Loading...

Thursday, April 28, 2011

OTAN- Rapport Confidentiel: La majorité des mercenaires en Libye sont du Polisario

Les responsables de l’OTAN sont persuadés que l’étonnante résistance de Kadhafi est due en grande partie aux colonnes de mercenaires qui combattent à ses côtés, notamment ceux du Polisario. Cette certitude a été confirmée par les révélations d’un ancien partisan du colonel Kadhafi qui vient de passer du côté de la rébellion, selon le quotidien britannique « The Telegraph » qui cite de hauts responsables de l’Alliance Atlantique.
révélé que le régime du colonel Kadhafi a dépensé plusieurs millions de dollars pour le paiement des mercenaires du Polisario qui combattent à ses côtés.
Les détails de l’accord de recrutement de centaines de mercenaires du Polisario sont arrivés entre les mains des responsables de l’OTAN par le biais de ce dissident, qui a lui-même négocié le contrat avant de faire défection et passer du côté de la rébellion. Selon lui, les mercenaires sont payés 10.000 dollars chacun pour deux mois passés à combattre aux côtés des troupes du colonel Kadhafi. Les révélations de ce dissident confirment aussi que l’entrée en Libye des mercenaires du Polisario bénéficie de la complicité d’un intermédiaire particulièrement efficace. Il s’agit de Mohamed Yeslem Beissat, ancien ambassadeur du Polisario en Algérie, qui a conservé de profondes amitiés avec les responsables du DRS, les redoutables services des renseignements militaires algériens.

Le contrat de recrutement des mercenaires du Polisario a été conclu au début de mars dernier, au moment où le régime de Mouammar Kadhafi vacillait dangereusement sous les coups de boutoirs de la rébellion. Les lieutenants de Kadhafi ont également recruté de nombreux autres mercenaires du Mali et du Niger, dont certaines tribus ont maintenu des liens très solides avec le régime libyen. Selon « The Telegraph », les informations obtenues par les responsables de l’OTAN au début de la crise montraient déjà que Kadhafi comptait énormément sur le soutien des mercenaires pour défendre son régime, mais les récentes révélations du dissident montrent que le dictateur libyen est toujours à la recherche de combattants supplémentaires.

Friday, April 22, 2011

Libya: Col Gaddafi 'has spent £2.1m on mercenaries'

Col Muammar Gaddafi's regime has spent $3.5 million (£2.1m) hiring hundreds of mercenaries from north Africa to help defeat anti-government rebels, according to senior Nato officials.

Libya: Col Gaddafi 'has spent £2.1m on mercenaries'
Suspected mercenaries sit inside a prison in Benghazi Photo: REUTERS

According to the defector, who has not been named, the mercenaries are being paid $10,000 each to fight for Col Gaddafi for two months. The deal with the mercenaries was arranged last month after serious anti-government protests threatened to overthrow the regime.

The majority of the fighters are reported to be members of the Sahrawi tribe who are based in the Western Sahara, and have been fighting a war of independence against Morocco as members of the Polisario Front.

Col Gaddafi's officials have also recruited scores of fighters from rebel movements in Niger and Mali that have close links with the Gaddafi regime.

In the past Nato officers have received reports that Col Gaddafi has relied heavily on foreign mercenaries to defend his regime, but the documents produced by recent defectors show he is still actively looking to recruit more fighters.

"Gaddafi is using all his contacts in the region to bring more mercenaries into Libya to defend his regime," said a senior Nato officer.

Col Gaddafi is also believed to have recruited mercenaries from Chad, the Democratic Republic of Congo, Sudan and possibly even Asia and eastern Europe.

Libyan opposition groups have accused the mercenaries of being responsible for some of the worst excesses committed by the regime, including the murder of women and children.

* Dr. Sidi M. Omar, Ambassador of the Sahrawi Republic (SADR)to Ethiopia and the African Union, responds as follows:

The article claims that members of the Frente POLISARIO were involved in the ongoing conflict in Libya. We categorically deny these baseless allegations and challenge all those parties that propagate these kinds of preposterous accusations to bring forth any evidence in their possession to prove their claims. Needless to say, these unfounded allegations emanate from those quarters that have vested interest in discrediting our liberation movement.

