Loading...

Wednesday, November 26, 2008

La propagande mensongère des séparatistes rattrapée par l'éclat de la vérité et la force de la raison

L'Algérie et le polisario ne cessent d'accumuler les échecs, en assistant, impuissants, à l'effritement de leur thèse mensongère sur le Sahara, face à une succession de retraits de reconnaissances, estime une source proche du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération.
Aucun espoir de survie pour les séparatistes dans un monde, désormais bien au fait de la supercherie et de la vacuité de leurs soi-disant revendications.
Les derniers revers ont été subis par les séparatistes dans trois continents différents, le Malawi en Afrique, le Vanuatu en Asie/pacifique et le Paraguay en Amérique Latine.
Ainsi, en septembre dernier, rappelle la même source, la République du Malawi, par la voix de son Ministre des Affaires Etrangères, Mme Joyce Banda, avait déclaré qu’"à la lumière des récents développements de la question du Sahara au niveau des Nations Unies, la République du Malawi a décidé de retirer sa reconnaissance de la "rasd" et de rompre toutes relations avec elle".
Moins de deux mois plus tard, c’était au tour du Vanuatu de reconnaître, par une note verbale officielle, la souveraineté du Maroc sur son Sahara et de réaffirmer son appui aux efforts du SG des Nations Unies pour une solution politique et définitive à ce différend régional.
La même semaine, poursuit la même source, le Paraguay, par la voix de son Ministre des Affaires Etrangères, M. Alejandro Hamed Franco, avait précisé, dans une déclaration à la presse, que "le polisario avait profité d’une situation particulière de changement d’administration dans ce pays, en août dernier, pour semer la confusion au sujet de la position de son pays, soulignant qu’aucun représentant du polisario n’a été invité aux cérémonies d’investiture du Président Fernando Lugo". Par conséquent, a souligné M. Alejandro Hamed Franco, la position de son pays, qui avait retiré sa reconnaissance de la république fantoche en février 2000, "demeure inchangée".
De ce fait, les fameux "succès diplomatiques" dont se targuent l’Algérie et le Polisario, et qui n’existent que dans l’imaginaire de ceux qui excellent dans la propagande mensongère et la manipulation médiatique, se trouvent rattrapés par l’éclat de la vérité et la force de la raison.
Les faits sont têtus et démontrent, selon la même source, une érosion continue de l’appui aux thèses séparatistes. Les reconnaissances de la prétendue RASD connaissent un effritement continu. Ainsi, et depuis 2000, 24 pays ont retiré leurs reconnaissances de cette entité chimérique, s’inscrivant, ainsi, dans une logique conforme à la légalité internationale et à l’évolution du différend, alors que plusieurs autres pays ont gelé leur reconnaissance.
Aujourd’hui, nul ne peut nier que la position de la communauté internationale vis-à-vis de la question de l’intégrité territoriale du Royaume connaît une évolution positive. Une conviction qui se dégage et s’élargit à la faveur des efforts consentis par la diplomatie marocaine, sur le fait que l’unique solution possible à ce conflit hérité d’une époque révolue, est une autonomie élargie sous la souveraineté du Maroc, conclut la même source.
Rabat, 26/11/08-MAP

Tuesday, November 25, 2008

La stratégie secrète du Polisario

Un document confidentiel montre comment fonctionne la supercherie des séparatistes du Polisario. Il définit la stratégie que les agents des séparatistes basés en Espagne doivent adopter durant les six mois à venir. Exclusif. La campagne de désinformation menée par le Polisario contre le Maroc, les tentatives successives de certaines délégations de politiques espagnols pro-Polisario de se rendre à Laâyoune ou la dernière visite officielle du chef des séparatistes à Madrid font partie d’une stratégie globale élaborée par les services algériens pour "augmenter la pression sur le Maroc".Ces actions et plusieurs autres figurent dans un document auquel Aujourd’hui Le Maroc a pu accéder et qui a été distribué aux responsables polisariens des différents comités de soutien au Polisario opérant en Espagne. Classé confidentiel, ce document est une sorte de feuille de route qui indique aux représentants des séparatistes de Tindouf en Espagne les différentes actions à entreprendre durant la période comprise entre juillet et décembre 2005.En fait, le document ne fait que rectifier la stratégie déjà élaborée par les services algériens pour l’année en cours afin de l’adapter aux récents développements concernant l’affaire du Sahara marocain. "La lutte qui a eu lieu durant les quarante derniers jours dans les territoires occupés exige que nous mobilisions les organisations solidaires du peuple sahraoui dans tous les domaines afin de réussir une meilleure efficacité et une meilleure coordination de nos actions" dit le préambule du document avant d’ajouter que "cette tâche sera prioritaire vu la gravité de la situation".Il est clair donc que ce qui se passe en Espagne ou ce qui s’est passé à Laâyoune récemment n’est pas le fruit d’une réaction spontanée mais plutôt d’une stratégie globale établie par les services algériens et dictée aux polisariens.Le document est divisé en deux parties. La première est consacrée aux raisons ayant poussé à la révision de la stratégie pour le deuxième semestre de l’année et la deuxième définit les grandes lignes de l’action que doivent entreprendre les polisariens en Espagne durant la même période. Neuf points résument ce que le Polisario considère comme "la nouvelle donne dans l’affaire du Sahara". Il commence d’abord par prétendre que les provinces sahariennes connaissent "pour la première fois en trente ans", une "situation explosive". Appelant ses agents à exploiter médiatiquement les récents événements qui ont eu lieu à Laâyoune et au campus universitaire de Rabat, le document algérien leur rappelle qu’"il y a un saut qualitatif dans les revendications" des habitants de la région. Insistant sur la nécessité de promouvoir auprès de l’opinion publique espagnole l’idée selon laquelle il existe une sorte d’"Intifada" dans les provinces marocaines du sud, la feuille de route polisario-algérienne appelle à faire croire qu’il existe dans les provinces du sud "un état de siège depuis mai 2005" et que "la population sahraouie fait l’objet d’une répression brutale" de la part de "milliers de policiers et de soldats" marocains.Toujours dans le cadre de l’évaluation de ce que le document considère comme "la nouvelle conjoncture", tout un paragraphe est réservé à "l’impact médiatique" chez l’opinion publique espagnole. "Il y a lieu de souligner l’impact médiatique chez l’opinion publique en Espagne", rappelle le document avant de rajouter : "durant ces quarante jours, le sujet du Sahara était présent dans tous les médias régionaux et nationaux…et l’impact sur la sensibilité de l’opinion publique se multiplie surtout grâce à la brutalité des images".Dans le cinquième point concernant "l’évaluation de la situation", le document se livre à une lecture de ce qu’il estime être la stratégie du Maroc avant de procéder à la définition des actions à entreprendre dans le cadre de la nouvelle approche.Ces actions qui sont présentées sous forme de directives sont résumées en quatorze points. "Devant cette situation qui représente un saut qualitatif de grande gravité, il est nécessaire de reconsidérer nos actions prévues pour 2005 et accorder la priorité maximale à un ensemble d’objectifs et d’activités", explique le document algéro-polisarien. "Pour ce faire, nous allons promouvoir les initiatives suivantes entre juillet et décembre 2005", ajoutent les rédacteurs du document.De quelles initiatives s’agit-il ?D’abord, la nouvelle stratégie du Polisario appelle à "élaborer et diffuser un grand dossier incluant des informations et des images des événements (de Laâyoune)". Ce rapport devrait être largement diffusé. Selon les directives polisariennes, il devrait être envoyé au "gouvernement espagnol, la Maison royale d’Espagne, les groupes parlementaires, la presse, les organisations, les institutions, les personnalités, les collectifs…etc". Mais, le document met l’accent sur la nécessité d’y inclure des photos et des DVD.Le deuxième point de la stratégie consiste à "envoyer d’une manière permanente des délégations et des observateurs" dans les provinces du Sud. "Des petits groupes entre 6 et 10 personnes, des représentants d’institutions de la société civile, des droits de l’Homme et des médias", précise le document avant de souligner qu’il faut que ce soit à raison "d’une délégation par semaine". Les rédacteurs de la stratégie demandent à leurs agents en Espagne de leur faire parvenir " d’urgence un calendrier" desdites visites.Troisièmement, le document met l’accent sur la nécessité d’"impulser et d’entretenir une campagne médiatique" ciblant l’opinion publique espagnole."Manifestations publiques, rassemblements devant les consulats du Maroc de petits groupes, présence médiatique permanente", précise le document polisarien. Et l’on remarque que le Polisario appelle ses agents à organiser des rassemblements de "petits groupes" devant les représentations diplomatiques à l’étranger. L’objectif étant de donner toujours l’image d’un "petit peuple martyr" devant l’opinion publique internationale. Dans le même cadre, le Polisario appelle ses représentants en Espagne à profiter de la présence dans ce pays des enfants des séquestrés à Tindouf que la direction des séparatistes envoie chaque année passer les vacances d’été en terre espagnole pour des objectifs médiatiques. « Durant l’été, le programme "Vacances en paix" (c’est ainsi que le Polisario appelle l’opération d’envoi d’enfants des séquestrés en Espagne) est un prétexte pour dénoncer la situation", souligne le document polisarien avant de rappeler que, pour ce faire, il faut utiliser tous les moyens possibles allant de la distribution de tracts aux messages SMS.Le quatrième point de la stratégie polisario-algérienne consiste à essayer d’obtenir le maximum de déclarations institutionnelles en faveur de la thèse séparatiste.S’agissant du cinquième point, il est réservé à la visite à Laâyoune d’une délégation parlementaire espagnole que les gouvernements marocain et espagnol ont convenu d’organiser dans le cadre de la concertation. Le document précise la stratégie à adopter vis-à-vis de cette visite. "Cette visite ne doit pas freiner le reste des délégations ; il faut éviter la manipulation par le Maroc ; dénoncer le contexte dans lequel elle est organisée ; négocier les conditions de liberté de mouvement de la délégation ; dénoncer l’incarcération des militants sahraouis et de l’état de siège imposé ; et, en cas de retard dans l’organisation de la visite, envisager la possibilité de promouvoir une visite de députés et de sénateurs à caractère non-officiel vu la gravité de la situation", indique la feuille de route polisarienne.Au sixième point, le Polisario appelle à la mobilisation auprès des forums et des organisations de défense des droits de l’Homme. Dans le même cadre, il appelle dans le septième point à faire pression sur l’ONU et l’Union européenne "pour obtenir des déclarations sur la situation".Huitièmement, il est appelé à faire pression sur le gouvernement espagnol pour "qu’il abandonne ses positions permissives avec le Maroc". Pour ce faire, il est appelé à "envoyer des lettres au président du gouvernement espagnol, entreprendre des initiatives au Congrès et au Sénat, et être présents lors des débats du Congrès en septembre".Au neuvième rang des priorités polisariennes, figure l’organisation de visites aux provinces du Sud de délégations représentants des secteurs spécifiques dont "des médecins pour soigner les blessés…et des juristes pour assister aux procès...".Dixièmement, le Polisario appelle ses agents installés en Espagne à œuvrer "pour une présence permanente des médias" dans les provinces du Sud. Le document recommande, dans le onzième point, de mener une campagne pour la libération de ce qu’il appelle "les militants dans les territoires" et cite notamment "Aminatou Haidar". Dans ce même point, le document appelle à utiliser la campagne de désinformation qu’il mène pour faire croire à l’existence d’un état de siège dans les provinces du Sud afin de lancer une collecte de fonds au profit du Polisario. "Une campagne de solidarité économique pour soutenir la lutte, soigner les blessés et faire face aux besoins matériels", précise la feuille de route polisarienne.Au douzième point, on découvre que la rencontre qui vient d’avoir lieu à Madrid entre l’ex-président du gouvernement espagnol, José Maria Aznar, et le chef des séparatistes fait partie de la stratégie secrète du Polisario. En plus, on y découvre que le Polisario envisage d’organiser, en novembre 2005, une conférence internationale à Madrid. Aznar a-t-il été manipulé par le Polisario ou participe-t-il au complot contre le Maroc ? La deuxième option paraît la plus plausible.Au treizième point, on découvre que le Polisario compte entreprendre des initiatives anti-marocaines à l’occasion du sommet maroco-espagnol qui devrait avoir lieu en septembre 2005.Enfin, le Polisario rappelle à ses agents qu’ils doivent se mobiliser pour faire réussir ses participations aux différentes rencontres internationales durant les six mois prochains. En conclusion du document, ses rédacteurs insistent auprès de leurs agents sur la nécessité "d’améliorer la coordination et la capacité de réplique aux développements de la situation". Ainsi, la stratégie secrète du Polisario révèle que les Polisariens ne sont que des agents à la solde de l’Algérie, un Etat manipulateur qui les utilise pour nuire au Maroc et déstabiliser la région
Ecrit par Polisario Confidentiel

Monday, November 24, 2008

Le président du sénat belge estime que l'Algérie commet une erreur très grave par son attitude vis-à-vis de la question du Sahara

L'Algérie commet une erreur très grave par son attitude vis-à-vis de la question du Sahara, a affirmé le président du Sénat belge, M. Amand De Decker.
"Il est tout à fait dommage de constater que par l'attitude du gouvernement algérien" la question du Sahara ne connaît toujours pas d'issue, a-t-il indiqué vendredi lors d'une rencontre avec des journalistes.
Il est aussi dommage de voir que "le Maroc n'ait pas pris sa juste et légitime place au sein de l'Union africaine à cause de cette question", a-t-il ajouté, qualifiant cette situation d'"inacceptable".
Le président du Sénat belge a salué à cet égard "les initiatives qui ont été prises par le Maroc au niveau des Nations Unies", soulignant que la Belgique soutient la diplomatie marocaine dans cette importante question.
M. De Decker a, par ailleurs, salué les efforts déployés par le Maroc dans différents domaines, ainsi que les progrès accomplis et qui sont estimés à leur juste valeur par l'Union européenne qui vient d'accorder au Royaume un Statut Avancé.
Le Maroc, a-t-il souligné, est le pays le plus poche de l'Europe en termes de coopération, d'ouverture et de participation au progrès de l'ensemble de la région. Il joue "un grand rôle dans le rapprochement entre les peuples, à travers la promotion du dialogue des cultures et la lutte contre l'intolérance", a-t-il ajouté.
Le président du Sénat belge a appelé, à cet égard, à unir toutes les forces de l'ensemble des pays de la Méditerranée pour le triomphe de ces valeurs.
"Nous vivons tous autour de notre mer commune, la Méditerranée, nous avons une grande partie de notre culture qui nous est totalement commune, nous devons en faire une force pour construire un monde euro-méditerranéen prospère", a-t-il conclu.
Bruxelles, 22/11/08 MAP

