Loading...

Thursday, October 29, 2009

Une ONG américaine épingle l'Algérie pour ses entraves au programme d'échange de visites du HCR

Washington, 29/10/09 - Le Comité américain pour les réfugiés et les immigrés (USCRI) a épinglé l'Algérie pour ses entraves au programme d'échange de visites familiales, piloté par le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR), entre les camps de Tindouf et les provinces du sud du Royaume.
Dans un rapport sur les atteintes aux droits des séquestrés dans les camps de Tindouf, présenté mardi à Washington, l'ONG américaine déplore que l'Algérie exige que ces voyages de cinq jours se fassent par avion et non par voie terrestre, ce qui les rend plus coûteux et plus difficiles à organiser.
La rapport note, par ailleurs, que même si les séquestrés peuvent théoriquement circuler dans l'ensemble du territoire algérien et résider au lieu de leur choix, «la loi algérienne rend pratiquement impossible pour eux d'obtenir un permis de travail légal» .
L'USCRI s'arrête en outre sur le détournement de l'aide humanitaire internationale dans ces camps, notant que le Programme alimentaire mondial (PAM) fournit à lui seul des rations pour plus de 125.000 personnes, alors que la population des camps ne dépasse pas les 90.000 au meilleur des cas. Le rapport stigmatise dans ce cadre le refus des autorités algériennes d'autoriser un recensement des populations de Tindouf.
Pour le Comité, l'Algérie n'est pas parvenue à honorer les engagements auxquels elle a souscrit dans le cadre de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés et du Protocole y afférent de 1967, à l'égard des populations séquestrées sur son sol.
Pis encore, déplore le rapport, le gouvernement algérien refuse aussi de reconnaître sa responsabilité au sujet de la situation qui prévaut dans les camps, ajoutant que pour se déplacer, les séquestres de Tindouf sont contraints d'avoir une autorisation signée tant par les autorités algériennes que par "le polisario".
L'USCRI est une organisation non gouvernementale à but non lucratif qui mène, depuis 1911, des actions en faveur des réfugiés, des immigrés, des demandeurs d'asile et des personnes déplacées. MAP 29-10-2009

Sunday, October 25, 2009

Un journaliste algérien condamné.....pas à mort fort heureusement

Le Groupe de Travail sur la Liberté d’Expression en Afrique du nord « WGFENA » exprime son indignation, suite à la condamnation de Ouahid Boulouh correspondant du quotidien d’expression Arabophone, «El Khabar», à la wilaya de Souk Ahras, à une amende de un million de dinars (soit 10 000 Euros) par le tribunal de la ville de Sédrata.
La condamnation faisait suite à une plainte pour diffamation déposée par la commission des œuvres sociales de l’Entreprise publique de santé de proximité (EPSP).
Rappelons qu’en date du 14 octobre, le procureur de la République près le tribunal de Sédrata a requis une peine de six mois de prison ferme et une amende de 20 000 DA (soit 200 euros) à l’encontre du journaliste.
Maître Mohamed Tahar Athmani, avocat du journaliste, trouve qu’il n’était « pas utile de transférer le dossier depuis le bureau du juge d’instruction après que la défense ait présenté des pièces à conviction prouvant la véracité des faits rapportés par le journaliste ».
Le WGFENA condamne fermement cette grave atteinte à la liberté de la presse, et demande aux autorités algériennes de mettre fin aux poursuites à l’encontre des journalistes.
Il exprime au journaliste persécuté son entière solidarité.

Saturday, October 24, 2009

ALGERIE: 7 GLD tués et 3 griévements blessés dans la Wilaya Tizi-ouzou, un ouveau carnage près de Souk-el-Tenine

