Loading...

Friday, November 30, 2007

Après les propos attribués au ministre des moudjahidine qui décriaient sarkozy: Polémique sur l’antisémitisme entre Paris et Alger

Le ministre, qui se défend de vouloir porter atteinte à l’image du président Sarkozy, accuse les journaux d’avoir déformé ses propos.
L’entretien accordé par le ministre des Moudjahidine au quotidien Al Khabar a soulevé un tollé à la limite de l’incident diplomatique. Traduites et reprises par les autres titres et agences de presse, les déclarations de Mohamed-Chérif Abbas relatives à la période coloniale et au président français, Nicolas Sarkozy, dont la visite en Algérie est prévue pour le 3 décembre prochain, ont suscité des réactions. Réactions qui n’ont pas laissé insensible leur auteur, le contraignant à envoyer un démenti à l’agence APS. Dans sa mise au point, le ministre affirme qu’il “n’a jamais été dans son intention de porter atteinte à l’image d’un chef d’État étranger”, Nicolas Sarkozy en l’occurrence qui serait, d’après les propos attribués au ministre, soutenu et porté à l’Élysée par le lobby juif. Par glissement, le propos a été qualifié d’antisémite. Ce que récuse le ministre des anciens combattants. Il a, par ailleurs, exprimé son étonnement et son mécontentement par “certains propos qui lui ont été prêtés par certains journaux à la suite de l'entretien qu'il a accordé au quotidien El Khabar, le 26 novembre dernier”. Dans cet entretien, il n'a jamais été dans mon intention d'enfreindre le principe que respectent tous les responsables algériens et que m'impose mon obligation de réserve, celui de ne jamais porter atteinte à l'image d'un chef d'État étranger”, a-t-il indiqué à l’agence.Et de mettre l’interprétation faite de sa déclaration dans le registre des spéculations. “Je ne peux assumer les spéculations irresponsables d'un quelconque journal sur un chef d'État ami, plus spécialement à la veille de sa visite en Algérie”, a-t-il conclu. Mieux, explique le ministre du haut de son poste de responsable, “dans cet entretien, il n'a jamais été dans mon intention d'enfreindre le principe que respectent tous les responsables algériens et que m'impose mon obligation de réserve, celui de ne jamais porter atteinte à l'image d'un chef d'État étranger”. Sur l’exigence de repentance de la France comme préalable à la signature du traité d’amitié annoncé par les présidents Bouteflika et Chirac, et qui, aujourd’hui, semble suffisamment hypothétique, le ministre n’a fait que réitérer sa position, celle qu’il avait exprimée après l’adoption par l’Assemblée française de la loi du 23 février glorifiant la colonisation. Mais pour autant, le démenti du ministre suffit-il à éloigner et éviter les lectures – spéculations, notamment celles voulant que sa réaction soit inspirée et dictée d’en haut ? Surtout que des deux côtés, Alger et Paris, on tente d’éviter les dossiers qui fâchent et de relancer les relations “autrement”.
Djilali B.
La liberté 30/11/2007.

النفـْط مقابل البْـطاطا -الجزائر


تـُعرف الجزائر بحرب التحرير الدامية وبخيرات باطن أرضها، من نفط وغاز، تصدرهما إلى العالم لتستورد بالعائدات أطناناً من البطاطاوأنواعاً مختلفة من الأسلحة، كما اشتهرت بأغاني "الراي"، الذي، انطلق مع جيل الشيخ العنقا والشيخة الرميتي، قبل أن يجد له شباناً وشابات، من بين "الحائطيين"، صاروا ملوكاً وأمراء، يتغنون ب "البابور" و"الشبابية" و"الجزاير" ووهران "اللي راحت اخسارة".
وإلى أغاني "الراي"، يتذكر المغاربة جيرانهم عبر أهداف مادجر وتمريرات بللومي وسباقات مورسلي، ومرارة الماضي القريب والحاضر المرتبك، وكلما رغبوا في علاقات طبيعية، تقوم على حسن الجوار والاحترام المتبادل، رددوا مع الدافئة نعيمة سميح "جاري يا جاري .. يا للي ...".
وقبل أربع سنوات، كنتُ أعددتُ ملفاً عن الإخوان ميكري، وأذكر أن محمود كان توسع في الحديث عن خمسينيات وجدة، و"اعترف" بأن بوتفليقة كان أحد الأطفال الثلاثة "اللي داروا له الفلاقة فالجامع"، قبل أن يتقاسم معه حيطان الثانوية العصرية، وأضاف "كنت أشبهه بنابليون بونابرت في قامته، وقد كان انعزالياً، يسكن بالقرب من منزل خالتي. وفي سنة الباكالوريا، سمعتُ أن بوتفليقة، الذي لم يكن قد أكمل العشرين من عمره، "اطلع للجبل"، أي انخرط في المقاومة الجزائرية"، مشددا على أن "بوتفليقة لم يكن الوحيد الذي قضى جزءً من عمره في وجدة، فقد كان هناك أحمد بن بلة وآخرون".
وأذكر أني قلت لمحمود "أنت الذي جمعك بالرئيس الجزائري الحالي "حصيرة" الجامع، و"عصا" الفقيه، وأيام الثانوية العصرية، ودم المقاومين الجزائريين والمغاربة، الذين كانوا ينزلون جرحى بالبيوت الوجدية، وفي ظل الوضع القائم في العلاقات بين البلدين، هل يمكن أن تتوجه إلى بوتفليقة بكلمة ؟"، فرد، قائلاً "أطلب منه أن يستحضر أيام وجدة وأن يفكر كوجدي، لأن وجدة شكلت رمزاً حقيقياً للتضامن بين المغاربة والجزائريين".
للأسف، الأمنيات شيء وواقع الحال شيء آخر، وخصوصاً حين يصر أحدهم على "اطلوع الجبل"، بالمقلوب. ولكن، "اطلوع الجبل" لم يكن دوماً حكراً على رؤساء ومسؤولي الجزائر، فقط، فكثير من الإعلاميين الجزائريين ظلت تستهويهم نفس "الرياضة"، أيضاً. ولعل آخر صحيفة جزائرية "طلعات للجبل" كانت جريدة "الشروق اليومي"، التي عنونت إحدى مقالاتها، قبل أيام، كما يلي : "تكفيراً عن خطيئته السابقة : أغنية لرضا الطالياني تهز عرش المغرب".
وقد تحدث كاتب المقال عن "تمجيد الجزائر" و"صفعة للمغاربة"، عبر أغنية "تهتز عرش المغرب"، وكأن الأغنية ستحول الجزائر إلى ألمانيا لا تنزل الأحزان ساحتها، هي التي ظلت، منذ الاستقلال، تائهة ومخنوقة بمشاكلها وتخلفها، كما باقي دول العالم الثالث.
وشخصياً، زرت الجزائر ثلاث مرات، موزعة على سنوات 89 و 90 و 2001، وفي كل زيارة، أصدم خلالها من واقع الحال، هناك، كنت أتساءل "إذا كانت الجزائر التي تـُصَدر النفط والغاز بهذا التخلف، فكيف سيكون حالها لو كانت تستوردهما ؟".
ورغم أن بعض الجرائد والمواقع الإلكترونية، قد نقلت كلاماً ينفي فيه صاحب "جوزيفين" إعداده لأية أغنية تسيء للمغرب وسيادته، وذلك على لسان مدير أعماله، الذي وصف هذه "الشائعات" ب "الخزعبلات"، فإن تعليقات القراء، الذين عقبوا على مقال "الشروق اليومي"، في طبعتها الإلكترونية، تتطلب تحليلاً عميقاً لقياس طبيعة ردود الأفعال في البلدين، حيث يدعو بعضها إلى تغليب صوت الحكمة والتاريخ المشترك و"الجورة"، في حين لا يخفي بعضها الآخر تبرمه من مستوى ومضمون الموضوع المطروح للنقاش.
وكتب أحد القراء، ربما يكون مغربياً، "وفروا للشعب الجزائري البطاطا وخـَلـِيو عليكم المغرب. لماذا لا تبحثون في الطريق الذي تسلكه عائدات البترول بملايير الدولارات .. وكـْـلو الشعب اللي جيعان. اخرجوا من الماضي".
والمثير في الأمر أن جزءً من هذه التعليقات يبين أن جزءً من الشعب الجزائري، ربما، تستهويه، هو الآخر، لعبة "الطـْلوع للجبل"، ومثال ذلك قول أحدهم "أنا درست في السنة الرابعة ابتدائي في كتاب الجغرافيا أن هناك دولة في الجنوب الغربي الجزائري تسمى الصحراء الغربية. ولم أسمع عن النزاع مع المغرب الأقصى إلا بعد مضي أكثر من 10 سنوات، أي بعد أن تعلمت رسم الخريطة بدون نقل وترسخت في ذهني تلك الصورة، فكيف لي اليوم أن أتقبل بأن الصحراء الغربية جزء من المغرب، فإذا تقبلت هذا الأمر فقد أتقبل يوماً ما أني لست جزائريا ؟"
... زعما ... ولو طارت معزة !!
ولكن، أحدهم قد وجد الجرأة اللازمة، فعلق ملخصاً لمشاعره وعمق وعيه بما يجري ويحدث، قائلاً : "ليساونسيال البطاطا" .. المهم هو البطاطا !
ونقرأ في نفس الجريدة تعليقات أخرى ترافق مقالاً آخر، بعنوان "أيام من الخضرة والوجه الحسن : هكذا خطفت المغرب الثروة السياحية من الجزائر".
وقد كتب قارئ مغربي، سمى نفسه طارق بن زياد، قائلاً "ضْربْـكم جـنْ اسمه المغرب .. خليـوْه ترانكيل". وبعده، مباشرة، كتب قارئ جزائري "تخيلوا معي جزائر بدون نفط ؟ ! ستكون كارثة إنسانية. المشكلة أننا نحن الجزائريون فينا غير الهدرة. المروك يتطور يوم بعد يوم، واحْـنا مازال نصدقوا كلام السبعينات".
الحاصول .. الله يهدي ما اخلق !!
عبد الكبير الميناوي
www.hespress.com

La préservation de l'unité territoriale du Maroc, un gage contre l'apparition de courants séparatistes (Posada)

Rabat, 30/11/07- La préservation de l'unité territoriale du Maroc constitue "un gage pour la communauté internationale afin de parer à l'apparition de nouveaux tendances et courants séparatistes", a affirmé le président du Parlement péruvien, M. Luis Gonzales Posada, lors d'un entretien jeudi à Rabat avec le président de la Chambre des représentants, M. Mustapha Mansouri.
Lors de cet entretien, les deux parties ont examiné les moyens de renforcer les relations de coopération entre le Maroc et le Pérou, en général, et entre les institutions législatives des deux pays, en particulier.
MM. Mansouri et Posada se sont félicités de la convergence de leurs points de vue autour de plusieurs questions, soulignant la nécessité de renforcer les relations bilatérales sur les plans économique et culturel afin de les hisser au niveau des relations politiques distinguées qui existent entre les deux pays.
M. Posada a, par ailleurs, exprimé le souhait de voir le Maroc jouer le rôle de pont entre l'Amérique latine et le monde arabe, étant donné que le Royaume constitue une terre de coexistence en plus de sa proximité géographique de l'Europe et du nombre des Marocains qui parlent l'espagnol.
MAP

Thursday, November 29, 2007

Algérie: "Sarkozy n'est pas le bienvenu"

Nicolas Sarkozy doit-il aller ou non en Algérie lundi comme prévu ? A trois jours de la visite d'Etat du président français à Alger, la question se pose avec acuité. Mercredi déjà, le ministre algérien des Anciens Combattants avait dérapé en évoquant les origines juives du président et en accusant Nicolas Sarkozy de devoir son élection au lobby juif . Nouvelle déclaration "choc" ce jeudi matin : cette fois, c'est le secrétaire général de l'organisation nationale des anciens combattants -Moudjahidines- qui déclare : "le président français n'est pas le bienvenu en Algérie, tant qu'il n'aura pas présenté des excuses pour le passé colonial de la France".Du coup, la polémique prend de l'ampleur. Nicolas Sarkozy doit-il maintenir sa visite en Algérie ? Le président Abdelaziz Bouteflika, soucieux de désamorcer une crise diplomatique avec la France, s'est démarqué jeudi de ce responsable algérien. "Constitutionnellement, la politique extérieure relève du domaine réservé du président de la République et de ses plénipotentiaires, dont le ministre des Affaires étrangères en particulier", a estimé le chef de l'Etat algérien. Il s'est entretenu au téléphone avec Nicolas Sarkozy, pour lui dire que les propos du ministre "ne reflètent en rien la position de l'Algérie". La visite du chef de l'état français en Algérie samedi commençait à être remise en cause. Est-ce que cela suffira cependant à éteindre la polémique ?
Des déclarations pas anodines
Ce voyaye s'annonçait pourtant sous les meilleurs auspices. On disait à l'Elysée il y a quelques jours que les autorités algériennes voulaient que cette visite soit couronnée de succès, et qu'elle se passe encore mieux que celle au Maroc il y a un mois. Même lorsqu'on croit la tension retombée dans les relations entre nos deux pays, il y a toujours quelqu'un pour revenir à la charge. Et les déclarations ne sont pas anodines. A l'Elysée, on affirme que Nicolas Sarkozy ne sous-estime pas la gravité de ces propos, venant notamment d'un membre du gouvernement algérien. Le pire serait de faire semblant de ne pas avoir entendu. En meme temps, on fait remarquer que la meilleure réponse à ce type de polémique c'est justement d'aller sur place, porter la parole de la France. Mais ce n'est pas sans risque.
A.C. avec I.Dath AFP 29/11/2007.

