Loading...

Tuesday, March 24, 2009

Appel d’intellectuels algériens pour “un changement démocratique”

Alors que la campagne pour la présidentielle en Algérie s’est ouverte jeudi 19 mars, des universitaires, journalistes et médecins ont lancé un “appel au peuple algérien”, “pour un changement démocratique en Algérie”. Voici leur texte :
Nous, Algériennes et Algériens, signataires du présent appel, avons décidé de prendre nos responsabilités devant notre Nation et devant l’Histoire, pour en appeler à la mobilisation permanente du peuple algérien contre le pouvoir politique illégitime en place et d’œuvrer à l’instauration d’un Etat de Droit tel que défini par la déclaration historique du premier novembre 1954.Le pouvoir actuel que nous considérons aujourd’hui plus que jamais auparavant, comme étant institutionnellement illégitime, politiquement incompétent et moralement discrédité.Un pouvoir qui a spolié le peuple de sa légitime souveraineté et qui a détourné à son profit exclusif les richesses de la Nation.Un pouvoir quasi régalien qui fonctionne essentiellement sur l’arbitraire, le clientélisme, le laxisme et la corruption. Il a profondément affaibli l’autorité de l’Etat dans son rôle sur l’échiquier international et il constitue une réelle menace pour notre unité et intégrité nationales.Nous situons le présent appel, dans la continuité du Mouvement National, des principes énoncés dans la Déclaration du 1er Novembre 1954 et de la plateforme de la Soummam.Nous, Algériennes et Algériens, signataires de cet appel, exprimons haut et fort, notre profonde préoccupation devant la logique d’autodestruction et de détérioration continue, qui caractérise la situation sociopolitique, économique et morale de notre pays. Nous refusons désormais catégoriquement d’en être les complices actifs ou tacites. Nous décidons de mettre fin à notre inaction, à notre silence et à notre désengagement sous quelques formes qu’il soit (lâcheté, égoïsme, peur, …).Cette initiative libre et indépendante, a été dictée par les données fondamentales et structurelles de notre situation commune qui se caractérise par:• la persistance et l’aggravation de la crise de la légitimité du pouvoir depuis 1962 à ce jour, crise devenue une menace et un danger permanent pour notre nation.• la persistance de l’oligarchie à exclure le peuple du débat et de la participation politique en violant son droit constitutionnel et naturel de choisir et de construire sa propre destinée.• L’échec et la médiocrité du personnel politique officiel et l’avilissement de l’opposition factice.• le manque de perspective claire et nette pour toute la nation,• La culture du chaos et de la violence et son extension à toutes les couches sociales, le maintien de l’Etat d’urgence comme moyen de domination et d’asservissement du peuple algérien.Notre but est:D’œuvrer à la concrétisation des objectifs du mouvement de libération nationale, à la reconquête du droit du peuple à la souveraineté et au changement radical et pacifique du système politique.D’œuvrer à l’instauration d’institutions solides et responsables capables d’assurer le fonctionnement démocratique de la société, de garantir la transparence du gouvernement et, l’alternance de son pouvoir, enfin de créer un Etat dont les commandes resteront entre les seules mains du peuple souverain, sans que puisse intervenir les forces occultes dans le fonctionnement de ces institutions. Les principes régissant le fonctionnement de nos institutions seront fidèles à la Constitution et aux lois votées par le législateur en accord avec nos valeurs civilisationnelles, nos cultures et nos traditions séculaires. Nos institutions seront soucieuses de consolider, par leur sain fonctionnement, le lien entre le peuple et ses vraies valeurs.L’heure est venue pour changer ce système politique illégitime par les méthodes pacifiques et démocratiques et de rendre la souveraineté politique aux Algériennes et aux Algériens pour qu’ils choisissent librement et démocratiquement, les institutions politiques qui épousent les réalités politiques et socioculturelles de la Nation, en permettant une répartition équitable des richesses nationales, aussi bien entre les collectivités régionales et locales qu’entre les individus.Cet appel est ouvert à l’adhésion morale et active de tous nos compatriotes qui partagent le même attachement à la patrie et aux valeurs morales et culturelles de la société algérienne dans toute sa diversité, y compris ceux qui se trouvent, de par leurs fonctions ou leurs positions dans les institutions officielles actuelles. Il est une exhortation à tous ceux qui refusent la marginalisation et l’exclusion de l’Algérienne et de l’Algérien de la vie publique. Enfin, c’est un appel à tous ceux, qui conscients de la déliquescence de la société et de la fatuité des institutions, veulent fédérer leurs efforts pour un changement décisif et salvateur de la situation de la Nation Algérienne.Cet appel se veut enfin et surtout comme une force de propositions et d’action pour une transition pacifique vers un Etat de Droit.Nous, Algériennes et Algériens libres, aspirons acquérir à notre idéal de résistance pacifique et de dynamique de changement, les couches les plus larges du Peuple Algérien, sans exclusion aucune.Nous devons œuvrer au rassemblement de toutes les forces patriotiques en vue d’un changement pacifique et radical sur la base de valeurs et de principes démocratiques clairement définis, acceptés et respectés par tous et notamment:• Les valeurs civilisationnelles de la Nation Algérienne (Islamité, Amazighité et Arabité), fondements de notre ALGERIANITE. Ces derniers sont le socle de notre unité nationale, qui ne doivent nullement être instrumentalisés ni être le monopole d’aucun parti ou tendance politique.• L’égalité de tous devant la loi.• La sacralité des droits de la personne humaine.• La souveraineté populaire : le peuple étant la seule source du pouvoir et de légitimité.• La mise en place d’institutions qui garantissent l’expression de la volonté populaire, notamment par la séparation effective des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire.• Le respect et la protection des libertés individuelles et collectives.• L’alternance au pouvoir à travers le suffrage universel.• Le respect et la promotion des cultures nationales.• La promotion du mérite et de la compétence individuelle véritable.• Une distribution juste et équitable des ressources nationales.Nos moyens de lutte contre ce pouvoir illégitime seront exclusivement politiques, pacifiques et démocratiques :1. Par la réappropriation de nos droits inaliénables, individuels et collectifs que l’ensemble des générations qui se sont succédé depuis l’indépendance ont abandonnés pour la construction de la société nationale et d’un nouvel Etat authentiquement indépendant. Ces droits qui font partie intégrante de nos pouvoirs naturels et dont nous avons été amputés par le fait de notre ignorance, de notre lâcheté, de notre impréparation et manque d’éducation politique mais également parce que nous n’avions pas été conscients du drame qui se tramait et que nous ne possédions pas alors les moyens de résister.2. Par la sensibilisation et la mobilisation aussi large que possible de l’opinion publique nationale et internationale sur les responsabilités des pouvoirs en place en matière d’atteintes caractérisées aux Droits de l’Homme et aux Libertés Publiques ainsi que sur tous les cas d’arbitraire, d’abus de pouvoir et de forfaitures administratives et judiciaires et par la résistance contre toutes ses dérives totalitaires.3. Par la dénonciation d’une certaine et flagrante duplicité de l’opinion occidentale, qui refuse de faire la part entre ses intérêts à court terme et à long terme, qui proclame des valeurs universelles tout en privilégiant des intérêts étroits en soutenant des régimes illégitimes.4. Par la diffusion continue par tous les moyens de communication, de nos idées, de nos propositions et de nos revendications pour l’avènement de la Dignité et du changement dans notre pays.5. Par le recours à des manifestations pacifiques, à la désobéissance civile et à l’abstention massive aux élections, entre autres.Il est donc clair que notre démarche a pour but de mettre fin à près d’un demi-siècle d’usurpation permanente de la souveraineté populaire et de rendre la dignité et la parole au Peuple Algérien, afin qu’il puisse choisir librement et démocratiquement les institutions politiques conformes à ses aspirations de liberté, de démocratie et de justice, en harmonie avec les valeurs identitaires et socioculturelles de notre Algérianité, dont l’Islam, l’amazighité et l’arabité constituent les fondements essentiels. C’est ainsi que le peuple pourra asseoir un véritable Etat de droit.Propositions de sortie de criseLe consensus actuel des véritables forces politiques converge vers l’élection d’une Assemblée Nationale Constituante.Cette évolution pacifique vers la légitimité doit passer par une brève période de transition qui ne devrait pas excéder deux années. Nous sommes convaincus que cette phase ne pourrait se faire sans la participation active de l’institution militaire.Avec la collaboration républicaine de l’institution militaire, principale force actuellement organisée, qui aura pour mission d’assurer la gestion sécuritaire du pays, pendant la phase de transition, un gouvernement provisoire sera mis en place et aura pour mission, en plus de la gestion publique de l’Etat, de s’acquitter de deux tâches essentielles :1. Réunir une conférence nationale de toutes les volontés politiques sans exclusion aucune et de personnalités intellectuelles en vue de l’établissement d’un consensus politique historique autour des valeurs et principes démocratiques énoncés plus haut.2. Préparation des élections de l’Assemblée Nationale Constituante.Ce gouvernement provisoire sera secondé par un Conseil des Sages constitué de personnalités issues du mouvement National, connues pour leur probité, leur intégrité, leur sagesse et leur engagement pour le salut de leur pays.Durant cette phase, l’armée saura imposer sa mission de préservation de la quiétude publique et de l’unité nationale. Elle éprouvera, en cette occasion, sa vocation républicaine de se maintenir hors de la gestion politique du pays, et préservera sa neutralité politique jusqu’à l’échéance finale qu’est la mise en place d’institutions démocratiquement élues.Au terme de cette phase transitoire et conformément à un protocole conclu entre l’institution militaire et les instances élues, l’armée entamera son désengagement progressif des affaires politiques, pour s’orienter définitivement vers ses obligations, exclusivement militaires, clairement définies par la nouvelle Constitution.Nous Algériennes et Algériens, interpellés par la gravité de la situation et inquiets quant à l’avenir de la Nation, devons cesser d’assister dans l’impuissance à la dévastation de notre propre pays. Nous devons nous engager en acteurs de notre propre Histoire et nous imposer en maîtres de notre destin. L’Algérie appartient à toutes les Algériennes et à tous les Algériens sans exclusion ni exclusive.Nous en appelons à la conscience, au cœur et à la raison de toutes et de tous, Algériennes et Algériens, intellectuels et politiques, civils et militaires, pour s’unir et œuvrer ensemble, sans exclusion aucune et dans la sérénité à la véritable réconciliation et à la résolution définitive de la grave crise politique qui ébranle notre pays.Nous ne saurions tourner cette sombre page de notre Histoire contemporaine, sans rien oublier de ce qui a été fomenté contre la nation. Œuvrons tous ensemble à la reconstruction de notre pays et à l’édification d’une société d’ouverture et de tolérance, libérée du joug de l’injustice, de la violence et de la terreur politique.Soyons un peuple de bâtisseurs hardis qui hissera l’Algérie dans l’ère du 21ème siècle, pour la faire accéder à un futur radieux, serein et prospère.Tous ensemble, œuvrons à l’instauration d’un Etat Algérien souverain, démocratique et social, dans le cadre de nos principes, des valeurs intrinsèques à notre identité et des valeurs universellement admises.Ainsi nous aurons été fidèles à la mémoire des hommes libres de novembre 54 et au texte fondateur de la révolution libératrice.Dieu et le peuple algérien sont témoins de nos paroles et de nos actes.Algérie le 19 mars 2009Premiers Signataires :Zineb Azouz, Universitaire. (Constantine). Djamaleddine Benchenouf, Journaliste, (Lyon).. Maâmar Boudersa, Universitaire, économiste (Constantine). Abdelkader Dehbi, Universitaire, (Alger). Abdelmalek Djoudi, Ingénieur Documentariste, (Lyon). Kamaleddine Fekhar, Médecin, Militant des Droits de l’Homme (Ghardaïa). Rachid Ghoreib, Journaliste (Canada). Ahmed Kaci, Journaliste, (Paris). Samy Khoukoum, Psychosociologue. (Paris). Madjid Laribi, Journaliste (Paris). Salah-Eddine Sidhoum, Chirurgien. (Alger). Ahmed Si Mozrag, Avocat, (Burkina Faso). Brahim Younessi, Politologue, (Paris). Ziani-Cherif Rachid, Médecin (Sidi Bel Abbés). Mohamed Larbi Zitout, Ex-diplomate. (Londres).