Effroyable boucherie de jeudi dernier à Souk-el -enine, dans la daïra de Maâtkas (24 km au sud de Tizi-Ouzou) où 7 agents de prévention et de sécurité, exerçant pour le compte de l’entreprise canadienne SNC Lavallin dans l’extrême sud de la wilaya, ont été lâchement assassinés tandis que 6 autres, dont le chauffeur du fourgon, ont été très grièvement blessés dans l’embuscade tendue par un important groupe terroriste au lieu-dit Ighil Oumencher, sur le chemin de wilaya reliant les communes de Souk-el-Tenine et Mechtras.
Il était 10 heures du matin à peine lorsque le fourgon qui transportait les 8 agents de sécurité de SNC Lavallin a essuyé de part et d’autre de la chaussée des tirs nourris d’armes automatiques, dont un fusil-mitrailleur (FMPK). Premier atteint par les tirs terroristes, le chauffeur aurait vainement tenté d’accélérer afin de fuir le déluge de feu qui s’abattait sur ses camarades et son fourgon, rapportent des témoins oculaires. Le Peugeot Boxer s’immobilisa sous les cris de «Allah Akbar» des terroristes dont le nombre reste indéterminé même si certaines sources ont avancé le chiffre approximatif de quinze. Aucun témoignage ne pouvait relater les faits tels qu’ils se sont réellement produits durant l’assaut des terroristes vers le fourgon immobilisé car seuls quelques automobilistes ont pu voir certaines scènes du massacre. Pris de panique, tous les automobilistes présents sur les lieux du crime ont évidemment rebroussé chemin illico presto. Il était très difficile, pour ne pas dire impossible, d’arracher le moindre mot à ces témoins oculaires. «On a immédiatement fait demi-tour, dès les premiers coups de feu, on n’a rien vu.» Pas la peine d’insister, tout le monde était dans un indescriptible état de choc. Un terroriste filmait le carnage et criait «Allah Akbar»Par ailleurs, le sadisme criminel des acolytes de Droudkel a fait qu’ils ont pris le soin de tout filmer, à en croire un témoin oculaire qui a préféré garder l’anonymat. «J’ai vu un terroriste avec une drôle d’arme que je n’ai jamais vue, il s’est avéré finalement qu’il s’agissait d’un caméscope. En plus il courait et criait “Allah Akbar”». Les terroristes ont ensuite pris tout leur temps pour dépouiller les victimes de leurs armes et munitions sous le zoom de la caméra d’Al Qaïda au Maghreb islamique. En tout, huit fusils à pompe et leurs munitions, des cartouches de calibre 12 mm, ont été emportés par les assassins qui ont pris la fuite vers l’impénétrable maquis situé à la limite territoriale des daïras de Maâtkas et Boghni, laissant les deux blessés pour morts car ils gisaient dans une mare de sang. Les forces combinées de l’ANP, de la Sûreté nationale et de la Garde communale sont arrivées quelques minutes après avoir été informées. Des hélicoptères survolaient tout le périmètre sud de la wilaya de Tizi-Ouzou, mais sans qu’il y ait de bruit de détonations. Les terroristes avaient déjà réussi à disparaître dans la nature. Hier en fin de matinée, d’importants renforts des forces de sécurité continuaient d’affluer sur les lieux du drame, exactement à 3 km au sud de la ville de Souk el Tenine, totalement bouclé par les militaires. Les blessés ont été évacués sur-le-champ vers l’hôpital de Tizi-Ouzou, et les corps des victimes vers la morgue du même hôpital. Les sept agents de sécurité décédés sont tous originaires du même village, Sidi Ali Moussa en l’occurrence. Sidi Ali Moussa, le village martyr de nouveau meurtri Pour rappel, Sidi Ali Moussa, ce village résistant de la première heure face à l’hydre intégriste, a vécu exactement le même drame en 1995. C’était sur le même chemin, mais du côté de Betrouna où 6 employés de la Cotitex de Draâ Benkhedda avaient été égorgés puis mutilés avant d’être brûlés à l’intérieur même du camion qui les transportait vers leur usine. Leur seul tort, c’était leur appartenance à ce village des` héros, à ce village de résistants, à la fois durant la Révolution mais aussi face au terrorisme islamiste. Souk-el-Tenine, ville morteAucun mot d’ordre de grève n’a pas été émis par qui ce soit, mais les Téninois ont tous baissé rideau hier vendredi. Aucun commerce n’a été ouvert. C’étaient la douleur et la consternation partout. «Tous les Téninois ont été touchés dans leur chair. Comment voulez-vous qu’on bosse ?» dira en substance un commerçant du chef-lieu. Les mines étaient défaites. Les gens ne savent plus à quel saint se vouer. La circonscription est meurtrie par l’insécurité. Capitale du kidnapping, la région est livrée à elle-même. La commune de Soukel- Tenine (daïra de Maâtkas) n’est pourvue que d’un détachement de la Garde communale alors qu’elle est entourée par trois célébrissimes maquis terroristes, à savoir Amjoudh au nord, El Maji au sud et Boumahni à l’ouest.Amayas Idir
ENTERREMENT DES VICTIMESDans la douleur et la dignité !Ils étaient des milliers, ces citoyens venus rendre un dernier hommage aux 7 victimes de l’abject attentat terroriste perpétré jeudi dernier et inhumés au Carré des martyrs du village de Sidi-Ali Moussa hier après-midi en présence d’une délégation d’officiels venus de toute part. Le wali de Tizi-Ouzou, le chef de daïra de Maâtkas, des membres de l’APW et du conseil de wilaya, des élus des communes de Souk-El-Tenine et de Maâtkas, les autorités militaires… et des tas d’autres délégations ne cessaient de défiler. Un silence radio a régné durant toute la cérémonie funèbre où les victimes furent inhumées ensemble, juste à côté de leurs 6 camarades de la Cotitex, lâchement assassinés en mars 2006 par le GIA. C’est dire, qu’hier, les villageois de Sidi-Ali Moussa ne pouvaient contenir leur émotion. On leur sentait cette insurmontable douleur, mais on leur sentait aussi cette dignité de résistants, de montagnards. Tard dans l’après-midi, on ne pouvait pas se frayer un chemin en raison des embouteillages de véhicules venus des quatre coins de la région. La foule n’a pu s’abstenir d’accompagner ces honorables pères de famille à leur dernière demeure. Ils sont morts dignes ! A. I. LE SOIR D'ALGERIE 23/10/2009

Thursday, October 22, 2009

Le Maroc prend à témoin l'UE sur le refus obstiné de l'Algérie d'un recensement des séquestrés à Tindouf

Le Maroc a exprimé aux institutions européennes sa "préoccupation majeure" face à l'opposition "catégorique et systématique" de l'Algérie à toute demande du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) pour le recensement des populations séquestrées dans les camps de Tindouf depuis plus de trente ans.