LA VISITE DE SARKOZY A ALGER COMPROMISE

ALGER (AFP) - A cinq jours de la visite de Nicolas Sarkozy en Algérie, le "noyau dur" des vétérans de la guerre d'indépendance (1954-1962) hostile à la France, donne de la voix pour forcer Paris à reconnaître les "crimes" du colonialisme en Algérie.
Plusieurs responsables algériens ont emboîté le pas jeudi du ministre algérien des Anciens combattants Mohammed-Chérif Abbas qui, dans une interview publiée lundi à Alger, a doublé l'exigence d'une repentance d'une attaque sur les origines juives du président français.
"Je considère à titre personnel que tant que la France ne reconnaîtra pas le crime commis en Algérie, nous ne pouvons pas envisager de réconciliation ni de normalistation totale avec elle", affirmait ce ministre, tandis que ses propos sur un prétendu "lobby juif" en France suscitaient un tollé.
La question de la repentance de la France des crimes qui auraient été commis par le colonialisme en Algérie depuis entre 1830 et 1962, empoisonne depuis 2005 les relations entre les deux pays.
Le refus de Paris de présenter des excuses officielles à Alger a fait capoter le projet d'un traité d'amitié qui devait être signé fin 2005.
M. Sarkozy avait enterré le projet, porté par son prédécesseur Jacques Chirac, en affirmant que "l'amitié n'avait pas besoin d'être gravée dans le marbre" et en rejetant toute idée de repentance.
Vivement pris à partie en France, où plusieurs leaders politiques ont réclamé des "excuses officielles", M. Abbas a reçu le soutien, jeudi, de la puissante Organisation nationale des Moudjahidine (ONM, anciens combattants).
M. Sarkozy n'est pas "le bienvenu" en Algérie a déclaré son secrétaire général Saïd Abadou, en exigeant de nouveau une "repentance". "Nous ne tournerons pas la page des crimes de la France avant que des excuses nous soient présentées", a-t-il dit.
Mohamed El-Korso, historien et président de la "Fondation du 8 mai 1945", qui milite pour que les massacres de Sétif, perpétrés par l'armée française, soient reconnus comme "crimes contre l'humanité" a de son côté qualifié de "baiser empoisonné" la prochaine visite de M. Sarkozy.
Il a dénoncé la "campagne" de presse en France, qui, selon lui, "a déclenché l'apocalypse contre l'Algérie, juste parce qu'un ministre algérien a donné un témoignage tiré de la biographie de Sarkozy" sur ses origines juives.
Les milieux officiels algériens ont observé un mutisme total sur les propos du ministre, tandis que Paris a exigé des clarifications à l'Algérie.
M. Abbas a nuancé ses propos par la suite en affirmant qu'il était "étonné" par les commentaires qui avaient suivi sa déclaration au quotidien Al Khabar lundi.
La presse algérienne a pour sa part tenté de calmer le jeu, en regrettant les propos du ministre, qui, selon eux, risquent de compromettre la visite de M. Sarkozy.
Le quotidien Le Jour souligne que le ministre s'est "ravisé". El Watan relève que M. Abbas "a mis dans un réel embarras le président Abdelaziz Bouteflika et frôlé l'incident diplomatique", en ajoutant toutefois que "rien n'empêche la présidence de la république, entraînée malgré elle dans une polémique, de désavouer le ministre" des Moudjahidine.
L'absence de réaction officielle à Alger s'expliquerait par la volonté des autorités de ne pas jeter de l'huile sur le feu et aussi par le fait que le ministre des Moudjahidine, qui s'exprimait à titre personnel, n'est pas habilité à parler au nom de la diplomatie algérienne, explique-t-on dans les milieux officiels algériens.
Selon ces milieux, le ministre algérien des Affaires étrangères Mourad Medelci, de passage la semaine dernière à Paris, où il avait été reçu par son homologue français Bernard Kouchner, avait exprimé la position de l'Algérie en soulignant, en réponse à une question sur la repentance, qu'il fallait "laisser faire le temps et arrimer nos ambitions au futur".
Par Par Abdellah CHEBALLAH-AFP

Îles Canaries : Les Canariens victimes du terrorisme du Polisario s’organisent

L’Association canarienne des victimes du terrorisme (Acavite), a tenu, mardi à Las Palmas, une réunion avec le directeur général de soutien aux victimes du terrorisme du ministère espagnol de l'Intérieur, José Manuel Rodriguez Uribes. Lors de cette rencontre, la première du genre à se tenir dans l'archipel des Canaries depuis la créationde l'association en septembre 2006, les membres d'Acavite, qui regroupe les familles et les victimes des massacres perpétrés par les miliciens du polisario contre les marins et les bateaux de pêche, qui opéraient au large de la côte atlantique dans les années 70 et au début des années 1980, et des attaques contre des civils, ont réitéré leur revendication pour que ces personnes soient reconnues par les autorités espagnoles comme «victimes du terrorisme», une revendication qu'elles sollicitaient depuis plus de 30 ans.
ALM 29/11/2007.

APRÈS LES DÉCLARATIONS DE MOHAMED CHÉRIF ABBASMalaise entre Alger et Paris

A moins d’une semaine de la visite du président français en Algérie, le Quai d’Orsay réagit aux dernières déclarations du ministre des Moudjahidine.
«Nous nous étonnons de ces propos, parus dans la presse, qui ne correspondent pas au climat de confiance et de coopération dans lequel nous préparons la visite d’Etat du président de la République». C’est ce qu’a déclaré, hier, à la presse, Pascale Andréani, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. Pour sa part, après ses déclarations dans les colonnes du quotidien El Khabar, accusant implicitement le président français, Nicolas Sarkozy de devoir son élection au «lobby juif», le ministre des Moudjahidine a cru apporter quelques précisions. Dans une déclaration à l’APS, il tente d’atténuer ses propos.Doutes sur une visiteIl affirme qu’il n’a jamais été dans son «intention (...) de porter atteinte à l’image d’un chef d’Etat étranger». M.Mohamed Chérif Abbas affirme même avoir appris «avec beaucoup d’étonnement et de mécontentement certains propos» qui, dit-il, lui ont été prêtés par «certains journaux». Plus explicite, le ministre des Moudjahidine souligne qu’il n’a jamais été dans son intention «d’enfreindre le principe que respectent tous les responsables algériens et que m’impose mon obligation de réserve, celui de ne jamais porter atteinte à l’image d’un chef d’Etat étranger». Imputant l’interprétation de ses déclarations à la presse, le ministre dit qu’«il ne peut assumer les spéculations irresponsables d’un quelconque journal sur un chef d’Etat ami, plus spécialement à la veille de sa visite en Algérie».Deux déclarations, qui interviennent à moins d’une semaine de la visite du président français en Algérie. Selon certains observateurs au fait des relations algéro-françaises, cet «incident» risquerait d’ajourner la visite du président français à Alger. Pour argumenter leurs propos, les mêmes observateurs rappellent que c’est le deuxième incident qui intervient en l’espace de quelques jours, après celui du chanteur pied-noir Enrico Macias. Mais les propos de Mohamed Chérif Abbas ont une grande symbolique, son département étant directement lié au dossier du «devoir de mémoire» que partagent les deux pays.Un dossier qui demeure entier et dont dépend l’avenir des relations entre les deux pays. Il convient de rappeler que dans un entretien accordé à El Khabar, le ministre des Moudjahidine jette un pavé dans la mare en déclarant: «Vous connaissez les origines du président français et ceux qui l’ont amené au pouvoir.» Avant de s’interroger: «Saviez-vous que les autorités israéliennes avaient mis en circulation un timbre à l’effigie de Sarkozy, en pleine campagne électorale?» Selon M.Abbas, «il n’y aura pas de normalisation des relations avec la France sous l’ère Sarkozy», lequel doit son élection «au lobby juif» qui, dit-il, a «le monopole de l’industrie en France». Et d’ajouter: «Pourquoi Bernard Kouchner, une personnalité de gauche, a décidé de sauter le pas (en entrant au gouvernement)? Cela ne s’est pas fait pour des croyances personnelles. C’était le résultat d’un mouvement qui reflète l’avis des véritables architectes de l’arrivée de Sarkozy au pouvoir, le lobby juif qui a le monopole de l’industrie en France.»A l’origine de la polémiqueDans le même entretien, le ministre estime que «la venue d’Enrico Macias est une provocation». Une déclaration qui intervient au lendemain des propos tenus par le secrétaire général du FLN et néanmoins chef de l’Exécutif, M.Abdelaziz Belkhadem. Ce dernier avait déclaré en exclusivité à L’Expression ne pas avoir changé d’avis quant à une éventuelle visite d’Enrico Macias, opposant ainsi un niet catégorique à cette visite. Les déclarations de M.Abbas ne sont pas passées inaperçues. Les médias français ont aussitôt sauté sur l’occasion, qualifiant d’«insinuations antisémites» les propos du ministre des Moudjahidine. Le Figaro écrit que «le dérapage contrôlé de ce membre du gouvernement (M.Abbas: ndlr) n’a guère ému les milieux politiques algériens.» Dans un article signé Florence Beaugé, le quotidien Le Monde estime que «même si Sarkozy va passer d’importants contrats avec l’Algérie, il reste que le volet politique est en deçà des attentes».La visite, fin octobre, du président français au Maroc, a surpris et déçu à Alger. Qu’il s’agisse du projet d’Union méditerranéenne ou de coopération en matière de nucléaire civil, c’est au Royaume chérifien que le président Sarkozy a réservé ses premières déclarations «fondatrices». «La France semble toujours considérer le Maroc comme un partenaire privilégié, et l’Algérie n’a pas senti le rééquilibrage espéré avec l’arrivée de Nicolas Sarkozy à l’Elysée», ajoute Le Monde. Il est, ainsi, à se demander si cet échange d’accusations annonce un autre coup de grisou entre les deux capitales?
Arezki LOUNI-L'EXPRESSION 29/11/2007.