Sunday, November 23, 2008

La stratégie secrète du Polisario

Un document confidentiel montre comment fonctionne la supercherie des séparatistes du Polisario. Il définit la stratégie que les agents des séparatistes basés en Espagne doivent adopter durant les six mois à venir. Exclusif. La campagne de désinformation menée par le Polisario contre le Maroc, les tentatives successives de certaines délégations de politiques espagnols pro-Polisario de se rendre à Laâyoune ou la dernière visite officielle du chef des séparatistes à Madrid font partie d’une stratégie globale élaborée par les services algériens pour "augmenter la pression sur le Maroc".Ces actions et plusieurs autres figurent dans un document auquel Aujourd’hui Le Maroc a pu accéder et qui a été distribué aux responsables polisariens des différents comités de soutien au Polisario opérant en Espagne. Classé confidentiel, ce document est une sorte de feuille de route qui indique aux représentants des séparatistes de Tindouf en Espagne les différentes actions à entreprendre durant la période comprise entre juillet et décembre 2005.En fait, le document ne fait que rectifier la stratégie déjà élaborée par les services algériens pour l’année en cours afin de l’adapter aux récents développements concernant l’affaire du Sahara marocain. "La lutte qui a eu lieu durant les quarante derniers jours dans les territoires occupés exige que nous mobilisions les organisations solidaires du peuple sahraoui dans tous les domaines afin de réussir une meilleure efficacité et une meilleure coordination de nos actions" dit le préambule du document avant d’ajouter que "cette tâche sera prioritaire vu la gravité de la situation".Il est clair donc que ce qui se passe en Espagne ou ce qui s’est passé à Laâyoune récemment n’est pas le fruit d’une réaction spontanée mais plutôt d’une stratégie globale établie par les services algériens et dictée aux polisariens.Le document est divisé en deux parties. La première est consacrée aux raisons ayant poussé à la révision de la stratégie pour le deuxième semestre de l’année et la deuxième définit les grandes lignes de l’action que doivent entreprendre les polisariens en Espagne durant la même période. Neuf points résument ce que le Polisario considère comme "la nouvelle donne dans l’affaire du Sahara". Il commence d’abord par prétendre que les provinces sahariennes connaissent "pour la première fois en trente ans", une "situation explosive". Appelant ses agents à exploiter médiatiquement les récents événements qui ont eu lieu à Laâyoune et au campus universitaire de Rabat, le document algérien leur rappelle qu’"il y a un saut qualitatif dans les revendications" des habitants de la région. Insistant sur la nécessité de promouvoir auprès de l’opinion publique espagnole l’idée selon laquelle il existe une sorte d’"Intifada" dans les provinces marocaines du sud, la feuille de route polisario-algérienne appelle à faire croire qu’il existe dans les provinces du sud "un état de siège depuis mai 2005" et que "la population sahraouie fait l’objet d’une répression brutale" de la part de "milliers de policiers et de soldats" marocains.Toujours dans le cadre de l’évaluation de ce que le document considère comme "la nouvelle conjoncture", tout un paragraphe est réservé à "l’impact médiatique" chez l’opinion publique espagnole. "Il y a lieu de souligner l’impact médiatique chez l’opinion publique en Espagne", rappelle le document avant de rajouter : "durant ces quarante jours, le sujet du Sahara était présent dans tous les médias régionaux et nationaux…et l’impact sur la sensibilité de l’opinion publique se multiplie surtout grâce à la brutalité des images".Dans le cinquième point concernant "l’évaluation de la situation", le document se livre à une lecture de ce qu’il estime être la stratégie du Maroc avant de procéder à la définition des actions à entreprendre dans le cadre de la nouvelle approche.Ces actions qui sont présentées sous forme de directives sont résumées en quatorze points. "Devant cette situation qui représente un saut qualitatif de grande gravité, il est nécessaire de reconsidérer nos actions prévues pour 2005 et accorder la priorité maximale à un ensemble d’objectifs et d’activités", explique le document algéro-polisarien. "Pour ce faire, nous allons promouvoir les initiatives suivantes entre juillet et décembre 2005", ajoutent les rédacteurs du document.De quelles initiatives s’agit-il ?D’abord, la nouvelle stratégie du Polisario appelle à "élaborer et diffuser un grand dossier incluant des informations et des images des événements (de Laâyoune)". Ce rapport devrait être largement diffusé. Selon les directives polisariennes, il devrait être envoyé au "gouvernement espagnol, la Maison royale d’Espagne, les groupes parlementaires, la presse, les organisations, les institutions, les personnalités, les collectifs…etc". Mais, le document met l’accent sur la nécessité d’y inclure des photos et des DVD.Le deuxième point de la stratégie consiste à "envoyer d’une manière permanente des délégations et des observateurs" dans les provinces du Sud. "Des petits groupes entre 6 et 10 personnes, des représentants d’institutions de la société civile, des droits de l’Homme et des médias", précise le document avant de souligner qu’il faut que ce soit à raison "d’une délégation par semaine". Les rédacteurs de la stratégie demandent à leurs agents en Espagne de leur faire parvenir " d’urgence un calendrier" desdites visites.Troisièmement, le document met l’accent sur la nécessité d’"impulser et d’entretenir une campagne médiatique" ciblant l’opinion publique espagnole."Manifestations publiques, rassemblements devant les consulats du Maroc de petits groupes, présence médiatique permanente", précise le document polisarien. Et l’on remarque que le Polisario appelle ses agents à organiser des rassemblements de "petits groupes" devant les représentations diplomatiques à l’étranger. L’objectif étant de donner toujours l’image d’un "petit peuple martyr" devant l’opinion publique internationale. Dans le même cadre, le Polisario appelle ses représentants en Espagne à profiter de la présence dans ce pays des enfants des séquestrés à Tindouf que la direction des séparatistes envoie chaque année passer les vacances d’été en terre espagnole pour des objectifs médiatiques. « Durant l’été, le programme "Vacances en paix" (c’est ainsi que le Polisario appelle l’opération d’envoi d’enfants des séquestrés en Espagne) est un prétexte pour dénoncer la situation", souligne le document polisarien avant de rappeler que, pour ce faire, il faut utiliser tous les moyens possibles allant de la distribution de tracts aux messages SMS.Le quatrième point de la stratégie polisario-algérienne consiste à essayer d’obtenir le maximum de déclarations institutionnelles en faveur de la thèse séparatiste.S’agissant du cinquième point, il est réservé à la visite à Laâyoune d’une délégation parlementaire espagnole que les gouvernements marocain et espagnol ont convenu d’organiser dans le cadre de la concertation. Le document précise la stratégie à adopter vis-à-vis de cette visite. "Cette visite ne doit pas freiner le reste des délégations ; il faut éviter la manipulation par le Maroc ; dénoncer le contexte dans lequel elle est organisée ; négocier les conditions de liberté de mouvement de la délégation ; dénoncer l’incarcération des militants sahraouis et de l’état de siège imposé ; et, en cas de retard dans l’organisation de la visite, envisager la possibilité de promouvoir une visite de députés et de sénateurs à caractère non-officiel vu la gravité de la situation", indique la feuille de route polisarienne.Au sixième point, le Polisario appelle à la mobilisation auprès des forums et des organisations de défense des droits de l’Homme. Dans le même cadre, il appelle dans le septième point à faire pression sur l’ONU et l’Union européenne "pour obtenir des déclarations sur la situation".Huitièmement, il est appelé à faire pression sur le gouvernement espagnol pour "qu’il abandonne ses positions permissives avec le Maroc". Pour ce faire, il est appelé à "envoyer des lettres au président du gouvernement espagnol, entreprendre des initiatives au Congrès et au Sénat, et être présents lors des débats du Congrès en septembre".Au neuvième rang des priorités polisariennes, figure l’organisation de visites aux provinces du Sud de délégations représentants des secteurs spécifiques dont "des médecins pour soigner les blessés…et des juristes pour assister aux procès...".Dixièmement, le Polisario appelle ses agents installés en Espagne à œuvrer "pour une présence permanente des médias" dans les provinces du Sud. Le document recommande, dans le onzième point, de mener une campagne pour la libération de ce qu’il appelle "les militants dans les territoires" et cite notamment "Aminatou Haidar". Dans ce même point, le document appelle à utiliser la campagne de désinformation qu’il mène pour faire croire à l’existence d’un état de siège dans les provinces du Sud afin de lancer une collecte de fonds au profit du Polisario. "Une campagne de solidarité économique pour soutenir la lutte, soigner les blessés et faire face aux besoins matériels", précise la feuille de route polisarienne.Au douzième point, on découvre que la rencontre qui vient d’avoir lieu à Madrid entre l’ex-président du gouvernement espagnol, José Maria Aznar, et le chef des séparatistes fait partie de la stratégie secrète du Polisario. En plus, on y découvre que le Polisario envisage d’organiser, en novembre 2005, une conférence internationale à Madrid. Aznar a-t-il été manipulé par le Polisario ou participe-t-il au complot contre le Maroc ? La deuxième option paraît la plus plausible.Au treizième point, on découvre que le Polisario compte entreprendre des initiatives anti-marocaines à l’occasion du sommet maroco-espagnol qui devrait avoir lieu en septembre 2005.Enfin, le Polisario rappelle à ses agents qu’ils doivent se mobiliser pour faire réussir ses participations aux différentes rencontres internationales durant les six mois prochains. En conclusion du document, ses rédacteurs insistent auprès de leurs agents sur la nécessité "d’améliorer la coordination et la capacité de réplique aux développements de la situation". Ainsi, la stratégie secrète du Polisario révèle que les Polisariens ne sont que des agents à la solde de l’Algérie, un Etat manipulateur qui les utilise pour nuire au Maroc et déstabiliser la région.
Ecrit par Polisario Confidentiel

Exclusif : une montre a 23000 euros pour la femme du SG du Polisario

Selon des informations fiables parvenues à « Polisario Confidentiel », le secrétaire général du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz est non seulement un révolutionnaire aguerri, mais également un tendre mari, puisqu’il vient d’offrir à son épouse, qui occupe un poste officiel au sein de la guérilla, une montre de marque « Chopard Impériale », d’une valeur de près de 23000 euros, acquise auprès d’un bijoutier réputé de Las Palmas de Gran Canarias auprès duquel l’émissaire d’Abdelaziz s’est épanché. « C’est toujours comme ça, il fait des conneries, et ensuite il lui achète un cadeau pour se faire pardonner ». En effet, comme l’a révélé « Polisario Confidentiel », Khadija Hamdi, en charge de la « culture » au sein de l’exécutif du Front Polisario est la personne qui monte actuellement dans l’organigramme de la guérilla, et commence à faire des jaloux au sein du clan « historique ». Une véritable lutte d’influence est en train de se jouer, dans laquelle Mohamed Abdelaziz aura un rôle déterminant à jouer, puisqu’il est maintenant quasi établi qu’il ne désignera pas sa femme comme sa « dauphine », car son caractère ombrageux risque de faire voler en éclat la coalition actuelle, déjà fragilisée par le dernier congrès.
Pour tenter de calmer le tempérament de sa femme, Mohamed Abdelaziz a donc décidé d’appliquer le précepte : « Diamonds are a girl’s best friend »
Ecrit par Khalid Ibrahim Khaled

Ahmed Benbitour. Ancien chef de gouvernement de Bouteflika: « J’ai démissionné parce que j’ai vu l’Etat dériver et le pays avec »