Sunday, March 22, 2009

Kouchner: La proposition marocaine d'autonomie "mérite d'être discutée sérieusement"

Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a affirmé que la proposition marocaine d'autonomie au Sahara "mérite d'être discutée sérieusement", estimant que l'option du référendum "n'a pas marché jusqu'ici".
Dans une interview publiée dans la dernière livraison de l'hebdomadaire international "Jeune Afrique", M. Kouchner a tenu à rappeler que la France, comme d'ailleurs le Conseil de sécurité, juge "intéressante" la proposition marocaine qui "mérite d'être discutée sérieusement".
La France, a-t-il dit, souhaite que la médiation menée par les Nations unies aille à son terme et qu'il y ait "enfin un accord entre le Maroc et l'Algérie" dans le but de mettre fin à ce dossier qui "empoisonne leurs relations".
A l'occasion de la visite à Paris, en février dernier, de l'Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sahara, Christopher Ross, le Quai d'Orsay avait réitéré que le plan d'autonomie est "une base de négociation pour aboutir à une solution négociée raisonnable entre les parties dans le cadre des Nations unies", rappelle-t-on.
En adoptant la résolution 1813, en avril 2008, "le Conseil de sécurité a appelé les parties au réalisme et à l'esprit de compromis afin de permettre aux négociations d'entrer dans une phase intensive et substantielle", avait rappelé le ministère français des Affaires étrangères.

Saturday, March 21, 2009

Algérie: trois personnes tuées dans des attentats

Trois personnes ont péri dans deux attentats séparés, perpétrés, jeudi et vendredi, par des groupes armés dans les wilayas de Tébessa (634 km à l'est d'Alger) et Médéa (90 km au sud de la capitale), rapporte samedi la presse locale.