منع كتب تقر مغربية الصحراء في المعرض الدولي للجزائر


قامت السلطات الجزائرية بمنع عرض "موسوعة العالم المصور في الجغرافيا السياسية" لمكتبة مصرية معروفة، تشارك في "الصالون الدولي الثاني عشر للكتاب" الذي ينظم بالجزائر العاصمة. وقالت سلطات الرقابة إن سبب المنع يعود إلى إدراج جنوب المغرب ضمن خريطة المملكة المغربية، ووضع الصحراء كامتداد للتراب الوطني.وجاء في تقرير لهيأة الإذاعة البريطانية أن إجراءات هيأة الرقابة أثارت ردود فعل قوية في أوساط العارضين، وقال ممثل دور النشر الأردنية، بلال إبراهيم، إن هذه الرقابة "غير مبررة على الإطلاق"، وتساءل إبراهيم عن منع عنوان "موسوعة العالم المصور في الجغرافيا السياسية" رغم أهميته الإستراتيجية، وانتقد أسلوب تعامل هيأة الرقابة مع العارضين بخصوص تسوية إجراءات إخراج الكتب الموجهة للعرض من الميناء.ولم تكن دور النشر الدينية الضحية الوحيدة لبطش الرقابة الجزائرية، بل تجاوزها إلى دور النشر "المهمة والحداثية"، التي وجدت نفسها غارقة في مشكل عويص، إذ انتظر أصحاب دور مثل "دار الفارابي" و"دار الآداب" و"منشورات الجمل" و"المركز الثقافي العربي" ودور مغربية في الأجنحة الفارغة، وصول كتبهم من الجمارك، ما اعتبره المعنيون "رقابة غير مباشرة أو رقابة أمر واقع" على إصداراتهم.كما تغيب عن المعرض الناشرون اللبنانيون الذين كان بلدهم ضيف شرف الدورة الثانية عشرة التي تقام تحت شعار "الثابت والمتحول"، وهو ما اعتبره الجانب الجزائري نوعا من "الاحتقار لقيمة التظاهرة الأدبية".وكاد رئيس الجمهورية عبد العزيز بوتفليقة يمر، خلال جولته يوم الافتتاح، على أجنحة فارغة تقريبا، لأن صناديق الناشرين العرب بقيت محجوزة في الجمارك، ولدى لجان المراقبة التابعة لوزارة الشؤون الدينية.ورفض صالح شكيرو المكلف بتنظيم المعرض، مجمل الانتقادات واتهم بعض دور النشر ب"إحداث ارتباك لمنظمي التظاهرة". وقال بخصوص الرقابة إنها إجراء تحفظي، وأضاف أن هناك مطبوعات تستهدف المؤسسات الرسمية، ويقتضي الأمر هنا "استخدام سيف القانون".ولا حظ متتبعو المعرض أن الرقابة كانت "نشيطة جدا" وأفسدت متعة الكتاب، كما جندت هيأة الرقابة، مديرية فرعية بكاملها للعمل داخل المعرض على مدار 24 ساعة "للتصدي لتسويق العناوين الممنوعة"، وصرح عبد الله طمين مستشار وزير الشؤون الدينية الجزائري للبي بي سي أن هيأة الرقابة "منعت حوالي 1191 عنوانا من العرض، وتم شطبهم من لوائح العروض" التي تقدمت بها 15 دار نشر من المملكة العربية السعودية ومصر، التي تشارك إلى جانب 439 دار نشر جزائرية وأجنبية.ولم يقتصر الأمر على منع كتب بعينها، بل تعداه إلى إغلاق أجنحة دور نشر بكاملها، إذ تعرضت دار جزائرية إلى الإغلاق بعد عثور هيأة الرقابة على كتاب ضمن معروضاته يحمل عنوان "زنزانات الجزائر" للكاتب محمد بن شيكو ينتقد فيه حياة السجن الذي قضى فيه سنتين.ويتزامن تنظيم هذا المعرض الدولي مع تتويج الجزائر "عاصمة الثقافة العربية لعام 2007"، لكن المراقبين قالوا إن "المشاكل والرقابة عكرت فرحة هذا العيد"، إذ كان من المفترض أن تصدر وزارة الثقافة الجزائرية ألف كتاب بالمناسبة، لم تصدر منها سوى نصف العدد.وفي السياق ذاته رفضت وزارة الثقافة الجزائرية تعريب ثلاثة كتب مدرجة في قائمة الإصدارات المقررة، في إطار تظاهرة «الجزائر عاصمة ثقافية عربية»... وهي "بريد الجزائر" لبوعلام صنصال، و"الاعتداء" لياسمينة خضرا و"رجالي" لمليكة مقدم.وذكرت جريدة "الشروق" الجزائرية أن بعض العارضين أكدوا أن السلطات "تشدد المراقبة على بيع الكتب أكثر من تشديدها على المتاجرة بالممنوعات"، إذ شمل منع 1191 عنوانا مثل "بن لادن الحقيقة الممنوعة"، و"سياسيون حاربوا الإسلام"، و"الموسوعة الجغرافية الموسعة" التي تقر مغربية الصحراء، و"جيوش الإسلام وحركة التغيير"، و "مسائل وفتاوى في قضايا مهمة"، و"حكم الدخان والتدخين"، و"فتاوى النساء".وضم المعرض الذي استمر من 31 أكتوبر الماضي إلى يوم 16 نونبر خمسمائة ناشر من 27 دولة عربية وأوربية.
www.hespress.com
جمال الخنوسي