The Frente POLISARIO is an internationally recognised liberation movement whose sole aim is to liberate Western Sahara from Morocco’s illegal occupation and to enable the Sahrawi people to exercise their internationally recognised right to self-determination and independence. Moreover, the Sahrawi Arab Democratic Republic (SADR) is a full and founding member of the African Union. Its position as to the on-going conflict in Libya stems from the same policy of the African Union, and thus it has publically reaffirmed its strong commitment to the respect for the unity and territorial integrity of Libya as well as its full support for the efforts deployed by the AU High-Level ad-hoc Committee on Libya.

LIEN: http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/africaandindianocean/libya/8464254/Libya-Col-Gaddafi-has-spent-2.1m-on-mercenaries.html

Saturday, April 09, 2011

Plus de 8.000 cas de disparition forcée en Algérie (Collectif des familles de disparus en Algérie)

La fondatrice du Collectif des familles de disparus en Algérie (CFDA), Nassera Dutour a indiqué, vendredi soir à Rabat, que le Collectif a constitué plus de 8.000 dossiers de disparition forcée en Algérie. Mme Dutour, qui intervenait lors d'une conférence organisée au siège du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) dans le cadre des 2-emes rencontres méditerranéennes sur le cinéma et les droits de l'Homme, a précisé que la majorité des disparus ont été enlevés de nuit de leur domicile par les forces de sécurité, qui tenaient, à chaque fois, à dissimuler leur crime. Pour faire entendre leur voix, des mères de disparus installées en l'Algérie et en France ont organisé en 1998 une tournée en Europe où elles ont été chaleureusement accueillies, alors qu'elles sont confrontées à l'indifférence dans leur propre pays, a-t-elle ajouté. Malgré le fait que les autorités algériennes aient reconnu, à maintes reprises, l'existence de plus de 4.800 cas de disparition forcée et de plusieurs fosses communes, ces mêmes autorités sont revenues sur leur position après la mise en oeuvre d'une série de mécanismes tels que la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, qui interdit aux familles des disparus de recourir à la justice à l'encontre des fonctionnaires du gouvernement impliqués dans les disparitions forcées, sous prétexte que ces fonctionnaires défendaient l'Etat. Il a rappelé, à ce propos, que les familles des disparus en Algérie rejettent cette Charte. Evoquant l'action de la société civile au Maroc, Mme. Dutour a mis en exergue le rô le de cette dernière dans l'élucidation du sort des victimes des disparus et la lutte des familles des disparus ainsi que les acquis qu'elles ont pu réaliser. Elle a également rendu hommage à la mémoire de feu Driss Benzekri, l'un des pionniers des droits de l'Homme au Maroc et mis en relief l'expérience de l'Instance Equité et réconciliation (IER). MAP 09-04-2011

Friday, April 08, 2011

Wikileaks : Algérie, Le clan Bouteflika, les "rapaces" de l'Algérie.