L'ambassadeur du Maroc auprès des Communautés européennes, M. Menouar Alem, a fait part de cette obstruction systématique, dans une lettre adressée à plusieurs hauts responsables européens dont le président du Parlement européen, la présidence suédoise de l'UE et la Commissaire européenne chargée de la Politique européenne de voisinage et des Relations extérieures.
Le diplomate a ainsi condamné la position de l'Algérie qui "empêche le HCR de s'acquitter de son mandat en procédant à un recensement et une évaluation fiables des besoins de la population des camps".
Cette fin de non-recevoir est opposée par l'Algérie au mépris du drame humanitaire qui se déroule sur son territoire, en violation des responsabilités légale, politique et morale, en tant qu'Etat d'accueil des camps, a souligné M. Alem.
Le Maroc, qui accorde la plus grande importance à ce recensement, "ne peut que s'indigner de ce refus obstiné et injustifié" que les autorités algériennes ont réitéré à M. Antonio Guterres, Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés, lors de sa visite effectuée, en septembre dernier en Algérie et dans les camps de Tindouf, dans le sud-ouest algérien.
M. Guterres avait pu constater la situation déplorable et les conditions inhumaines imposées par le "Polisario" aux populations séquestrées dans ces camps de fortune, a-t-il rappelé.
Pour le Royaume du Maroc, a ajouté M. Alem, cette situation est préoccupante à plus d'un titre, car l'absence de données statistiques fiables pose un double problème.
D'une part, elle rend impossible l'ajustement de l'aide nécessaire à un régime nutritionnel normal, notamment pour les enfants en bas âge et, d'autre part, elle laisse la porte ouverte aux malversations et aux trafics de tous genres, dont est victime la population des camps de Tindouf qui compte, aujourd'hui, parmi les rares camps où le HCR ne dispose pas d'une présence permanente, a-t-il expliqué.
Le diplomate marocain a, à ce propos, souligné que des pratiques de détournement de l'aide et de sa revente en Algérie et dans les pays voisins, à des fins d'enrichissement personnel, ont été formellement constatées et condamnées même par certains des sympathisants "les plus inconditionnels du polisario".
Il a rappelé, dans ce sens, que l'Union européenne a dressé le même constat à l'issue de l'enquête diligentée par l'Office européen de lutte anti-fraude (OLAF) et dont le rapport ''n'a, malheureusement, pas été publié à ce jour''.
Pour le Maroc, lit-on dans cette lettre, le recensement des populations dans les camps de Tindouf demeure un outil indispensable pour la mise en œuvre de procédures viables, en termes d'évaluation de l'aide humanitaire et de transparence dans sa distribution dans la perspective de mettre fin aux trafics et aux détournements de cette aide qui profite à "une poignée d'individus sans scrupules".
"L'attitude de l'Algérie sur cette question ne permet pas aux pourvoyeurs de l'aide, dont le principal donateur est l'Union européenne, de mettre en place un mode de gestion efficace, respectueux des procédures et des règles de transparence", a ajouté M. Alem.
Ainsi, "la responsabilité politique, juridique et sociale du gouvernement algérien est pleine et entière, dans la persistance de cette situation intolérable du point de vue humanitaire et dont les victimes sont surtout les enfants, mais aussi les femmes et les personnes vulnérables, sans autre choix que de se résigner à la situation qui leur est imposée par la direction du ''polisario'', à savoir continuer à faire les frais d'une politique d'enrichissement personnel à outrance", s'est indigné l'ambassadeur.
Il a, dans le même contexte, appelé au respect de la dignité des populations des camps qui "ne peuvent être condamnées à vivre perpétuellement de l'aide humanitaire" et qui sont "en droit de vivre dignement aux côtés des membres de leurs familles dans un cadre qui leur garantisse protection, sécurité et développement. Cadre qui leur est offert, aujourd'hui, par le projet d'autonomie proposé par le Maroc"'.
Il s'agit également pour la communauté internationale et plus particulièrement pour l'UE, de mettre l'Algérie et le "polisario" face à leur responsabilité, en tant que principaux auteurs de cette situation dramatique, dont le règlement requiert la dissolution des camps militaires de Tindouf, a insisté M. Alem précisant que la dissolution des camps permettra "le rapatriement librement consenti des séquestrés dans des conditions de sécurité et de dignité assurées par le HCR ou favoriser leur réinstallation dans un pays tiers".
Cette lettre a été également adressée au commissaire européen en charge du Développement et de l'aide humanitaire, au représentant personnel pour les droits de l'Homme du secrétaire général du Conseil de l'UE et au secrétaire général du Conseil de l'UE. Bruxelles 22-10-2009

Algérie: sept agents de sécurité tués dans une embuscade en Kabylie

Sept agents de sécurité ont été tués jeudi matin dans une embuscade tendue par un groupe islamiste armé dans la région de Tizi Ouzou (110 km à l'est d'Alger), en Kabylie, selon un bilan présenté comme définitif par des sources sécuritaires.
Sept agents de sécurité ont été tués jeudi matin dans une embuscade tendue par un groupe islamiste armé dans la région de Tizi Ouzou (110 km à l'est d'Alger), en Kabylie, selon un bilan présenté comme définitif par des sources sécuritaires.
Un premier bilan obtenu de sources locales faisait état de six agents tués, un autre porté disparu et un blessé grave.
Les agents ont été tués près de Maatkas, à 25 km au Sud de Tizi Ouzou, quand les assaillants, une vingtaine environ, ont ouvert le feu vers 07h00 locales (06H00 GMT) sur un fourgon transportant huit agents de sécurité qui se rendaient vers un camp de base, ont précisé des habitants de la région.
Six victimes ont été tuées sur le coup, et le corps de la septième a été retrouvé à quelque distance du lieu de l'embuscade, selon la même source.
Le chauffeur du bus, qui a été grièvement blessé, a été hospitalisé à l'hôpital de la ville voisine de Boghni.
Les agents, employés par une société de gardiennage, se rendaient dans la région voisine des Ouadhias où ils devaient assurer la sécurité des employés de la société de travaux publics canadienne SNC Lavallin.
La société canadienne est chargée de construire un réseau de conduite d'eau potable destiné à alimenter la région sud de Tizi Ouzou, confrontée à de fréquentes pénuries, à partir du barrage de Koudiet Acerdoune, construit dans le département voisin de Bouira (120 km au sud-est d'Alger).
Les services de sécurité ont aussitôt déclenché une opération de ratissage des maquis avoisinants où le groupe armé auteur de l'attentat se serait replié, selon des sources locales.
Cet attentat est le plus meurtrier depuis fin juillet, quand des islamistes armés avaient attaqué un convoi militaire près de Tipaza, une station balnéaire située à 70 km à l'ouest d'Alger, faisant au moins onze morts parmi les soldats.
La situation sécuritaire s'est sensiblement améliorée ces dernières années en Algérie, mais la branche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) reste active, particulièrement en Kabylie.
Le ministre algérien de l'Intérieur Yazid Zerhouni avait estimé fin juin que les "terroristes" (groupes armés islamistes) encore en activité en Algérie sont en nombre "très réduit".
Les forces de sécurité ont infligé ces dernières semaines de lourdes pertes aux groupes islamistes réfugiés dans les massifs montagneux, principalement en Kabylie et dans l'est du pays.
Depuis début octobre, les services de sécurité algériens ont ainsi tué plusieurs dizaines d'islamistes armés dont Bilal Abou Adnane, numéro deux de la zone ouest de l'Aqmi, selon des informations officielles ou de presse.
Le 16 octobre, trois membres de ces groupes sont morts dans une opération d'envergure de l'armée dans la région de Tizi Ouzou, selon des sources locales. AFP 22-10-2009

