ce qui est son droit » (23 sept 2010).

Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud que j'ai pu rencontrer est tout simplement préoccupé par l'intérêt des populations, un intérêt qu'il estime être pris en considération dans le cadre du plan d'autonomie tel que présenté en 2007 par le Maroc devant les instances onusiennes.

Libéré grâce à la pression de la communauté internationale, ce réfugié un peu trop bruyant devient personae non gratae, après plus de 31ans passés dans les camps de Tindouf.

Depuis le 30 novembre dernier, Mustapha Salma remis au Délégué du HCR à Nouakchott en Mauritanie est toujours en attente d’une solution humanitaire, passant de sit-in en grèves de la faim, loin de sa femme et ses enfants restés dans les camps.

Mesdames et Messieurs,

Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud est le précurseur du réveil démocratique dans le monde arabe, ce réveil démocratique que cette honorable assemblée soutient.

Il est le symbole de toute une population en souffrance dans les camps de Tindouf, une population déterminée aujourd'hui à prendre son destin démocratique en mains. Ce destin démocratique, elle en rêve et elle le chante, à l'image du chanteur engagé Najem Allal devenu lui aussi la bête noire du polisario, subissant humiliations et sévices aux portes du siège du HCR dans les camps de Tindouf, là où il a décidé de planter sa tente afin d'attirer l'attention de la communauté internationale sur le sort des populations, une tente qui d'ailleurs a été brûlée par le polisario. Ce combat est aussi porté par une jeunesse sahraouie solidaire du sit-in devant le siège du HCR.

Mesdames et Messieurs,

La communauté internationale se doit d'être attentive aux aspirations démocratiques. Elle se doit d'être à l'écoute, de soutenir et accompagner ces aspirations si elle veut éviter de commettre les erreurs du passé.

Elle se doit de prêter enfin attention aux souffrances des populations et non à l'histoire travestie et aux discours édulcorés du polisario que le réveil démocratique notamment en Libye a fini par mettre à nu et révéler au grand jour les liens vitaux du polisario avec le régime de Khadafi, un polisario qui n'a pas hésité à aller à l'encontre de la volonté du peuple libyen en combattant militairement aux côtés du colonel déchu. Des informations confirmées notamment par l'OTAN. Il faut dire que Khadafi a été le père sprituel du polisario, le père des régimes où la voix du peuple n'existe tout simplement pas.

Une grande page de l'histoire démocratique dans le monde arabe se déroule aux portes de l'occident. Cette page, le Maroc a voulu la soutenir et l'écrire avec tous ceux et toutes celles épris de justice et du respect de la légalité internationale.

Le Maroc lui-même n'a pas attendu ce que d'aucuns appellent le « printemps arabe » pour prendre en considération les aspirations de son propre peuple. C'est la main tendue qu'il a entamé un processus de réconciliation avec ses enfants du polisario. Il y va non seulement de l'intérêt des populations mais aussi parce que la paix et la sécurité de toute la région notamment la région du Sahel où l'AQMI et ses partenaires opèrent en toute quiétude, sont des défis cruciaux.

Cette logique de paix, le Maroc l'a inscrite dans sa constitution nouvellement adoptée par voie référendaire à laquelle les électeurs ont adhéré à une écrasante majorité, avec un plébiscite inégalé par les populations marocaines sahraouies dans les provinces du Sud, territoires pourtant dits contestés.

Cette nouvelle constitution pose les fondamentaux d'un Maroc forgé sur ses composantes arabo-islamique, amazigh et saharo-hassanie, nourri et enrichi de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen.

C'est aussi un Maroc réformé et résolument tourné vers l'avenir ayant à coeur l'engagement en faveur d'un progrès commun, des principes, des droits et des obligations internationales.

Enfin, la Constitution marocaine consacre le principe d'une régionalisation avancée fondée notamment sur un développement régional intégré et équilibré. Elle pose concrètement les jalons de sa proposition d'autonomie, un nouveau pacte constitutionnel dont le pilier essentiel est la dignité politique et sociale du citoyen.

Madame la présidente,

Mesdames et Messieurs,

En conclusion, je formule le vœu que cette honorable assemblée soutienne cette opportunité politique, une solution qui puisse enfin garantir la stabilité et la sécurité dans la région, et contribue à la réalisation tant attendue d'un Grand Maghreb réconcilié, uni et renforcé.