Wikileaks, à travers le journal El Pais, a diffusé des documents sur l'Algérie et les "rapaces" du clan Bouteflika. Selon ce câble qui rapporte les dires de l'Ambassadeur de France à Alger,"l'Algérie vivra dans plus d'instabilité durant les prochaines années, mais il n y a pas une réelle alternative à Bouteflika qui a modifié la constitution pour pouvoir régner plus longtemps". Il rajoute qu'il y a eu "très peu d'évolution positive en Algérie et que la corruption a atteint un niveau très élevé atteignant les frères Bouteflika et compromettant le développement économique". Le document parle d'un Bouteflika affaibli par la maladie (Cancer gastrique terminal), et il ne lui reste que quelques années à vivre. Il rapporte aussi le partage de la rente des entreprises pétrolières algériennes sous la houlette de la Sonatrach, entre les barons militaires et l'entourage Bouteflika. C'est avec l'aide et après l’approbation des leaders des services de sécurité Algériens que Bouteflika a pu se représenter pour une troisième fois en 2009. Pour lire le document traduit en Français, cliquer sur le lien de l'article du quotidien d'Algérie. Un autre câble qui a été publié aussi durant la même journée, rapporte l'analyse du régime algérien faite par l'ambassadeur Robert Ford. Il décrit un régime algérien très affaibli, sans vision de l'avenir, et plombé par des niveaux très étendus de corruption. Il rapporte aussi l'échec de l’amnistie qu'avait offert Bouteflika aux anciens terroristes Algériens. L'ambassadeur décrit l'image d'un Bouteflika isolé et un processus de réforme stagnant. Un islamiste, Abdallah Djaballah, cité dans le document, parle du phénomène des harraga (ndlr:les immigrés clandestions à bord d'embarcations de fortune à destination de l'Europe) touche non plus seulement les pauvres, mais aussi des jeunes chômeurs qui n'ont pas d'autres choix que "la mort en mer ou bien mourir à petit feu en Algérie. " Le Gang Bouteflika : Le clan Bouteflika a été décrit dans le câble comme étant "le Gang de Tikrit" par analogie au clan de Saddam Hussein qui maintenait le pouvoir en Irak. En effet un certain nombre d'officiels militaires et civils sont issus de la même région que Bouteflika, Tlemcen. La loyauté de ce "gang" permet le maintien d'une certaine stabilité comme c'était le cas avec Saddam en Iraq. Quand la corruption et le pétrole atteignent des sommets : Le document contient tout un chapitre sur le corruption, y compris parmi les militaires algériens. Citant l'exemple du commandant en chef de l'armée algérienne, le général Ahmad Gaid Salah, comme étant le plus corrompu d'entre tous. Le document cite aussi les frères Bouteflika, comme étant les plus "rapaces". D'un autre coté, certains rapportent que les prix du pétrole ayant atteints des niveaux très élevés mais que cela ne profite en rien au peuple : "L'Algérie est riche, mais le peuple est pauvre".

Thursday, April 07, 2011

Plusieurs vidéos mises en ligne par la chaîne Américaine Fox News montrent des membres de L'AQMI dans un pays nord africain

Plusieurs vidéos mises en ligne par la chaîne Américaine Fox News montrent des membres d'Al Qaeda dans le Maghreb Islamique (AQMI) dans un pays nord africain (non précisé par la chaîne). Selon les analystes de Fox news, AQMI cherche un accès vers l'océan atlantique. Pour cela, Al Qaeda infiltre le réseau Polisario, la milice armée soutenue par l'Algérie. AQMI a réussi à kidnapper une vingtaine de ressortissants étrangers présents dans la région du Sahel. Plusieurs d'entre eux ont été égorgés dont le dernier en date est le français Michel Germaneau le 25 juillet 2010. Selon les sources de Fox News, "59 membres, officiels et soldats du Polisario ont des relations avec l'AQMI." Une information confirmée par l'arrestation de 6 trafiquants de drogue issus du Polisario le 9 décembre dernier (Dêpeche AFP à ce propos). Il s'agit d'un large réseau de trafic de drogue dont 90% de ses membres font partie du Polisario. Parmi ces personnes arrêtés, certains ont avoué avoir des relations avec l'AQMI avec qui ils entretenaient des relations commerciales. AFP :Farha Ould Hmoud Ould Maâtallah, ancien militaire vivant dans les camps de réfugiés sahraouis de la région de Tindouf (sud-ouest de l'Algérie), ainsi que Breika Ould Cheikh, présenté comme un élément du Polisario, et Lahcen Ali Ould Brahim, surnommé Grandayzar, né en 1970 à Tiaret en Algérie. Les spécialistes du terrorisme cités par Fox News concluent que "Les terroristes de l'AQMI vont continuer leur infiltration du Sahara Occidental. Une infiltration qui sera renforcée en cas de création d'un état Polisario dans cette zone." Voici les vidéos de Fox News des membres de l'AQMI :Watch the latest video at video.foxnews.com