Le Parlement vient de voter les amendements apportés à la Constitution. Etes-vous de ceux qui pensent que la révision ne touche pas les équilibres fondamentaux des pouvoirs ?
En fait, le Parlement ne vient pas de voter, mais il vient d’entériner les amendements apportés à la Constitution. Et cela, lors d’une session dont le règlement intérieur n’autorisait ni les débats, ni le scrutin secret, ni même la possibilité d’utiliser le point d’ordre. Cette méthode de mise au service du Parlement a commencé avec le recours à l’ordonnance. Je voudrais rappeler que j’ai eu à faire démissionner mon gouvernement à la première tentative d’ordonnance. La population a apprécié et continue toujours de m’exprimer sa satisfaction pour cette prise de position. Malheureusement, la classe politique au pouvoir, et en dehors de celui-ci, n’a pas retenu la dimension politique d’une démission à la première tentative de légiférer par ordonnance. En effet, lorsque vous fonctionnez dans un système autoritariste, sans contre-pouvoir réel, vous devez vous imposer la discipline de respecter scrupuleusement les lois, règlements et procédures. Justement parce que, en l’absence de contre-pouvoir, personne ne vous empêchera de faire des erreurs. Dans un tel cas, la tentation de la facilité l’emportera sur la difficulté de la rigueur. C’est alors le droit chemin vers un Etat défaillant. Effectivement, la procédure de l’ordonnance a été utilisée dans des situations aussi ridicules que l’importation de la pomme de terre et dans des situations aussi graves que la révision de la Constitution. Cette révision touche incontestablement les équilibres fondamentaux du pouvoir, puisque les amendements se situent essentiellement dans le titre deuxième de l’organisation des pouvoirs. Ils touchent des points essentiels comme l’alternance au pouvoir et la distribution du pouvoir à l’intérieur de l’Exécutif. J’ai démissionné parce que j’ai vu à l’avance l’Etat dériver et le pays avec, lorsque les individus prennent les décisions aux lieu et place des institutions habilitées. L’absence de vision et la prébende au détriment des générations futures ont réalisé le reste.
Vous avez exclu votre participation à l’élection présidentielle d’avril 2009 et vous avez parlé récemment d’un changement pacifique du système. L’on se demande comment cela est-il possible alors que tout est verrouillé...
Justement parce que tout est verrouillé, vous n’avez aucune chance d’accéder au pouvoir pour réaliser le changement avec les instruments que ce pouvoir a mis en place. Ces instruments sont les partis politiques et les organisations de la société civile en leur état actuel, ce sont des élections organisées par le système, ainsi que toutes les institutions de l’Etat sans exception aucune. Donc lorsque j’appelle au changement de régime, je n’attends rien du pouvoir ni de ceux qui gravitent autour de lui. Je m’adresse à ceux qui n’ont d’autre avenir que celui qu’ils construiront dans leur pays, l’Algérie. Les Algériens et Algériennes auxquels je m’adresse vivent la décennie la plus difficile de leur vie. Ils font face à la gestion de la colère dans toutes ses manifestations (émeutes, grèves, déviations sociales, harraga…). Ils doivent affronter, en tant que pays très fortement dépendant de l’extérieur, une crise mondiale d’une ampleur jamais égalée depuis la Grande dépression. Beaucoup disent que la classe politique est trop divisée, que la jeunesse est trop désillusionnée pour être capables de se tenir ensemble et travailler vers un objectif commun. C’est la propagande du fatalisme, au grand bonheur des partisans du statu quo. Je dis non, les gens sont capables de se mettre ensemble pour sauver le pays. Ils ont besoin de dirigeants capables de parler calmement, d’écouter attentivement, de trouver des solutions et de tenir parole. C’est l’antigouvernance qui a créé cette force d’inertie démobilisatrice qui gangrène le pays et le condamne lentement mais sûrement à une régression, pur stigmate d’un Etat défaillant. Donc lorsque je parle de changement dans le calme et la sérénité, je travaille à l’élaboration de nouveaux instruments pour la réalisation de ce changement. Ces nouveaux instruments concernent essentiellement la vision, c’est-à-dire expliquer la situation actuelle du pays, la situation vers laquelle il va dériver sans le changement et la situation à laquelle il peut prétendre s’il y a un changement de régime. Ils concernent également la capacité de rupture avec le régime en place, c’est-à-dire expliquer que malgré la fermeture de tous les canaux de progrès, il est possible de mobiliser les gens en faveur du changement, de le mettre en œuvre et de construire un nouveau projet de société, un Etat protecteur et développeur, de même qu’une économie productive générant des flux de revenus durables au bénéfice de tous. Il faut bien considérer qu’il est impossible de réussir le changement en utilisant les instruments mis en place par le régime actuel ni en s’inscrivant dans son agenda et encore moins à espérer un changement de l’intérieur du système. Seulement, le moment n’est pas encore propice pour présenter, dans le détail, ces nouveaux instruments sur lesquels je travaille.
Maintes fois, vous avez critiqué la manière dont sont gérées les affaires du pays en général et en particulier l’économie. Quelle analyse faites-vous de la situation, à la lumière de la crise financière internationale et la récession économique qui en découle ?
La crise financière internationale est une crise d’ajustement et non une crise conjoncturelle. Elle est par conséquent profonde et il faudra beaucoup de temps pour la solutionner. Le temps de trouver les instruments adéquats à un nouvel environnement technologique. Le monde est passé de la dominance de la technologie industrielle vers celle des nouvelles technologies de l’informatique et des communications (NTIC). C’est la globalisation de la finance, du commerce et de la production. C’est la perméabilité des frontières, avec pour conséquence pour les nations soit la contagion, soit l’exclusion. C’est la transition de la société industrielle vers la société des services. Il y a, par conséquent, inadéquation des instruments de gestion actuels avec ce nouvel environnement. Comme le changement se fait à une vitesse jamais égalée auparavant, il y a de la difficulté à s’ajuster. La crise touche en premier lieu le système financier parce que celui-ci a réussi, avant tous les autres, à utiliser les nouveaux instruments qu’autorisent les NTIC, mais la vitesse de changement a dépassé la capacité de suivi des institutions de régulation, c’est alors la crise et l’incapacité d’y faire face avec les instruments actuels de régulation et la difficulté d’imaginer les nouveaux. L’ajustement prendra du temps à se réaliser, d’où la persistance de la crise. Bien sûr, cette crise financière se manifestera également dans le secteur réel par la récession. Elle aura des conséquences importantes dans notre pays. Mais j’insiste pour annoncer que la crise financière n’est que la première manifestation de toute une série de crises d’ajustement que connaîtront tous les autres secteurs de l’activité humaine, partout dans le monde. Notre pays et aucun autre pays ne pourront y échapper. D’où l’importance de la bonne gouvernance, de la promotion des compétences nationales, de l’avènement d’une nouvelle génération de dirigeants.
Le ministre des Finances vient d’annoncer qu’il sera procédé à la révision de la stratégie économique du pays, des signes en ont été déjà donnés en juin avec les directives du chef du gouvernement concernant la part de l’Etat dans les nouveaux projets d’investissement et la création de nouvelles entreprises publiques. Qu’en pensez-vous ?
Je pense que la situation est beaucoup plus préoccupante pour être traitée avec des mesures partielles ou des effets d’annonce. Cela fait tellement longtemps que l’on parle de réformes et de nouvelles stratégies pour que je puisse leur accorder une quelconque attention, face à la situation que je viens de présenter.
Depuis 10 ans, l’on ne cesse de parler de la nécessaire et impérative indépendance vis-à-avis des ressources pétrolières. Mais nos exportations hors hydrocarbures n’arrivent toujours pas à franchir le seuil d’un milliard de dollars. A quoi est dû, à votre avis, cette incapacité de relancer la machine de l’économie nationale ?
La dépendance des ressources pétrolières ne concerne pas seulement les exportations, mais elle concerne surtout le budget. Or, plus on parle de l’indépendance plus on s’enfonce dans la dépendance. La fiscalité pétrolière représentait 20% des recettes budgétaires en 1970, 45% en 1978, 39% en 1989, 49% en 1998 et 76% en 2007. Autrement dit, notre dépendance budgétaire des ressources pétrolières s’est très fortement aggravée durant la dernière décennie, passant de 49% des recettes totales en 1998 à 76% de celles-ci en 2007. C’est le chemin inverse à celui annoncé par le discours officiel. C’est une plus grande vulnérabilité et une plus grande volatilité de notre économie. L’incapacité de relancer la machine de l’économie est due, comme je l’ai déjà expliqué en 2001, à un incroyable règne de l’approximatif, de l’illisibilité et de l’illusion. L’optimisme inconscient, qui règne chez les dirigeants, les empêche d’anticiper les obstacles. C’est alors l’immobilisme. Il faut bien noter que lorsque vous parlez d’un milliard de dollars d’exportations hors hydrocarbures, il s’agit pour l’essentiel de l’exportation de minerais, donc des ressources du sous-sol non renouvelables aussi.
Quel est votre point de vue sur le remboursement de la dette extérieure par anticipation ?
Il faut dire que lorsque le rééchelonnement a été réalisé en 1994, il s’est fait sur une projection d’une balance de paiement viable à 18 dollars le baril et la dette devrait s’éteindre en 2011. Donc, lorsque vous avez plus de 100 milliards de dollars de réserves de change, le fait de payer par anticipation 11 milliards de dollars ne changera rien à l’image du pays à l’extérieur. Mais il faut bien comprendre q’un paiement par anticipation signifie une ponction sur les ressources du Trésor en dinar. Cela veut dire que cet argent aurait pu être utilisé pour construire des écoles, des hôpitaux et autres infrastructures.
Certains pensent aussi que le fait de placer les réserves de change à l’étranger pourrait faire perdre de l’argent à l’Algérie. Etes-vous de ceux-là ?
Le manque à gagner est aussi une perte par excès de prudence en plaçant ses réserves dans des endroits les plus sûrs, mais bien entendu avec les rendements les plus faibles. Le plus important cependant : nous n’avons aucun besoin de ces ressources importantes de réserves. 30 milliards de dollars auraient suffi largement pour stabiliser le taux de change.
Mauvaise gouvernance, diriez-vous alors ?
Ce qui nous menace sérieusement, aujourd’hui, ce serait le basculement dans une anarchie rythmée par les révoltes de gens assoiffés de vengeance, décidés à détruire, faute de perspectives solides de changement, tout ce qui représente une référence au régime prédateur responsable de leur misère.Il est temps de mettre un terme à ce que nous endurons depuis longtemps, il est temps que la violence cesse d’être le seul moyen de gouvernance que nous puissions adopter. Le peuple algérien veut que l’Algérie rejoigne le concert des nations développées et bien gouvernées. Alors mobilisons-nous, chacun là où il se trouve et avec ce qu’il peut, pour qu’ensemble nous partagions les rêves et les espoirs de nos compatriotes.
Par Said Rabia - LA LIBERTE 23/11/2008

Saturday, November 22, 2008

الجزائر للبيع... ومن سيشتري شيئا يؤخذ مجانا؟

هكذا تم الإحتيال مرة أخرى في الجزائر، وهكذا احتال النظام على الإرادة الشعبية وبطريقة علنية وعلى المباشر، وبواسطة ما سمي تجاوزا أنه برلمان وهو لا يملك أدنى شرعية يمكن أن يعتد بها، والذي من خلاله جدد مشهد أغلبية مرهونة تحت أقدام أقلية ساحقة ممن يتخرجون من كواليس الجنرالات، ولا همّ لهم سوى السطو ونهب المال العالم، وتهريبه للخارج عبر عقارات أو أرصدة في بنوك عالمية...
إن المشكلة ليست في تغيير تلك المادة التي تحدد العهدات الرئاسية، وقلدت بوتفليقة تاج ملك في جمهورية كرتونية بعدما كادت أن تعصف بأحلامه، وليست المشكلة في اللعب بالتاريخ والثورة بهذه الطريقة المهينة، لما يتم وضع قيمة الشهداء وأول نوفمبر في كفة واحدة مع أطماع ممن لا هم لهم إلا السلطة وريعها المستباح، وليست المشكلة في استغلال شأن المرأة الشريفة التي تشمر على ساعديها في الفلاحة وتربية المواشي والدواجن في الأحراش وقمم الجبال والصحاري، وبين أولئك النساء اللواتي يجمعهن ما يسمى بالجمعيات النسائية التي تحترف البغاء السياسي بعد تقاعد من دعارة مقننة.
المشكلة الحقيقية والراهنة والخطيرة للغاية التي لا يسمح التأجيل فيها أبدا هي في هذا النظام الذي لم يتغير أصلا منذ 1962، وتسبب في تفقير الناس بالرغم من البحبوحة المالية التي منّ بها الله على شعبنا وأمتنا بنعمة النفط، إلا أنها لم تستغل كما يجب وتم نهبها بلصوصية كبيرة وتبديدها بصفقات تتوزع بين مشاريع فاشلة أو كاذبة، وتبذيرها في ما يخدم بطون وفروج هؤلاء الحكام، الذين يتصرفون في أموالنا كأنها ورثوها من أمهاتهم... وهاهي الأزمة المالية قرعت أبواب الجزائر برغم الكذب الذي مارسته السلطة علنا من أجل تمرير تعديلاتهم لدستور لم يحكم به أصلا، سوى لما صارت الإنتخابات الرئاسية على الأبواب، وستعود الجزائر إلى الإستدانة من جديد ونجد أنفسنا أمام أكتوبر آخر محتمل، وترى كيف سيكون حال هذا الشعب الذي لم تنفعه ملايير الخزينة عندما تجد البلاد نفسها من أفقر دول العالم؟ !!
الشعب إقتات من المزابل ولم يطعموه، الشعب سممته الفطريات ولم ينقذوه، الشعب جرفته الأودية للعراء ولم يغطوه ولا آووه، الشعب مزقته السيارات المفخخة إلى أشلاء متناثرة ولم يحموه، الشعب غرق أبناؤه هاربين من الجوع في أعماق البحر ولم يواسوه، الشعب يستغيث تحت القصدير ولم يرحموه... والخزينة العمومية بها أكثر من 130 مليار دولار وبرميل النفط أكثر من 120 دولار، فكيف سيكون وضعه الآن في ظل أسعار نفط بأقل من 50 دولارا وقد تصل مستقبلا إلى 15 دولارا؟ !!
عندما سمعت رئيس مجلس الأمة عبدالقادر بن صالح الذي لا يزال يتزعم الهيئات التشريعية منذ 15 عاما، وبعد التصفيق لعبث أشباه النواب، وهو يهنئ الشعب الجزائري بهذا الإنجاز العظيم والتاريخي الذي ستظل الأجيال تردده ولا يشبهه إلا فتح القدس في زمن الناصر صلاح الدين الأيوبي، أحسست بقرف شديد وشعرت بخجل من نفسي لما تخيلتها مكان هذا "الرجل" الذي له كل هذه الجرأة في تسويق الكذب وبطريقة مكشوفة تفطن لها حتى الصبيان الذي يلعبون يمرحون في الشوارع، وكيف يتجرأ بهذا الإستخفاف والإحتقار على شعب أنجب العربي بن مهيدي وإبن باديس ومالك بن نبي والعربي التبسي والبشير الإبراهيمي ومالك بن نبي؟ !!
أي إنجاز حققه هؤلاء النوام في فيلات نادي الصنوبر والشقق الفاخرة بميموزة وموريتي، في حين الشعب يستغيث من الرزايا والنوائب التي تحيط به من كل جانب؟ !!
أي إنجاز يتحدث عنه هذا الرجل ونظامه لم يستطع إنقاذ المواطن العجوز علي طاوي (84 عاما) الذي طرد من بيت سكنه منذ 1945 مع أبناءه الستة من حي رحماني عاشور باردو (قسنطينة)، فمات تحت صفائح القصدير من البرد والصقيع؟ !!
قد يستهان عندهم بعلي الكردوني – كنية علي طاوي - ولكن والله عندي وفاة هذا الرجل بتلك الطريقة ستظل وصمة عار تلاحق النظام إلى الأبد، هذا النظام الذي بذّر 2400 مليار سنتيم في قسنطينة على زيارة ساركوزي ولم يكلف نفسه في تمكين هذا الرجل بغرفة واحدة تأويه لا يتجاوز ثمنها 50 مليون سنتيم...
إن المشكلة ليست أن يستخف بنا هؤلاء، المرض يكمن فينا نحن الذين تركناهم يمارسون هذا الإستخفاف والإحتقار والإهانة والعبث، بل نحن نعلم علم اليقين بكذبهم وبهتانهم ولصوصيتهم وإجرامهم وللأسف نصمت عسى أن تنزل علينا مائدة من السماء، فالطغاة لا يكونون كذلك إلا إذا وجدوا شعبنا يقبل بطغيانهم... فأن يأتي أحمد أويحيى ويمجد إنجازات الرئيس وعلى رأسها تعديل ما يسمى عبثا وتجاوزا بالدستور، وهو يستعمل كورق تطهير في المراحيض بالمرادية ووزارة الدفاع، فلا عجب أبدا مادام أجره الشهري 50 مليون سنتيم وحياته كلها مجانا على حساب الخزينة العمومية وهو أول من إستفاد من التعديل بأن أصبح الوزير الأول بعدما كان رئيس حكومة لم تنقذ سكان وادي ميزاب من العراء...
أن يأتي "نواب" آخر زمن ويصفقون لهذا الإنجاز بطريقة مرغت شرفه إن كان لهم شرف في التراب، فلا عجب وهم قبل أيام فقط مكنتهم السلطة من رفع أجورهم إلى أكثر من 30 مليون سنتيم...
أن يأتي رئيس المجلس الشعبي الوطني عبدالعزيز زياري ويزور على المباشر في عدد النواب الذين صادقوا بالموافقة بهز الرجل واليد والبطن على هذه التعديلات، وهو الذي إمتدح المادة 74 من قبل لما كان عضوا في هيئة تعديل دستور 1996، وأشاد بتحديد العهدات الرئاسية متبجحا بقوله: حتى لا يظهر موسيليني في الجزائر، هذا لما كانت رغبة الرجل الأول في البلاد الجنرال اليمين زروال، ولما ظهرت رغبة أخرى لخليفته إنقلب الرجل على عقبيه... فلا عجب مادام شعبنا يرضى بأن يحكمه من لا مبدأ لهم.
أن يرسل الرئيس بوتفليقة رسالة كتبها منذ شهر يشكر فيها النواب على التعديل، وكانت في جيب عبدالقادر بن صالح قبل التصفيقات وتحقيق رقم 500 الذي يوافق تقريبا عدد ضحايا الحرب الأهلية لكن بالآلاف، فلا عجب أبدا مادامت الهيئة التنفيذية مجرد ديكور يستهلك الملايير من المال العام سواء في الإنتخابات أو في السكنات الفاخرة والسيارات الفخمة والصفقات الخيالية...
أن يأتي تلفزيون حمراوي حبيب شوقي وينقل لنا يوميا آراء لاحقها مقص الرقيب، لتشيد بـ "فخامة" الرئيس بوتفليقة كما يحلوا لهم التسبيح والتهليل والتصبب في نشراتهم الإخبارية، ولم يتجرأ ولو لذر الرماد في العيون في نقل نقد أو شبه إحتجاج محتشم ولو من طرف موظف في مبنى 21 شارع الشهداء كعادتهم، في حين بعض الصحف والقنوات الفضائية ومنتديات الأنترنيت تنقل صرخات الملايين من الرافضين لهذا الإحتلال... فلا عجب !!
أن نشهد حفلات تبث ومسيرات توصف كالعادة بالعفوية عبر بعض المدن، وهي تحتفل بالتعديل التاريخي الذي به ستصبح الجزائر الدولة العظمى وستنافس أمريكا على إمبراطوريتها بل ستسحق إسرائيل وتحرر بيت المقدس وتعيد لهم عزتهم... فلا عجب !!
أن يستغرق تعديل الدستور 12 يوما و15 يوما يصبح فيه أويحيى الوزير الأول، وبعدها يتحرك المتطفلون من الأحزاب والجمعيات لشرح هذا الدستور للشعب، والتحدث عن مزاياه التاريخية والذي من خلاله سيرد الإعتبار للشهداء الذين يستهدفون ولكن تحت قبة البرلمان، ويرد الإعتبار للمرأة الجزائرية التي يدعي تمثيلها مجموعة من العاقات اللواتي هربن من بيت العائلة في سن المراهقة واليوم تمكنّ من المال والجاه، بل يوجد من بينهن تلك التي تركت زوجها في أقصى الجنوب وصارت تعيش في حي راقي تبدل عشاقها كما تغير أحذيتها... فلا عجب !!
لكن العجب الحقيقي أن يعتبر تحديد العهدات الرئاسية في عهد زروال قمة الديمقراطية، وفي عهد بوتفليقة منافي للديمقراطية، ومن طرف الأشخاص أنفسهم سواء كان بن صالح أو أويحيى أو زياري أو غيرهم، في حين أن أعرق الديمقراطيات في العالم تحد من العهدات وبفضلها ذهب القيصر بوتين وهو يمارس الجيدو كشاب في العشرين وخلفه رئيس حكومته وهو يطفح بالأمل والشباب، والأمر كذلك بالنسبة للولايات المتحدة التي بفضل دستورهم أزاحوا بوش الجمهوري وأوصلوا الديمقراطي الأسود للبيت الأبيض... في حين عندنا تجد الرئيس لا يقوى على أن يحرك رأسه أو أن يلقي خطابه ومصادر مختلفة تؤكد على أنه يدخل الحمام بالأجهزة الطبية، فهل من الممكن أن يحقق أي شيء للأمة رجل يرى الموت قاب قوسين أو أدنى منه ولا يفكر سوى في مسكنات آلامه؟ !!
إن الشعب الذي يتفرج على مستقبله يسير نحو الهاوية من طرف نصابين ومحتالين وكذابين ولصوص، يحتاج بدوره إلى أن يتغير من جذوره، لأنه كيفما نكون يولى علينا، ومن رضي بالذل والهوان فلا يحق له أبدا أن يصرخ من الصفع النازل على قفاه أو يشكو من لعاب يبصق على وجهه... فترى متى نعتبر قبل فوات الأوان؟ !!
أقولها بصراحة ومن دون تردد أن الجزائر يعرضها حكامها للبيع، ولكنهم أغبياء فلا يوجد من سيدفع فلسا واحدا في شيء يمكن أن يأخذه بالمجان في زمن العمالة هذا... ولنا عودة في منفيات أخرى.
بقلم: أنور مالك
Friday, November 21, 2008