Le premier attentat à la bombe a eu lieu, jeudi, dans la commune de Boumoussa, relevant de la wilaya de Tébessa, tuant deux personnes et blessant deux autres, rapporte le Soir d'Algérie. Les deux victimes, des agriculteurs, étaient en train de charger leurs marchandises dans un camion quand la bombe a explosé. C'est le cinquième attentat perpétré au courant de ces deux derniers mois et le quatrième en quelques jours, rappelle la presse locale. Le second attentat a été l'oeuvre d'un groupe armé qui a tendu une embuscade à un véhicule conduit par un civil et à bord duquel se trouvaient quatre militaires, à Beni Hassan, sur la route de Ould Hamza, dans la wilaya de Médéa. Le groupe armé a tué le chauffeur alors que les quatre militaires ont pu se sauver, indique-t-on de même source, rapporte El Khabar. Une bombe a explosé, par ailleurs, vendredi, à El Ancer, dans la wilaya de Jijel (359 km à l'est d'Alger), blessant quatre militaires, rapporte le quotidien El Watan. La bombe de fabrication artisanale a explosé au moment où une unité militaire effectuait une opération de ratissage dans le secteur. Deux autres bombes ont été désamorcées, vendredi, dans la commune d'Akerrou à Azeffoun, relevant de la wilaya de Tizi Ouzou (103 km à l'est d'Alger). L'attentat, qui visait un convoi militaire qui devait emprunter la route reliant Azffoun et Tifrit Naît Haj, a été déjoué par un militaire qui a repéré un objet suspect entreposé au bord de la route, souligne El Watan.
MAP
Samedi 21 Mars 2009

