Loading...

Monday, May 24, 2010

Un mort et 300 véhicules incendiés près de la frontière algéro-marocaine

La mort accidentelle d'un jeune homme en fuite samedi soir à Tlemcen, prés de la frontière marocaine, a déclenché des troubles au cours desquels plus de 300 voitures ont été incendiées, a-t-on appris lundi dans la presse algérienne.
La mort accidentelle d'un jeune homme en fuite samedi soir à Tlemcen, prés de la frontière marocaine, a déclenché des troubles au cours desquels plus de 300 voitures ont été incendiées, a-t-on appris lundi dans la presse algérienne.
La mort accidentelle d'un jeune homme en fuite samedi soir à Tlemcen, prés de la frontière marocaine, a déclenché des troubles au cours desquels plus de 300 voitures ont été incendiées, a-t-on appris lundi dans la presse algérienne.
Selon le journal Al Watan, le chauffeur du véhicule, âgé de 19 ans, en provenance du Maroc, a refusé de se soumettre à un contrôle douanier et a été pris en chasse vers 20H30 (19H30 GMT) près du village frontalier de Boukanoun, par des véhicules de la douane. Sa voiture a heurté de plein fouet un véhicule des douanes qui lui barrait le chemin. Son conducteur est mort sur le coup tandis qu'un douanier a été blessé dans cette collision, précise le journal.
Après cet accident, près d'un millier des habitants de cette région d'où est originaire la victime, ont attaqué dans la nuit de samedi à dimanche deux parcs automobiles de la douane, incendiant plus de 300 véhicules, dont quatre véhicules de la douane, selon les quotidiens arabophones El Khabar et En Nahar. Un vingtaine de personnes, soupçonnées d'avoir pris part à ces incidents ont été arrêtées par la gendarmerie, précisent-ils.
La frontière algéro-marocaine est considérée, de part et d'autre, comme perméable au trafic de marchandises entre les deux pays, notamment de drogue, la zone ayant toujours été marquée par des incidents.
En novembre 2009, un trafiquant de drogue avait été tué et près de 90 kg de cannabis avaient été saisis dans la région de Tlemcen, lorsque le conducteur d'un véhicule transportant la drogue avait tenté de forcer un barrage des gardes-frontières.
© 2010 AFP 24-05-2010

Friday, May 21, 2010

L'enlisement du conflit du Sahara et l'absence de perspectives de résolution ont considérablement accru la vulnérabilité du Polisario (ESISC)

L'enlisement du conflit du Sahara et l'absence de perspectives de résolution ont considérablement accru la vulnérabilité du Front Polisario et fortement entamé la légitimité de la direction du mouvement, affirme jeudi l'Institut européen des études stratégiques(ESISC), basé à Bruxelles.

Sur la scène internationale, le Polisario a pâti de son intransigeance et de son incapacité à négocier mais aussi de l'évolution du contexte géopolitique, indique l'Esisc dans un rapport, soulignant que le nombre des Etats reconnaissant la soi-disant RASD n'a cessé de baisser.

"De plus, poursuit le rapport, le soutien de nombreux pays occidentaux, comme les Etats-Unis et la France, au plan d'autonomie proposé par le Maroc, qu'ils décrivent comme +sérieux et crédible+", a affaibli encore le Polisario sur la scène diplomatique internationale.

"Aujourd'hui, le seul véritable soutien sur lequel le Polisario peut compter est celui de l'Algérie", qui instrumentalise les Sahraouis pour "tenter de déstabiliser" le Maroc, ajoute le document.

L'Esisc souligne par ailleurs que l'isolement et la sclérose de la direction du Polisario transparaissent également dans une attitude de plus en plus agressive à l'égard de toute forme de contestation de son mode de gestion et de fonctionnement.

Cette direction du Polisario "s'est encore un peu plus isolée de sa base", se contentant de défendre ses intérêts particuliers et financiers, note le rapport, ajoutant que les dérives de cette direction combinées à l'échec de sa politique ont également participé à sa perte de légitimité vis-à-vis de la population.