Diar Echems, l’enfer au cœur d’Alger, Des conditions de vie inhumaines

Des « damnés de la terre », il en existe encore en Algérie de 2009. Non loin du siège de la présidence de la République et à quelques kilomètres seulement des quartiers huppés de la capitale (le Golf et Hydra), près de 40 000 citoyens algériens sont nés et vivent encore dans la misère. Ils ne voient pas la lueur du soleil et ils rêvent toujours d’un avenir meilleur qui tarde à se profiler à l’horizon. Il s’agit des habitants de la cité Diar Echems, dont le nom, qui veut dire en français « les maisons du soleil », ne reflète aucunement la situation dans laquelle 1500 familles y habitent. Aujourd’hui, la cité est devenue célèbre. Non pas par la haute qualité de vie de ses résidents, mais parce qu’elle est sortie de l’anonymat suite aux violentes émeutes qui ont éclaté, lundi et mardi derniers, dans le quartier. Des événements qui ont fait la une de la presse nationale et des chaînes de télévision étrangères. Le voile est levé sur la situation d’une partie de la population algéroise.
Pour connaître les raisons d’une révolte subite et violente, nous sommes allés à la rencontre des jeunes qui ont donné, deux jours durant, du fil à retordre à la police antiémeute. Voyage à l’intérieur d’une véritable favela algérienne…Hier, mercredi 21 octobre 2009, il était environ 10h30, quand nous sommes arrivés sur place. Et notre surprise fut grande. Ces hauts immeubles que l’on voit de loin ne sont en réalité que des carcasses qui cachent, tant bien que mal, la misère de centaines de familles. Adossés aux murs, des dizaines de jeunes et de vieux semblaient attendre des visites. En voyant notre véhicule, ils viennent en courant. « Vous êtes de quel journal ? », nous apostrophe l’un d’eux. En apprenant notre identité, ils se montrent accueillants. « Bienvenus aux HLM (Habitants des Logements Misérables) ! », nous lance Belaïd, fonctionnaire. Accompagné d’un groupe de jeunes et d’hommes d’un certain âge, il se présente comme le représentant des habitants de la cité. Mais c’est le plus vieux du groupe qui prend la parole pour nous résumer le fond du problème. « Cette cité a été construite par la France en 1958 et elle était réservée, à l’époque, aux "indigènes" (les citoyens algériens, ndlr). L’appartement le plus vaste dans ces bâtiments a une superficie de 27 m2. Même les prisonniers d’El Harrach ont droit à 4 m2 chacun. Nous, nous dormons à 11 ou 12 personnes dans une seule pièce de 27 m2. Aucun d’entre nous n’a droit aux 4 m2 dont disposent les prisonniers », déplore notre interlocuteur. Selon lui, les habitants « ne demandent qu’un droit légitime : avoir un logement décent. » « Nous ne pouvons plus patienter. 50 ans dans une seule pièce, c’est trop », déclare un autre membre du collectif en question.
« Nous ne sommes pas des voyous »
Les personnes interrogées accusent le maire de la commune d’El Madania d’être à l’origine des derniers événements. « Non seulement il a octroyé des logements à trois femmes célibataires et étrangères à la cité, mais il ne nous a accordé aucun respect. Quand il est venu ici négocier avec nous, il était ivre. C’est lui qui est à l’origine de ces événements », disent-ils. Selon eux, les jeunes révoltés ne sont pas des voyous. « C’est toute la cité qui est révoltée. Nos jeunes ne sont pas des voyous et les déclarations du maire ne sont pas vraies », rectifient-ils. En donnant leur version des faits, les représentants de la cité nous invitent à visiter leurs immeubles de l’intérieur. Première halte, une cage d’escalier. Servant de cave pour les ordures, cette dernière est actuellement un abri pour la famille Belhadj. Le père, la mère et les trois filles qui composent cette famille ne voient jamais le jour se lever. « J’ai aménagé le peu d’espace qui existe dans cette cave en chambre à coucher et en cuisine. Je ne dispose même pas de toilettes. De plus, l’humidité nous menace quotidiennement », déclare ce père de famille. Comme lui, de nombreux jeunes ont dû exploiter d’autres cages d’escalier et des couloirs des bâtiments pour pouvoir s’y abriter, eux et les membres de leurs familles. Les plus chanceux d’entre eux logent dans des F1 ou F2 très étroits. Mais, ce n’est pas le paradis. C’est plutôt l’enfer. Des familles composées de 12 à 14 membres s’entassent dans une seule pièce. En effet, les grands-pères, les grands-mères, les fils, les brus et les enfants se débrouillent comme ils peuvent pour dormir. Ici, l’intimité est inexistante. « Nous dormons à tour de rôle. Les jeunes, eux, passent la nuit à la belle étoile en attendant le lever du jour pour prendre place dans un coin de la maison », précise un membre de la famille Amrani. Khadraoui Toufik et son frère, tous les deux mariés, partagent une chambre et un balcon. « Moi, j’occupe le balcon avec ma femme et mon enfant et j’ai cédé la chambre à mon frère. Parfois, je me sens gêné quand je rentre à la maison le soir », affirme-t-il. Dans cette cité, il y a également des personnes âgées et très malades.
Les femmes occupent les balcons et les hommes les couloirs
Certains d’entre elles sont d’anciens moudjahidine. C’est le cas de M. Chrarek, un vieil aveugle, que nous avons trouvé alité. « Ce n’est pas une vie ! », tonne une de ses filles qui dénonce la mauvaise prise en charge de son père. Alors, pour fuir l’étroitesse des logements, certains jeunes mariés ont décidé de quitter la maison familiale. Pas pour aller ailleurs, mais pour habiter un taudis qu’ils ont construit au pied des bâtiments. « Où est notre droit ? Nous n’avons rien eu des richesses nationales. D’où notre révolte. A travers cette protestation, nous voulons interpeller les hautes autorités du pays », estime Dris Abderrahmane. Les habitants de Diar Echems reviennent à cette occasion sur les émeutes de la veille. Ils se plaignent de la brutalité des forces antiémeute à leur égard. « Des dizaines de bombes lacrymogènes périmées ont été balancées même à l’intérieur des maisons. Nos enfants et les personnes malades ont failli mourir asphyxiés », déplorent-ils en montrant les douilles de ces engins. Cette situation démasque les discours et les chiffres officiels sur la prise en charge des citoyens et le nombre de logements construits. Pourquoi a-t-on entretenu un tel bourbier ? EL WATAN 20/10/2009

Tuesday, October 20, 2009

Des journalistes marocains condamnent les violations flagrantes des droits de l'homme commises par le polisario