Friday, November 21, 2008

لا بأس من خمس سنوات أخرى لبوتفليقة ما دام ذلك سيعجل بسقوط النظام الجزائري

عندما فشلت المفاوضات سنة 1994 بين قيادة الجيش ممثلة في الجنرال خالد نزار وبين الرئيس الحالي عبد العزيز بوتفليقة، أسر هذا الأخير إلى صديقه أحمد طالب الإبراهيمي الذي أصبح بعدها منافسا له في الانتخابات قائلا: لقد سخروا مني. مستخدما عبارة عامية نابية لا يمكن إيرادها في المقال حفاظا على مشاعر المحترمين من القراء. وعندما أعاده الجنرالان العربي بلخير ومحمد مدين (توفيق) إلى الواجهة سنة 1999 وزوروا لأجله الانتخابات الرئاسية أسر للعقيد محمد الصالح يحياوي خصمه السابق قائلا: أنا مرشح أمريكا لإبعاد قائد الجيش
(الجنرال محمد العماري).
لا شك في أن مهمة بوتفليقة لإبعاد المجرم الإستئصالي المذكور آنفا هو والكثير من زملائه من قادة فيالق الموت الشهيرة قد نجحت، وهو بمنطق النظام الظرفي القاصر والمحدود الأفق قد حقق مكاسب لنفسه ولحلفائه. فهو من جهة استطاع أن ينتزع نصف السلطة من يد الجنرالات فأصبح نصف رئيس بعد أن عينه رؤوس السلطة الفعلية، ومكن لعائلته ولأبناء عشيرته (أبناء ندرومة وضواحيها) من الاستحواذ على أهم المناصب في الحكومة والقضاء والجيش والإدارة، وعزز نفوذه لدى القوى الدولية الكبرى بأن رشاها بما لم يستطع أحد قبله أن يقدمه. كل هذا صحيح بمنطق من يريد أن يخلد في الحكم.
أما بمنطق قائد الدولة الذي تهمه مصلحتها فالأمور على النقيض تماما، فكون السعيد وعبد الرحيم ومصطفى ولطيفة بوتفليقة يتولون مناصب رسمية سامية في الدولة لا يعزز من مكانة الرئيس، واعتماده على عشيرته في الحكم حالة مرضية ظلت الجزائر تحاول التخلص منها حتى وهي لم تصل إلى الخطورة التي وصلتها مع هذا الرئيس، وتحييده لضباط فرنسا من العجزة للتمكين لضباطها وضباط أمريكا من الشباب لن يحل أزمة الحكم في الجزائر. كل هذه الخطوات من شأنها أن تعجل بسقوط نظام أصبح عالة على الجزائر بدل أن تعزز موقعه.
تحكي إحدى النكت الخبيثة أن بوتفليقة سأل أحد العرافين أيام عزلته عن مستقبله السياسي وأن هذا العراف الذي تقول النكتة إنه مغربي أخبره بأنه سيصبح رئيسا، وتقول النكتة إن بوتفليقة بعد أن أصبح رئيسا فعلا عاد إلى العراف ليسأله عما يمكن أن يحدث بعد ذلك وأن العراف أبلغه بأن الوحي سينزل عليه. تستمر النكتة بأن يتظاهر بوتفليقة بعدم تصديق ذلك الدجال وأن يسافر إلى الإمارات ليستريح في إحدى منتجعات شيوخها، ثم تحكي كيف كان يتجول وحيدا في المنتجع ليشعر برغبة في قضاء حاجته ثم يفاجأ بمن يطرق ظهره قائلا: إقرأ. يشعر بوتفليقة كما تواصل النكتة بالغبطة ويرد متقمصا شخص نبي: ما أنا بقارئ، ليجيبه البدوي الذي طرق ظهره: يا غبي اقرأ، ممنوع البول في الطريق.
ما من شك في أن فائض الخزينة الاستثنائي الذي حققته عوائد البترول الضخمة عزز لدى بوتفليقة حالة الإيمان التوهمي المصطنع الذي تشخصه النكتة الخبيثة، وما من شك أيضا أن بوتفليقة يشعر بأن الله يقف معه ضد أعدائه وما من دليل أقوى لديه من تلك الأموال التي حصل عليها دون جهد منه أو من حكومته. إن من يعرفون بوتفليقة جيدا يعتقدون أن أكبر عيب فيه هو أنانيته المفرطة وحبه الصبياني للتملك، لذلك فإن هذه الأموال في نظره هبة من الله له الحق في انفاقها كما يشاء، وأحسن سبل انفاقها هي التي تعزز حكمه وتبقيه على الكرسي مدى الحياة. ولكن أين ذهبت تلك الأموال؟
لقد استفادت القوى الإقليمية الخارجية من الحصة الكبرى من تلك الأموال، ثلثها تقريبا مرهون لدى بنوك الولايات المتحدة بهدف طمأنة الإدارة الأمريكية على ولاء حليفها الذي لن تجد أحسن منه والذي ستفكر مليون مرة قبل التخلي عنه بما يعني السماح لغيره بالوصول إلى الحكم وما ينجر عن ذلك من متاعب قد تحدثها حكومة وطنية منتخبة بحرية على صعيدي مكافحة الإرهاب وانتاج البترول.
أما الباقي فجزء منه وزع على المستعمر السابق تحت غطاء المشاريع الكبرى التي أسالت لعاب الرأسمالي ساركوزي وجعلته يتردد على الجزائر عدة مرات بل وأطمعت حتى دولة كبريطانيا التي ليس لها نفوذ يذكر في الجزائر فجعلت وفودها تتوالى إلى البلاد مطالبة بكل صراحة بحصة في المشاريع الكبرى التي كشف وزير تدمير القطاع العام حميد تمار في لقاء حضرته في لندن قبل أسبوع، كشف عن قيمتها التي تتجاوز ال 140 مليار دولار أنفق منها حتى الآن 65 مليارا.
ولم يستثن بوتفليقة دول المعسكر الشرقي السابق التي يريد من خلالها أن يشعر الغرب بأنهم ليسوا حلفاءه الوحيدين فاستورد عشرات الآلاف من العمال الصينيين أكثرهم من قطاع البناء الذي هجره الجزائريون بسبب ضعف الراتب فيه في وقت يتقاضى فيه الصيني أضعاف ما يتقاضاه الجزائري. وهكذا ساهم بوتفليقة في حل جزء بسيط من مشكل البطالة في الصين لأن بلاده ليس بها بطالة!!!
وتنضوي تحت هذا المنطق صفقة السلاح الروسي الكبرى التي أفشلها اللوبي الفرنسي في الجيش واستدركها بوتفليقة بتعويضات مجزية في السر والعلن.
وعلى الصعيد الداخلي حول بوتفليقة انتباهه إلى ما يراه قوى سياسية واجتماعية مهمة فأغدق المال على البرلمانيين وشيوخ الزوايا الطرقية ورؤوس العشائر، كما استدرج أحزابا ظلت تتاجر بخطاب شعبوي حاد ثم دخلت كغيرها بيت الطاعة كحزب العمال التروتسكي الذي صوت أخيرا للتعديل الدستوري.
ولقد أكد بوتفليقة ما قلته قبل سنوات حين عرض ما سماه قانون المصالحة الوطنية، وقد قلت حينها أن الرئيس يتعامل بمنطق أسواق الفلاح التي كانت تلزم من يشتري البن بشراء الصابون للقضاء على الكساد، فزج بموضوعي حرية المرأة واحترام رموز الثورة في التعديل الذي منحه حرية مطلقة في الترشح عدد المرات التي يشاء.
هذه هي قمة الجبل الجليدي تعكس خبرة في استثمار مال الدولة من أجل الخلود في الحكم، لكن ما تحتها ينبئ بخراب أحسن نتائجه انهيار النظام وأسوؤها انهيار الدولة وحرب أهلية أكثر ضراوة.
المال الذي جمعه بوتفليقة وبدد جزءا منه زاد من آلام الجزائري التي طالما اختفت وراء واقع شح الموارد والأزمة الاقتصادية، فلا بوتفليقة نجح في إنشاء طبقة وسطى يقمع بها الطبقة الفقيرة ويسيطر عليها ولا هو استطاع بإغلاقه للحيز السياسي والإعلامي بتضييقه على الأحزاب ووسائل الإعلام ومنعه نشوء أخرى جديدة أن يتحكم في الوضع ويمنع التسربات.
ومع أن الأزمة الأمنية لم تبلغ حدتها الحدة التي وصلت إليها منتصف التسعينيات فإن ذلك ليس وراءه عبقرية منه وإنما هو ضعف وقصور رأي الجماعات المسلحة في الجزائر التي لم تنجح في التحول إلى كيانات سياسية مسلحة واستمرت عصابات قد تملك حسن النية ولا تملك سداد الرأي وقد لا تملك كليهما. جماعات تشترك مع النظام في افتقارها لمشروع سياسي جامع للجزائريين ويفوقها النظام بماله وعدته والدعم الذي يحصل عليه من الخارج.
وامتلاك هذه الجماعات أو بعضها مشروع مجتمع جامع سيجعل منها في ظل انتفاء سبل المعارضة الشرعية الممثلة للشعب تمثيلا حقيقيا، يجعل منها مستقطبا لجزء من الشباب الذي زاد حكم بوتفليقة من تهميشه.
إن من أسرار انهيار النظام الجزائري التي سيكتب عنها التاريخ هو فساد دم ذلك النظام وامتناعه عن تجديده، نظام معدل سنه في الستينيات ومعدل سن شعبه في الثلاثينيات كما ورد على لسان كاميرون هيوم السفير الأمريكي في اندونيسيا حاليا وفي الجزائر سابقا في كلمة له في الكونغرس.وإن صورة الشباب الجزائري الذي يتسابق للظفر بمكان داخل قارب متهرئ يبحر به إلى الشمال تشبه صورة الألمان الشرقيين الذين كانوا يتخذون كل السبل من أجل مغادرة بلادهم سنينا قليلة قبل انهيار حائط برلين.
إن بوتفليقة نفسه يدرك أن لا شعبية لديه عند أكثر الجزائريين وأن حظوظه في الفوز بمنصب الرئيس معدومة دون تزوير يكون جهاز المخابرات طرفا فيه وإن ذلك ما جعله يلجئ لتمرير التعديل الدستوري على برلمان انتخب أكثر أعضائه بالتزوير مع كل ما ينجم عن ذلك من انعدام للشرعية، شرعية منبثقة من دستور عدله نواب مرتشون مزورون ومزور لهم.
كل ذلك يدعم محصلة واحدة ملخصها: لا بأس إذا من خمس سنوات أخرى لبوتفليقة ما دام ذلك سيعجل بسقوط النظام الجزائري ولكن عسى ألا يكون سقوطا للدولة والمجتمع والأمة
محمد تامالت - لندن
Thursday, November 20, 2008