سنوات الدم : الكتاب الجزائري الذي فضح الجنرالات بامتياز


ظهرت إلى النور عشرات الكتب التي صادف ان مؤلفيها ضباط في الجيش الجزائري، أولئك الذين فروا إلى الخارج و أصدروا ما أسموه " شهادة ضابط شريف" على شكل كتب كانت كلها تصب في نفس الاتجاه. أي فضح النظام القائم و اتهامه بأنه عسكري و دموي، ذهب إلى حد اغتيال شعبه لتكريس الشعبوية الشمولية الفارغة، و الازدواجية في الخطاب السياسي التي صنعت حفنة من الأغنياء على رؤوس الأغلبية الساحقة من المحرومين من لقمة الخبز في دولة النفط و الغاز الطبيعي.
الضباط المتمردون!
ما من شك أن الاطلاع على كتاب " الحرب القذرة " للملازم الجزائرية الحبيب سوايدية لا يمكنه أن يتصور حجم الصدمة التي تنتابه. ربما لأن الكتاب كله ـ كما يقول عنه الناشر ـ عبارة عن صورة صغيرة من واقع كبير و بشع. و لأن الملازم الجزائري الشاب من جيل آخر غير الجيل الأول من الضباط الذين تحولوا إلى جنرالات. لكنهم ـ كما يقول الحبيب سوايدية ـ جنرالات كانوا في الواقع جزء لا يتجزأ من الجيش الفرنسي إبان الاحتلال، و أنهم " غيروا السترة" فقط بعد الاستقلال، إذ سرعان ما تسللوا إلى الجيش الجزائري بعد إقامة الجمهورية المستقلة و استطاعواأن يحتلوا المواقع المهمة داخل الجيش و كانوا أكثر وفاء و ولاء لفرنسا طوال تلك السنوات مقابل ما كانت تمنحه فرنسا لهم من أموال و من حوافز.." .. إنهم الجنرالات التي يسميهم العقيد محمد سمراوي بالاسم، قائلا إنه شاهد عيان على مرحلة بأكملها و أنه يعرف تفاصيل الحرب المرتبكة ضد الجزائريين و" بكتابته سنوات الدم" يعرف انه وضع حياته على كف عفريت، لكن " يجب قول الحقيقة و يجب أن يعرف الشعب من يحكمه خلف الكواليس و من يأمر باغتياله كل يوم.. إنهم هؤلاء المجرمين كما ذكر في ذات الكتاب التي أحدث صدمة رهيبة في الجزائر عندما صدر أول مرة. صدمة مفادها: حاميها حراميها..!
سنوات الدم الجزائري سيرة حرب مدمرة :
لم يكن محمد سمراوي شخصا عاديا و لا ملازما بسيطا، بل كان عقيدا في الجيش، وأين تحديدا: في الاستخبارات الجزائرية! و لأنه كان ضابطا في تلك الهيئة التي لا يعرف أسرارها كل الناس، فقط عمد محمد سمراوي على أن يخرج إلى الجزائريين كتابا فضح فيه الأسماء المخفية تحت الألقاب الحركية..! و لأن الكتاب يعد من أخطر الكتب على الإطلاق التي على أساسه حكم الجنرالات في الجزائر على العقيد سمراوي بالإعدام غيابيا، و لأن محمد سمرواي دخل قبل فترة في صراع مع القضاء الاسباني الذي منعه من السفر أمام مطالبة الجنرالات بتسليمه للجزائر، و لأن الكتاب صار مرجعية للحديث عن سنوات الدم في الجزائر، نقدم لقراء "آفاق" حصريا هذه التفاصيل من الكتاب/ الصدمة :
في أول صفحة يقابلنا الإهداء بسيطا و عميقا في ذات الوقت، على الشكل التالي: "إلى أمي التي لم أرها منذ شهر سبتمبر 1993، والتي أخشى ألا أراها أبدا بسبب الجنرالات المجرمين الذين يحكمون الجزائر اليوم! إلى روح الجنرال فضيل سعيدي والعقيد عاشور زهراوي، وكل من الرائدين فاروق بومرداس، وجابر بن يمينة ضحايا النذالة والغدر، وافتراء الجنرالات المفسدين والمفترسين! إلى عبد الحي بليردوخ الصحفي الشجاع صاحب القلم الجريء الذي ضحى بنفسه لفضح ومحاربة محتالي الجمهورية و أشرارها. إلى السيد محمود خليلي المناضل الصلب المقدام المدافع عن حقوق الإنسان الذي طالما تعرض لضغط وتعسف أولئك الذين اغتصبوا السلطة في الجزائر.. إلى كل المدنيين والعسكريين الجزائريين والأجانب الذين ذهبوا ضحية مؤامرات الجنرالات ضد مبادئ ورموز ثورة أول نوفمبر 1954." ...
و بعد ذلك يتناول العقيد العلاقة المشبوهة بين الاستخبارات الفرنسية و نظيرتها الجزائرية في خلط المفاهيم و عمليات قال عنها " قذرة" توحي " بنذالة" كبيرة. إلى أن يتحول الحديث إلى أسباب اختياره الفرار من الجيش و اللجوء إلى الخارج لأجل فضح تلك الممارسات قائلا: " ذات يوم من شهر سبتمبر سنة 1995، أفتح باب غرفة تقع في الطابق الأول من فندق "رينال" وهو نزل متواضع يقع في وسط مدينة بون، لألتقي من جديد برئيسي السابق الجنرال إسماعيل العماري المعروف بـ "إسماعين" الذي قدم متخفيا، وهو الرقم الثاني في جهاز المخابرات الجزائرية. إنه قصير القامة ذو وجه بزوايا حادة، وعينان سوداوان يعلوهما صلع متقدم، بدا لي مجرد رؤيته أنه مصمم على اتخاذ قرار خطير، وقد كان بجانبه زميلاي الملحقان العسكريان السابقان بسفارة الجزائر بألمانيا، قدما كذلك خصيصا من الجزائر، وهما العقيدان رشيد لعلالي، وعلي بن جده المكنى بـ "إسماعين الصغير" وكلاهما ضابطان في الأمن معروفان بإخلاصهما الكبير وولائهما للجنرال إسماعين...
من الوهلة الأولى وبدون مقدمة فاتحني هذا الأخير بموضوع ذلك الاجتماع "السري" المثير للاستغراب، طالبا مني تدبير عملية اغتيال معارضين إسلاميين جزائريين لاجئين في ألمانيا، هما السيدان: رابح كبير وعبد القادر صحراوي... وهما شخصيتان عموميتان ووجهان معروفان، صحيح أنهما معارضان للنظام الحاكم في الجزائر، ولكنهما لا يمثلان أي خطر يمكن أن يوضع في خانة ما يوصف "بالإرهاب"..
وأمام إبداء اندهاشي من جدوى القيام بتلك العملية، أضاف إسماعين قوله :(ربما كتبرير لإقناعي) "يجب تصفية هؤلاء الأوغاد الذين يغرقون الجزائر في الدم والنار ويعوقون حصولنا على المساندة الدولية... إن شبح الأصولية، وقيام جمهورية إسلامية في الجزائر من شأنه أن يزعزع الاستقرار في البلدان المغاربة قاطبة كما من شأنه –أيضا- أن يمثل قاعدة صلبة ومنطلقا للهجوم على الغرب... ويبدو أن ذلك لم يقنع شركاءنا الأوروبيين ولذلك يجب إحداث هزة قوية توقظ ضمائرهم، مثلما كان الحال مع الفرنسيين. قلت: ماذا لو حدث طارئ؟
قال: اطمئن لن يلحقك أي أذى لو يطردونك من هنا سأعينك في منصب آخر.... قلت: الدولة هنا دولة قانون وليس عندكم أي حظ للنجاح وزيادة على ذلك لا يمكنكم الاعتماد "مثلما هو الحال في فرنسا" على أصدقائكم في "ج.م.ف/DST"... أو وزارة الداخلية ليهبوا لمساعدتكم عند الحاجة، إن هنا في ألمانيا لا يوجد "باسكوا Pasqua" "وزير الداخلية" ولا (بوني Bonnet) "جهاز مكافحة التجسس" ولا "باندرو Pandraud" أو "مارشياني Marchiani". قطعا إن رفضي هذا أجهض العملية ولكنه في الوقت ذاته مثّل القطيعة النهائية و"الطلاق البائن" مع أصحاب القرار في الجزائر... وهو ما دفعني لاتخاذ قرار الانسحاب من الجيش بعد ذلك ببضعة أشهر."
البحث عن الحقيقة!
يقول دوبلزاك في كتابه " الأوهام الضائعة " المقولة الشهيرة التي اختارها العقيد محمد سمراوي مقدمة لكتابه سنوات الدم : ""يوجد نوعان من التاريخ: تاريخ رسمي، كاذب وهو التاريخ الذي لُقنا إياه في المدارس، وتاريخ سري، يتعين علينا البحث عنه وفيه تكمن الأسباب الحقيقية للأحداث، وهو تاريخ مخجل حقا".. و لكي يقنعنا أنه يكتب ليقول الحقيقة كتب معرفا عن نفسه بشكل كامل:
"أنا ضابط سام في جهاز المخابرات بالجيش الوطني الشعبي الجزائري، شاركت في الانقلاب الذي أطاح بالرئيس الشاذلي بن جديد في شهر يناير 1992، كان لي دور في الحرب المعلنة ضد الشبكات المسلحة للأصوليين الإسلاميين في بداية التسعينيات، لأنني كنت أرى حينذاك أنه من واجبي المساهمة في عملية إنقاذ الوطن من الخطر الذي كان يتهدده...
غير أن تطورات الأحداث بعد ذلك أظهرت لي بكل وضوح أني أقوم بدور المتواطئ مع جلادّي الشعب الجزائري، كما أظهرت لي أيضا أنني لم أكن في حقيقة الأمر أشارك في الدفاع عن مصالح الشعب الجزائري كما كنت أظن، وإنما كنت أدافع عن مصالح عصابة من الأشرار والمفسدين في الأرض، ليس لأعضائها همٌ سوى الحلم بالاستحواذ وبكل الوسائل "هدم، نهب، كذب" على مقدرات البلاد، وفرض إرادتهم التي لا تعدو كونها شكلا منحرفا وملتويا من أشكال الحكم الشمولي! لقد حاولت في بداية الأمر أن أستدل بالعقل، وأقنع رؤسائي بضرورة تغيير تلك الإستراتيجية التي تسير في الاتجاه المتعارض طولا وعرضا مع طموحات ومصالح الشعب الجزائري والتي لا يمكنها في النهاية إلا أن تسفر عن نتائج وخيمة على البلاد والعباد، ولما لم أجد أية أذن صاغية لرأيي اتخذت موقفا مغايرا منذ 1992 وابتداء من سنة 1996 كنت من بين أوائل الضباط السامين في الجيش الوطني الشعبي الذين رفضوا مسايرة هذا الانحراف متخذا قراري الحاسم والنهائي بترك العمل في مؤسسة أصبحت أداة قمع بين الأيادي الإجرامية لأعداء الشعب الجزائري الأبي." بيد أن السؤال الأهم كان : لماذا الانسحاب من الجيش و قد كان قادرا على فعل أشياء للوطن في منصبه أجاب محمد سمرواي في ذات الكتاب: "بصفتي قد عايشت الأحداث في قلب النظام، أستطيع أن أصرّح بأن الحرب الطاحنة التي تمزق بلدي منذ 1992 هي أكثر تعقيدا مما تحاول أن تسمعنا إياه بعض التحاليل القادمة من أوروبا، والتي تقدم لنا هذه الحرب باعتبارها صراعا ناشئا عن تعارض بين عسكريين جمهوريين ومتعصبين إسلاميين...
فلهذا السبب أردت أن أساهم في إظهار الحقيقة للتاريخ دون أية مجاملة أو تحيز لهذا الطرف أو ذاك. إني في هذه الشهادة أتهم وأدين قادة الجيش الذين يسيرون ويستغلون العنف الذي تقوم به الجماعات الإسلامية منذ سنوات. قد يعتقد البعض أنني أتخذ موقف الدفاع عن "الجبهة الإسلامية للإنقاذ"، أو عن الإسلاميين، ولذلك أحرص منذ البداية هنا على التوضيح بأني لم أنتسب على الإطلاق، في أي يوم من الأيام إلى أية منظمة سياسية، كما أنه ليس في نيتي على الإطلاق أن أنفي أو أبرر الجرائم الفظيعة التي ارتكبها الإسلاميين، والتي وردت وقائعها مفصلة في العديد من الكتابات، وسواء كان مرتكبو تلك الجرائم أو لم يكونوا مستعملين ومغررا بهم، فإنهم في كل الأحوال مجرمون، ويجب أن يحاكم مرتكبوها يوما لينالوا جزاءهم. إذا كانت هناك حرب فحتما يوجد هناك طرفان متعارضان ومتصارعان وهذان الطرفان في نظري هما الجنرالات من جهة وقادة الجبهة الإسلامية للإنقاذ من جهة أخرى، فلكل منهما دور ومسؤولية في إحداث المأساة الجزائرية الراهنة
وبدافع من ضميري ومحض إرادتي اتخذت قرارا لا رجعة فيه بالقطيعة النهائية مع النظام القائم، ووضعت نفسي في خدمة الجزائر وليس في خدمة عصابة من اللصوص لا يهمها إلا الدفاع عن مصالحها الخاصة، والمحافظة على امتيازاتها التي لا تعرف الحدود، على حساب كل الأعراف والقيم، العصابة التي لا تتردد من أجل الإبقاء على تلك الأوضاع في إثارة الجزائريين وتحريض بعضهم ضد البعض الآخر، واغتيال الأبرياء للإمساك بقبضة من حديد على الوطن، ورهن مصيره ووضع الأيدي على قدراته السياسية والاقتصادية..." ثم يذهب الكاتب لعرض ما وقع من البداية، منذ ظهور الجبهة الإسلامية للإنقاذ : "بعد الانتصار الذي تحقق للإيديولوجية الإسلامية ابتداء من سنة 1989 أخذ أصحابها يتوقون إلى تجسيد مبادئ وقيم الإسلام محاولين في غالب الأحيان فرض ذلك بالقوة وبالتي هي أخشن، وليس بالإقناع وبالتي هي أحسن. وبالرغم من أن قاعدة هذا الحزب كانت غير متجانسة إلا أن بعض قادة الجبهة الإسلامية للإنقاذ شجعوا هذا الانحراف التسلطي، وهو الأمر الذي أدى إلى ظهور تيار متطرف مناهض لأي تقدم أو مسايرة للعصر.
وقد طور هذا التيار خطابا معاديا للديمقراطية يتجلى بوضوح في بعض الشعارات المرفوعة آنذاك " الديمقراطية كفر" أو " القانون الوحيد هو القرآن" أو "لا ميثاق لا دستور قال الله قال الرسول" وكان أصحاب هذا الاتجاه يدعون إلى تطبيق الإسلام بالقوة والعنف، كإجبار النساء على ارتداء الحجاب أو إقامة الحدود الشرعية على العصاة والمخالفين... وكذلك أخذ الضريبة "الثورية" التي تحولت فيما بعد، خلال سنوات الدم، إلى "ضريبة الجهاد"، "إن هذه الفرقة المتطرفة من الإسلاميين هي التي دفعها جهاز المخابرات التابع للجيش، بالوسائل التي سنتحدث عنها فيما بعد، إلى الثورة والمجابهة، مجرجرة معها شبيبة بكاملها إلى حمل السلاح والالتحاق بالجبال واتخاذ لغة العنف وسيلة وحيدة للتخاطب" يضيف محمد سمراوي كاشفا الجانب الآخر من الصراع الداخلي وقتها : "ابتداء من هذا التاريخ المشئوم، اتخذ جنرالات الظل من توقيف المسار الانتخابي وإلغاء نتائج دورته الأولى... ذريعة للزج بآلاف الجزائريين في أتون حرب أهلية فظيعة: جنون غير مسبوق يصيب الشباب الذين كانوا محرضين بعضهم ضد البعض الآخر من قبل نظام حكم مكيافيللي، في حين لم يكن هؤلاء الشبان يحلمون جميعهم في حقيقة الأمر إلا بالحرية والعدالة والكرامة
إن الإسلام الثوري أو الحركي لم يبرز إلى الوجود هكذا من العدم. فالبؤس الاجتماعي وتهميش النخب التواقة إلى التقدم ومواكبة العصر وكذلك رفض أي مشروع مجتمع متماسك يسمح بتكوين تركيبة متناسقة تجمع بين القديم والجديد والأصالة والمعاصرة، يضاف إلى ذلك غياب الحرية والديمقراطية، وتفشي ظاهرة الرشوة والفساد في كل مكان وفي مختلف المجالات... كل هذه العوامل والظروف مجتمعة هي التي أدت خلال الثمانينيات إلى ظهور الحركة الإسلامية في الجزائر. ومن جهة أخرى وفي سياق جيوسياسي وتحول واسع وعميق للعالم "سقوط جدار برلين، أفول نجم الشيوعية، نهاية الحرب الباردة، وبالتالي نهاية عالم القطبين، وظهور العولمة..." كان بروز الحركة الإسلامية نتيجة منطقية كذلك لتدني مستوى "أصحاب القرار" الرئيسيين الذين لم يرفضوا تسليم المشعل للأجيال اللاحقة فحسب، بل أن فسوق" شبه النخبة" هذه التي تعيش على الريع قد عكس للمجتمع صورة نظام متغطرس تنخره الرشوة، ويشله الإهمال، ويقتله التبذير..."
الجزائر- ياسمين صلاح

Wednesday, November 28, 2007

Oslo abandonne le vieux lexique de "territoires occupés" utilisé pour désigner la région du Sahara

Oslo, 27/11/07- La communauté marocaine de Norvège s'est réjouie du changement positif amorcé par la diplomatie norvégienne à l'égard de la question du Sahara, marqué par l'abandon du lexique de "territoires occupés" pour désigner la région du Sahara.
Ce changement est consigné, selon un communiqué de l'ambassade du Maroc à Oslo, dans une lettre adressée par le ministre norvégien des affaires étrangères, Johans Gahr Store et le secrétaire d'Etat au même département, Raymond Johansen, à une députée norvégienne. Cette lettre marque ainsi un alignement de la Norvège sur la position de l'ONU.
La communauté marocaine, prenant note de ce changement, a adressé une lettre au ministre des affaires étrangères, soulignant que nombre de pays, qui ont été induits en erreur par Alger, ont fini par retirer leur reconnaissance à une "fantomatique république du désert".
Lors d'une manifestation organisée devant le ministère des AE, elle a appelé la Norvège à "faire pression sur Alger afin de mettre en conformité les camps de Tindouf avec la charte de l'ONU" et permettre le recensement et l'identification des pensionnaires de ces camps, "abusivement appelés réfugiés".
La communauté marocaine s'est réjouie de cette évolution positive de la position de la diplomatie norvégienne.
MAP 28/11/2007