Les journalistes marocains participant au 25ème Congrès des journalistes du Détroit, tenu à Cordoue (sud de l'Espagne), ont exprimé leur "condamnation des violations flagrantes des droits de l'homme commises par le polisario avec le soutien de l'Algérie et d'autres parties externes contre les Marocains séquestrés dans les camps de la honte à Tindouf".
Les journalistes marocains ont également condamné, dans un communiqué, "la campagne de désinformation et d'intox menée par le polisario parmi des Espagnols" sur la question du Sahara marocain et les violations des droits de l'homme dans les provinces du Sud.
Le congrès des journalistes du Détroit, organisé sous le thème "la coopération entre le Maroc et l'Espagne : perspectives futures", constitue un espace de rencontres et de connaissance mutuelle entre les journalistes des deux rives du Détroit.Madrid - MAP 19-10-2009

Monday, October 19, 2009

Sahara (Maroc) : L’affaire des 7

Entretien exclusif avec Reda Taoujni, Président de l’ASM, Reda Taoujni, Président de l’Association le Sahara Marocain, a aussi lancé un journal « Assahra Al Ousbouiya » et s’est installé pour cela dans le sud, d’où il suit, avec la plus grande attention, tout ce qui concerne le Sahara et les Sahraouis qu’ils résident à Laayoune, Dakhla, Boundour… Ou à Tindouf. Mieux informé que quiconque sur ce scoop (l’affaire des 7) qu’il a été le premier à révéler, il nous en parle et nous fait d’autres révélations.
Assahra Al Ousbouiya: C’est votre association –l’ASM- qui, la première, a révélé l’affaire de la visite des 7 « séparatistes de l’intérieur » aux camps de Tindouf et dénoncé leur rencontre avec trois hauts responsables de la sécurité algérienne. Voulez-vous nous expliquer les circonstances de cette affaire ?
Reda Taoujni : Depuis plusieurs années que nous travaillons sur le dossier desdits « séparatistes de l’intérieur », nous avons attiré l’attention des pouvoirs publics sur le danger que représentent ces personnes pour la stabilité du Maroc.Concernant le dernier voyage de ces personnes en Algérie il a été marqué par les réunions qu’ils ont eues, de manière flagrante, à Tindouf et à Alger avec les responsables des services de renseignements militaires algériens, ainsi qu’avec d’autres officiels. Et c’est la goutte qui a fait déborder le vase.
A.A.O.: Connaissez-vous ces 7 séparatistes ? Pouvez-vous nous en parler ?
R.T.: Ce sont des personnes en mal d’identité et en quête de vedettariat, surtout à des fins pécuniaires. Ils sont allés se jeter entre les mains des officiels algériens qui les ont gérés.
A.A.O.: Revenons à leur rencontre avec les trois responsables de la sécurité militaire algérienne que vous avez révélée. Pouvez-vous nous dire sur quoi a porté le deal ?
R.T.: Pour la rencontre avec les responsables de la sécurité militaire algérienne, le deal a porté sur le fait qu’au retour des 7 personnes, un Français d’origine algérienne viendrait à Agadir porteur d’une grosse somme d’argent qui allait être remise à Tamek. Ce dernier s’occuperait du dispatching à ses lieutenants. Il était prévu de déclencher des provocations en direction des forces de l’ordre, dans les universités d’Agadir et de Marrakech ainsi que dans plusieurs villes de nos provinces du sud.Sans oublier qu’un message a été diffusé et a eu l’effet d’une traînée de poudre selon lequel toute personne blessée par les forces de l’ordre bénéficierait d’une prise en charge médicale en Europe, surtout en Espagne. Alors, vous imaginez l’aubaine pour plusieurs jeunes...
A.A.O.: Et vous avez les preuves de tout ceci ?
R.T.: A ce jour, en plus des photos reçues des camps de Tindouf, nous avons les témoignages écrits de 52 étudiants universitaires d’Agadir et de Marrakech, ainsi que de certains ex-proches de Tamek, où ils racontent que ce dernier les avait contactés à travers un téléphone satellitaire des camps de Tindouf pour leur demander de se préparer à une « Intifadah » contre l’ « occupant marocain » !!!Mais cela se passe exactement de cette manière depuis 2005.
A.A.O: Qu’est ce qui change aujourd’hui ? Le fait d’avoir des preuves concrètes que c’est la sécurité militaire algérienne qui est derrière ?
R.T.: Ce qui change, c’est qu’en 2005, bien que c’était à caractère séparatiste, ceux qui étaient derrière les émeutes de l’époque étaient des personnes de l’intérieur du Maroc ayant un pouvoir financier et voulant faire pression sur l’Etat et le faire chanter en vue de concessions… Cela a été exploité par nos ennemis. Il y a d’autres « séparatistes de l’intérieur », notamment le groupe des 5 qui ont été empêchés de quitter le territoire, la semaine dernière…
A.A.O.: Que pouvez-vous nous en dire : même stratégie ? Mêmes liens avec Alger…?
R.T.: Pour Alger, il s’agit de la même stratégie. Elle consiste à inviter des séparatistes de l’intérieur, à les embrigader, les soudoyer et à les renvoyer au Maroc pour exécuter les ordres. Mais entre eux, les séparatistes de l’intérieur sont en guerre. C’est la mésentente, car c’est une histoire de fonds et de voyages à l’étranger, ainsi que d’autres privilèges. Ils se battent pour qui en tirera profit au maximum.
A.A.O: Que préconise votre association pour les « séparatistes de l’intérieur » ?
R.T.: Personnellement, je pense que les séparatistes de l’intérieur sont une très bonne chose pour la démocratie marocaine. C’est la liberté d’expression, mais à condition que ces personnes n’aient aucun lien avec l’Algérie ou ledit « Front Polisario », ni aucune autre entité étrangère. Qu’ils se constituent en association, que l’Etat les finance, c’est très positif… Mais à condition de ne pas oublier que ces séparatistes ne constituent qu’une infime minorité devant une grande majorité active qui défend corps et âme la marocanité du Sahara. Tout cela, nos politiques devaient le comprendre et agir dans ce sens depuis le 1er jour. Et c’était la politique que l’ASM préconisait. Quand vous dites que l’Algérie –qui se dit n’être pas partie au conflit- n’accorde même pas de droit d’entrée sur son territoire ni de liberté de circulation à ceux qui sont contre le Polisario, vous vous référez aux journalistes marocains, dont vous, qui ont été systématiquement arrêtés à leur descente d’avion, à Alger ?Vous savez, l’Algérie, avec cette dernière affaire, vient de démontrer qu’à part son indéfectible soutien aux séparatistes dudit « Front Polisario », son objectif c’est d’œuvrer par tous les moyens à déstabiliser le Maroc.Chaque fois que nous sommes arrivés à Alger -que ce soit en tant que membres de l’ASM ou en tant que journalistes de notre hebdomadaire- notre refoulement s’est fait sur la base de nos opinions et positions envers notre intégrité territoriale.L’Algérie est le dernier pays à pouvoir parler de liberté de circulation ou d’expression vu ce qui se passe chez elle, sur le plan intérieur… Et aussi, vu son acharnement contre toute personne pro-Sahara marocain. Jamal Debbouze en a fait les frais, Cheb Khaled s’est fait lyncher médiatiquement il y a quelques jours, etc…
A.A.O.: Selon vous, qu’est ce qui fait que les « séparatistes de l’intérieur » se réactivent ?
R.T.: Les séparatistes de l’intérieur sont en réalité une très petite minorité dans nos provinces du sud. Le phénomène prenait une ampleur alarmante car il promettait monts et merveilles aux enfants, aux étudiants… Comme des aides pécuniaires, des prises en charge… Mais tout cela aussi est dû à notre politique de gestion des provinces du sud. Ce sont des villes où il n’y a pas où aller : ni terrains de sports adéquats, ni centre culturels à la hauteur. Beaucoup de gens sont taxés de séparatistes par certains fonctionnaires pour prouver à leur hiérarchie qu’ils travaillent. Sans oublier le plus important, c’est que beaucoup de fonctionnaires sont là-bas par mesure disciplinaire. C’est encore plus grave.Les 7 ont été arrêtés à leur retour des camps et il a été décidé de les présenter à la justice.
A.A.O.: Vous qui suivez l’affaire de près, savez-vous s’ils ont reconnu et assument ce qui leur est reproché ?
R.T.: Les autorités marocaines ont assez de preuves pour les envoyer en prison à vie pour haute trahison… Et Tamek, lors de son arrestation, était en possession de dizaines de lettres ainsi que de sommes d’argent de Mohamed Abdelaziz pour certaines familles.Ces personnes, sous couvert de droits de l’Homme, ont servi des intérêts étrangers -à savoir l’Algérie- et ils doivent payer à la société marocaine leur trahison.
A.A.O.: Pourquoi Mohamed Abdelaziz a confié cela à Tamek ? C’est le chef de file des 7 ?
R.T.: En 2002, le général Laânigri alors patron de la DGST avait, à travers ses éléments, conclu un pacte avec Tamek. Il l’a recruté au sein du service contre un salaire de 4500 DH et lui a donné la notoriété nécessaire (il faisait la « Une » de certains journaux, à travers des interviews).Il l’a formé pour qu’il soit l’emblème du séparatisme de l’intérieur. Pour un service de renseignement, c’est du beau travail car en même temps la DGST contrôlait toutes les actions des séparatistes de l’intérieur et les ordres qui leur parvenaient d’Alger. Le services savaient qui faisait quoi et Tamek a été un bon élève… Jusqu’en 2008 où il est devenu sans importance et réclamait toujours plus d’argent.
Source : http://sahraouismarocain.blogspot.com/2009/10/saha...
eMarrakech .info