Je vous remercie pour votre attention.

Sunday, October 02, 2011

Le président du CNT "étonné" de la position algérienne

Rabat, 02/10/11- Le président du Conseil national de transition libyen (CNT), M. Mustapha Abdeljalil, s'est dit "étonné" de la position algérienne vis-à-vis de la révolution dans son pays.

"La position de l'Algérie nous a étonnés vu que les deux peuples algérien et libyen entretiennent des relations profondes et consolidées dans la lutte et le combat communs", a affirmé le président du CNT dans un entretien réalisé à Benghazi par la chaîne "Médi 1 TV" et diffusé dimanche soir.

"Nous nous attendions à voir le peuple algérien jouer un rô le plus actif, mais les politiciens ou les militaires avaient une opinion différente", a-t-il déploré.

La position algérienne vis-à-vis de la situation en Libye a fait l'objet de sévères critiques aussi bien sur le plan interne qu'à l'étranger. Plusieurs observateurs estiment qu'Alger a accentué son isolement régional en refusant de reconnaitre le CNT comme représentant légitime du peuple libyen.

Le porte-parole militaire du CNT, le colonel Ahmed Omar Bani avait exprimé récemment le mécontentement des responsables libyens de la position algérienne.

"Nous avons prouvé au monde que nous méritons d'être reconnus et les pays puissants l'ont fait, les autres, nous n'attendons pas leur reconnaissance. Un jour viendra où ils devront répondre de leur attitude vis-à-vis des révolutionnaires libyens ", a-t-il déclaré, en faisant allusion notamment à l'Algérie lors d'un point de presse à Benghazi.

M. Abdeljalil a, par ailleurs, souligné dans son entretien à "Medi 1 TV "le rô le agissant" que pourrait jouer l'Union du Maghreb arabe sur les plans arabe et africain au lendemain des révolutions libyenne et tunisienne. MAP 02-10-2011

معهد أمريكي يكشف التقاء المصالح بين كوبا والبوليساريو والقاعدة

كشف معهد "هدسون"، وهو مجموعة تفكير أمريكية، متعددة الاختصاصات والمختصة في القضايا العسكرية والاستراتيجية، أمس الجمعة, التقاء المصالح بين النظام الكوبي والبوليساريو، الذي يدعمه منذ بداية سنوات السبعينات، وتنظيم القاعدة الإرهابي.

وكتبت افتتاحية نشرها هذا المعهد الأمريكي للبحث تحت عنوان "القاعدة تتكلم الإسبانية وتتقدم نحو مايوركا والصحراء"، أن معهد الدراسات الكوبية بجامعة ميامي كان قد أثار سنة 2007 إمكانية وجود تواطؤ بين النظام الكوبي والقاعدة عن طريق البوليساريو".

وبعد أن ذكرت بأن انفصاليي البوليساريو انخرطوا خلال الشهور الأخيرة في إطار "تنسيق وتعاون" مع القاعدة، أبرزت كاتبة هذه الافتتاحية، أنا ماجر برادوسي أن عناصر الاستخبارات الكوبية المتواجدين بمخيمات تيندوف "قد يكونوا قدموا الدعم بشكل مباشر أو غير مباشر عمليات القاعدة ومعسكرات التدريب التابعة لها".

وحذرت كاتبة الافتتاحية من أنه "سيكون من الخطير عدم الأخذ بعين الاعتبار بأن جهاز الاستخبارات الكوبي المتطور يزود البوليساريو بمعلومات قيمة مع عقد اتفاق ضمني على تمريرها إلى القاعدة"، ملاحظة أن كوبا والقاعدة لديهما عدو واحد مشترك هو الولايات المتحدة.

وسجل معهد هدسون، في هذا الصدد، أن هافانا "لم يسبق لها أبدا أن عبرت عن موقف ضد القاعدة أو أي تنظيم آخر مدرج ضمن لائحة المنظمات الإرهابية الأجنبية (التي أعدتها الخارجية الأمريكية)، مضيفا أن هذا البلد "لم ينخرط قط في إطار عمل دولي لمكافحة الإرهاب".