Monday, November 26, 2007

Rébellion Touareg, développement du nord du mali et sécurisation des frontières


Le président Abdelaziz Bouteflika a exprimé, hier, à Alger, le soutien de l'Algérie au Mali dans ses efforts pour la paix avec la rébellion touareg dans la région de Kidal où un chef dissident, Ibrahim Ag Bahanga, détient des otages. “Je tiens à vous assurer du soutien total de l'Algérie, de sa solidarité (...)”, a déclaré M. Bouteflika à son homologue malien, Amadou Toumani Touré, qui vient d'achever une visite officielle de 48 heures à Alger. M. Bouteflika a appelé à une application “scrupuleuse et intégrale de l'accord pour la restauration de la paix, de la sécurité et du développement dans la région de Kidal”, signé le 4 juillet 2006 à Alger entre le gouvernement malien et la rébellion touareg. Selon cet accord, les Touareg ne doivent plus réclamer l'autonomie de leur région tandis que Bamako doit accélérer le développement du Nord désertique (Kidal, Tombouctou et Gao) abritant l'essentiel de la communauté touareg. Conclu grâce à une médiation algérienne, cet accord a mis fin à une crise survenue après les attaques, le 23 mai, de trois camps militaires dans le nord et l'est du pays par d'ex-rebelles touareg déserteurs de l'armée, qui avaient fait six morts. Le chef de l'État a également estimé que la persistance des troubles dans la région de Kidal constituait un “danger et des menaces” pour “la paix, la sécurité et la stabilité dans le nord du Mali”. Début novembre, le chef des ex-rebelles touareg maliens Iyad Ag Ghaly et Ibrahim Ag Bahanga s'étaient rencontrés en Algérie pour relancer le processus de paix en panne. Cette relance du processus de paix, passe par la libération d'une vingtaine d'otages toujours détenus par Ag Bahanga et “l'accélération” de l'application des accords de paix d'Alger de juillet 2006, selon l'entourage d'Iyad Ag Ghaly. Fin août, Ag Bahanga, un Targui, chef malien en rupture de ban, a déclenché plusieurs opérations contre l'armée dans la même région, kidnappant une cinquantaine de personnes dont une vingtaine sont toujours détenues. Ag Bahanga n'a pas formulé de revendications, mais il avait été accusé par le gouvernement de vouloir prendre le contrôle du poste-frontière de Tinzaouatène pour se livrer au trafic de drogue. Cette localité difficile d'accès est située dans une zone désertique et montagneuse de l'Adrar des Iforas, proche de l'Algérie. Depuis le 18 septembre, une trêve est respectée sur le terrain, mais le déploiement de l'armée suscite des doutes sur la durée de la cessation des hostilités, la deuxième depuis le début de la crise. Lors de la visite du chef d'État malien, Alger et Bamako ont signé le procès-verbal de la 10e session du comité frontalier bilatéral qui s'est tenue les 19 et 20 novembre à Alger. Selon les recommandations du Comité frontalier, l'Algérie et le Mali veulent assurer une meilleure circulation des personnes et des biens et renforcer la coopération entre leurs services de sécurité aux frontières dans la lutte contre le terrorisme, le banditisme et l'émigration illégale.
R. B. La liberté 26/11/2007.

Thursday, November 22, 2007

Algérie: Les édifices publics et certains quartiers de la ville sont pris pour cible ;Les émeutes reprennent à Ouargla

Lundi soir, la recette des impôts de Sidi Amrane a été attaquée par des personnes encagoulées qui ont tabassé son gardien et incendié les archives.
Des faits qui rappellent les événements de 2004. Il est désormais connu que l’incendie de la recette des impôts d’alors a servi les intérêts de certains mauvais payeurs. La violence a repris mardi soir avec des affrontements directs entre les éléments des brigades antiémeute et les jeunes de Mekhadma qui ont plongé l’artère principale de ce quartier jouxtant les plus importantes cités du centre-ville dans le chaos. Les émeutiers voulaient à tout prix quitter le carrefour Sidi Amrane-Mekhadma vers la ville en passant par les principales maisons closes de la zone qu’ils comptaient incendier, selon nos informations. Mais la police n’a eu de cesse de les cantonner dans leur quartier et quadriller le secteur grâce aux effectifs déployés en début d’après-midi et à l’usage massif de bombes lacrymogènes dont les relents ont circulé dans l’air toute la nuit mais aussi de coups de feu afin de disperser les groupes constitués autour du portail de la cité Sonelgaz et des édifices publics y attenants. L’affrontement auquel ont participé des dizaines de jeunes s’est prolongé sans relâche de 18h30 à 2h du matin, ce qui a poussé de nombreux citoyens à déserter la rue et chercher des lieux de parking sécurisés pour leurs voitures en dehors de leurs quartiers afin d’éviter la casse méthodique appliquée par les jeunes déchaînés. Les quartiers chauds de la ville restent encore sous haute surveillance grâce aux renforts sécuritaires arrivés des villes limitrophes sur réquisition du wali. L’effort des autorités locales se concentre sur la reprise en main de la situation durant la nuit grâce au dispositif sécuritaire et aux tentatives de conciliation entre les quartiers ennemis (la Silice et Saïd Otba) et les pourparlers pour la libération des détenus. Mais la persistance de l’agitation laisse penser que le mouvement de colère ne s’est pas encore apaisé. Après la révocation de M. Messaoudi, directeur régional de l’Agence nationale de l’emploi (ANEM), sur lequel s’est focalisée la colère des jeunes, ces derniers semblent brandir de nouvelles revendications tues durant les rencontres avec les officiels. Outre la libération sans conditions des cinq derniers détenus arrêtés dans le sillage de ces événements, les émeutiers veulent s’en prendre aux maisons closes des 324 logements. De son côté, le wali a décidé de rompre le silence pour s’adresser directement aux citoyens de la wilaya sur les ondes de la radio locale et appeler à l’implication des parents pour le contrôle des agissements de leurs enfants, surtout que des mineurs et des repris de justice côtoyaient les chômeurs durant les événements.
Houria Alioua EL WATAN 22/11/2007.

Tuesday, November 20, 2007

Maroc-Algérie : Les meilleurs vœux du président..Lecture entre les lignes

Cette année encore, le président Bouteflika réitère sa volonté de développer les liens de fraternité entre son pays et le Maroc. Pourtant…Chaque année, à l'occasion de la commémoration de l'anniversaire de l'Indépendance du Maroc, et depuis qu'il a été «désigné» à la tête de l'Etat algérien, le président Abdelaziz Bouteflika ne rate pas cette occasion pour envoyer un message de vœux à SM le Roi Mohammed VI. C'est devenu une sorte de rendez-vous annuel pour le chef de l'Etat voisin où il se permet de se libérer de ses inhibitions et de déclarer son amour pour le Maroc, ses sentiments de fraternité pour le Souverain et ses désirs les plus ardents de voir les liens entre les deux pays se renforcer. Et cette année encore, le président Bouteflika n'a pas dérogé à la règle. Un communiqué du palais d'El Mouradia (présidence de la république algérienne) indique que «le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a félicité le Roi du Maroc Mohammed VI, à l'occasion de l'anniversaire de l'indépendance de son pays». L'information en elle-même aurait pu passer inaperçue s'il ne s'agissait pas de deux pays qui ont des relations très tendues à cause de l'hostilité manifestée par l'un d'entre eux à l'intégrité territoriale de l'autre. Le soutien algérien au séparatisme polisarien est tout simplement un acte d'hostilité envers le Royaume. Héberger un mouvement séparatiste, lui fournir un soutien militaire, une base arrière territoriale et une plate-forme d'action diplomatique est un ensemble d'actions qui, réunis, justifient la déclaration de guerre dans le droit international. Aucun Etat ne peut tolérer une attitude aussi inamicale de la part de son voisin. Mais, le Maroc, fidèle aux principes fondateurs de sa politique étrangère - qu'il s'est imposés d'ailleurs juste après l'Indépendance - a toujours privilégié le recours aux moyens pacifiques et au droit international face à ce genre d'attitudes. Le recours à la Cour internationale de La Haye et l'organisation de la Marche verte par la suite pour libérer les provinces du Sud de la colonisation espagnole en attestent. Mais, cela n'empêche pas le fait que le Royaume peut recourir à la force militaire pour défendre ses territoires face aux agresseurs. C'est ce qu'il a fait, brillamment, face aux mercenaires du Polisario durant plus de trois décennies. Dans son message de vœux, le président Bouteflika a tenu, comme d'habitude, à rendre hommage «à l'élan héroïque du peuple marocain qui a sacrifié sa vie pour un pays libre et souverain». Un «élan héroïque» qui inclut, évidemment, celui qui a permis la défense des territoires récupérés au Sahara marocain. Le chef de l'Etat algérien a aussi réaffirmé un engagement qu'il ne cesse de répéter mais qu'il ne tient jamais. «Il me plaît de réitérer à Votre Majesté ma ferme détermination à coopérer avec vous, à œuvrer à renforcer les liens de fraternité qui unissent nos deux peuples et à déployer tous les efforts pour réaliser leurs aspirations communes», a-t-il dit. Sachant que son mandat expire dans un an et que la Constitution algérienne ne lui permet pas de briguer un troisième, il devrait faire vite, s'il a l'intention, cette fois-ci, de tenir son engagement.
Omar Dahbi, ALM

Algérie-Mali La sécurité des frontières et le reste

Le comité bilatéral frontalier algéro-malien se réunit, aujourd'hui, en session ordinaire à Alger. La rencontre intervient à la veille de la visite en Algérie du Président malien Amadou Toumani Touré, prévue dimanche prochain et au lendemain de la visite du numéro deux du département d'Etat américain John Negroponte, à Tombouctou dans le nord du Mali. Du coup, la réunion de cette 10e session de ce comité, créé par les deux pays en 1995, prend une importance particulière. La raison? Les Américains ne cachent plus leur souhait de participer activement à la surveillance de nos frontières avec le Mali dans le cadre de leur politique globale de lutte contre le terrorisme. Profitant de son déplacement à la ville de Tombouctou, le diplomate américain a clairement affirmé le souhait de son pays de renforcer ses relations dans le domaine de la sécurité, particulièrement avec le Mali et l'Algérie. «J'ai cru comprendre que le Président du Mali (Amadou Toumani Touré) se rendrait bientôt en Algérie et que le problème de sécurité (le long des frontières entre les deux pays) sera abordé. C'est un domaine sur lequel nous aimerions travailler avec les deux gouvernements» et les autres pays ouest-africains», a déclaré le diplomate américain à la presse, au terme d'une tournée dans quatre pays africains, rapporte l'AFP. Les Américains cherchent à avoir une présence militaire permanente dans cette région réputée être aussi l'un des objectifs d'Al-Qaïda pour s'implanter dans le Sahel. L'offre américaine n'a pas encore provoqué de réactions officielles de la part d'Alger. Le Mali semble plutôt favorable: les Etats-Unis sont présents dans le nord de ce pays depuis 5 ans et s'occupent officiellement de la formation de militaires maliens aux techniques de lutte contre le terrorisme et le grand banditisme. Sans moyens financiers, confronté à la rébellion touarègue, au nord, et à l'activité des contrebandiers et des terroristes de la branche maghrébine d'Al-Qaida, le Mali coopère avec les Américains. Ce n'est pas le cas de l'Algérie, riche de sa longue expérience dans la lutte contre les groupes extrémistes. A maintes reprises, notre pays a rejeté l'implantation d'une base militaire étrangère sur son territoire et refuse la présence de militaires étrangers sur son sol. Notre pays a considérablement renforcé ses moyens militaires avec l'achat d'avions et de blindés et s'apprête à construire un système électronique de surveillance des frontières. Pour l'Algérie, la lutte contre le terrorisme sur son territoire doit se faire avec ses militaires, mais cela ne ferme pas la porte à la coopération technique dans la lutte contre le terrorisme avec la première puissance mondiale. Cette coopération peut se traduire par la fourniture par les Américains d'une aide logistique pour lutter efficacement contre les réseaux terroristes installés dans l'extrême sud du pays. Et aussi dans la formation de militaires algériens par les leurs homologues américains. L'implication des Américains dans la sécurisation des frontières algéro-frontières n'échappera, sans doute, pas au comité bilatéral algéro-malien dont les travaux seront dominés par les problèmes de sécurité et de contrebande posés au niveau des frontières. Officiellement, la réunion de ce comité sera consacrée essentiellement à jeter les ponts de développement entre les villes algériennes de Tamanrasset, d'Adrar et d'Illizi et maliennes de Kidal, Gao et Tombouctou. La réunion du comité algéro-malien sera présidée, du côté algérien par le ministre délégué aux Collectivités locales Dahou Ould Kablia et du côté malien par le général de division, Kafougouna Kone, ministre malien de l'Administration territoriale et des collectivités locales. La rencontre a été précédée, hier, par une réunion au niveau des experts des deux pays, rapporte l'APS.
Le Quotidien d'Oran, 20/11/2007