Le match amical Algérie-Mali a été émaillé d’incidents à la fin de la partie, Les Verts ne sont pas si sûrs de rejouer en France

Cept ans après les regrettables incidents du Stade de France, les supporters algériens sévissent de nouveau. dans la seule mairie de France qui a accepté d’accueillir ce match amical Algérie-Mali, pour des raisons politiques évidentes, les Algériens ont de nouveau poussé la bêtise jusqu'à son paroxysme au stade Douchon-Robert de Rouen, en empêchant la rencontre d’aller à son terme alors qu’il ne restait qu’une poignée de secondes pour le coup de sifflet final. En effet, on jouait la 94’ quand, au moment fort de la domination algérienne, Abdeslam, le sociétaire de la JSK, parvient à égaliser pour les Verts. Mais les Maliens contestent, estimant, à tort du reste, les images de la télé faisant foi, que le ballon n’avait pas franchi la ligne des buts. Au milieu d’un brouhaha indescriptible, les Maliens crient leur colère à la face d’un arbitre dépassé qui venait de valider à juste titre le but égalisateur algérien. Le juge de touche, lui, “coupable” d’avoir justement donné son feu vert à l’arbitre principal pour la validité du but, en aura pour son grade. Pis, il sera carrément agressé par deux joueurs maliens. C’était suffisant pour provoquer l’ire de ces quelques énergumènes agglutinés au grillage juste avant la main courante. Ils bombarderont la pelouse de toutes sortes de projectiles et arracheront même des sièges pour les lancer en direction du banc malien. Ils tenteront aussi d’escalader les grilles pour envahir le stade, comme ce fut le cas en 2001 lors d’un certain France-Algérie, mais les vigiles s’interposèrent. Deux supporters parviendront tout de même à pénétrer sur la pelouse. Le défenseur Meniri s’en prendra à l’un deux en lui hurlant à la face : “Allez, dégagez, vous ne foutez la honte !” C’est d’ailleurs un peu le sentiment de l’ensemble des Algériens présents sur place et qui n’aspiraient en fait qu’à une seule chose : assister à un match de football, celui de leur pays d’origine. Bref, Une bataille rangée s’en est suivie entre les deux camps sous les yeux hagards du reste du public, pardi, de la majorité du public ! pas du tout d’accord avec ce genre de comportement scandaleux. L’affrontement durera une quinzaine de minutes avant que le service de sécurité du stade de ne fasse intervenir les chiens pour évacuer de force tout le monde. Sur la pelouse, les joueurs et les membres du staff quittent l’arène sous forte escorte. Entre-temps, l’arbitre français Julien Dominique met fin prématurément aux débats. Une fin en queue de poisson et surtout gâchée par des pseudos supporters qui n’avaient sans doute rien à faire dans le stade. Après ce qui s’est passé mardi soir à Rouen, il est clair qu’aucune ville française ne se proposera désormais pour abriter un match amical au profit de l’Algérie. Un confrère nous glissait à l’oreille à la sortie du stade que les Algériens se sont fait griller de la sorte alors qu’ils ont pourtant une bonne équipe.
Par : Samir Lamari, LA LIBERTE 20/11/2008

Un lecteur du journal 'Al Hayat': le polisario est une création de l'Algérie

Un lecteur du journal "Al Hayat" a écrit, dans l'édition de mercredi, que le polisario est une création de l'Algérie, exprimant son soutien à la proposition marocaine d'autonomie au Sahara.

L'Algérie, écrit le lecteur du journal, visait, à travers cette manoeuvre, de mettre la main sur le Sahara dans le cadre de sa stratégie expansionniste dans la région et d'affaiblir le Maroc en vue de créer un micro-Etat dépourvu de toute base juridique, du fait que le Sahara faisait, de tout temps, partie du territoire marocain. L'auteur de ce courrier, Mohamed Jamaâ, a affirmé que la résolution de ce conflit reste tributaire de la mise en place d'une autonomie élargie. Dans un courrier similaire, un autre lecteur, Baâmrani Sahraoui, a indiqué que la seule voie possible pour mettre un terme à ce conflit réside dans l'octroi à la région du Sahara d'un statut d'autonomie, conformément aux standards internationaux, au lieu d'une indépendance sous le régime totalitaire du polisario, inféodé au gouvernement algérien. L'Algérie cherche, en fait, à établir un micro-Etat non viable appelé, en apparence, "République sahraouie démocratique", mais ce ne sera, en réalité, qu'une entité fantomatique au service des intérêts occultes d'Alger, ajoute ce lecteur
MAP-LE CAIRE
Jeudi 20 Novembre 2008

Monday, November 17, 2008

UMA-FMI:Strauss-Kahn appelle l'Algérie et le Maroc à dépasser la question des conflits pour avancer dans l'intégration économique

Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, a appelé, lundi à Tripoli, l'Algérie et le Maroc à "dépasser la question des conflits pour avancer dans l'intégration économique".
"Les problèmes politiques rendent les choses plus difficiles", a estimé l'ancien ministre français des finances, dans une déclaration à l'AFP, en marge d'une conférence sur l'intégration économique au Maghreb, en soulignant que l'Union européenne "s'est faite avec des pays qui avaient fait la guerre longtemps, notamment la France et l'Allemagne, et qui ont dépassé leurs différends politiques pour construire leur bien-être économique collectif".
"Il y a beaucoup à faire. Mais cette intégration pourrait se faire petit à petit pour permettre la création d'une grande puissance économique", a-t-il ajouté, insistant sur la nécessité d'accélérer l'intégration commerciale et la création d'un instrument financier à l'échelle du Maghreb.
Selon lui, "il faut avancer dans l'intégration économique comme s'il n'y avait pas de problème politique et il faut par ailleurs traiter les problèmes politiques comme s'il n'y avait pas de difficultés économiques".
Le directeur général du FMI doit assister mardi à la clôture des travaux de la "Conférence sur l'intégration régionale et la promotion des projets communs dans les pays du Maghreb arabe".
Tripoli, 17/11/08-MAP

L'Algérie est responsable des actes et décisions du polisario (Mustapha Bouh)

M. Mustapha Bouh, nommé récemment ambassadeur du Maroc en Angola, a déclaré que "la responsabilité de l'Algérie est pleinement engagée pour les actes et décisions politiques du polisario, du fait qu'elle abrite cette entité fantoche sur son territoire et lui apporte son soutien".
M. Bouh, qui était l'invité de l'émission "Moubachir mâa", diffusée samedi soir, par la chaîne Al Jazeera direct et consacrée au thème "le Maroc et la proposition d'autonomie au Sahara", a ajouté que "par conséquent le polisario n'est nullement maître de la décision de trouver une solution à la question du Sahara".
"Si des entraves continuent à être dressées devant la solution politique du dossier du Sahara, le Maroc n'hypothèquera pas son développement et son organisation administrative à un quelconque acquiescement de parties qui refusent d'aboutir à une solution", a-t-il poursuivi.
M. Bouh a en outre rappelé que les Nations unies et les membres influents au sein du Conseil de sécurité ont favorablement accueilli la proposition marocaine d'autonomie dans les provinces du sud.
La proposition du Maroc n'est pas fortuite. Elle a été présentée après que l'Onu eut fait part de l'impossibilité de tenir un référendum dans les provinces du sud du Royaume, a-t-il noté.
En ce qui concerne la question des droits de l'Homme, il a affirmé que le Maroc est le seul pays arabe à avoir traité ce sujet avec courage, notamment à travers la création de l'Instance Equité et Réconciliation (IER). Le Maroc, pays où les droits de l'Homme sont respectés, peut se sentir fier de ce que des défenseurs de droits de l'Homme originaires des provinces du sud expriment librement leurs opinions à l'étranger, sans qu'aucune atteinte ne soit portée à leur sécurité ou à leur intégrité.
M. Bouh a également évoqué les graves violations des droits de l'Homme perpétrées dans les camps de Tindouf, où il n'y a ni liberté d'opinion, ni presse, ni justice ni procès justes", et où l'ordre est régi par une structure politique qui surveille faits et gestes des gens dans une zone hermétiquement fermée.
Par ailleurs, M. Bouh a rappelé que la majorité des anciens "dirigeants historiques" du polisario ont regagné leur mère patrie dont d'anciens dirigeants militaires, des ministres et des membres du prétendu bureau politique du polisario.
Rabat, 16/11/08-MAP

Saturday, November 15, 2008

USA: Christopher Hill, lauréat du Common Ground Award, sensibilisé sur le sort des victimes du Polisario

Le lauréat pour cette année du Common Ground Award, le Secrétaire d'Etat adjoint pour l'Asie orientale et le Pacifique au sein du Département d'Etat, Christopher Hill a été sensibilisé, vendredi soir, sur les violations des droits de l'Homme commises par le Polisario contre les populations sahraouies dans les camps de Tindouf.
Lors de la cérémonie de remise du Prix par l'ONG "Search for Common Ground", spécialisée dans la médiation, Christopher Hill, également chef de la délégation américaine aux négociations à six sur la question du nucléaire nord-coréen, a rencontré l'ex-déportée du Polisario, Mlle Saadani Maa Al Ainine qui lui a remis une lettre au nom des victimes du Polisario.
Dans cette lettre qui se veut un appel de détresse à l'ensemble de la communauté internationale pour qu'elle agisse afin de mettre un terme au calvaire que vivent les séquestrés de Tindouf, Mlle Saadani s'insurge contre le prétendu Prix des droits de l'Homme décerné, jeudi, par la Fondation Robert F.Kennedy (RFK) Mémorial à la prétendue militante Sahraouie, Aminatou Haidar.
"Nous, au Maroc, exprimons notre inquiétude que les forces obscures du Polisario vont ternir l'image du RFK Memorial et celle de ce grand dirigeant au nom duquel la Fondation a été créée", a souligné Mlle Saadani, dont la présence à la cérémonie constitue en soi un hommage rendu à cette victime du Polisario.
L'ex-déportée du Polisario s'est dite convaincue, à l'instar de tous ses compatriotes marocains, que le Polisario va exploiter à tout bout de champ ce Prix pour porter préjudice et s'opposer aux négociations en cours sous l'égide de l'ONU, ainsi qu'à l'initiative marocaine d'autonomie, qualifiée de "sérieuse et crédible" par l'organisation onusienne et qui jouit du soutien de plusieurs pays et organisations à travers le monde, notamment les Etats-Unis et l'Union Européenne.
Selon Mlle Saadani, Aminatou Haidar ne mérite pas le Prix pour un certain nombre de raisons, entre autres, son refus de renoncer à la violence contre le Maroc à l'égard duquel elle tient un discours de haine et d'incitation à la violence, et pour avoir gardé le silence sur les violations des droits de l'Homme commises par le Polisario et ceux qui le soutiennent.
Mlle Saadani s'étonne également du fait que "Mlle Haidar, une malhonnête doublée d'une hypocrite qui, tout en diabolisant le Maroc et en lançant des allégations fallacieuses contre ce pays, continue à voyager avec un de ses symboles les plus importants à savoir le passeport marocain grâce auquel elle a effectué le voyage du Maroc à Washington pour recevoir son Prix".
Le Prix du Search Common Ground, fondé en 1982, a été également remis à d'autres personnalités qui se sont distinguées par leurs efforts en matière de résolution de conflits, de négociation, et de dialogue.
Mlle Saadani Maa Al Ainine avait, rappelle-t-on, été l'invitée d'honneur du Think Tank américain, Foreign Policy Research Institute (FPRI) basé à Philadelphie (USA), qui lui a rendu, jeudi soir, un vibrant hommage.
Elle avait ainsi pris part au dîner annuel du Centre au cours duquel le Prix Benjamin Franklin pour cette année a été remis à John R. Bolton, ancien représentant permanent des Etats-Unis à l'ONU et ancien sous-secrétaire d'Etat pour le contrôle des armes et la sécurité internationale.
Au cours de ce dîner qui a vu la participation de quelques 500 convives, le président du Centre Harvey Sicherman, ancien conseiller de James Baker, a salué en cette jeune marocaine originaire des provinces du Sud, son courage et son abnégation, et appelé à la mobilisation de la communauté internationale pour la libération des populations séquestrées à Tindouf, dans le sud ouest algérien.
Washington, 15/11/08- MAP