Friday, March 20, 2009

متى تنتبه العدالة الدولية إلى جرائم الجزائر؟

العشرية السوداء أو سنوات الجمر كما تسمى في الجزائر، حصدت أكثر من 500 ألف قتيل و جريح و مفقود و مغتصبة، و تم فيها إبادة قرى بأكملها، و سجن أثناءها مئات من الأبرياء في واد الناموس و سركاجي و بربروس. فترة أليمة و قاسية و حساسة مر منها الشعب الجزائري، عرفت خلالها قتل و اختطاف آلاف الأطفال و النساء و الشيوخ وتدمير الكثير من الأملاك العمومية من مدارس و مصانع و قناطر حتى الغابات لم تنج من الحرب الأهلية -10 ملايير دولار خسارة -، حقبة تاريخية رهيبة هرب فيها الآلاف من الجزائريين و الجزائريات إلى الخارج لانقاد جلدهم من عدو خفي و دموي، فلا زال الشعب بعد هذه المرحلة السوداء لم يتوصل إلى معرفة هوية المسؤول الحقيقي عن جرائم الحرب و الجرائم ضد الإنسانية، و الإبادة الجماعية التي ارتكبت في الجزائر من سنة 1992 إلى الآن، و لا أحد يريد الإجابة على سؤال من قتل من؟ و ما هي المقاصد و الغايات من هذا التقتيل و التشريد و الاغتصاب؟ و ما هو الهدف من وراء هذه الحرب الأهلية؟ حتى اللجان الحقوقية المحلية و الدولية فشلت و عجزت عن الإجابة و تشريح هذا الدمار و العنف و العنف المضاد، ففصول هذه الرواية لم تكتمل بعد.
فالأطفال و النساء و الشيوخ الأبرياء قد وقعوا ضحايا لفضائع لا يمكن تصورها أو تخيلها، فإبادة عدة قرى كرايس و بن طلحة على سبيل المثال، هزت ضمير الإنسانية بقوة حتى كادت أن تهز السلم و الأمن العالمي. فمن ذبح الرهبان السبع في تبحرين و المثقفين و المطربين؟ و من فجر السيارات الملغومة في شوارع الجزائر و في أسواقها المكتظة؟ و أين هم آلاف المخطوفين و المخطوفات؟ ومن اغتال الرئيس محمد بوضياف و على المباشر؟ من قتل رئيس الحكومة قصدي مرباح وعبد القادر حشاني الأمين العام لجبهة الإنقاذ الإسلامية و بنحمودة الأمين العام لاتحاد العام للعمال الجزائريين و آخرون؟ و القائمة طويلة. كل هذه الأحداث الدامية لم يعرف فيها المجرم عن هذه الأفعال الشنيعة لا يقبلها العقل و لا المنطق، فعجز القضاء المحلي في تسليط الأضواء عليها و حتى النتائج التي وصل إليها ما زالت غامضة و مجهولة، فاعتراف وشهادات بعض الضباط الشرفاء الهاربين من هذه الآلة الهمجية و خاصة "كتائب الموت المسماة نينجا" بقيادة الجنرال محمد العماري، رغم جديتها و حيادها لم تحرك لا مجلس الأمن و لا الجمعية العامة و لا العدالة الدولية، فلم يتغير شيء في الواقع الجزائري و البلاد تنتقل من مسرحية إلى مسرحية في إخراج بديع ولو خارج النص. إن مثل هذه الجرائم لا يجوز أن تمر دون عقاب، فقوانين المصالحة و الوئام المدنيين هي فكرة طرحت و طبخت في أقبية الجنرالات في بنعكنون في عهد اليمين زروال، تم نودي على بوتفليقة من الخليج العربي لتمريرها و تفعيلها و تلميعها للرأي العام الداخلي و الخارجي قصد استهلاكها بلا شعور وفي ضجيج إعلامي كبير، الغرض من هذا ذر الرماد في العيون و نشر دخان كثيف لحجب حقيقة الفاعلين الحقيقيين بغية إبعادهم عن المساءلة الجنائية الدولية. فالعسكر قام بعملية مقايضة الحكم مع الرئيس بوتفليقة الذي تعهد له بطي الماضي دون حساب و لا عقاب، ففصاحة الرئيس و خطبه الرنانة و المعسولة و علاقاته الدولية الكثيرة هي الأوراق التي أرادت المؤسسة العسكرية استغلالها، بيع و شراء على حساب المنكوبين و المفقودين و الموتى و الأطفال الغير الشرعيين الذين يملؤون شوارع المدن الجزائرية.
فدور و مسؤولية المحكمة الجنائية الدولية هو النظر في قضية أعضاء "الديوان السري"، الحاكمين المتهمين بارتكاب هذه الجرائم ضد الإنسانية بصفة مباشرة أو غير مباشرة، و كذا المسؤولين السياسيين الذين كانت لهم صلة بها، كالمسؤولية عن الإعداد و التخطيط و التسويق أو التغطية و التستر أو مسؤولية التشجيع عليها،.المحكمة الجنائية الدولية التي يقع مقرها بمدينة لاهاي مسؤولة عن فتح ملف جرائم الحرب و الجرائم ضد الإنسانية و الإبادة الجماعية السابقة و اللاحقة، التي وقعت في الجزائر طيلة سنوات العشرية السوداء، لسبب واحد هو أن القضاء الجزائري قضاء متواطئ مع "الديوان السري" المكون من الجنرالات الحاكمين الفعليين للجزائر، وتواطئه هذا يتجلى في انعدام القدرة على التحقيق مع المتهمين بالجرائم المذكورة لكونه لا يريد ذلك لأسباب معروفة. فالقضايا الأربعة التي تنظر فيها المحكمة الدولية حاليا هي أقل درجة كما و كيفا مقارنة مع مثيلاتها الجزائرية، رغم ثبوت المسؤولية الجنائية فيها فقها و قضاء. فإذا قارنا جرائم الكونغو الديمقراطية وإفريقيا الوسطى و أوغندا ( جيش الرب) واغتيال رفيق الحريري و أصدقائه من تيار 14 آذار اللبناني، نجد توفر قواسم مشتركة و متشابهة مع الجرائم ضد الإنسانية التي وقعت في الجزائر. إن ظهور العديد من الشهادات المكتوبة تؤكد أن الجنرالات الجزائريين هم المسؤولون المباشرون في المذابح و الاختطافات و الاغتصاب و السرقات و النفي، و حرق ممتلكات المواطنين الأبرياء وفبركة منظمات اسلاماوية تمتهن القتل الجماعي، و إن التحالف الذي وقع بينهم و الرئيس بوتفليقة هو اتفاق سري لطمس معالم الجرائم فقط، فعلى النائب العام للمحكمة الجنائية الدولية تطبيق ميثاق روما على جرائم الجزائر، التي ارتكبت على مرأى و مسمع من العالم و التي هي مدونة في أرشيف و أدراج منظمة الأمم المتحدة و الهيئات المختصة ذات الصلة. فلا ينبغي طمسها و لا نسيانها و لا تزييفها و لا مسحها من التاريخ الإنساني، فهي لا تزول بالتقادم. فالجزائر قد وقعت على ميثاق روما، لكنها لم تصادق عليه بعد، مخافة فضح تورط أعضاء المؤسسة العسكرية في تلك الجرائم، فالبحث من طرف المجتمع المدني الجزائري عن العدالة لا يمكن أن يكون له آثارا سلبية على الجزائر، و لا يمكنه تهديد السلام و الاستقرار في المنطقة كما يعتقد البعض، بل هو فتح الباب أمام الديمقراطية الحقة و حقوق الإنسان و التداول السلمي على السلطة، و المصالحة الفعلية كما فعلت جنوب إفريقيا و المغرب.
فالعدالة الدولية لا تساهم في تفعيل مقتضيات الاستقرار و إرساء دولة الحق و القانون في الحالة الجزائرية، التي تتوفر فيها جميع أركان الجريمة ضد الإنسانية تحت مبررات و دفوعات واهية و مبهمة، فالدعاوي ضد الجنرالات في الجزائر هي موثقة وجاهزة و مثبة في المحاكم الأوروبية وفي الهيئات الحقوقية الأممية و منظمات العفو الدولية و الفدرالية الدولية لحقوق الإنسان و هيومن رايت ووش. و هي مدعومة بالحجج و البراهين و الأدلة الدامغة، فالجنرالات متهمين بأفعال إجرامية أكثر مما فعله زعيم جيش الرب في أوغندا اوتوماس ابويانغا، زعيم إحدى الميلشيات المسلحة في جمهورية الكونغو الديمقراطية. فواجب المحكمة الجنائية هو أنا لا تتحول إلى محكمة انتقائية أو كيدية، فهذا المطلب هو مطلب شعبي و انساني لكافة أطياف الشعب الجزائري و المجموعة الدولية لمعرفة حقيقة ما جرى خلال الحرب الأهلية الجزائرية التي لا زالت مشتعلة إلى الآن، فكل إجراء قانوني في هذا الاتجاه لا يمثل زيغا أو انحرافا في تطبيق القانون الدولي، و للتاريخ نقول، إن السكوت عن مذابح بن طلحة و رايس وعن اغتيال رئيس الجمهورية محمد بوضياف هو استمرار في استخدام معايير مزدوجة دون أدنى وازع أخلاقي، انه دعم صريح للجنرالات في الجزائر، فلا يمكن مسائلة الرئيس السوداني عمر البشير و غض الطرف عن أولمرت و براك و بوش و جنرالات الجزائر، فالقاعدة القانونية يا لويس مورينو أو كنبو هي عامة و مجردة !
ختاما للإشارة، فان تأسيس و اختصاصات المحكمة الجنائية الدولية تعكس الإرادة العامة للمجتمع الدولي، الذي يرفض المساس بحقوق الإنسان و مسائلة المجرمين أينما كانوا و مهما كانت وضعيتهم القانونية. ففي 17 يوليوز 1998 وافقت 120 دولة و منها الجزائر في اجتماع للجمعية العامة للأمم المتحدة في ايطاليا على ما يعرف بميثاق روما، و اعتبرته قاعدة أساسية لإنشاء محكمة جنائية دولية دائمة ترفع الحصانة على كل متهم في الجرائم ضد الإنسانية والإبادة الجماعية وجرائم الحرب، و قد عارضت هذه الفكرة 7 أمم و امتنعت 21 دولة عن التصويت ومنها الجزائر، و جاء هذا التأسيس في أوج الحرب الأهلية الجزائرية، إلا أن جماعة الضغط البترولية و الغازية و بعض الدول الغربية العظمى منعت كل إشارة إلى ما يقع من انتهاكات لحقوق الإنسان في الجزائر و من يقف وراءها لغرض في نفس يعقوب، فهل رفيق الحريري أهم و أثقل من محمد بوضياف؟.

د.احميدان ولد الناجي
صحراوي مقيم بمدريد
Onaji.hmidane@gmail.com




Thursday, March 19, 2009

Algérie, pédophilie‏

La pédophilie fait des ravages en Algérie Plus de 1000 victimes par an comptabilisées Le phénomène de la pédophilie ne cesse de prendre de l’ampleur en Algérie. Si les victimes des violences sexuelles se comptent parmi toutes les catégories d’âge et sans distinction de sexe, il n’en demeure pas moins que les mineurs restent les cibles les plus privilégiées des agresseurs. Attentat à la pudeur, viol, acte indécent, inceste... sont autant de maux qui continuent bel et bien d’exister dans notre société qui, souvent, refuse de regarder en face ces phénomènes. Il ne se passe pas un jour sans que ce genre de violence occupe les manchettes des journaux. Si l’on se fie aux décomptes des différents services de lutte contre ce phénomène, c’est près d’un millier de cas qui a été recensé durant l’année 2008. Mais la réalité est tout autre.