Sunday, November 18, 2007

زعيم حزب معارض يشبه السلطات الجزائرية بـ"المافيا"


انتقد زعيم حزب التجمع الجزائري للثقافة والديمقراطية سعيد سعدي السلطات في البلاد بشكل مباشر وعبر شاشة التلفزيون المحلي ضمن حملته الانتخابية التي يقودها للمحليات في الجزائر، وشبه سعدي السلطة الحاكمة بـ"مافيا حاكمة استولت على البلاد وتحاول أخذه إلى الهاوية".
ويعرف عن سعيد سعدي انتقاده الشديدة للحركات الإسلامية التي يصفها "بالاسلاموية الدموية" ولنظام الحكم في الجزائر. ولم يخف هذه المرة في مداخلته التلفزيونية في إطار الحملة نحو الانتخابات المحلية توجيه النقد المباشر واللاذع لمن اسماها أيضا "العصابة التي تحكم البلاد".
ويعتبر سعدي تنازلات السلطة للإسلاميين الدمويين بمثابة "التنازل عن دماء الشعب"، لأن الإسلاميين الراديكاليين المتعصبين هم الذين حملوا السلام في وجه الشعب وليس العكس، وقد ذكر في تجمع له في مدينة بجاية (القبائل الصغرى) أن المافيا السياسية في البلاد تحاول تحويل الجزائريين إلى شحاذين بالجملة، وأن النظام أفلس منذ سنوات طويلة ولم يعد مقنعا لا في مواقفه ولا في ممارساته ولا في أدائه..
من جهة ثانية أكد سعيد سعدي عبر مداخلة في برنامج مباشر على القناة الأرضية الجزائرية أن السلطة بلغت درجة من الشيخوخة وأن ما تمارسه يعكس حالة الاهتراء والتعفن والفساد، مما أحرج مذيعة البرنامج التي حاولت تهدئته وتجاوز عباراته الموجهة ضد السلطة على المباشر.. لم ينتقد سعيد سعدي السلطة فحسب بعبارة (خلف الستار) التي يقصد بها الجنرالات، بل انتقد بشكل صريح وزير الداخلية أيضا واعتبر ما يفعله خطيرا ويمس بالقوانين الدستورية للبلاد، رافضا في ذات الوقت فكرة الرئيس مدى الحياة التي يحاول عبد العزيز بوتفليقة الوصول إليها مع أن وضعه الصحي لا يسمح بذلك!
رئيس مريض لا يقود دولة قوية!
من جانب آخر يحاول رئيس الحكومة وزعيم حزب جبة التحرير الجزائري (الحزب الحاكم سابقا) خلق جو مغاير للانتخابات التي يخوضها حزبه على وقع صراعات داخلية عميقة، بعد أن أعلن دعمه الكامل لمشروع تغيير الدستور الجزائري عبر استفتاء (مزور مسبقا) كما تقول المعارضة.
ويعمل عبد العزيز بلخادم مع عدد من السياسيين المشكلين على تغيير الدستور من أجل فتح باب "القيادة مدى الحياة" وهو ما تعتبره أحزاب المعارضة الجزائرية كحزب العمال والتجمع لأجل الثقافة والديمقراطية متنافيا مع أخلاقيات الميثاق الوطني الذي تأسست عليه الجزائر.
وبحسب العديد من الملاحظين فإن القانون الذي يراد فرضه على الجزائريين يعطي للرئيس الحق في البقاء في الحكم مدى الحياة، بحيث تنتقل السلطة إلى نائب الرئيس في حال وفاة الرئيس وهو المنصب الذي سيحدثه الدستور الجديد إن تمت الموافقة عليه.
وتقول المصادر الطبية أن الرئيس الجزائري مريض ولا يمكنه مزاولة عهدة جديدة، خاصة بعد الصورة التي ظهر بها أمام ملايين الجزائريين وكان في حالة من التعب والإرهاق والمرض، مما جعل الكثير يعتقد أن "انحياز" النخبة السياسية إلى تغيير الدستور ليس لأجل إبقاء الرئيس عبد العزيز بوتفليقة مدى الحياة، بل لأنهم يعرفون جيدا وضعه الصحي، وانه لن يستطيع البقاء طويلا بعد الملف الصحي الذي نشرته عنه إحدى الصحف الفرنسية مظهرة انه يعاني من سرطان، ولهذا في حال تراجع صحته وصار غير قادر على القيام بدوره يصبح نائبه رئيسا بشكل آلي وهي "اللعبة القذرة" التي اعتبرتها زعيمة حزب العمال السيدة لويزة حنون "عملية قرصنة يراد بها رهن الجزائر في سفينة ذاهبة إلى الغرق" مضيفة أن رئيس مريض لا يقود دولة قوية

Hypocrisie,Mensonge....Le président algérien félicite SM le Roi à l'occasion de la fête de l'Indépendance

Rabat, 18/11/07- SM le Roi Mohammed VI a reçu un message de voeux et de félicitations du président algérien, M. Abdelaziz Bouteflika, à l'occasion du 52-ème anniversaire de l'Indépendance du Royaume...(Jusuqu'ici tout va bien c'est une affaire purement protocolaire).

Dans ce message, le chef de l'Etat algérien exprime, en son nom et en celui du peuple et du gouvernement algériens, ses chaleureuses félicitations et ses meilleurs voeux à SM le Roi, implorant le Tout-Puissant d'accorder au Souverain santé et bonheur et de guider Sa Majesté sur la voie de la réalisation des aspirations (lesquelles surtout pas celles qui concernent le Sahara) du peuple marocain au progrès et à la prospérité.
Le président algérien rend, d'autre part, hommage à l'élan héroique du peuple marocain qui a consenti de grands sacrifices pour recouvrer sa souveraineté et sa liberté...(tiens là je ne comprendsplus rien et ça me fait rire d'entendre Bouteflika penser ainsi ça pue l'hypocrisie)

M. Bouteflika réitère, à cette occasion, son attachement constant et sa ferme détermination à coopérer, dans la solidarité, avec le Souverain, à entreprendre tout ce qui est de nature à raffermir davantage les liens de fraternité qui unissent les deux peuples et à ne ménager aucun effort pour réaliser leurs aspirations communes...là , je dis chapeau à Bouteflika et je ne sais pas s'il a bien lu ce qu'on lui a écrtit ou s'il a bien signé parce que là je dis.....بهت الذي كفر

Friday, November 16, 2007

Droits de l'Homme : Les Américains découvrent à Laâyoune une réalité contraire aux allégations du Polisario

Après la visite effectuée par une délégation de «Human Rights Watch», c'est au tour de la responsable du département des droits de l'Homme au secrétariat d'Etat américain de faire le déplacement au Sahara.Le chef du département des Droits de l'Homme au Secrétariat d'Etat américain a effectué, mardi et mercredi derniers, un voyage de deux jours à Laâyoune. Sabah Khoury, accompagnée d'un conseiller auprès de l'ambassade US à Rabat, Craig Karp, est arrivée dans la capitale des provinces sahariennes à la tête d'une forte délégation. Une semaine plus tôt, une autre délégation américaine avait fait le voyage à Laâyoune. Il s'agit de responsables de l'ONG «Human Rights Watch» (HRW), avec à leur tête Eric Goldstein, responsable du département MENA (Moyen-Orient - Afrique du Nord). Bien avant, le Ramadan dernier plus précisément, le conseiller de l'ambassade US à Rabat, Craig Karp, s'était livré, toujours à Laâyoune, à d'intenses entretiens avec des associations locales et des jeunes autoproclamés «séparatistes de l'intérieur». La visite de la responsable du département des Droits de l'Homme au Secrétariat d'Etat américain, la dernière en date, vient prouver un activisme américain notoire sur le dossier des droits de l'Homme dans les provinces sahariennes, soulevant des points d'interrogation sur le pourquoi de ces déplacements américains répétitifs. Les acteurs associatifs, conjugués à des membres du Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (Corcas), sont nombreux à s'interroger sur ces déplacements. Pourquoi les responsables américains ont-ils multiplié les voyages à Laâyoune ces derniers jours ? Le déplacement fait, il y a une semaine, par une délégation de HRW, une ONG internationale réputée proche de l'administration américaine, semble avoir préparé le terrain au voyage de la responsable du département des Droits de l'Homme relevant du Secrétariat d'Etat américain. Le département de Condoleeza Rice mène une course contre la montre pour préparer et publier, avant la fin de l'année 2007, son nouveau rapport sur les droits de l'Homme à travers le monde. En dépêchant Sabah Khoury, après le déplacement de M. Goldstein, le Secrétariat d'Etat cherche, pour les besoins de son Rapport, à enquêter sur la situation réelle des droits de l'Homme dans les provinces sahariennes, après avoir été saisi par la machine de propagande polisarienne sur de prétendues violations de ces droits par les autorités marocaines. C'est l'objet de la visite effectuée en début de semaine par Sabah Khoury à Laâyoune, où elle a eu plusieurs entretiens avec des acteurs associatifs. «Le département d'Etat et les associations ont constaté de visu que les prétendues violations dénoncées par le Polisario ne sont que de pures spéculations», affirme un responsable local. Pourtant, des acteurs associatifs de la ville estiment que la responsable américaine aurait mieux fait de se déplacer à Tindouf où les violations des droits de l'Homme sont systématiques. Ces derniers ont exprimé à ALM leur crainte que leurs doléances ne soient pas prises en compte dans le rapport en préparation du Secrétariat d'Etat américain. «Nous comprenons que l'administration américaine s'intéresse davantage au dossier du Sahara en vue de lui trouver une issue, d'autant plus que sa position sur l'offre marocaine d'autonomie est positive. Mais nous craignons que le département d'Etat américain néglige les horreurs qui sont perpétrées au jour le jour de l'autre côté de la frontière, au sud-ouest de l'Algérie», avertit Mohamed Talib, membre du Corcas. Ce dernier se demande pourquoi la délégation du département d'Etat américain a insisté pour visiter la prison civile de Laâyoune, «alors qu'il aurait été plus judicieux de faire le déplacement dans les camps de Tindouf pour enquêter sur des dossiers très graves comme la pratique de l'esclavage, la déportation des enfants séquestrés vers Cuba, les restrictions de la liberté de mouvement imposées à nos concitoyens». «Les conclusions du rapport de HRW et du département d'Etat américain ne manquera pas de noter le climat de quiétude et de respect des droits de l'Homme qui règne dans les provinces sahariennes», conclut, confiant dans l'honnêteté et le professionnalisme des différentes délégations américaines, un élu local.
ALM 16/11/2007.