Friday, November 14, 2008

L'ENTV la télé du pouvoir algérien par excellence

L’ENTV demeure la chaîne de télé du pouvoir politique en Algérie et ignore sa vocation de service public au profit du peuple algérien dans toute sa diversité.vendredi 14 novembre 2008.
Depuis sa création, l’entreprise nationale de la télévision algérienne (ENTV), a toujours été l’instrument de propagande du pouvoir politique en Algérie. Une situation que dénonce plusieurs partis politiques d’opposition mais aussi les associations et autres organisations qui accusent l’ENTV de ne pas couvrir leurs activités.
Rappellons par ailleurs que l’ENTV est financée par l’argent du contribuable algérien et de ce fait, les Algériens sont en droit d’attendre de l’ENTV qu’elle soit équitable en respectant le droit à la parole de l’opposition politique en Algérie et de ne pas servir d’outil de propagande gouvernementale.
Par Rayane, www.algerie-dz.com

Algérie: terrorisme à Constantine, un policier tué et un officier de l'ANP blessé

Une certaine recrudescence de la violence a été signalée à Constantine ces dernières semaines.
Un accrochage d’une rare violence a eu lieu, dans la soirée de mardi, entre les forces de sécurité et un groupe terroriste dont le nombre n’a pas été déterminé. C’est en contrebas de Djebel El Ouahch, à proximité de la cité Emir- Abdelkader, sur les hauteurs d’El Kantara, que le groupe terroriste a été accroché, alors qu’il tentait de se réfugier dans une villa non loin de la mosquée El Ikhlas. Les services de sécurité avaient agi sur la base de renseignements selon lesquels des éléments armés ont réussi à pénétrer dans la villa. L’on déplore le décès d’un officier de police et la blessure d’un officier de l’Armée nationale populaire qui a été transporté à l’hôpital militaire Ali-Mendjli. En revanche, les forces de sécurité ont abattu un terroriste dont l’arme, un AK47, a été récupérée sur les lieux de l’accrochage. Le reste du groupe a réussi à prendre la fuite vers Djebel El Ouahch en profitant de l’obscurité. Aussitôt, les services de sécurité ont déclenché une grande opération militaire sur la trace des fuyards en mobilisant des moyens conséquents. Des sources sécuritaires nous ont confié que dans la nuit du lundi, un autre terroriste, âgé de plus d’une vingtaine d’années, a été arrêté vers 20h30 à Boussouf dans la périphérie ouest de Constantine. Quelques instants avant son arrestation, ce terroriste, une nouvelle recrue semble-t-il, a tenté d’user de la grenade qu’il détenait, malheureusement pour lui, une mauvaise manipulation de l’arme fait exploser l’engin entre ses mains. Il sera amputé de son bras. Il est actuellement hospitalisé.Il sera interrogé, aussitôt remis sur pied. La question sécuritaire suscite aujourd’hui, à Constantine, des inquiétudes. Des sources très au fait du traitement sécuritaire nous ont confié que des cellules de soutien se sont reconstituées alors que les groupes actifs ont réussi à convaincre des jeunes de rejoindre leur mouvement, cela juste pour se démarquer de la société car, au fond, ont souligné les mêmes sources, les terroristes n’ont aujourd’hui aucun objectif, notamment au plan politique. Plus de 64 terroristes, originaires de Constantine et de sa banlieue, sont activement recherchés par les services de sécurité chargés de la lutte antiterroriste. En plus d’une crise qualifiée de sociale, à Constantine, depuis quelques mois à cause de l’anarchie dans la gestion du transport et des grands projets, la ville vit au rythme d’une certaine recrudescence de la violence.
Ikram GHIOUA - L'EXPRESSION 14/11/2008

POLISARIO, LE "TRABANDOTERRORISME" EN QUESTION

Pendant les années 1970, quelques marxistes ou se proclamant comme tels avaient forcé des milliers de personnes à les suivre en Algérie, à Tindouf. Il est fort probable que la Guerre Froide, et l'Algérie se trouvait dans le camp soviétique, avait tourné la tête à des jeunes voulant singer quelque héros d'Amérique Centrale. Ainsi l'idéologie semblait être à la base de leur action et la finalité le séparatisme.

Plus de trente ans d'immobilisme, de misère matérielle et intellectuel ont obligé le Polisario a abandonné relativement l'idéologie révolutionnaire pour une recherche effrénée de gains matériels. En effet grâce à l'efficace système de désinformation algérien, de nombreuses ONG se sont laissées convaincre de verser d'immenses sommes en argent ou en aliments à ce mouvement. Grâce à l'Algérie, le Polisario au lieu de tomber dans les poubelles de l'histoire, a glissé lentement, mais sûrement vers le «trabandoterrorisme ». C'est un processus normal si on analyse les guérillas d'Amérique du Sud qui sont devenues des « narcoterroristes» au moment où les gouvernements locaux ont plus ou moins réussi leur transition démocratique.

Tous ces groupes ont en commun un mépris du processus démocratique de leurs pays respectifs et le non respect de la légalité. Ainsi en 2008, Abdelaziz, le président du Polisario est devenu le plus grand responsable des violations des droits de l'homme en Afrique du Nord. Son jugement par une cour de justice international et neutre est une nécessité. L'expérience sud-américaine nous apprend qu'à défaut de cette démarche, l'évolution du Polisario sera fera vers un mouvement mafieux : trafics en tous genres, y compris le trafic d'armes, c'est là le sens du «trabandoterrorisme».

Le Polisario entre idéologie et violation des Droits de l'Homme
Opposer les ethnies :
Dès la fin des années soixante, le Polisario était devenu le bras armé du FLN algérien à la frontière marocaine et mauritanienne. Sa structure politico militaire et son discours socialisant ont inspiré de nombreux mouvements en Afrique. Des pays mal organisés ont vu comment des mouvements du même type, qui en se basant sur les inimitiés des différentes ethnies ont provoqué des guerres civiles meurtrières. Leurs anciens dirigeants sont actuellement en jugement devant la Cour Pénale Internationale.

Le Polisario en fournissant des armes à des mercenaires recrutés au Sahel, au Tchad et même au Soudan, leur fait croire que c'est là le seul moyen d'échapper à la misère. Une fois recrutés, ils doivent pour survivre à l'immobilisme s'adonner à toutes sortes de trafic au bénéfice du Polisario sinon c'est le suicide ou le peloton d'exécution.

Armes, drogues et manque de légitimité politique
Les factions somaliennes, malgré les efforts de l'armée éthiopienne profitent de cet état de non droit pour s'adonner à un trafic considérable d'armes et de drogues. Une partie de ces trafics prend la direction de l'Ouest vers le Soudan, Tchad et Sahel pour enfin atteindre le sud algérien où le Polisario capte une partie de ces marchandises illégales moyennant des règlements en espèces et une aide logistique fourni aux mafias locales. Certains rivages déserts de l'Afrique de l'Ouest risquent aussi de devenir des lieux de débarquement de drogues et d'armes. L'expérience sud américaine démontre que les organisations en perte de repères s'allient aux mafias pour se livrer aux trafics hautement rentables.
Pourquoi cette dérive en ce qui concerne le Polisario ? La réponse se trouve dans la ferme volonté du Maroc de défendre son territoire. Depuis une dizaine d'années, les avancées démocratiques du Maroc lui ont permis de regarder en face un passé douloureux en se basant sur la vérité et la réconciliation.

La lecture des rapports sur les droits de l'homme respectivement au Maroc et en Algérie de la FIDH est édifiant à ce sujet (www.fdh.org/article 5233 et 5235). Cet ONG constate que le Maroc fait des efforts considérables. Ainsi l'instance Equité et Réconciliation (IER) rend publique ses débats et ses décisions. L'abolition de la peine de mort fait partie des sujets abordés par la société civile. Toutes les allégations de torture sont impérativement examinées par la justice. Enfin en Afrique du Nord, le Maroc est le pays qui respecte le plus la liberté d'expression et de réunion.
En ce qui concerne l'Algérie, la FIDH souligne le maintien de l'Etat d'urgence depuis 1992 et constate que «l'Algérie demeure un pays où toute forme d'expression divergente est réprimée». Suit toute une série de remarques concernant les restrictions à la liberté d'association, de réunion et de manifestation. Déjà en 2004 la 32ème session du Tribunal permanent des peuples (héritier des Tribunaux Russel) avait attirée l'attention de la communauté internationale sur les violations des droits de l'homme en Algérie (www.ldh-toulon.net)

Ainsi le manque d'un Etat de droit en Algérie déteint sur le Polisario qui a perdu toute légitimité politique. Cependant en pratiquant encore l'esclavage des femmes noires, en envoyant des enfants marocains à Cuba et en détenant pendant plus de trente ans des prisonniers marocains, le Polisario s'est rendu coupable de crimes contre l'humanité (voir à ce sujet le déplacement d'une mission belge à Laayoune et refoulée par la suite de Tindouf en octobre 2007). Le Polisario –dans la même lignée que les Khmères Rouges- réprime, suspend les autorisations de sortie du camp et finit par enlever et assassiner des citoyens innocents. La gendarmerie algérienne a été ainsi obligée d'intervenir pour limiter les massacres car les jeunes « commencent à se fatiguer de la lutte et de la vie dans les camps» (www.csme.canalblog.com/archives) selon la déclaration de l'épouse de Abdelaziz elle-même. Dépourvue de légitimité interne, le Polisario s'accroche à l'Algérie qui tente de lui trouver une légitimité sur le plan international.

Pendant les années 1980 et 1990 des ONG en Europe et aux Etats-Unis ont cru à la propagande algérienne et ont compati avec le Polisario. Il a fallut un certain temps pour se rendre compte qu'il n'y avait aucune différence dans le comportement des «narcoterroristes» et les «trabandoterroristes».

Plus réalistes, les ONG des droits de l'homme du sud marocain ont fait part à l'Organisation mondiale contre la torture (OMCT) d'Amnesty international et à l'Human Rights Watch (HRW) au mois de décembre 2007 des violations graves des droits de l'homme dans les camps de Tindouf. Manifestement, le Polisario tente de manipuler des responsables des ONG et détourne effectivement l'aide international nécessaire aux camps. Cependant l'accusation la plus grave selon les ONG sahraouis est celle qui consiste pour le Polisario a s'arroger « depuis les années 1970 le droit de parler en leur nom sans leur laisser la liberté de choix alors qu'ils ne se retrouvent guère dans cette représentativité imposée…black out dans les camps de Tindouf, alors que la liberté de circulation est garantie au Maroc ».

Alger a poussé le Polisario malgré lui à assister aux négociations de Manhasset en lui suggérant que c'est là un moyen d'acquérir une légitimité internationale. Mais ce mouvement sait que ce n'est pas possible car sa base s'est effritée, la manipulation algérienne fonctionne moins bien malgré ses lobbys en Espagne et aux Etats-Unis. C'est cette question des droits de l'homme qui risque de provoquer une catastrophe au sein du mouvement.

L'American Council for Moroccan Pow's estime que pour faire avancer les négociations, toutes les questions des violations des droits humains commises à Tindouf doivent être au centre des négociations» (www.sahara-online.net). L'apport nouveau et fondamental de cette ONG américaine consiste à dire que l'Algérie est 'une partie prenante au conflit et elle doit placer les camps de Tindouf sous contrôle international» (CORCAS 7.2.8).
La recherche par le Polisario d'une légitimité internationale est une fois de plus remise en cause en ce mois de février 2008. L'Association des portés disparus du Polisario (APDP) a saisi Amnesty International sur le cas de sahraouis disparus (plus de 800 !). Par ailleurs l'APDP a aussi porté plainte en Espagne contre les dirigeants du Polisario et son ex-représentant à Madrid. Il n'est pas possible d'obtenir une légitimité internationale en étant à la base de la plus grosse prise d'otages de tous les temps.

Prise d'otages
En Amérique Latine, les FARC de Colombie se livrent au narcoterrorisme pour financer leurs activités et en même temps détiennent en otages leurs concitoyens. L'évolution de ce groupe qui a oublié l'idéologie marxiste n'est plus qu'un ramassis de mafieux et de trafiquants de drogue. Cependant le Polisario a fait plus, en effet les otages des FARC ne sont que quelques centaines de personnes, Tindouf en abrite des milliers et l'échange de visites résultant d'un accord avec le Maroc est constamment violé.

Ces affirmations seraient naïves si on ne tenait pas compte du fait que ces populations prises en otages sont une monnaie d'échange pour le Polisario. Il est clair que sur le terrain, l'exemple des FARC a démontré qu'il faut profiter des zones démilitarisées offertes par le gouvernement légitime pour y demeurer quitte à en être délogé par la suite. Le Polisario a fait de même à Tefaritti après l'accord de cessez le feu qu'il a violé et dont il devra un jour rendre compte et retourner en territoire algérien.
Ce genre de comportement est donc caractéristique de ces mouvements ayant perdu tout repère. C'est extrêmement dangereux car il impose la répression contre les civils ainsi que l'esclavagisme.

La contrebande et la répression comme réponse au déclin politique et militaire
Le Polisario a tenté d'appliquer une stratégie dictée par l'Algérie consistant à maintenir une guerre de basse intensité. Cependant trente ans d'immobilisme ont débouché sur une alliance « naturelle » avec les contrebandiers du Sahel. Le Polisario aura tendance à devenir une entreprise qui doit impérativement réaliser des bénéfices. Là aussi, le Polisario se dirige vers l'adoption d'un code de conduite semblable à celui des mafias. Il consiste à utiliser la peur et la terreur contre les populations civiles et à imposer la loi du silence sous un drapeau imaginaire.

A l'ouest, le contrôle territorial et l'interdiction maritime par le Maroc empêcheront les activités mafieuses du Polisario, cependant à l'Est la répression s'abattra toujours sur les otages détenus avec la complicité de l'Algérie.

Thursday, November 13, 2008

Lettre ouverte à Bouteflika


مرسيليا، 13 نونبر 2008

رسالة مفتوحة
إلى الرئيس بوتفليقة
أين ذهب مبدأ تقرير مصير الشعب الجزائري الشقيق يا رايس؟


السلام عليكم و رحمة الله،
وبعد،

السيد الرئيس،

اسمحوا لي أن أتقدم إليكم بأحر التهاني على فوزكم بالعهدة الثالثة و ربما الرابعة و قد أهنئكم كذلك على نيتكم في المستقبل القريب على تغيير دستور الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية و تحويل بنوده إلى ملكية مطلقة أو جمهورية موزية !. هذا التغيير الدستوري الذي اعتبرتموه تغييرا جزئيا يقوي مؤسسات الجمهورية و يحمي رموز الثورة، ما هو في الواقع إلا عبارة عن مسرحية لا تعطي لمبدأ حق تقرير مصير الشعب الجزائري أي معنى أو دلالة أو أي اهتمام عكس ما تسوقونه له في العالم ضد المغرب ووحدته الترابية، تحت عنوان ضرورة تطبيق الاستفتاء لتقرير مصير ما تسمونه بالشعب الصحراوي، عن طريق تشجيعكم الانفصال و خلق كيان هجين تحت وصايتكم.