Combien y a-t-il de victimes ? « En réalité beaucoup plus, certainement 3 à 4 fois plus de ce qui est rendu public », commente le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem), le professeur Khiati. Contacté hier, il estime que « c’est un phénomène qui ne fait que croître parce que les gens en parlent et le signalent de plus en plus ». Sans omettre de préciser que « d’autres cas de violences sexuelles existent à des taux qui restent à préciser ». En tout état de cause, pour ce spécialiste des enquêtes sur la violence à l’égard des enfants, « les parents transgressent les tabous et déclarent ces violences qui étaient auparavant cachées ». Pour lui, « les chiffres donnés aujourd’hui traduisent les plus grandes communications des personnes touchées mais restent en deçà de la réalité ». Pourquoi ? « Difficile de connaître cette réalité, car il s’agit de distinguer la vérité que disent les enfants », selon le Pr Khiati qui nuance : « Pour parler de la violence, il faut qu’il y ait des situations et surtout des déclarations des enfants qui confortent les auteurs. »
Il cite le cas des attouchements où, selon lui, « les déclarations des enfants sont en fonction de leur âge et de leur niveau intellectuel ». Il explique : « Lorsqu’il s’agit d’attouchements, c’est encore plus compliqué. Pour ce cas d’abus, il faut mettre cela entre les mains de personnels très avisés, des juges bien formés, des psychologues, des points d’écoute, des éducateurs et des maîtres d’école », explique-t-il. C’est pourquoi le Pr Khiati pense qu’« une meilleure information dirigée avec tact envers les enfants pourrait nous donner une projection plus réaliste ». Cela étant, l’abus sexuel est souvent découvert suite à une fugue de la victime alors que l’acte se déroule souvent dans une maison cloîtrée, sur un chantier ou dans un endroit isolé. Bien sûr, chez les familles, savoir que son enfant a subi d’atroces sévices est quelque chose d’insupportable. La douleur est profonde. Chez la victime, le viol laisse une empreinte indélébile. S’il est déjà une atteinte physique, le viol est aussi une souillure psychologique qui l’accompagne toute sa vie ; la victime demeure prisonnière de cet acte abject et condamnable tant qu’elle n’aura pas exorcisé son mal.
L’inceste reste un tabou
Les abus sexuels intrafamiliaux sont aussi plus fréquents au moment de la puberté, celui le plus souvent rencontré est l’inceste qui conduit à des conséquences encore plus fâcheuses sur le plan psychologique. « L’inceste reste un tabou "jalousement gardé", il n’y a que les adolescentes (ou les adolescents) qui le révèlent quand elles (ils) quittent la maison », selon Pr Khiati. C’est dire que cette forme de criminalité requiert un combat sans merci contre ses auteurs qui, en usant de violence, font aussi preuve de lâcheté et de vilenie pour ne citer que ces deux adjectifs qui sont encore loin de décrire la gravité de l’acte du viol. Pour y faire face, des ONG imaginent souvent des outils pédagogiques de sensibilisation et d’information au profit des enfants. Est-ce suffisant ? « Il est nécessaire de mettre en place des mécanismes de prise en charge immédiatement », estime M. Khiati. Plus explicite, notre interlocuteur invite les pouvoirs publics à « créer des mécanismes de coordination entre les associations qui s’occupent des enfants et les différents organes de protection, la GN, la police et la justice, mais aussi les structures d’accueil ».
Son constat : « D’une façon générale, la prise en charge des enfants victimes de maltraitance est déficitaire et les mécanismes sont très lents à mettre en place. » Il est vrai que les structures d’accueil en font défaut. Beaucoup de victimes demeurent sans prise en charge – psychologique surtout – après avoir été victimes d’abus sexuels. Il n’y a pas d’assistance sociale. Pire que cela, « il n’y a pas de structures en dehors de celles habituelles, police, Gendarmerie nationale et tribunaux pour déposer plainte ». C’est pourquoi d’ailleurs, « même le nombre de plaintes est un chiffre à reconsidérer, car les gens en parlent plus », selon M. Khiati, qui indique que « selon des chiffres des différents organes de lutte depuis début 2000 à aujourd’hui, le nombre de plaintes a été multiplié par 4 ». Peu importe, n’est-il pas temps pour les pouvoirs publics de sortir de leur hibernation et d’entamer un travail d’accompagnement et de sensibilisation pour venir à bout de cette absurdité ? Cela, sans compter que la famille doit elle aussi jouer son rôle.
Par Rabah Beldjenna pour El Watan 19/03/2009

Wednesday, March 18, 2009

Omar Hilale: Le Maroc n'a pas de leçon à recevoir de l'Algérie

L'ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l'Office des Nations unies à Genève, Omar Hilale, a souligné lundi que le Maroc n'a pas de leçon à recevoir de l'Algérie, particulièrement dans le domaine des droits de l'Homme, d'autant plus que la situation des droits de l'homme n'est guère reluisante dans ce pays.
S'exprimant lors du débat général au Conseil des droits de l'homme (CDH) sur le point 3 relatif à la promotion et la protection de tous les droits de l'Homme, Hilale a rappelé au délégué algérien que s'il y a un pays dans la région où les droits de l'Homme sont les plus respectés et protégés et où la démocratie est en marche, c'est bien au Maroc et non en Algérie. "Le registre des droits de l'Homme au Maroc est brillant et positif, ce qui n'est nullement le cas de celui de l'Algérie", a-t-il noté, relevant que le délégué algérien, tout comme le ministre des AE de ce pays Mourad Medelci (qui a évoqué devant le Conseil de prétendues violations de droits de l'homme au Sahara marocain) se préoccupent de la situation des droits de l'homme au Sahara et occultent celles des droits de l'Homme en Algérie. Hilale a indiqué que les pires violations des droits de l'Homme se déroulent actuellement en Algérie, déplorant qu'Alger ait plus de fébrilité et de nervosité à accuser le Maroc plutô t qu'à défendre son honneur. Il a rappelé à ce propos au délégué algérien que le Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires "s'est félicité de sa coopération avec le Maroc" la qualifiant d'"exemple à suivre par les autres pays", alors qu'il "s'est déclaré profondément préoccupé par le peu de progrès" en Algérie. Le Maroc aurait tant souhaité que les ONG internationales puissent circuler librement en Algérie comme elles le font au Maroc, a ajouté le diplomate marocain signalant qu'aujourd'hui même, Eric Goldstein, Directeur de la région MENA au sein de HRW, est en visite au Maroc et jouit de la pleine liberté de circuler dans tout le pays, de Tanger à Lagouira, et de rencontrer toutes les personnes qu'il souhaite, ce que l'Algérie n'osera jamais faire. L'ambassadeur marocain a réaffirmé que le Maroc ne cédera jamais ses droits et obligations de défendre ses citoyens séquestrés dans les camps de Tindouf, réaffirmant que le Sahara est marocain et le restera. Il a rappelé au délégué algérien que les populations séquestrées dans les camps de Tindouf sont marocaines et le resteront. Aussi, a-t-il souligné, le Maroc a-t-il une obligation de les défendre jusqu'à ce que l'Algérie décide finalement de les recenser et de leur permettre de retourner à la mère patrie, le Maroc. En réponse à la réaction de la délégation algérienne, qui s'est offusquée par la réponse du Maroc à l'intervention devant le CDH du ministre algérien des affaires étrangères, Hilale a fait remarquer que le Maroc n'a fait que citer des paragraphes du même rapport auquel s'est référé le ministre, lequel rapport rappelle la démission de l'Algérie de ses obligations internationales au sujet des violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf. Aux assertions du délégué algérien, qui prétend que la question du Sahara n'est pas bilatérale Hilale a opposé les déclarations des responsables algériens liant l'ouverture des frontières entre les deux pays au règlement de ce problème. L'ambassadeur marocain a, par ailleurs, indiqué que l'Algérie a une interprétation à géométrie variable du principe de l'autodétermination, se demandant pourquoi Alger refuse l'autodétermination dans le cas d'une île de l'océan indien, la Réunion, et le réclame pour le Sahara marocain. Le Maroc aimerait bien entendre la réponse de l'Algérie au sujet de cette contradiction, a-t-il insisté. Il a indiqué que le Sahara constitue une réelle obsession pour l'Algérie, faisant remarquer que le délégué algérien répète que le Sahara figure sur la liste des territoires non autonomes du comité de décolonisation, une liste qui contient 16 territoires, mais l'Algérie, a fait remarquer Hilale, se focalise uniquement sur le Sahara marocain sans jamais aborder aucun des autres cas.
MAP - 18/03/2009