Thursday, November 15, 2007

Maghreb : Alger n'aime pas les banques maghrébines

Trois grandes banques maghrébines attendent depuis plusieurs mois une réponse des autorités monétaires algériennes à leurs demandes d’agréments.La Banque centrale algérienne n'aime pas ses voisins du Maghreb. Ses gouvernants viennent d'annoncer la liste des banques étrangères qui bénéficieront de l'agrément d'exercice sur le territoire algérien. Ils sont au nombre de 24. Il y en a des européennes - la majorité - et des arabes. Mais, aucun établissement bancaire maghrébin n'a reçu l'agrément nécessaire pour s'installer en Algérie et pouvoir ainsi rendre plus faciles les transactions commerciales entre les deux pays voisins et dans l'espace maghrébin en général. Pourtant, trois grandes banques maghrébines attendent leur agrément depuis plusieurs mois sans que les autorités monétaires algériennes ne leur donnent une réponse définitive et claire. Leurs dossiers sont en instance d'étude, expliquent les Algériens pour justifier le retard au moment où des dossiers déposés tout récemment par des établissements d'autres pays d'Europe et du Golfe ont déjà été gratifiés de la bénédiction du pouvoir algérien et vont bientôt commencer leurs activités dans ce pays. Cette question a été soulevée par certains banquiers maghrébins lors des travaux du forum sur «le développement du capital d'investissement» qui ont commencé hier à Alger. Les autorités monétaires algériennes auront du mal à expliquer à leurs confrères marocains et tunisiens cette hostilité envers les institutions financières de pays avec lesquels ils sont supposés avoir de très forts liens de coopération.
Le 15-11-2007Par : Omar DAHBI -ALM

Le Polisario ne sera pas autorisé à participer au Sommet Europe-Afrique de Lisbonne

L’Algérie, qui s’est beaucoup agitée ces derniers jours pour faire participer les séparatistes à cette grand-messe, s’est vu encore une fois opposer une fin de non-recevoir de la part de l’Union européenne.Suite à des informations ayant circulé dans la presse algérienne sur la participation de la pseudo-république polisarienne au IIème Sommet Europe-Afrique de Lisbonne, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Khalid Naciri, a précisé dans une déclaration à ALM que «ni le Polisario ni la RASD ne sont invités à participer à ce Sommet», prévu le 8 décembre prochain au Portugal. Le responsable marocain a, par ailleurs, affirmé que «le Maroc participera dignement à ce Sommet, comme il l’a d’ailleurs fait lors de la première édition de ce Sommet», qui s’est tenue en avril 2000 au Caire. L’Algérie, qui s’est beaucoup agitée ces derniers jours pour faire participer les séparatistes à cette grand-messe, s’est vu encore une fois opposer une fin de non-recevoir de la part de l’Union européenne. Réagissant à cette nouvelle manœuvre, relayée en grande pompe par la presse algérienne, le porte-parole du gouvernement, M. Naciri, a déclaré «ne pas être étonné» que le voisin de l’est bouge dans tous les sens et essaye, en vain, de faire accréditer une thèse éculée. Le «Non» opposé par l’UE à la demande d’Alger vient infliger un nouveau revers à la diplomatie algérienne, qui n’en finit pas d’essuyer des échecs. Il constitue, par contre, un signal encourageant à la diplomatie marocaine qui a réussi, par son offre d’autonomie, à tirer le tapis sous les pieds des adversaires de l’intégrité territoriale. Le niet opposé à la demande d’Alger est, par ricochet, une reconnaissance du rôle concluant que joue le Royaume sur l’échiquier afro-européen. Pour rappel, lors du premier Sommet euro-africain du Caire, Rabat avait créé l’événement en annonçant sa décision d’annuler l’ensemble des dettes des pays africains les plus pauvres vis-à-vis du Royaume.
ALM 15/11/2007.MAP

Wednesday, November 14, 2007

Sit-in à Rabat pour demander la vérité sur le sort des Marocains disparus à Tindouf

Rabat, 14/11/07-Un sit-in a été organisé mercredi devant le siège de la représentation des Nations Unies à Rabat, pour réclamer que la lumière soit faite sur le sort des Marocains disparus dans les camps de Tindouf.

Les participants à ce mouvement, initié par l'association nationale des familles des martyrs et des disparus du Sahara marocain, ont scandé des slogans dénonçant la torture infligée aux Marocains séquestrés dans les camps de Tindouf et appelant à la poursuite de la lutte pour que le sort des Marocains disparus soit élucidé.
Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU et remise à la coordination onusienne au Maroc, l'Association a appelé à exercer des pressions sur ''l'Algérie et sa marionnette (le polisario) pour éclaircir sans atermoiements la situation des Marocains disparus" et pour que "les dépouilles des personnes décédées sous la torture soient remises à leurs familles''.
L'Association a, en outre, demandé à l'organisation onusienne de ''mettre un terme aux souffrances des familles marocaines privées de leurs proches suite au conflit artificiel autour du Sahara qui dure depuis longtemps''.
Elle a également incité le secrétaire général de l'Onu à oeuvrer pour ''traduire devant la justice les tortionnaires du polisario et l'Etat algérien impliqués dans les violences et les massacres des séquestrés marocains afin de mettre un terme à l'impunité''.
L'Association a rappelé que le ''dossier humanitaire en rapport avec le conflit du Sahara n'a pas été résolu de manière définitive'', rappelant à ce propos que "le cas des disparus reste encore en suspens, en violation flagrante des conventions internationales relatives aux droits de l'Homme et au droit humanitaire international''.
La même source relève, par ailleurs, que malgré "les grands efforts" déployés par la Croix rouge internationale, "l'influence de celle-ci sur les parties concernées reste très limitée", notant que ''les familles des disparus marocains ont assez souffert de toutes les formes de privation, même de leurs droits les plus élémentaires, en ce sens qu'elles n'ont pas reçu la moindre information des leurs, depuis leur disparition".
L'association a enfin appelé l'ONU ''à faire de cette année celle de la vérité sur le sort des disparus de la guerre du Sahara''.
MAP 15/11/2007.

Tuesday, November 13, 2007

L’Union européenne va-t-elle reconnaître la RASD lors du IIème Sommet Europe-Afrique de Lisbonne ?

L'Algérie veut que le Polisario participe au Sommet de Lisbonne qui réunira les chefs d'Etat européens et africains. La diplomatie algérienne s'agite depuis quelques semaines dans plusieurs capitales européennes et africaines pour faire participer la prétendue république sahraouie au deuxième Sommet Afrique-Europe prévu le 8 décembre à Lisbonne au Portugal. Selon des sources informées, l'Algérie bouge dans tous les sens afin que le Polisario soit présent lors de cette conférence qui réunira, pour la deuxième fois, les chefs d'Etat des pays européens et africains. Rappelons que le premier Sommet avait eu lieu en avril 2000 au Caire. Une rencontre qui avait été couronnée de succès puisqu'elle avait permis aux pays des deux continents d'aborder sans tabous tous les sujets qui concernent les relations entre le Nord et le Sud.Le Maroc, représenté par SM le Roi Mohammed VI, avait annoncé, à l'occasion du Sommet, sa décision d'annuler l'ensemble des dettes des pays africains les plus pauvres vis-à-vis du Royaume. Une initiative qui allait devenir une revendication que le Maroc défendra à l'échelle internationale en appelant à l'annulation des dettes extérieures des pays les moins avancés. Cette remarquable intervention marocaine avait été décidée suite à l'intervention de la majorité des pays européens et africains qui ont demandé au Maroc de participer aux travaux du Sommet même s'il n'est plus membre de l'Union africaine depuis 1984. «Un Sommet pareil sans un pays comme le Maroc aurait été un fiasco», estime un diplomate marocain avant d'ajouter : «plusieurs pays européens et africains ont insisté sur la participation du Maroc et le Royaume ne pouvait qu'accéder à la demande de pays frères et amis». Mais, le Maroc ne pouvait pas être présent dans une rencontre à laquelle participe une entité séparatiste comme la pseudo-RASD. Aussi, il a été décidé - suite aussi à des pressions européennes - par les pays de la défunte OUA d'exclure le Polisario de la rencontre. Contraintes d’abandonner leur projet d'ériger cette entité en Etat, les autorités algériennes avaient alors demandé au Polisario de renoncer à participer au Sommet. Le chef des séparatistes de Tindouf, Mohamed Abdelaziz, envoya alors une lettre à Abdelaziz Bouteflika dans laquelle il laissait entendre qu’il «préfère ne pas participer au Sommet du Caire». Toutefois, et selon des sources informées, le président algérien s'engagea à le faire participer à l'édition suivante qui devait avoir lieu en 2003 dans un pays européen. Une édition qui n'a pas eu lieu et qui fut reportée à cause de plusieurs facteurs dont le différend qui oppose les pays du Commonwealth au Zimbabwe de Mugabe. Le même problème persiste aujourd'hui au moment où le Sommet est programmé pour le 8 décembre prochain. Selon une source diplomatique étrangère, la Grande-Bretagne a informé les pays membres de l'UE de son intention de boycotter le Sommet si le président zimbabwéen était invité à Lisbonne. Le même problème risque de se poser, aujourd'hui, en ce qui concerne la participation marocaine si les Algériens continuent leurs manœuvres visant à décrocher une participation de l'entité polisarienne au Sommet de Lisbonne. Des sources informées font état de l'existence d'un plan d'action établi par les services algériens pour agir en direction de toutes les représentations diplomatiques portugaises en Europe et en Afrique pour faire pression sur ce pays afin qu'il invite la «RASD» à Lisbonne. Une stratégie qui ne peut que faire échouer, si elle réussit, une rencontre aussi stratégique pour le continent africain.
Le 13-11-2007Par : Omar DAHBI ALM

Algérie:Attaque con,tre l'Aéroport de DJANET. L’œuvre d’un nouveau groupe armé

L’attaque terroriste de jeudi dernier contre l’aéroport de Djanet a été perpétrée par 15 individus armés appartenant au Mouvement dit du Sud, selon des sources sécuritaires.Ce mouvement active entre Djanet et Ouargla. Il s’agit d’un nouveau groupe terroriste dont les membres sont, pour la plupart, originaires de Djanet. Il a été constitué depuis près de deux années et n’a aucun lien avec le groupe du sinistre Mokhtar Belmokhtar. Les forces de sécurité qui avaient immédiatement riposté à l’attaque terroriste en repoussant le groupe armé auteur de cette opération et qui voulait se réfugier au Niger, ont déjoué un plan d’attaque de grande envergure. La vaste opération de ratissage lancée aussitôt après l’attentat par l’armée, a encerclé non loin de l’aéroport, ce groupe terroriste Leur action a permis la récupération de deux mitrailleuses, trois véhicules tout-terrains et un lot de minutions. Il s’agit des véhicules et des armes utilisés lors de l’attaque. Il est à rappeler que l’opération s’est déroulée à 4h du matin et le groupe armé a utilisé lors de cette opération trois véhicules tout-terrains, deux mitrailleuses et des lance-roquettes RPG. Ils avaient touché un avion de transport de cargaison des forces aériennes au niveau des ailes et avaient endommagé également deux hélicoptères. Les mêmes sources ont affirmé la récupération d’une documentation attestant l’activité terroriste des commanditaires de l’action et sa non-affiliation au groupe de Belmokhtar. Par ailleurs, ce groupe terroriste, «Mouvement du Sud», fait état actuellement de recherches intensives par les services de sécurité. Le choix de cette appellation n’est pas fortuit du fait qu’il cherche certainement à faire l’amalgame avec le mouvement de protestation citoyen qu’a connu le sud algérien en mars 2004.
I. B. T. Le Soir d'Algérie.