السيد الرئيس،

لم أفكر أبدا مخاطبة الرؤساء الفائزين في الانتخابات المطبوخة مهنئا أو شاكيا أو متذمرا، لأني أعرف سلفا أن ما وقع في زمبابوي هو نفس السيناريو الذي حدث في السودان أو اتشاد و اليوم في الجزائر حسب نمط مسرحية عادل إمام "متعودة ودايما"، فلقد تطاولت في مراسلتكم كمثقف عربي، أولا محتجا على نمط تمديد رئاستكم إلى ولاية ثالثة في غياب تنظيم أي استفتاء لمعرفة رأي الشعب الجزائري الشقيق و الجار في هذا التغيير الجزئي للدستور، و هذا من حقي كرجل يحب الاستقرار و الرقي و التقدم للجزائر، و ثانيا منددا عبر هذه الرسالة المفتوحة بالحرب الظالمة و المتعددة الأوجه التي ساهمتم في إشعالها في المنطقة منذ 1962 إلى الآن.
لماذا أراسلكم أصلا مادامت هناك وزارات و أجهزة دبلوماسية تمثلني كغيري من المواطنين. ولكن خطابي هذا، ليس شكاية من ظلم من قرروا التمديد لكم و هم يعلمون أن استمراركم في الحكم هو استمرار العداء و الحقد و الهيمنة و الإرهاب في المنطقة و النهب و الفساد و قوارب الموت في الجزائر، و ليس تمجيدا لعهودكم السابقة و اللاحقة التي أعلنتم جهارا أنها كانت فاشلة و أن كل خططكم أدت بالجزائر الحبيبة إلى الباب المسدود، و ليس مدحا من اجل تغير مواقفكم السلبية من بلدي ومن الجزائريين، كما يفعل المتملقون و المهرولون و ما أكثرهم في عالمنا العربي، فلم أفكر في استعمال أسلوب القدح و التجريح كما يفعل آخرون في الإعلام الجزائري ضد المغرب لإشعال نار الفتنة والمجابهة بين شعبين شقيقين، فهؤلاء المنافقون و المتزلفون يعملون باستمرار في قمع الفكر و الحرية و حقوق الإنسان والنصيحة. فهم يكتبون باسم المؤسسة التي أبقتكم في الحكم حتى تصل إلى تحقيق ما تريد، هدفها في ذلك الانغلاق و القمع و بلقنة المنطقة التي ولدتم و تعلمتم و تعيشون فيها.

السيد الرئيس،

الأفكار التي كانت تميزكم عندما كنتم دبلوماسيا شابا في بلدكم كانت يطبعها نوع من الانفتاح و التقدمية و الثورية و "الهيبية" و "البوهيمية"، و بعد وصولكم إلى سدة الحكم أصبحتم من دعاة الفكر الواحد المسطر لكم سلفا من طرف الحكام الفعليين للجزائر، فانقلبتم عن ذاتكم و حتى على الذين عرفوكم و ربما دفعوا بكم إلى قصر المرادية سنة 1999.
غيرتي على شعوب المغرب العربي هي التي دفعتني في هذا اليوم الحزين "12 نونبر 2008" إلى تكسير كل القلاع و الحصون و القيود، التي تفرض على كل مثقف يراسل رئيس دولة الخضوع لها، فلم احترم لا أدبيات و لا طقوس و لا شروط و لا أخلاق الكتابة إلى رؤساء الدول، لأنني رأيت أن عملية انتخابكم هذه المرة لم تحترم رأي الشعب الجزائري المجاهد، فالبرلمان الذي زكاكم لم تصوت عليه إلا أقلية منتفعة لا تتجاوز 18% من الناخبين (تصريح المحامي الجزائري سعد جبار يوم الثلاثاء 11 نونبر 2008 لقناة الجزيرة)، فأين ذهب الآخرون، و بعبارة أخرى إن عهدتكم الثالثة هي من ناحية أصول و مقاصد الفقه الدستوري غير شرعية و باطلة بالرغم من كل التبريرات و كل الدفعات القانونية و السياسية و الدعاية الإعلامية التي واكبتها.
لقد سمعتكم و انتم تعطون حصيلة ثماني سنوات من عملكم كرئيس للجزائر أمام رؤساء البلديات و قد صرحتم بان الجزائر توجد على حافة الإفلاس وهي مهددة بالسكتة القلبية. مما جعل الشعب الجزائري يتيقن أن هذه الصراحة المبالغ فيها هي خدعة سياسية، القصد من ورائها ضرب بقايا المعارضة بالضربة القاضية (K.O. technique).
و لقد تأثرت كثيرا لهذا الخطاب التشريحي لجسد مريض من إنسان مريض، والذي كان في نظري اعترافا بالهزيمة، تصريح غير عقلاني صادر عن رئيس مارس الحكم لعهدتين متتاليتين، وقفة محسوبة كانت تهدف إلى خلط الأوراق و اللعب في ملعب المعارضة التي إما تم تدجينها أو قمعها أو نفيها لتحضير مسرحية الأربعاء 12 نونبر 2008 أمام صانعيكم في سدة الحكم، فنجحتم في الإخراج و لو خارج النص.

السيد الرئيس،

لقد تعاطيتم مع السياسة منذ نعومة أظافركم و منذ أن اختاركم المرحوم هواري بومدين لتكونوا كاتبه الخاص في ثكنته في رأس كبدانة قرب الناظور (المغرب)، الشئ الذي جعلكم تتعلمون مقالب السياسة وفنون المؤامرة ،تكوين سمح لكم برفض وضعية نصف رئيس (Statut de demi président) عندما توليتم في الأول أمر البلاد و العباد في الجزائر، ولقد تعهدتم آنذاك أن تخرجوا الجزائر من أزمتها الداخلية، كما التزمتم بحل نزاع الصحراء بدون غالب أو مغلوب، و لكن لم يحدث أي تغيير أو صلح أو تنمية أو دولة حق أو قانون، فلم يسجل التاريخ لكم أي فضيلة إيجابية، أو أية مبادرة حسنة لا في الشكل و لا في المضمون مست مصير الجزائر و مستقبل جيرانها، فلا زالت سياسة العجرفة و الهيمنة التي ينتهجها أولياء نعمتكم قائمة إلى الآن، فالجماعة التي تحيط بكم و تحكم طوقها عليكم و أصبحتم بفضلها أسير ما صنعتم، هم أمراء الظلام اللذين لم و لن يسمحوا لكم بالخروج بسلام من منطقتنا ومن الجزائر و لا حتى من قصر المرادية أو نادي الصنوبر، و لن يتركوا لكم حتى فرصة التحرك داخل هذا النفق الكبير و المظلم، انه الثمن الذي يدفعه كل رئيس جزائري منذ ثلاثين سنة، كما أكد على ذلك الجنرال خالد نزار في كتابه.

تذكروا السيد الرئيس، أحد خطاباتكم الحماسية أمام الجماهير حيث تحدثتم فيه عن الصراع في حلبة روما بين السبع و السجين (l'arène de Rome et le duel entre le lion méchant et le gladiateur)، فإذا كان الشعب الجزائري حاضرا متفرجا و ساكتا عما جرى في العهدتين السابقتين، و كان يصفق للغالب سواء كان السبع أو السجين، فان العهدة الثالثة ستجدون أنفسكم وحيدين مع الوحش، فإما أن تقضوا عليه أو يأكلكم كما أكل آخرين من قبلكم.

السيد الرئيس،

كنت دائما أتمنى لكم الانتصار على الأسد و أن تنقضوا عليه و تتحرروا من مخالبه، وان تخرجوا من دواليب الحكم بشرف و بانجازات ملموسة على الأرض تذكر في مراجع التاريخ، و لكن يبدو أن سيناريو المرحوم الرئيس بورقيبة في تونس قد يعيد نفسه هذه المرة في الجزائر من خلال طبخة لذيذة أعدت لكم وفي إخراج جديد ومتقن.فيبدو أن خلفكم هو حاضر و جاهز إلى جانبكم وهو في طور البرمجة و التكوين و الإعداد لساعة الصفر التي هي قادمة لا ريب فيها، فخليفتكم سوف يأخذ زمام الأمور متى أعطيت له إشارة إطلاق رصاصة الرحمة عليكم، إما بدعوى التخريف أو المرض أو الجنون أو العجز في أداء مهامكم الرئاسية، طبقا للمقولة الفرنسية القديمة" مات الملك، عاش الملك".
إن أسلوب الحقرة و التهميش الممارس في بلدكم المجاهد و الذي حولتموه إلى صناعة تصدرونها إلى جيرانكم، جعل من الجزائر دولة تشن حروبا ظالمة سرية أو معلنة على جيرانها في الغرب و الشرق و الجنوب و الشمال، فورطتم الشعب الجزائري و شبابه المهمش في مغامرات متعددة لخدمة مصالح شخصية وعقائدية لجماعة معروفة لا تتجاوز العشرين نفرا، فلقد ساهمتم معهم في طرد 350 ألف مغربي و مغربية ليلة عيد الأضحى سنة 1975، واقعة مؤلمة لا زالت محفورة في أذهان المغاربة و الجزائريين الشرفاء معا، انتقاما منكم لاسترجاع المغرب لأقاليمه الصحراوية بطريقة سلمية و دون إراقة دماء، كما أن تواطئكم مع الجنرالات في إنشاء جمهورية صحراوية وهمية على أراضي جزائرية بمال الشعب الجزائري الغائب عن كل قرار تحت عنوان مبدأ تطبيق استفتاء لتقرير المصير هو أمر ثابت لا غبار عليه، المبدأ الذي تضربون به عرض الحائط اليوم عندما قررتم تغيير الدستور، و في خلسة و بدون متفرجين في الحلبة الرومانية، قصد السماح لكم بولاية ثالثة، كما أذكركم السيد الرئيس أن الشعب الجزائري لا ينسى كيف صنع الإرهاب في أنابيب طبية و عسكرية و كيف تفرخت و تناسلت هذه الظاهرة المرعبة- باعتراف جنرالات جزائريين سابقين و مازال الشعب يردد و يهمس من يقتل من - كابوس روع به الشعب الجزائري و لازال عندما أراد تغيير قواعد لعبة الحكم عبر إقامة ديمقراطية حقة و احترام حقوق الإنسان سنة 1992، فالجماعة المسلحة الجزائرية(GIA) و الجماعة السلفية للدعوة و القتال (GSPC) ما هي الا سلع مخدومة محليا من طرف من أوصلكم إلى الحكم، أما منظمة القاعدة في المغرب الإسلامي فما هي إلا مجرد غول وكذبة كبيرة ترهبون بها الناس عندما يطالبون بحكم الأغلبية و عندما ينتفضون من اجل الكرامة و الخبز و السكن و الصحة. إنها صناعة الموت التي بدأتم في تسويقها إلى موريتانيا و شمال مالي و تندوف و المغرب، صناعة مسجلة مرعبة تم تركيبها في أقبية مظلمة تتغذى وتتعشى بها المؤسسة العسكرية يوميا تحت شعار المؤامرة و الأيادي الخارجية التي أصبحت اسطوانة قديمة لإلهاء الشعب الجزائري المغلوب و الغارق في همومه و مشاكله اليومية و المصيرية.


السيد الرئيس،

كل العالم يعرف أن الجماعة المتحكمة في القرار في الجزائر جعلت منكم أسير سياساتها، بل حولتكم إلى إنسان آلي (Robot)، مجتهد طيع في خدمة مصالحها الأنانية و الشخصية و العقائدية، و حولتكم إلى ناطقها الرسمي، كما فعلت مع سابقيكم، وإلا فانتم تعلمون أحسن مني طبيعة ردود فعلهم، و هذا مع حصل مع الشهيد البطل المغاربي محمد بوضياف، الذي حاول التفكير في تكسير القيود و الخروج من الجحور الملتوية.

كلمة أخيرة إليكم السيد الرئيس،واسمحوا لي على هذه الإطالة،

إن العظماء الذين سجلهم التاريخ، هم الذين يأتون بالتجديد و التغيير و بالسلام و الرفاهية لشعبهم و الشعوب الأخرى، إن العظماء لم يتحولوا كما هو الحال بالنسبة لكم إلى أسرى محيطهم الضيق و قد دفع بعضهم ثمنا غاليا من اجل تحقيق كل الأهداف النبيلة التي فوضت لهم شعوبهم ممارستها، عن طريق استفتاء شعبي حر.
إنني لست ممن يتوسل إليكم في أمر ما، لان عروبتي و مغاربيتي و أمازيغيتي لا تسمح لي بالركوع إلا للواحد القهار، فالحكم لله لا شريك له. فكلامي إليكم هو مباشر و صريح وصادر من أعماق قلبي، ليس فيه لا لف و لا دوران، و لا فلسفلة و لا تضليل و لا تزمير و لا قدح أو تجريح، إنها الحقيقة التي لا تحجبها الأبواق المأجورة و المسخرة في إعلامكم الرسمي أو شبه المستقل للتضليل و الدعاية الرخيصة.
إن مصادقة البرلمان و بصفة مطلقة (500 صوت) على تغيير المادة 74 إلى جانب مواد أخرى من الدستور، الذي جاء به الجنرال اليمين زروال ( الذي طلق السياسة بثلاث و اعتزل في بيته بباتنة بشرف العسكري المخدوع) تسمح لكم بالتمديد لولاية ثالثة أو رئاسة مدى الحياة، الأمر الذي افقد الأمل في قلوب الملايين من الجزائريين إضافة إلى كافة المحبين للسلام و الاستقرار و التقدم في شمال إفريقيا و العالم. فالشعوب المغاربية كانت طموحة في السابق، و كانت تثق في خطبكم الرنانة و كلماتكم المعسولة و الحماسية و كانت تعتقد أنكم سوف تراجعون النقط السوداء في تاريخ الجزائر المستقلة، ومن أهمها رفع الحجز عن المواطنين الصحراويين المحتجزين في تندوف و تعويض المطرودين المغاربة من الجزائر ونزع فتيل الأزمة بين بلدكم و المغرب عبر فتح الحدود البرية و إقامة ديمقراطية حقة في الجزائر و إطلاق سجناء الرأي و عودة المنفيين و توزيع الثروة البترولية و الغازية المجمدة في البنوك الغربية بصفة عادلة على كل مواطن جزائري، ومحاكمة المجرمين الذين تسببوا في الحرب الأهلية التي ذهب ضحيتها أكثر من 500 ألف جزائري و جزائرية ( قتل، اختطاف، اغتصاب...)، و إقامة المغرب العربي الكبير الذي كان على ما أعتقد حلمكم في السابق، غبار كثيف و ضجيج إعلامي لا مثيل له سبق تغيير المادة 74 من الدستور الجزائري، هذا الذي حدث في صبيحة يوم الأربعاء 12 نونبر 2008. مسلسل سياسي مشوق، حلقاته لا تكف عن الإثارة، مسلسل درامي شبيه بمسلسل الحاج لخضر مول العمارة أو مسلسل جمعي، و لكن هيهات هيهات لم تحققوا أي شيء من هذا حتى تستحقون عليه الذكر في التاريخ و الترشيح لجائزة نوبل للسلام و الفوز بولاية ثالثة، وصدق من قال" من أحب كثيرا انتقد كثيرا" فماذا سوف تفعلون بالسبع و ماذا سوف يفعل بكم في حلبة فارغة (arène vide)يا رايس؟.
و السلام على من اتبع الهدى.