En prison pour atteinte au président Bouteflika et glorification de la France

Le procureur de la république près le tribunal de Mohammedia dans la wilaya de Mascara a ordonné de placer en détention provisoire deux jeunes accusés d’avoir lancé des pierres aux forces de sécurité, de menaces à l’arme blanche et d’atteinte à la personne du président de la république.
Il s’agit de (Kh.M.) âgé de 23 ans et de (Y.A.) âgé de 25 ans interceptés en état d’ébriété à 2 heures du matin au centre-ville de Mohammedia. Ils étaient en possession d’armes blanches, ils ont provoqué un tapage nocturne et proféré des insultes à l’égard du chef de l’Etat, du procureur de la république, de l’Etat algérien, tout en glorifiant la France !!

Alertés, les éléments de la police judiciaire de la sûreté de daïra de Mohammedia qui se sont rendus sur les lieux, ont été "accueillis" par des jets de pierres, des insultes et des armes blanches. Les deux jeunes ont été arrêtés sur le champ et présentés devant le procureur de la république qui a ordonné leur mise en détention provisoire.

C’est le troisième incident du genre enregistré en seulement un mois. Des jeunes s’en prennent aux agents de la police. Ils l’ont fait notamment suite à l’intervention des éléments de la sûreté pour une bagarre entre jeunes. Lors de cet incident précisément, des blessés ont été recensés et neuf personnes ont été arrêtées, dont une adolescente.
ECHOUROUK , Par Kada Mzila/Zineb A. 19-10-2009

Les représentants de RSf en visite en Algérie : « Le pouvoir algérien refuse d’admettre qu’une presse libre est une chance »

En visite de deux jours en Algérie, Jean-François Julliard, secrétaire général de l’organisation Reporters sans frontières (RSF), dresse un tableau peu reluisant de la situation de la liberté de la presse en Algérie.

Il s’indigne notamment du fait que « le journaliste algérien est souvent suspect aux yeux de l’administration » ainsi que de « l’entêtement » du pouvoir algérien de garder le monopole sur le secteur audiovisuel. « Ils ne veulent pas comprendre que la presse libre n’est pas dangereuse pour l’Etat mais que c’est une chance. L’ouverture du paysage audiovisuel n’a jamais abouti à un renversement du pouvoir. Il est irrationnel de vouloir garder le monopole sur ce secteur », nous a expliqué M. Julliard, en visite à la rédaction d’El Watan. Les responsables de RSF comptent profiter de leur séjour à Alger pour faire l’état des lieux de la liberté de la presse en Algérie, d’autant que cela fait huit ans qu’aucune délégation de l’organisation n’y est venue ; le dernier rapport de RSF sur l’Algérie date de l’année 2002. « Il y a besoin de venir constater, de visu, ce qui se passe en Algérie d’autant que beaucoup de choses nous inquiètent », a confié M. Julliard. Les principales préoccupations de RSF tournent autour du verrouillage de l’audiovisuel ainsi que les pressions politiques (Etat) et économiques (annonceurs) exercées sur la presse privée.