La perte de légitimité du Polisario se traduit également par l'émergence de courants dissidents, indique l'Esisc, citant l'exemple du mouvement +Khat Achahid+, créé en juillet 2004, qui conteste la légitimité de l'actuelle direction et dénonce son caractère antidémocratique.

Le rapport souligne en outre que depuis de nombreuses années, le Front Polisario est régulièrement accusé de détournement des aides humanitaires, financières et matérielles, attribuées par des organisations non gouvernementales (ONG) ainsi que par des organisations internationales.

Cette tendance a été accentuée par le processus de délitement du mouvement qui s'est accéléré ces dernières années, relève l'Esisc, rappelant qu'en 2003, l'Union européenne avait décidé de renforcer le système de contrôle de son aide humanitaire mais a "rencontré des résistances de la part du Polisario dans l'exécution de sa mission".

Le fait que le Polisario n'ait toujours pas autorisé le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies (UNHCR) à se rendre dans les camps de Tindouf, ni même à effectuer un recensement, n'augure pas d'une évolution positive à propos de cette pratique du détournement, ajoute la même source.

Une enquête récente de l'Office Européen de Lutte Antifraude (OLAF) établit une possible coresponsabilité de l'Algérie et du Front Polisario dans ces détournements, indique l'Esisc.

Parallèlement à ces dérives, poursuit le rapport, l'extrême pauvreté qui règne dans les camps du Polisario a favorisé le développement de la criminalité. Ce développement de la criminalité doit également être mis en relation avec l'impunité qui existe dans le Sahel et qui a, comme pour le terrorisme, favorisé le développement de trafics en tout genre, estime l'Esisc, soulignant que la région est à la fois une importante zone de production de drogue et un couloir de transit vers l'Europe pour la cocaïne en provenance d'Amérique latine.

L'implication du Polisario dans le trafic de drogue a été confirmée par le démantèlement, en janvier 2007, d'un réseau de trafic de stupéfiants dans le nord de la Mauritanie, note le document.

Le mouvement profite également de sa position privilégiée dans une région échappant au contrôle des Etats pour s'enrichir en participant au trafic d'armes, ajoute l'Esisc.

"Cette faillite aussi bien morale qu'économique du Polisario, qui n'est pas nouvelle mais qui a été accélérée par le cessez-le-feu de 1991 et la fin de
la Guerre froide, a permis à un nombre important de Sahraouis de prendre conscience du caractère vain de la lutte indépendantiste.

Si, comme on le sait, de nombreux anciens cadres du Polisario ont rompu avec le mouvement, préférant l'exil vers l'Espagne, le Maroc ou la Mauritanie, les Sahraouis les plus jeunes et/ou les plus modestes partageant ce constat d'échec ont également cherché à s'émanciper ", écrit l'Esisc.

Dans ce rapport, l'Esisc a également donné un aperçu des origines du conflit du Sahara et établi une comparaison de l'évolution du Front Polisario à celle du mouvement républicain irlandais (IRA).

A cet égard, le document relève que " longtemps considérée comme un rassemblement de tueurs fanatiques et sans scrupules, l'IRA fut capable de faire preuve d'une maturité politique suffisante et d'assez de clairvoyance pour tourner le dos à la violence et devenir partie prenante du jeu politique irlandais à l'intérieur d'un territoire qui continuerait à être administré par la Couronne britannique".

"Confronté à une situation au fond assez similaire - l'impossibilité de concilier ses buts premiers et fondateurs et la réalité géopolitique du moment - le Front Polisario refuse d'effectuer sa mutation et se cramponne au rêve indépendantiste, au risque de sacrifier ceux qui le suivent encore", affirme la même source.

Le maintien de la même ligne politique radicale, alors que la position du Maroc a évolué, constitue une véritable prise en otage des dizaines de milliers de séquestrés dans les camps de Tindouf, ajoute le rapport.

Sunday, May 16, 2010

L'Algérie veut créer un "Etat lige" au Sahara pour servir ses rêves hégémoniques dans la région (pr. Cherkaoui)

L'Algérie qui fournit un soutien inconditionnel au +polisario+, veut créer un "Etat lige" au Sahara pour servir ses rêves hégémoniques dans la région, a affirmé, le sociologue marocain Mohamed Cherkaoui.