ذ.عبد الرحمن مكاوي
مرسيليا- فرنسا
raamc@menara.ma

Révision constitutionnelle en Algérie: Un coup d'état déguisé, selon l'opposition algérienne

C'est "un coup d'état déguisé", crie l'opposition algérienne après la décision du parlement d'autoriser la réélection de Bouteflika Hier, à une écrasante majorité, 500 contre 21, députés et sénateurs ont adopté une réforme constitutionnelle qui ouvre la voie à un troisième mandat pour Abdelaziz Bouteflika.
Le chef de l'Etat algérien a été élu en 99 avec le soutien de l'armée, puis réélu en 2004. L'opposition dénonce une tentative de s'incruster au pouvoir : "Nous sommes face à un coup d'état déguisé, explique Said Saadi, l'un des rares à avoir voté contre, c'est pourquoi, en tant qu'opposition, nous devons nous mobiliser.
"Le 12 novembre restera une journée noire dans l'histoire de l'Algérie indépendante."
Pour cette réforme, rajoute Louisa Hanoune, le peuple devrait avoir le droit de donner son avis, pour avoir plus de contrôle, de pouvoir, comme ça se passe dans tous les pays du monde."
La prochaine présidentielle, c'est avril 2009. Abdelaziz Bouteflika, 71 ans, n'a pas encore dit s'il se représenterait, mais pour ses opposants, depuis hier, cela ne fait plus aucun doute. EURONEWS 13/11/2008

الارهابي عبد العزيز المراكشي يهدد المغرب بالعودة للسلاح

هددالارهابي عبد العزيز المراكشي، زعيم انفصاليي البوليساريو، المغرب بالعودة إلى حمل السلاح ومواجهة المغرب، وقالالارهابي محمد عبد العزيز في حوار نشرته يومية "لوكوتيديان دورون" (يومية وهران) الصادرة باللغة الفرنسية، أن "الكفاح المسلح والعمل الدبلوماسي جبهتان متكاملتان".
وأضاف الارهابي عبد العزيز أن "الحرب مع المغرب لم تنته" موضحا "منذ 1991 وإلى يومنا هذا نراقب الوضع، إنه وقف إطلاق النار، لكن الحرب لم تنته، الحرب دائما قائمة مادام الاستعمار قائما" .
وهدد زعيم انفصاليي البوليساريو المغرب قائلا "إذا أعاقت الحكومة المغربية الجهود الدولية ومفاوضات الاستفتاء، فليس هناك أدنى شك للعودة إلى حمل السلاح، فالحكومة المغربية خاطئة إذا كانت تعتقد أن الوقت يلعب لصالحها".
وانتقدالارهابي عبد العزيز " المراكشي " في الحوار نفسه موقف فرنسا وقال إنه مساند للمغرب وأن هذه الدولة تحاول أن تمرر موقفها المساند إلى دول الاتحاد الأوروبي
وتأتي تهديداتالارهابي عبد العزيز المراكشي بعد خطاب الملك محمد السادس في ذكرى المسيرة الخضراء يوم الخميس الماضي والذي أكد فيه خطة المغرب التي تهدف إلى منح سكان الصحراء المغربية حكما ذاتيا موسعا تحت السيادة المغربية.
يذكر أن محمد عبد العزيز " المراكشي " زعيم انفصاليي البوليساريو من مواليد 17 غشت1947 لقّبه الملك الراحل الحسن الثاني بالمراكشي لأنه ازداد بالمدينة الحمراء مراكش ...والده خليل سالم الركيبي عضو المجلس الاستشاري الملكي للشؤون الصحراوية الذي يقيم في قصبة تادلة غير بعيد عن مدينة بني ملال، وكان عسكريا مغربيا وعضوا في جيش التحرير في المغرب تقاعد منذ سنوات، وأعلن خلال استجوابات صحفية، عن رغبته في رؤية ابنه محمد عبد العزيز، وأكد أن هذه أمنية يتمنى أن يحققها قبل وفاته.
ويقيم إخوة زعيم انفصاليي البوليساريو في المغرب، فأحد إخوته يعملا محاميا في العيون بينما أخته ربة بيت في المدينة نفسها، ولعبد العزيز أخ ثان يعمل طبيبا في مدينة بني ملال. وإخوته جميعهم يتمنون مثل الأب، رؤية أخيهم عبد العزيز- من الرباط الخليل الأشهب

HESPRESS Tuesday, November 11, 2008

Wednesday, November 12, 2008

Sahara/Séquestrés de Tindouf : La communauté marocaine en Norvège saisit les autorités de ce pays

La communauté marocaine en Norvège a invité le gouvernement et le parlement de Norvège à faire pression sur l'Algérie en vue de mettre un terme au calvaire enduré par les séquestrés marocains dans les camps de Tindouf.
Dans des lettres, adressées au ministre royal des Affaires étrangères et au parlement, les signataires ont attiré l'attention sur "la situation humanitaire dramatique et le calvaire enduré par nos concitoyens détenus par la force depuis plus de 30 ans sur le territoire algérien".
Ils ont à ce titre appelé les autorités norvégiennes à user de toutes les formes de pression sur l'Algérie pour l'identification et le recensement de milliers de séquestrés marocains dans les camps de Tindouf et pour qu'ils puissent jouir du principe pertinent du retour librement consenti.
Les deux lettres ont été remises, le 6 novembre, à l'occasion du 33ème anniversaire de la marche verte.MAP 12/11/2008

Sahara/Séquestrés de Tindouf : La Communauté Marocaine en Norvège saisit les autorités de ce pays

La communauté marocaine en Norvège a invité le gouvernement et le parlement de Norvège à faire pression sur l'Algérie en vue de mettre un terme au calvaire enduré par les séquestrés marocains dans les camps de Tindouf.
Dans des lettres, adressées au ministre royal des Affaires étrangères et au parlement, les signataires ont attiré l'attention sur "la situation humanitaire dramatique et le calvaire enduré par nos concitoyens détenus par la force depuis plus de 30 ans sur le territoire algérien".
Ils ont à ce titre appelé les autorités norvégiennes à user de toutes les formes de pression sur l'Algérie pour l'identification et le recensement de milliers de séquestrés marocains dans les camps de Tindouf et pour qu'ils puissent jouir du principe pertinent du retour librement consenti.
Les deux lettres ont été remises, le 6 novembre, à l'occasion du 33ème anniversaire de la marche verte.
MAP 12/11/2008

Algérie: Il distribuait des documents contre la révision de la constitution, il est arrêté

Un membre de la direction du Mouvement démocratique et social (MDS) a été appréhendé lundi dernier par les services de sécurité au moment où il distribuait des documents exprimant la position de rejet de son parti par rapport à la révision de la Constitution par le président Bouteflika. Selon le secrétaire par intérim du MDS, Hocine Ali, “ces interpellations visent à faire taire toute opposition aux décisions que le pouvoir prend seul”. Et d’ajouter : “Le MDS ne se taira pas, il continuera à exprimer avec force ses positions sur l’avenir démocratique moderne de l’Algérie et à les porter au sein de la société.”
LIBERTE 12/11/2008

الجزائر بلد المليون شهيق

الجزائر بلد مختلف له القدرة على أن ينفرد بوضعية خاصة ومواقف مختلفة. في استقلالها من الاستعمار الفرنسي كانت معركتها أشد ووطيسها أحمى من غيرها. صراعها مع التعريب كانت لها فيها صولات وجولات. موقفها من العلاقات «الطبيعية» مع المغرب كانت دائما مثار تعجب واستغراب في ظل دعمها غير المفهوم لحركة البوليساريو الانفصالية.
حكم العسكر وسلطته القوية ومنظومته الأمنية القاسية ولدت حركات أصولية متشددة عاثت في البلاد إرهابا وتخويفا، وأصبح المشهد الدموي هو سيد الموقف. تفاءل الكثير بوصول عبد العزيز بوتفليقة(الصورة) إلى سدة الرئاسة في الجزائر، فالرجل عرف عنه الحكمة والرزانة والعقل ولم يكن يميل كل الميل في أي موقف من مواقفه، وحافظ على الحد الأدنى المطلوب لأي علاقة سوية. جاهد بوتفليقة كثيرا في إيجاد صيغ توافقية ما بين تيارات المجتمع الجزائري المتناحرة: علمانية تميل بقوة لنموذج أوروبي وتنشد أواصر أقوى مع القارة العجوز، وحالة من العودة للوعي الأفريقي تقودها مجاميع الأمازيج المنتشرة في البلاد في «ردة» ضد العروبة وتبعياتها، وفريق يدعو للانفتاح على أمريكا وخصوصا اقتصاديا بعد أن سئموا من فرنسا وقلة دعمها وتبعيتها اللازمة، وفريق اعتنق السلفية الجهادية كوسيلة خلاص من كل المتناقضات التي يحياها المجتمع المتناحر.
ونجح بوتفليقة في إعادة الأمل لبلاده بتزكية مبدأ تسامحي بين الفرق المختلفة، وبدأ الجزائريون في تنفس الصعداء، ساعد في ذلك الدخول المرتفعة للبلاد نتاج ارتفاع أسعار النفط عالميا بشكل قياسي غير مسبوق.
والآن يصدم بوتفليقة العالم وهو يقوم بتعديل دستور بلاده ليجعله رئيسا مدى الحياة، وبذلك يثبت الرئيس عروبته «سياسيا» ويؤكد أن الطبع يغلب التطبع. مسكين الدستور في العالم العربي فهو «ملطشه» للكل، الجميع يعدل فيه كسبورة قديمة في فصل دراسي كئيب، كل فرد يمسح جزءا ويعيد كتابة جزء آخر بهدوء وعدم اكتراث.
وطبعا لذلك أصول؛ فهناك «خياطون» للدساتير، يفصلون الدستور ليكون على المقاس وصالحا لشخص بعينه تحديدا «شك وتنزيل»، وهناك طبعا أسلوب آخر تماما، وهو الطريقة الفضفاضة الواسعة التي تتسع «لكل ما هو مطلوب»، حتى تحول الحديث عن الدستور إلى وسيلة لجلب النكات والتندر والسخرية بدلا من الاحترام والتقدير.
الجزائر تستمر في إحداث الصدمات والمفاجآت، ولكن خطوة الرئيس بوتفليقة الأخيرة لا يمكن الاقتناع معها بأن العالم العربي بخير أو أنه أمة تفكر في مستقبلها وتحترم شعوبها. الجزائر من البلاد النادرة جدا التي فيها رؤساء سابقون وعلى قيد الحياة، والآن ستدخل التاريخ برئيس سيحكمها مدى الحياة.. ثورة تتحول إلى ثروة واستقلال يتحول إلى استغلال.. حال محزن.
hussein@asharqalawsat.com
عن الشرق الأوسط اللندنية

Général algérien: un 3e mandat de bouteflika serait 'le pire fléau' pour l'algérie....heureusemet qu'il n'a pas de fils pour hériter le trône

Le général à la retraite, Rachid Benyellès, a estimé qu'un probable nouveau quinquennat du président Abdelaziz Bouteflika suite à la révision de la constitution serait "le pire fléau" envisageable pour l'Algérie, dans une tribune au quotidien Le Monde lundi.
"Malgré un bilan désastreux et les aléas liés à son état de santé, Bouteflika projette de se maintenir au pouvoir. A 72 ans, il veut un troisième quinquennat qu'il terminera à 77 ans, c'est à dire en vieillard, dans l'acception universelle du terme", constate Benyellès. "C'est le pire fléau qui puisse frapper le pays", juge ce général, ancien chef d'état-major de la Marine nationale et ancien ministre des Transports. Elu en 1999 puis réélu en 2004, Bouteflika vient d'annoncer une prochaine révision de la loi fondamentale qui met fin à la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels et renforce les pouvoirs du chef de l'Etat. L'élection présidentielle est prévue en avril 2009. "Pour empêcher le viol qui se prépare, on ne peut malheureusement compter ni sur les dirigeants des démocraties occidentales qui soutiennent à bras-le-corps un régime qui préserve leurs intérêts, ni sur les manifestations même pacifiques, interdites au titre de l'état d'urgence", constate Benyelles avant de se demander: "peut-on pour autant accepter le fait accompli, abdiquer et se taire?". Benyellès, une des rares personnalités à critiquer publiquement le chef de l'Etat algérien, estime que "l'Algérie de Bouteflika est celle des scandales financiers, des détournements massifs entraînant des milliards de dollars de préjudice pour le pays, de l'économie informelle". "L'Algérie de Bouteflika a connu une régression accélérée, pour ne pas dire une dégénérescence. Le pays est abandonné à lui-même, dérivant sans cap et sans destination, frémissant aux seules pulsions du prince et de son bon-vouloir",
AFP 12/11/2008