J.-F. Julliard porte un regard critique sur l’évolution de la presse privée. « Il y a certes un pluralisme apparent. Il est vrai qu’il y a, dans les kiosques, une abondance de titres de presse. Mais à regarder de plus près, on se rend compte que ces journaux ne sont pas très différents. A quelques exceptions près, il y a peu d’enquêtes et pas de véritable travail d’investigation qui dérangerait le pouvoir », constate-t-il. Le représentant de RSF observe que certains quotidiens algériens travaillent « sur commande ». « Il est inquiétant de voir qu’on se sert des journaux pour régler des comptes. La presse devient ainsi une arme politique pour dire du mal et pour dénigrer », a souligné M. Julliard. Au chapitre de l’accès à l’information, le représentant de RSF, s’appuyant sur les dires des journalistes algériens, dit avoir relevé que « la bureaucratie algérienne n’a rien à envier aux pires années de la bureaucratie soviétique ». « Il est regrettable que les administrations et les ministères n’aient pas pour tradition de transmettre des informations aux journalistes », constate-t-il.

Notre pays n’est pas plus mal loti que ses voisins maghrébins. « L’Algérie se trouve dans une région où il y a beaucoup d’atteintes à la liberté de la presse. La situation de l’Algérie est certes meilleure que celle de la Tunisie et de la Libye, mais elle présente de nombreuses similitudes avec le Maroc. En dépit de quelques ouvertures, il existe, dans les deux pays, de nombreuses procédures judiciaires contre les journalistes. Autre point commun : au Maroc comme en Algérie, il est des lignes rouges qu’il est interdit de franchir. Au Maroc, les journalistes ont beaucoup de peine à s’attaquer au roi. En Algérie, il n’est pas possible de parler aisément de l’armée ainsi que du Président et de son entourage », relève M. Julliard.

Par A. B. EL WATAN 19-10-2009

Monday, October 12, 2009

Mokrane Aït Larbi. Avocat : « On ne peut pas parler de liberté dans un pays en état d’urgence »

En l’espace d’une semaine, ce ne sont pas moins de trois rassemblements qui ont été empêchés par les forces de l’ordre dans la ville d’Alger. L’état d’urgence fait peser sur les libertés individuelles une véritable chape de plomb, muselant toute velléité d’opposition. Maître Mokrane Aït Larbi estime que la levée de l’état d’urgence devient impérative.
- Vendredi, un rassemblement populaire, pourtant pacifique, a encore été empêché par les forces de l’ordre dans les rues d’Alger. De même, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) n’a pas été autorisée à organiser une rencontre nationale sur la peine de mort. En tant qu’homme de droit, comment considérez-vous ces interdictions ? Trouvent-elles une justification ?
Dans un Etat de droit, tout ce qui n’est pas interdit par la loi est permis. Dans un Etat totalitaire, tout ce qui n’est pas autorisé par le pouvoir est interdit. Dans une démocratie, les manifestations publiques de la rue sont soumises à une simple déclaration et dans les salles on est libre de se réunir. Quant aux rassemblements empêchés par la police, je pense que les forces de l’ordre sont là pour obéir aux instructions du gouvernement. C’est ce dernier qui est responsable de toutes les atteintes aux droits de l’homme et aux libertés publiques individuelles et collectives. L’action des militants des droits de l’homme doit se diriger contre la politique du gouvernement en matière des libertés et non contre la police. Il faut rappeler que cette institution exécute un décret du chef du gouvernement, M. Ali Benflis.
- Les Algériens se voient, depuis 2001, confisqués du droit de manifestation, de rassemblement ou d’attroupement, à Alger et dans les grandes villes du pays. Cette interdiction, qui va parfois jusqu’à la répression, n’est-elle pas contraire aux droits de l’homme ?
La question ne se pose même pas. Les manifestations publiques pacifiques sont garanties par les instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme ratifiés par l’Algérie, et toute restriction est une atteinte à ces droits. La liberté de réunion, de manifestation et de marches pacifiques est confisquée dans toutes les villes d’Algérie depuis l’indépendance. Je ne vois donc pas pourquoi mettre l’accent sur un décret de 2001. Il faut rappeler que les manifestations pacifiques ont été réprimées dans le sang avant 2001. Et il faut peut-être rappeler également les morts d’octobre 1988, notamment à Alger et du Printemps noir 2001 en Kabylie.
- L’instauration de l’état d’urgence, dans une situation sécuritaire que les officiels assurent être pacifiée, trouve-t-elle encore une justification ? Quelles sont, selon vous, les motivations de son maintien qui étouffent les libertés ?
Pour connaître les motivations du maintien de l’état d’urgence, il faut poser la question au ministre de l’Intérieur. Pour ma part, rien ne peut justifier l’état d’urgence pendant 17 ans. Le recours à l’état d’urgence est prévu par la Constitution pour faire face à des situations très graves. Ce procédé permet la restriction des libertés publiques pour une période limitée dans le temps et dans l’espace. Nous constatons que l’exception est devenue une forme de gouvernance. Pour rappel, je vous renvoie à une déclaration du chef d’état-major, Mohamed Lamari, que je cite de mémoire : la levée de l’état d’urgence pourrait entraver l’action de l’ANP contre le terrorisme.On ne peut pas parler des libertés individuelles au sens juridique et des espaces d’expression citoyenne au sens politique dans un pays qui vit dans l’état d’urgence depuis 17 ans. Je pense qu’il faut aller droit au but, c’est-à-dire militer pour la levée de l’état d’urgence, le respect de la Constitution, des droits de l’homme et des libertés individuelles et collectives, mais cela doit passer impérativement par le démantèlement pacifique du système mis en place depuis 1962.
Par G. L. EL WATAN 12.10.2009

Friday, October 09, 2009

Les camps de Tindouf, un terreau fertile pour l'expansion du terrorisme au Maghreb (expert africain)