"L'Algérie veut avoir une domination totale sur l'Afrique du Nord en créant un Etat lige annexe" a souligné Cherkaoui devant un parterre personnalités du monde la politique, de la presse, de la culture et de la diplomatie lors d'une conférence tenue, vendredi soir au Cercle des Beaux Arts à Madrid, sous le thème "Conflit du Sahara, régionalisation et le modèle espagnol des communautés autonomes".
Pour le pr.Cherkaoui, la question du Sahara fait partie des instruments utilisés pour servir le rêve hégémonique, nourri par le pouvoir algérien depuis la période de la guerre froide, ajoutant qu'Alger bloque, depuis des décennies, toute solution à la question du Sahara, obnubilé en cela par ses rêves de domination de la région subsaharienne et de l'Afrique du Nord.
L'Algérie n'a jamais renoncé à ses rêves de devenir une puissance régionale en Afrique du Nord et contrô ler les pays du Sahel et a toujours cherché à affaiblir le Maroc en créant une entité non viable au Sahara, qui lui serait inféodée, a encore souligné l'auteur du livre "Le Sahara, liens sociaux et enjeux géostratégiques".
SM le Roi Mohammed VI a présenté en 2007 une proposition sérieuse, à savoir l'octroi d'une autonomie élargie aux provinces du Sud comme base de discussion pour régler le conflit du Sahara, au moment où les autres parties préfèrent camper sur les positions du passé et faire la sourde oreille à la proposition marocaine, a relevé le Pr. Cherkaoui.
IL a affirmé que les liens historiques et sociaux entre le Maroc et les populations sahariennes sont confirmés par les données juridiques, démographiques, sociales et économiques, ajoutant, à cet égard, que la solution de l'autonomie renvoie également à l'allégeance renouvelée chaque année par toutes les tribus sahariennes aux Souverains marocains et qui les rattachait politiquement au Royaume du Maroc.
Par ailleurs, le pr. Cherkaoui, qui est directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS-France), a mis en exergue l'importance du projet de régionalisation avancée, annoncé en janvier dernier par SM le Roi, pour la consolidation et le renforcement de la démocratie au Maroc.
La régionalisation avancée aidera à consolider la démocratie et à faire émerger de nouvelles élites dans les différentes régions, a-t-il précisé, estimant que cette démarche doit être accompagnée d'un transfert de compétences et de ressources financières et humaines pour que les régions remplissent leurs nouvelles fonctions dans les meilleures conditions.
"La solution préconisée dans le discours prononcé par SM le Roi lors de l'installation de la Commission consultative de la régionalisation (CCR) n'interdit aucune audace intellectuelle. Seulement sont considérées comme intangibles l'Unité du pays, le régime monarchique garant de cette unité et la religion", a dit le pr.Cherkaoui également membre de la CCR.
L'histoire récente de la régionalisation dans le Royaume remonte, selon le sociologue marocain, au lendemain de l'indépendance avec le découpage communal de 1959 et la première charte communale de 1960 qui a reconnu à la commune une compétence générale de principe, rappelant que la charte instituée en 1976 a attribué de très larges compétences au pouvoir local, ce que les amendements apportés à ce texte en 2008 ont confortées, en droite ligne de la volonté politique du Maroc d'approfondir et d'affermir la démocratie locale.
Pour sa part, Fernando Olivan Lopez, secrétaire général du Forum hispano-marocain des juristes, a souligné que le projet de régionalisation lancé par le Maroc constitue un défi important qui permettra au Royaume d'aller de l'avant dans l'édification d'un Etat moderne.
Lors de sa présentation de cette conférence, M. Olivan, également professeur de Droit constitutionnel à l'Université Computense de Madrid, a salué la création de la CCR qui constitue le début d'un projet structurant qui va marquer un tournant dans la gouvernance territoriale au Maroc, a-t-il dit.
MAP 16-05-2010