Sahara (Maroc) : Le président de la chambre des représentants dénonce la fuite orchestrée par des eurodéputés d'un projet de rapport

M. Mustapha Mansouri, président de la chambre des représentants, a dénoncé la fuite orchestrée par certains eurodéputés d'un projet de rapport sur la visite au Maroc d'une délégation du Parlement européen.
Dans une déclaration à la MAP, M. Mansouri qui conduit la délégation parlementaire marocaine à la 5ème session plénière de l'Assemblée parlementaire euro-méditerranéenne (APEM), réunie du 15 au 17 mars à Bruxelles, a indiqué avoir eu des entretiens avec le président du parlement européen, M. Hans Gert Pottering, président en exercice de l'APEM, avec le président de la délégation ad hoc pour le Sahara, M. Ioannis Kasoulides et M. Carlos Iturgaiz, président de la délégation pour les relations avec les pays du Maghreb au PE, ainsi qu'avec M. Philippe Morillon, président du groupe d'amitié Maroc-UE.
Au cours de ces entretiens, M. Mansouri a indiqué avoir exprimé son indignation suite à cette fuite orchestrée par certains députés à des fins purement politiciennes et démagogiques dans le but de porter atteinte aux bonnes relations qui unissent le Maroc et l'Union européenne.
Il a rappelé qu'un projet de rapport non encore examiné et qui attendait d'être présenté à l'adoption définitive par la conférence des présidents du parlement européen a fait l'objet d'une publication malintentionnée dans certains médias.
M. Mansouri a indiqué avoir vivement contesté la conduite irresponsable des concernés et a demandé au président du parlement européen d'assumer toutes ses responsabilités quant aux conséquences graves de ces agissements au niveau des relations du Maroc avec l'UE.
Il a affirmé que le président du parlement européen lui a promis qu'il allait prendre toutes les mesures nécessaires pour identifier l'origine de cette fuite et tirer les conclusions qui s'imposent.
Lors de la réunion qu'il a eue avec M. Kasoulides, M. Mansouri a indiqué avoir mis en exergue les incohérences contenues dans ce document, ainsi que les différentes erreurs et inexactitudes qu'il contient.
M. Mansouri a dénoncé auprès de ses interlocuteurs le caractère tendancieux de ce document et son appréciation erronée de la situation dans les provinces du Sud. Il a ensuite ajouté que cette délégation était strictement mandatée à produire un rapport sur la situation des droits de l'homme et n'avait aucunement le droit de porter un jugement politique sur le différend qui persiste sur la question et dont les Nations Unies se sont saisies dans le cadre de la dernière résolution du conseil de sécurité.
Les présidents de la délégation ad hoc et de la délégation pour les relations avec les pays du Maghreb, a-t-il ajouté, ont convenu que cette fuite à propos de ce projet de rapport est contraire à l'éthique parlementaire et que des modifications allaient être apportées à ce premier projet en tenant compte de ces différentes remarques, avant qu'il ne soit présenté à l'adoption définitive.
M. Mansouri a également indiqué avoir eu d'autres entretiens avec des députés européens amis du Maroc pour les sensibiliser sur cette question en vue de dénoncer ces agissements de nature à nuire à l'excellence des relations qui lient le Maroc et l'UE.
MAP 18/03/2009

Tuesday, March 17, 2009

Des députés européens dénoncent les fuites à propos d'un projet de rapport sur la visite au Maroc d'une délégation du PE

Plusieurs députés européens ont dénoncé mardi les fuites organisées en direction de certains médias d'un projet de rapport sur la visite au Maroc d'une délégation du parlement européen.
Lors d’une séance consacrée au débat de ce projet au parlement européen à Bruxelles, le président de la délégation pour les relations avec les pays du Maghreb, M. Carlos Iturgaiz, a exprimé son profond regret de voir ce projet faire l’objet d’une divulgation dans la presse avant qu’il ne soit adopté.
"Je regrette vivement qu’une fuite ait été organisée pour le plus grand bénéfice des médias. Cela ne fait que compliquer le travail de notre délégation", a souligné M. Iturgaiz, demandant que cette mise au point soit consignée officiellement dans le compte rendu de cette réunion.
De son côté, le président de la délégation ad hoc pour le Sahara, M. Ioannis Kasoulides, a précisé que ce rapport ne sera définitif que lorsqu’il aura l’aval de la conférence des présidents du parlement européen.
L’eurodéputé Alain Hutchinson, vice-président de la délégation pour les relations avec les pays du Maghreb a, pour sa part, souligné que le projet de texte divulgué à la presse ne reflète pas l’opinion de tous les eurodéputés et exprimé son regret de voir ce document présenté comme étant un rapport du parlement européen avant son adoption.
"La question du Sahara exige que l’on travaille dans la sérénité et ce n’est pas en faisant des fuites de ce genre que l’on peut faire avancer les choses", a fait remarquer le député européen.
Estimant que ce document comporte des déséquilibres et beaucoup d’incohérences, M. Hutchinson a précisé que les recommandations telles que formulées dans ce projet font dévier la mission de la délégation de son objectif initial essentiellement humanitaire en faisant des commentaires à caractère politique sur la situation.
Il s’est insurgé contre les agissements de certains eurodéputés connus pour leur position favorable aux thèses du "polisario" pour faire passer des textes au contenu fallacieux.
"C’est un manque d’objectivité, une mascarade à laquelle je refuse d’être mêlé", a-t-il déclaré à la MAP à l’issue de cette réunion.
L’eurodéputé Paul Marie Coûteaux, membre de la commission des affaires étrangères du parlement européen a de son côté indiqué qu’il "récuse ce projet de rapport dans sa totalité et dans son esprit".
Il a affirmé que cette "très grave fuite vicie la procédure dès son origine", qualifiant d’ "absolument scandaleux" le fait qu’un projet de rapport soit mis à la disposition de la presse avant qu’il ne soit validé.
Le député européen a aussi précisé que l’esprit du document démontre que ses auteurs sont passés au-delà de leur mission en prenant des positions politiques, suggérant de revoir l’ensemble de la procédure et tout le contenu de ce document.MAP 17/03/2009

Sunday, March 15, 2009

Smara (MAROC): Echange de visites familiales : Un sahraoui décide de ne pas retourner dans les camps de Tindouf