Les camps de Tindouf sont un terreau fertile pour l'expansion du terrorisme au Maghreb, a affirmé, jeudi soir à New York, l'universitaire Serge Loungou devant la 4-ème commission de l'Assemblée générale des Nations Unies.
"L'un des risques majeurs liés à l'enlisement du conflit du Sahara est, en effet, que des réfugiés cantonnés dans les camps de Tindouf finissent par intégrer les mouvements terroristes en activité dans la région. Un ensemble d'ingrédients rend plus que probable cette éventualité", a dit le Pr. Loungou de l'université Omar Bongo de Libreville, dans une analyse axée sur la nécessité de consolider les souverainetés des Etats pour parer au danger de la menace terroriste dans la région Sahélo-Saharienne.
"Tout d'abord, il y le fait que les camps de réfugiés sont implantés à proximité de casernements militaires et placés sous la supervision des milices du polisario". Cette cohabitation entre réfugiés civils et groupes armés, qui constitue une violation flagrante du droit international humanitaire, pourrait ainsi amener les jeunes sahraouis vivant dans ces camps à se servir d'énormes stocks d'armes qui s'y trouvent, une fois acquis à la cause des groupes terroristes", a averti l'universitaire.
Du reste, "en vendant des armes à ces derniers, le +polisario+ participe déjà, de façon active, à l'expansion du terrorisme dans la région", a dit l'intervenant.
Pour lui, le risque d'instrumentalisation des populations réfugiées est d'autant plus grand que l'absence de perspective de solution à leur sort, liée au refus du +polisario+ et de l'Algérie de s'engager sur la voie d'un règlement définitif du conflit, pourrait les amener à céder au désespoir.
Dans ces conditions, "les groupes djihadistes trouveraient dans les camps de Tindouf un terreau fertile pour le recrutement d'éventuels terroristes", a-t-il mis en garde.
Dans son analyse, il a développé le concept de "zones grises", des espaces transétatiques sanctuarisés, où sévissent des bandes armées dont les activités oscillent très souvent entre action politique et criminalité. Tel est le cas de l'immense région sahélo-saharienne, devenue depuis quelques années le nouveau repère pour des groupements terroristes.
Ainsi, le groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), né en 1995 d'une scission du groupe islamique armé (GIA) et transformé depuis 2007 en Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), semble disposer dans la région d'une base arrière pour mener ses activités.
A la fois théâtre des opérations et base de recrutement et d'entraînement des terroristes, l'espace sahélo-saharien voit également se développer des trafics illégaux d'armes, de drogues et de migrants clandestins, a-t-il poursuivi.
Les profits générés par ces divers trafics pourraient permettre aux groupes terroristes de financer leurs opérations et de recruter davantage parmi les populations locales. En particulier, une collision entre ces groupes terroristes et les réfugiés de Tindouf est fortement à redouter, car cette éventualité n'est pas sans comporter de risque pour la paix et la stabilité du Maghreb et du Sahel, a expliqué l'orateur.
Bien que des stratégies de lutte anti-terroriste aient été mises en place avec le concours des Américains et des Européens, leur application demeure difficile en raison de l'absence de collaboration des Etats de la région, a-t-il dit, pointant du doigt l'Algérie qui refuse de participer, notamment à l'accord conclu le 25 janvier 2007, à Rabat, entre l'Espagne, la France et le Maroc, engageant les trois parties à communiquer entre elles.
MAP 09-10-2009 NEW YORK

Thursday, October 08, 2009

Le recensement des populations dans les camps de Tindouf une obligation juridique (Erik Jensen)

L'ancien représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara, Erik Jensen, a affirmé, mercredi à New York, que le recensement des populations dans les camps de Tindouf est une "obligation juridique qui relève du mandat du Haut Commissariat aux Réfugiés" (HCR) et à laquelle l'Algérie doit se soumettre.

Il est "difficile de fournir une aide humanitaire dans les camps de Tindouf", en Algérie, en l'absence d'un recensement exhaustif des populations vivant dans les camps, a affirmé M. Jensen qui s'exprimait devant la 4-ème Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies.
"Nous ne connaissons pas le nombre précis puisque le Haut commissariat aux Réfugiés n'a jamais été autorisé à faire le recensement d'usage"des populations très dépendantes de l'assistance humanitaire, vivant au "sud de l'Algérie dans un désert rocailleux ou peu de chose pousse et où les chameaux eux-mêmes ont du mal à survivre", a-t-il ajouté.
"Nous connaissons le danger potentiel auxquels sont exposées les populations privées de conditions décentes de vie et sans aucun espoir d'aspirer à un avenir meilleur", a regretté ce fin connaisseur du dossier qui a exercé dans la région de 1993 à 1998 et qui a préféré "plaider pour des actions réalistes" devant les représentants des Etats membres de l'ONU.
Le Haut commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés, Antonio Guterres, qui vient d'effectuer une tournée dans la région, a reconnu ce problème et a insisté sur le fait que le recensement doit avoir lieu, a rappelé M. Jensen, pour qui une solution serait que les pays donateurs "exercent une pression" afin que ce recensement soit entrepris.
Auteur d'un ouvrage intitulé "Sahara : Anatomie d'une impasse" (2005), Erik Jensen est largement revenu sur l'initiative marocaine d'autonomie.
Cette initiative qualifiée de "sérieuse et crédible" par le Conseil de Sécurité de l'ONU a enclenché une dynamique pour les pourparlers, a relevé ce haut fonctionnaire international.
Dans cette dynamique, les pays de la région ont un "très grand rôle à jouer", a-t-il insisté.
Il a évoqué, à cet égard, le coût de la non intégration régionale en Afrique du Nord, une région aux ressources naturelles et humaines considérables, située dans un carrefour stratégique.
Une région dont le tiers de la population a moins de 15 ans et qui, si elle est "désabusée et frustrée, peut constituer un terreau fertile pour les extrémistes", a-t-il mis en garde, faisant observer que le "désert, avec une faible densité et des frontières poreuses et incontrôlables, offre une large étendue pour tout genre d'action".
"Car la menace terroriste perçue par les Etats-Unis et l'Europe est +bien sérieuse+", a-t-il averti, appelant "dans l'intérêt de toute la région et du voisin européen que les Etats du Maghreb fassent preuve de volonté politique pour résoudre un conflit, qui plus qu'aucun autre, entrave le futur des peuples du Maghreb".
N.Y. 09/10/2009 MAP