Friday, May 14, 2010

Décryptage.Pillards en Algérie

Il faut toujours lire les rapports, souvent assommants, produits par Bruxelles. C’est ce que fait l’Esisc (acronyme anglais du Centre européen pour le renseignement stratégique et la sécurité), fondé par le journaliste d’investigation Claude Moniquet (www.esisc.org).
À partir des rapports de l’Office européen de lutte antifraude (Olaf), l’Esisc vient ainsi de révéler un dossier “oublié” pour cause de relations sensibles avec l’Algérie : des détournements massifs de l’aide humanitaire internationale destinée aux réfugiés sahraouis des camps algériens de Tindouf. Ces documents démontrent une vaste manipulation de chiffres.
Tout serait couvert par Alger et par le Front Polisario, qui revendique l’indépendance de l’ancien Sahara espagnol, rattaché au Maroc depuis 1976. L’un et l’autre refusent tout recensement de ces populations par l’Onu. Analyse de l’Esisc : « Le refus du Polisario est principalement motivé par les profits illégaux que les dirigeants du Front séparatiste opèrent grâce à une surestimation du nombre de réfugiés et, par voie de conséquence, à une aide humanitaire plus importante. »
Politiquement, l’Algérie ne tient pas au recensement (le dernier date de 1974). Financièrement non plus, parce que les trucages permettent des détournements massifs. « En 1978, l’Algérie parle de 5000 réfugiés… Dans les années1980, le Polisario revendique 300000personnes alors que certaines ONG acquises à sa cause avancent le chiffre ahurissant de 700000 réfugiés. Depuis le milieu des années 1990, tant le Polisario que les autorités algériennes estiment la population sahraouie des camps à 165000 personnes. » Pas dupes, le HCR et le Programme alimentaire mondial ont fixé ce chiffre à 90000 réfugiés en 2005. Il est sans doute de 40000 !
Grâce aux balises de géolocalisation dissimulées par l’Olaf dans des conteneurs destinés au Polisario, on sait que l’aide humanitaire débarquée à Oran met 48jours en moyenne (!) pour arriver à Tindouf. Une grande partie s’est alors déjà “évaporée” pour être revendue sur les marchés mauritanien et algérien : « Le Croissant-Rouge algérien est le premier bénéficiaire du détournement de l’aide, suivi par les dirigeants du Front Polisario qui profitent de cette manne financière pour acquérir des armes, mais aussi et surtout des biens immobiliers personnels aux Canaries ou en Espagne. »
Selon la règle généreuse adoptée par l’Union, une partie de l’aide est achetée en Algérie même où l’État perçoit des taxes, en contradiction avec le droit humanitaire. « En d’autres mots, indique l’Esisc, une part de l’argent des contribuables européens destiné à l’aide humanitaire sert donc à enrichir l’État algérien par le biais de son système fiscal. »
Frédéric Pons

Saturday, May 08, 2010

Témoignages poignants sur le calvaire des femmes enlevées et séquestrées par le polisario

Plusieurs femmes Sahraouies, qui avaient fait l'objet d'enlèvement de la part du polisario, ont livré des témoignages poignants sur les formes de torture et le calvaire ainsi que les conditions inhumaines de leur séquestration dans les camps de Tindouf.

Ces témoignages, qui ont été diffusés par la Chaîne de télévision "2M" dans le cadre de son émission "Moukhtafoun", ont mis la lumière sur le calvaire enduré par ces femmes pendant plus de 20 ans et la cruauté des crimes d'enlèvement perpétrés par le polisario.

Mme Feddi Makkour, qui a regagné la mère patrie en 1999, a fait part des souffrances qu'elle a endurées tout au long de ces 22 ans de séquestration dans les camps de Tindouf sur le sol algérien.

Son calvaire commence quand elle a été kidnappée et éloignée de son mari pour être forcée de se remarier avec un autre homme sans avoir été divorcée.

L'équipe de l'émission "Moukhtafoun" s'est déplacée à Birrat, dans les environs d'Assa, pour rapporter des témoignages émouvants sur la barbarie et la cruauté des enlèvements perpétrés par le polisario, qui ont touché environ le tiers de la population de cette localité.

Cette population est constituée essentiellement d'enfants, dont une grande majorité a péri dans ce voyage de souffrance, et de femmes, qui ont été obligées de quitter leurs maris et de se remarier par peur.