Tuesday, April 05, 2011

النظام الجزائري يستورد أسلحة اسرائيلية لفائدة القدافي؟؟؟

ورد يوم الاثنين 04/04/2011 في العديد من قصاصات الأنباء بان المدعو دحلان عضو حركة فتح قام بدور الوسيط بين القدافي والكيان الصهيوني من أجل جلب أسلحة إسرائيلية الصنع لفائدة قوات اللانظام الليبي في حربه على شعب عمر المختار الأعزل ،إلا من بعض الأسلحة الخفيفة . وكانت جريدة الشروق الجزائرية المقربة من المخابرات السباقة إلى نشر الخبر. مما يطرح عدة علامات استفهام، ليس رغبة مني في تبرئة المدعو دحلان ، فتاريخه في عالم الخيانة والنذالة أشد وضوحا من أن يتمكن أي شخص إخفاءه مهما حاول. إلا آن الغريب في الأمر هو أن تقوم الجريدة المذكورة بنشر الخبر مع العلم أن نظام بوتفليقة يساند بلا هوادة عصابات القدافي حتى بات الأمر مفضوحا . وخير دليل على ذلك أنه أثناء كتابة هذه الأسطر كانت قناة الجزيرة مباشر تنقل أصوات الثوار في مدينة البيضاء الواقعة في الشرق الليبي، وهم يرفعون شعارات منددة بنظام بوتفليقة داعية الشعب الجزائري المجاهد إلى الثورة عليه. ولعل السؤال الذي يطرح نفسه في خضم هاته الأحداث هو : أليس من وراء نشر جريدة الشروق الجزائرية للخبر هو رغبة السلطة في إبعاد الشبهة عنها بقيامها بدور الوسيط بين شركات السلاح الإسرائيلية ونظام القمع الليبي؟ خصوصا مع ماتم نشره مؤخرا عبر موقع ويكيليكس من وجود علاقات سرية بين النظام الجزائري والكيان الصهيوني ذ: حسن تامدة Wid_74@hotmail.com

Sunday, April 03, 2011

L'Etat Indépendant de Papouasie Nouvelle Guinée retire sa reconnaissance à la pseudo "Rasd"

L'Etat Indépendant de Papouasie Nouvelle Guinée a décidé de retirer sa reconnaissance à la pseudo +Rasd+. Le ministère des Affaires étrangères et de la coopération a reçu, cette semaine, une note verbale signée par le ministre des Affaires étrangères de l'Etat Indépendant de Papouasie Nouvelle Guinée, exprimant la décision de son pays de retirer, à compter du 30 mars 2011, sa reconnaissance de la pseudo "rasd", a indiqué samedi soir M. Taib Fassi Fihri lors d'un point de presse conjoint avec son homologue zambien, M. Kabinga J. Pande. Le ministre zambien des affaires étrangères avait également annoncé, rappelle-t-on, la décision de son pays de retirer sa reconnaissance à la pseudo +Rasd+. "Le processus de retrait de reconnaissance à la pseudo "Rasd" se poursuit de manière soutenue, avait indiqué auparavant M. Fassi Fihri. "Rien que durant la dernière décennie, une trentaine (30) de pays ont retiré leur reconnaissance à la pseudo "rasd", entité qui ne remplit aucune des conditions juridiques et politiques nécessaires à la constitution d'un Etat, et en réponse aux efforts déployés par le Royaume à travers sa proposition d'Autonomie, efforts qui ont été qualifiés de +crédibles et sérieux+ par le Conseil de Sécurité", a-t-il souligné. "Aujourd'hui aucun pays européen ne reconnaît cette entité et plus des deux tiers des pays africains (35) ont retiré leur reconnaissance", a-t-il poursuivi. De ce fait, a conclu M. Fassi Fihri, "l'ensemble des 12 pays membres du forum du Pacifique ne reconnaissent pas cette entité, et rejoignent la totalité des membres de l'Océanie, ainsi que la quasi-totalité des pays asiatiques". RABAT 03/04/2011

La Zambie retire sa reconnaissance à la pseudo "Rasd

La République de Zambie a décidé de retirer sa reconnaissance à la pseudo +Rasd+, a annoncé, samedi à Rabat, le ministre zambien des affaires étrangères, M. Kabinga J. Pande.
Intervenant lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, M Taib Fassi Fihri, M. Kabinga a indiqué que "le gouvernement de la république de Zambie a effectivement retiré sa reconnaissances de la pseudo +Rasd+ le 29 mars 2011".
La visite dans le Royaume de M. Kabinga J. Pande s'inscrit dans le cadre de l'approfondissement du dialogue politique et la promotion des relations bilatérales dans les domaines économique, technique et culturel.MAP 03 04 2011