Un citoyen marocain d'origine sahraouie a décidé récemment, au terme de l'opération d'échange de visites familiales, de rester dans la Mère Patrie et de ne pas regagner les camps de Tindouf, au sud de l'Algérie.
Homa Moulay Mokhtar (36 ans), a ainsi décidé de rester à Smara au sein de sa famille, de la tribu Rguibat-Bouihat, au terme de l'opération d'échange de visites familiales de et vers les provinces du Sud qui se déroule sous l'égide du Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR).
Dans une déclaration à la MAP, Homa Moulay Mokhtar a qualifié la situation dans les camps de "catastrophique", en raison des agissements des séparatistes du polisario qui ont perdu tout contrôle de la situation et des conditions de misère et de sous-développement qu'endurent les séquestrés marocains.
Il a, en outre, précisé avoir passé une grande partie de sa vie dans ces camps qui manquent du minimum vital pour une vie digne et n'offrent aucune perspective d'avenir, notamment pour les jeunes qui aspirent ardemment à regagner la Mère Patrie.
Et d'ajouter que les éléments du polisario ne détiennent aucun pouvoir de décision et leur seul souci est de réprimer les protestataires qui s'élèvent contre leur thèse séparatiste, notamment après les échos favorables et la dynamique enclenchée par l'initiative d'autonomie dans les provinces du Sud proposée par le Maroc.
Homa Moulay Mokhtar a, d'autre part, dénoncé les campagnes acharnées menées contre les Marocains désireux de regagner la Mère Patrie.
De son côté, Cheikh Ouali Khaïri, notable de la tribu Rguibat-Bouihat, oncle de Homa Moulay Mokhtar et membre du CORCAS, a fait part de sa satisfaction de cette décision, formant le voeu de voir tous les séquestrés marocains libres de rentrer chez eux et le conflit artificiel autour du Sahara marocain définitivement réglé.
Il a, de même, appelé l'ensemble des marocains des camps de Tindouf à prendre exemple sur leurs frères et regagner leur Mère Patrie en toute dignité.
MAP 15/03/2009

Saturday, March 14, 2009

Un ancien détenu civil marocain en territoire algérien présente son ouvrage à Genève

M. Lamani Abdellah, ancien détenu civil marocain en territoire algérien a présenté, vendredi soir à Genève, son ouvrage "l'Horreur", qui retrace les souffrances que lui infligeaient les éléments du polisario durant ses 23 ans de détention.
M. Lamani a dédicacé, à cette occasion, plusieurs exemplaires de son livre qui relate son supplice dans plusieurs prisons du sud algérien. C'était en effet un 20 août 1980 que M. Lamani, un électricien de son état, fût enlevé au retour de Tata où il rendait visite à sa famille, par des éléments armés du "polisario" qui ont intercepté l'autocar à bord duquel il se trouvait, et n'a été libéré que le 1er septembre 2003.
Réprimé dans tous les sens du terme et torturé, Lamani n'avait que l'écriture pour unique espace de liberté et un moyen de conjurer son triste sort. Il profitait des rares moments de repos dont il disposait pour coucher sa tristesse et son désaroi sur des morceaux de papier puisés dans des sacs servant à l'emballage du ciment. Il enterrait ces fragments de manuscrit loin du lieu de sa détention de peur d'être découvert et de se voir retiré cet unique exutoire qui lui restait. Mais ce premier manuscrit, rédigé en Arabe fût hélas abîmé par la nature.
Lamani ne fût pour autant pas découragé et s'est remis à écrire en Français et, comme le hasard fait parfois bien les choses, cette deuxième tentative a coïncidé avec l'arrivée dans la prison d'un médecin français du Comité international de la croix rouge (CICR), qui rendait, de temps en temps, visite aux détenus et à qui il servait d'interprète et avec lequel il s'est lié d'amitié. Le médecin l'encouragea et c'est lui qui a sorti le manuscrit de la prison. Trois ans après la publication de l'ouvrage, Lamani fût libéré.
La cérémonie de présentation de cet ouvrage s'est déroulée en présence de l'ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l'Office des Nations unies à Genève, M. Omar Hilale et d'une nombreuse assistance, constituée de Genevois et de Marocains résidant dans la cité de Calvin.
M. Lamani prend part à la 10è session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, qui se tient à Genève où il a été reçu par des responsables du CICR et par au Conseil International de Réhabilitation pour les Victimes de Torture (IRCT).
Genève - 14/03/2009