وكان بيتر فام، مدير مركز مايكل أنصاري لإفريقيا التابع لمجموعة التفكير الأمريكية أطلانتيك كانسل، قد أعلن، مؤخرا، في تصريح لراديو صوت أمريكيا (فويس أوف أميركا)، أن تنظيم القاعدة ببلاد المغرب الإسلامي الإرهابي "بات يلجأ، أكثر فأكثر، لمرتزقة البوليساريو من أجل تنفيذ عملياته الإجرامية بمنطقة الساحل".

وأبرز هذا الخبير في القضايا الإفريقية أنه "خلال السنتين الأخيرتين، جندت القاعدة ببلاد المغرب الإسلامي مرتزقة البوليساريو، الذين يعدون مقاتلين مدربين، قادرين على ضمان نجاح العمليات التي ينفذها هذا التنظيم الإرهابي".

وشدد على أن هذا التجنيد "ينبني على أساس تقديرات براغماتية وليست إيديولوجية، على اعتبار أن الأمر يتعلق بتنفيذ عمليات احتجاز رهائن أو تأمين الطريق أمام عبور مهربي المخدرات".

وكان ريتشارد منيتر، وهو خبير أمريكي في قضايا الإرهاب ومؤلف الكتاب الأكثر مبيعا "لوزين بن لادن" (فقدان بن لادن)، قد أكد أن "القاعدة ببلاد المغرب الإسلامي التي توعدت بمهاجمة المصالح الأمريكية، قد تراجعت لتستقر داخل الصحراء الشاسعة، للهروب من الضغوطات التي تمارسها قوات الجيش التابعة للولايات المتحدة بباكستان والعراق واليمن".

وذكر مينتر بأن هذا التنظيم الإرهابي كان قد قدم دعمه لمؤامرات استهدفت سفنا حربية أمريكية كانت تعبر مضيق جبل طارق، وكذا سفارة الولايات المتحدة بباماكو.

وحذر من أنها "تتدرب داخل الصحراء بهدف تنفيذ هجومات مسلحة"، مسجلا أن هذا التنظيم كان قد هاجم بالفعل عناصر الجيش بالمنطقة، خاصة بمالي والنيجر" في ما يبدو تداريب لتنفذ اعتداءات على المصالح الأمريكية فيما بعد".

MAP 02-10-2011

L'Algérie cherche à faire perdurer le conflit du Sahara pour "harceler le Maroc" (journaliste mauritanien)

'Algérie cherche à faire perdurer le conflit du Sahara pour "harceler le Maroc", a souligné le journaliste mauritanien Abdallah Mohamedi, mettant l'accent sur les liens existant entre le +polisario+ et "Al-Qaïda au Maghreb islamique" (Aqmi).

Dans un entretien publié samedi par le quotidien catalan "La Vanguardia", le journaliste mauritanien, spécialiste des questions de terrorisme au Sahel, a souligné la nécessité pour l'Algérie de contribuer aux efforts visant à trouver un règlement pacifique au problème du Sahara pour faciliter la mise en place d'une large coopération régionale contre la recrudescence des activités d'Aqmi dans la région du Sahel.

"Mais, a-t-il déploré, les autorités algériennes ne semblent pas être prêtes pour le faire, car elles ont intérêt à ce que le conflit persiste", soulignant la nécessité d'établir une action régionale coordonnée contre les actions d'Aqmi dans la région du Sahel.MAP 03 10 2011

Contrairement à la Mauritanie, qui s'est engagée dans cette lutte, l'Algérie "ne semble pas encore décidée, car elle devrait d'abord couper les ailes au +polisario+" dont des éléments entretiennent des relations avec Aqmi, a souligné le journaliste mauritanien, qui a donné cette semaine une conférence sur les menaces terroristes au Sahel à la Faculté de Communication de l'Université Ramon Llull à Barcelone (nord-est de l'Espagne).

"Les jihadistes circulent plus librement à travers la région et les mercenaires qui ont été recrutés par le régime de Kadhafi se sont installés dans le désert", a-t-il dit, précisant qu'Aqmi recourt à la contrebande de cigarettes et au trafic de drogue et d'armes pour financer ses activités.

Le Sahel, qui échappe à tout contrô le, est devenu le théâtre de toutes sortes de trafic, a-t-il noté, rappelant l'accrochage survenu récemment à la frontière entre l'Algérie et le Mali entre des miliciens du +polisario+ et un groupe de trafiquants maliens et nigériens à cause d'une tonne de drogue. Cette opération s'est soldée par quatre morts, a rappelé le journaliste mauritanien.