Les bandes du polisario ont kidnappé femmes et enfants sur lesquelles elles ont pratiqué les pires formes de torture et d'atrocité, a affirmé M. Mohamed Mouloud Chouiar, président de l'Association des victimes du polisario, qui a expliqué le recours des séparatistes à ces kidnappings par la pression qu'ils ont subies sur le plan militaire par les Forces armées royales.

Aziza Terfasse n'a pas encore oublié l'enlèvement de ses deux sÂœurs, dont l'une a perdu la vie sous la torture et la séparation de son fils, qu'elle avait quitté alors qu'il n'avait que quatre ans.

Pour sa part, le président de la commune de Touizki, près d'Assa, M. Ali Kidiouar, se rappelle les crimes perpétrés par le polisario contre les membres de la tribu Ait Oussa, en signe de vengeance contre les populations de cette région restées fidèles à leur pays, le Maroc, et attachées à son intégrité territoriale.

L'émission "Moukhtafoun" a également approché Mme Fariha qui vit toujours le cauchemar de l'enlèvement de ses tantes, après deux décennies de séparation.

L'émission a passé en revue également la situation de plusieurs familles dans la région de Touizki qui reflète la cruauté des crimes perpétrés par les bandes du polisario qui ont séparé maris et femmes et mères et enfants. RABAT - MAP 08-05-2010

Saturday, May 01, 2010

Les détournements de l'aide humanitaire destinée aux camps de Tindouf, l'oeuvre du polisario et de responsables algériens(ESISC)

Les détournements de l'aide humanitaire destinée aux populations dans les camps de Tindouf sont "l'oeuvre conjointe de la direction du Polisario et de certains milieux algériens proches du pouvoir", a affirmé le président du Centre européen pour l'intelligence stratégique et la sécurité (ESISC), Claude Moniquet.

Dans un entretien publié, vendredi, par +Maroc Hebdo International+, M. Moniquet a précisé que le rapport publié récemment à ce sujet par l'Office européen de lutte Anti-fraude (OLAF) "pointe le croissant rouge algérien comme étant le principal bénéficiaire de ces détournements, et ce dès le port d'Oran".

"La responsabilité algérienne ne fait aucun doute du point de vue juridique", a-t-il ajouté, soulignant que "c'est donc à Alger de veiller à ce qu'il n'y ait aucun détournement. Le moins que l'on puisse dire est qu'il y a là un grave manquement à des obligations internationales".

L'OLAF a récemment révélé, dans un rapport confidentiel, les mécanismes des détournements des aides humanitaires destinées aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf.

"Ce rapport d'une vingtaine de pages explique comment l'aide est largement détournée au profit des dirigeants du polisario et aussi de diverses parties algériennes", a précisé le président de l'ESISC, ajoutant qu'"il nous a même été confirmé de plusieurs sources, y compris algériennes, que l'Etat algérien perçoit des taxes sur une partie de l'aide".

"Une partie de l'argent du contribuable européen censé aider les populations de Tindouf sert en effet à enrichir l'Etat algérien via son système fiscal. C'est un véritable racket", a-t-il dénoncé.

M. Moniquet a fait savoir que les enquêteurs de l'OLAF "ont également tracé les villas de luxe achetées dans le sud de l'Europe avec l'argent issu de ces détournements ainsi que les caches dans lesquelles des stocks sont constitués en vue de leur revente ultérieure, entre autres, en Afrique subsaharienne".

Face à cette situation, le président de l'ESISC a plaidé pour deux solutions à court terme: se livrer à un recensement précis des populations sahraouies et mieux contrô ler l'aide.

"Pour le recensement, on sait que l'Algérie et le polisario ne veulent pas en entendre parler et qu'il est donc bloqué. Reste le contrô le qui devrait être plus serré, effectué sur place, entre autres, lors de la répartition de l'aide et suivi".

"C'est une machine lourde et coûteuse", a-t-il dit. "Une première étape serait donc, à mon avis, de rendre public le rapport de l'OLAF, au moins au niveau du parlement européen, pour que les représentants des peuples d'Europe puissent juger sur pièce de ce qu'on fait de l'argent et de la générosité de leurs électeurs et qu'ils placent, dès lors, l'Algérie face à ses responsabilités", a soutenu M. Moniquet. MAP 01-05-2010