Bouteflika se fait couronner président à vie de l'Algérie

A 71 ans, une révision constitutionnelle votée par l'Assemblée lui permettra de briguer un 3e mandat en avril 2009.
C’est à l’issue d’un vote à main levée, dont l’issue ne faisait aucun doute dans un Parlement où l’opposition est quasiment absente, que le changement a été entériné ce mercredi : la République Algérienne Démocratique et Populaire est entrée dans le club des pays où la présidence à vie devient de facto constitutionnelle.
Abdelaziz Bouteflika, qui ne cachait pas en rêver depuis longtemps, a su attendre le moment où les « circonstances » -comprendre les luttes de clans au sommet de l’Etat- lui « permettraient » de réviser la Constitution. Si il a dû batailler ferme et longtemps pour arriver à ses fins, il a su aussi boucler l’affaire au pas de charge : deux semaines à peine se sont écoulées entre l’annonce de la révision, la présentation du projet devant le Conseil constitutionnel et le vote aujourd’hui à l’Assemblée.
L’objectif de cette révision est limpide : donner à Abdelaziz Bouteflika, 71 ans, la possibilité de briguer un troisième mandat en avril 2009 au nom du « droit du peuple de choisir ses gouvernants et de leur renouveler sa confiance » ! Il fallait pour cela supprimer l’article 74 de la loi fondamentale qui limitait à deux le nombre de mandats présidentiels. Ce verrou constituait la seule garantie d’empêcher une présidence à vie dans un pays où la Constitution confère déjà des pouvoirs quasi césariens au chef de l’Etat.
Ce dernier en aura désormais plus encore : les modifications constitutionnelles adoptées mettent tous les leviers de commande entre ses mains. Elles enlèvent notamment tout pouvoir au chef du gouvernement –désormais nommé « Premier ministre“- auquel le chef de l’Etat pourra adjoindre autant de vice-Premiers ministres qu’il le désire...
L'adoption par voie parlementaire, une formalité
L’adoption de cette hyper-présidence par voie parlementaire, et non par voie référendaire comme envisagé à l’origine, a deux raisons : l’impossibilité d’un président malade de mener campagne et surtout la volonté d’éviter une nouvelle déroute électorale, prévisible après l’abstention massive enregistrée lors des derniers scrutins. Un risque inutile quand ‘l’Alliance présidentielle’ -FLN de Abdelaziz Belkhadem et RND de Ahmed Ouyahia notamment- disposent d’une majorité telle à l’Assemblée que le vote était pure formalité...
Le verrouillage total du champ politique aura été l’autre grand allié du chef de l’Etat. Il n’existe en effet aucun débat contradictoire dans le pays, qui vit sous Etat d’urgence depuis seize ans, où l’opposition réelle n’a pas accès à la télévision nationale, se voit systématiquement refuser des salles publiques pour tenir meetings ou réunions et où la majorité de la population n’aspire qu’à respirer au sortir de plus de dix ans de guerre civile et à joindre les deux bouts au moment où la pauvreté s’installe...
Une situation que résume l’ancien chef d’Etat major de la marine, le général Rachid Benyellés, dans une tribune publiée par Le Monde :
« L’Algérie ne produit presque plus rien et importe presque tout. Le secteur productif national public ou privé, de dimension pourtant extrêmement modeste comparé à celui des tout petits pays d’Europe, a été démantelé pour faire place nette aux importateurs. (...) C’est par l’odeur qu’il faudrait qualifier la décennie de M. Bouteflika. Une odeur nauséabonde : celle de la corruption, des scandales financiers, de l’immobilisme, des magouilles électorales, du pourrissement. »
Fruit d'un compromis entre ‘décideurs’ militaires
En réalité les seules incertitudes touchent à la santé du Président, dont le rythme des activités et des apparitions publiques a considérablement baissé depuis qu’il a été opéré officiellement d’un ‘ulcère hémorragique’.
Peu importe d’ailleurs qu’il ait ou non les moyens de mener à terme un troisième mandat. Tous les observateurs estiment qu’il veut seulement rester en poste pour quitter ce monde dans les honneurs de funérailles nationales en présence de ses homologues étrangers...
Il aura dû pour cela imposer ses vues aux ‘décideurs’ militaires. Et il ne l’a pas caché, attribuant notamment le retard pris par son projet aux ‘interférences entre les différents pouvoirs dans la pratique de leurs missions’.
Ces ‘interférences’ appartiennent-elles au passé, qu’elles émanent de ceux qui rechignaient à voir Bouteflika rempiler, de ceux qui jouaient Ahmed Ouyahia -l’actuel Premier ministre très hostile aux islamistes et ‘poulain’ des services de renseignements-, ou qu’elles relèvent de la guéguerre entre le FLN et le RND, les frères ennemis de l’Alliance présidentielle ?
A elle seule, la révision constitutionnelle après plusieurs ajournements indique qu’un compromis a été trouvé. Non sans frais d’ailleurs, puisque même les moins avertis des observateurs ont pu noter une accélération des violences chaque fois que le président algérien remettait cette question sur le tapis...
Une ouverture calculée à la justice internationale
Si on entre là dans les ténèbres du système, tout indique cependant que le chef de l’Etat a imposé sa révision constitutionnelle en jouant sur deux tableaux : faire valoir qu’il demeure le meilleur garant du système et... agiter le spectre des responsabilités des violences de la guerre civile et de celles qui continuent à frapper le pays.
Une tactique imparable quand les ‘décideurs’ militaires en poste pendant la sale guerre de la décennie 90 sont hantés par la perspective de devoir un jour rendre des comptes. La rumeur bien informée veut ainsi que le président algérien ait vu d’un bon oeil l’enquête diligentée par l’ONU après les attentats d’Alger de décembre 2007, qui ont fait 17 victimes parmi le personnel de l’ONU.
Plus explicite encore dans ce pays qui s’est toujours farouchement opposé à toute enquête internationale : l’arrivée dans la capitale algérienne de la commission d’enquête de l’ONU a été largement couverte par les médias publics...
Le chef de l’Etat semble avoir su aussi capitaliser les mandats d’arrêts délivrés en décembre dernier par un juge d’instruction français, qui ont abouti à la relance de l’affaire Mécili. Peu après l’émission de ces mandats d’arrêt, Farouk Ksentini, un proche de Bouteflika, a en effet estimé ‘tout à fait normal que ses assassins soient poursuivis et que le juge français engage une procédure afin de les juger et de les condamner dès lors que le crime a eu lieu sur le sol français’...
Ces ‘messages’, reçus cinq sur cinq par les adversaires du chef de l’Etat au sein du sérail, auront sans doute contribué à enterrer toute idée d’alternance en Algérie. Il ne reste plus désormais à Bouteflika qu’à venir en France avant l’élection d’avril 2009.
La tradition veut en effet qu’une visite officielle à Paris en période électorale algérienne consacre le soutien des dirigeants français, si utile pour s’imposer au sein de la nomenklatura. Une visite dont l’Elysée et le Quai d’Orsay ne cachent pas qu’elle aura bien lieu.
RUE89 13/03/2009

Saturday, March 07, 2009

Un attentat suicide fait trois morts en Algérie

Au moins trois personnes ont été tuées samedi dans un attentat suicide devant un poste de sécurité samedi à Tadmaït, dans l'est de l'Algérie, rapportent un responsable de la sécurité et des témoins.

Le kamikaze a déclenché sa ceinture explosive devant l'entrée du bâtiment de la Garde communale, une unité d'auxiliaires de la police, après avoir été repéré par un garde qui lui a tiré dessus, a-t-on précisé de même source.
"Le kamikaze s'est fait exploser alors que le garde pointait son arme sur lui. Il a été tué, a tué le garde et une passante", a précisé à Reuters un responsable de la sécurité.
La déflagration a provoqué un choc à Tamdaït, petite ville située à 70 kilomètres à l'est de la capitale Alger, et plusieurs dizaines de personnes se sont précipitées sur le lieu de l'attentat, ont raconté des habitants.
L'Algérie connaît depuis le mois dernier une recrudescence d'attaques islamistes à l'approche de l'élection présidentielle du 9 avril. Selon un décompte de Reuters, les violences politiques ont coûté la vie à 33 personnes en février.
La montée des violences avant des rendez-vous politiques est une constante depuis une quinzaine d'années dans ce pays.
Lamine Chikhi, version française Grégory Blachier

Tuesday, March 03, 2009

فوضيل يتشرف بالغناء في الصحراء المغربية

فاجأ مغني الراي الجزائري فوضيل صحافيين مغاربة وأجانب ممن حضروا ندوته الصحفية خلال أيام مهرجان الداخلة أمس الأحد .
ونقلت صحيفة "الجريدة الأولى" المغربية عن فوضيل قوله : : "شرف لي أن أغني في الصحراء المغربية " ، بعد أن طرح عليه سؤال : كيف ترى لاستقبال المخصص لك من قبل المغاربة في الصحراء المغربية ؟.
وذكر فوضيل أحد أشهر نجوم الراي الجزائريين أنه جدا سعيد بإحيائه حفلا في مدينة الداخلة ، مضيفا "أريد أن أغني للجمهور في الصحراء المغربية ، ولما طرحت علي فكرة المشاركة في مهرجان الداخلة ، قبلت ذلك ".
وذكر فوضيل أن غناءه في الصحراء المغربية ، يأتي لحسه بأنه مغربي وليس جزائري فقط ، وقال :" الجزائر بلدي والمغرب أعتبره بلدي الثاني ".
جرأة فوضيل في تسمية الصحراء بالصحراء المغربية ، قد يؤدي ثمنها غاليا من قبل الجزائريين الذين سبق لهم أن لاموا مغني الراي الطالياني على نفس التصريحات
.