Monday, November 12, 2007

Le Maroc demande l’accès permanent du HCR aux camps de Tindouf

Pour apporter une assistance effective aux populations des camps de Tindouf, il s'agit tout simplement de mettre en oeuvre le mandat du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) et les décisions de son comité exécutif, a souligné, vendredi, devant la 3ème commission de l'Assemblée générale, Lotfi Bouchaara, de la mission permanente du Maroc auprès des Nations-unies.En réponse à la délégation algérienne, qui a évoqué, une fois de plus, la question du Sahara, lors de la discussion du rapport du HCR, le diplomate marocain a demandé que soit permis un accès permanent du HCR aux camps de Tindouf et que soit assurée la liberté de circulations de leurs populations.Il a, en outre, réfuté l'idée, défendue par l'Algérie, selon laquelle la situation humanitaire dans les camps de Tindouf est tributaire d'une solution politique du différend sur le Sahara.A cet égard, le diplomate a rappelé que l'article 2 du statut du HCR souligne que l'activité du Haut Commissariat ne comporte aucun caractère politique et qu'elle est humanitaire et sociale."La conclusion numéro 40 du Comité exécutif du HCR est, également, très claire à ce sujet", a-t-il poursuivi, relevant que "l'Assemblée générale a, par ailleurs, indiqué, à de nombreuses reprises, que le rapatriement, librement consenti, ne peut être tributaire de l'application de solutions politiques".Il a aussi rappelé que, depuis 1975, le Maroc ne cesse de demander le recensement des populations des camps de Tindouf, sans que celui-ci n'ait jamais pu avoir lieu, alors que le mandat du HCR est pourtant sans équivoque sur ce point.Concernant la protection des populations des camps de Tindouf, M. Bouchaara a appelé à la mise en oeuvre des conclusions du Comité exécutif du HCR sur la séparation des civils des éléments armés.Il a, enfin, souligné que "le Maroc, la communauté internationale et les donateurs ont une demande, simple et justifiée : l'Algérie ne peut empêcher, indéfiniment, le HCR d'accomplir son mandat".Lors de son intervention, le diplomate marocain a réitéré de manière générale certains principes fondateurs de l'action du HCR.Il a relevé, dans ce cadre, qu'il est essentiel que le HCR puisse être, effectivement et physiquement, présent dans les camps de réfugiés, qui relèvent de sa responsabilité."On ne peut, en effet, légitimement concevoir une action efficace et surtout crédible aux bénéfices de réfugiés, si le HCR se voit refuser l'accès aux camps, ou si celui-ci se limite à une présence intermittente et parcellaire, au détriment des besoins d'assistance et de protection des réfugiés", a-t-il affirmé.En second lieu, a-t-il poursuivi, le mandat du HCR, en terme de protection internationale, doit être pleinement respecté et ce, conformément à ses statuts, aux Conventions internationales et aux décisions de son Comité exécutif.De même, a-t-il dit, "les populations réfugiées ne doivent pas être livrées à la merci des groupes armés, voir leurs droits bafoués, leur dignité piétinée, sans que le Haut commissariat ne soit en mesure de dénoncer de telles pratiques, portant atteinte à la morale universelle".Il a souligné, à ce propos, "la nécessaire séparation des populations civiles des éléments armés, qui doit être un principe cardinal de l'action du HCR".Il a également indiqué que "parmi les principes fondamentaux de toute action humanitaire, sérieuse et crédible, figure le principe du recensement", estimant "totalement insensé que, dans certains différends, en particulier dans ceux de longue durée, le HCR se voit toujours dénié le droit de recenser les populations de réfugiés, qu'il est
Autres chroniques :
ensé assister et protéger".Et de s'interroger: "comment la Communauté internationale peut-elle, légitimement, estimer les besoins d'une population de réfugiés, sans qu'aucun recensement n'ait pu être effectué ?"."Aussi, faut-il considérer que tout droit de veto, exercé par un pays hôte, à l'obligation statutaire du HCR, de recenser les réfugiés, comme une violation du droit international", a-t-il martelé, soulignant que de "telles situations, lorsqu'elles existent, doivent être dénoncées par les agences humanitaires, car elles portent atteintes à leurs obligations, à leur intégrité et à leurs mandats".Il a également relevé que "les réfugiés n'ont pas vocation à le rester indéfiniment" et que "le HCR dispose, à cet égard, de solutions internationalement agréées"."Parmi celles-ci, a-t-il dit, le rapatriement, librement consenti, doit continuer d'être privilégié, car plus à même de permettre un retour du réfugié dans des conditions de dignité, de respect et de justice".Il a, enfin, souligné que "le HCR doit prendre toutes les dispositions nécessaires, pour que les réfugiés soient en mesure d'exprimer, à l'abri de toute pression, ou menace, leur souhait, quant à leur avenir".
LIBERATION 12/11/2007

De l’aveu même des autorités algériennes, Tindouf est devenue un centre majeur de trafic de drogue

Le patron de la lutte anti-drogue en Algérie tire la sonnette d'alarme sur la transformation de Tindouf en paradis des trafiquants de drogue. La production et le trafic de haschich sont en train de transférer leurs activités criminelles en Algérie. C'est ce que vient de révéler, jeudi 8 novembre, Kasmi Aïssa, directeur de la coopération internationale de l'Office national algérien de lutte contre la drogue dans un entretien accordé à la deuxième chaîne de la Radio algérienne. Invité de l'émission «Rendez-vous du jeudi», le patron des services anti-drogue du ministère algérien de l'Intérieur a fait preuve d'une transparence peu habituelle dans ce pays. «Durant cette année, 93.000 plants de cannabis et 60.000 d'opium ont été saisis en Algérie, notamment dans les régions frontalières du pays», a-t-il indiqué. Ancien directeur général de la sûreté nationale algérienne, Kasmi Aïssa est l'un des meilleurs spécialistes de la lutte contre le trafic de drogue du sud de la Méditerranée. Ses affirmations ne peuvent donc être considérées à la légère comme de simples constats mais plutôt comme une alerte qu'il adresse aux dirigeants algériens sur l'ampleur que le phénomène est en train de prendre. «Il faut tirer la sonnette d'alarme avant qu'il ne soit trop tard», a-t-il dit avant d'ajouter que : «l'ensemble de la société est interpellé par ce phénomène dévastateur».Selon le responsable algérien, parmi les zones les plus touchées par ce phénomène, figure la région de Tindouf. Une zone géographique qui attire toutes sortes d'activités délictuelles depuis plusieurs décennies, mais qui, ces dernières années, semble devenir le carrefour des circuits criminels établis en Afrique subsaharienne et l'Europe via le Maghreb. Ce qui est tout à fait normal étant donné qu'il s'agit d'une zone qui échappe à un véritable contrôle de l'Etat algérien. Une zone où un commandement militaire relevant de la DRS (sécurité militaire) agit d'une manière presque autonome en complicité avec des groupuscules armés du Polisario et qui s'adonnent en toute impunité à des activités de trafic allant de l'immigration clandestine au trafic de drogue en passant par d'autres encore plus dangereuses comme le trafic d'armes qui profite à des cellules terroristes. En avril dernier, les autorités algériennes avaient découvert 5 hectares de cannabis dans la région de Tindouf. La presse algérienne avait alors révélé que le Sahara algérien était truffé de champs de cannabis et que plusieurs avaient été détruits par les forces de sécurité. Selon le quotidien Achourouk, plus de deux tonnes de résine de cannabis avaient été saisies, le 1er avril, par des douaniers algériens près de Tindouf. Le patron de la direction de la lutte contre la drogue a signalé par ailleurs que si la culture et le trafic de drogue se sont largement développés ces dernières années en Algérie, c'est parce que le Maroc est en train de réussir son combat contre ce fléau. «Le Maroc a décidé de lutter contre le trafic de drogue alors les trafiquants veulent l'investir en Algérie», a-t-il souligné.
Le 12-11-2007 Omar DAHBI-ALM

Des blessés à Tizi-Ouzou Attaque à la voiture piégée contre la police

Une attaque terroriste à la voiture piégée perpétrée samedi soir, vers 20h30, devant une résidence de policiers à Maatkas, à 20 km au sud-ouest du chef-lieu de la wilaya de Tizi-Ouzou, a fait une dizaine de blessés parmi les policiers et des civils résidant au niveau des cités voisines, apprend-on de sources sécuritaires. Selon nos sources, les terroristes, en nombre important, ont tenté tout d'abord une diversion à la sortie de la ville menant vers Souk El-Thenine en tirant plusieurs coups de feu pour vraisemblablement attirer les policiers aux alentours de leur cantonnement, où la voiture était stationnée et prête à exploser à quelques dizaines de mètres de leur cible. Mais il n'en fut rien. La vigilance des éléments des services de sécurité a fait échouer cette entreprise des irréductibles du GSPC. Les policiers en faction devant l'entrée de leur cité, voyant un mouvement suspect de l'autre côté de la rue, où une voiture de marque Peugeot 406, selon des témoins oculaires, était stationnée, ont ouvert le feu avant que les terroristes n'actionnent à distance la bombe placée dans cette voiture. Un accrochage de plusieurs minutes a suivi l'explosion. Puis les terroristes se replièrent au milieu des cités voisines, pour prendre ensuite la fuite vers une direction inconnue. Bilan: au moins quatre policiers et une dizaine de civils qui se trouvaient dans leurs habitations blessés. Selon des sources locales, un enfant de 15 ans, atteint par des débris de verre, a été admis aux urgences de l'hôpital de Tizi-Ouzou où il devait subir une intervention chirurgicale. Par ailleurs, cinq véhicules ont été sérieusement endommagés. Des dégâts ont été enregistrés dans des dizaines d'habitations de la cité CNEP mitoyenne et une dizaine de commerces. De même, on signale des dégâts dans plusieurs sièges d'organismes publics. Selon des sources sécuritaires, les terroristes auraient tenté vainement une attaque plus grave contre l'hôtel de police domicilié au niveau de cette ancienne brigade de gendarmerie, eu égard au nombre important de terroristes signalés sur les lieux, mais leur projet a, semble-t-il, échoué. Et l'attaque à la voiture piégée de Mekla que les terroristes voulaient rééditer n'a pas eu lieu. Par ailleurs, à Adekar, non loin de Yakouren, dans la wilaya de Béjaïa, un terroriste a été éliminé en fin de journée de samedi par une patrouille de police qui s'est accrochée avec un groupe armé constitué de quatre individus.
Le Quotidien d'Oran. 12/11/2007

Saturday, November 10, 2007

ONU-Maroc-Algérie : L'assistance aux populations des camps de Tindouf passe par le respect du mandat du HCR (diplomate)

New York (Nations Unies) 10/11/07 - Pour apporter une assistance effective aux populations des camps de Tindouf, il s'agit tout simplement de mettre en oeuvre le mandat du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) et les décisions de son comité exécutif, a souligné, vendredi, devant la 3ème commission de l'Assemblée générale, M. Lotfi Bouchaara, de la mission permanente du Maroc auprès des Nations-unies.
En réponse à la délégation algérienne, qui a évoqué, une fois de plus, la question du Sahara, lors de la discussion du rapport du HCR, le diplomate marocain a demandé que soit permis un accès permanent du HCR aux camps de Tindouf et que soit assurée la liberté de circulation de leurs populations.
Il a, en outre, réfuté l'idée, défendue par l'Algérie, selon laquelle la situation humanitaire dans les camps de Tindouf est tributaire d'une solution politique du différend sur le Sahara.
A cet égard, le diplomate a rappelé que l'article 2 du statut du HCR souligne que l'activité du Haut Commissariat ne comporte aucun caractère politique et qu'elle est humanitaire et sociale.
"La conclusion numéro 40 du Comité exécutif du HCR est, également, très claire à ce sujet", a-t-il poursuivi, relevant que "l'Assemblée générale a, par ailleurs, indiqué, à de nombreuses reprises, que le rapatriement, librement consenti, ne peut être tributaire de l'application de solutions politiques".
Il a aussi rappelé que, depuis 1975, le Maroc ne cesse de demander le recensement des populations des camps de Tindouf, sans que celui-ci n'ait jamais pu avoir lieu, alors que le mandat du HCR est pourtant sans équivoque sur ce point.
Concernant la protection des populations des camps de Tindouf, M. Bouchaara a appelé à la mise en oeuvre des conclusions du Comité exécutif du HCR sur la séparation des civils des éléments armés.
Il a, enfin, souligné que "le Maroc, la communauté internationale et les donateurs ont une demande, simple et justifiée : l'Algérie ne peut empêcher, indéfiniment, le HCR d'accomplir son mandat".
Lors de son intervention, le diplomate marocain a réitéré de manière générale certains principes fondateurs de l'action du HCR.
Il a relevé, dans ce cadre, qu'il est essentiel que le HCR puisse être, effectivement et physiquement, présent dans les camps de réfugiés, qui relèvent de sa responsabilité.
"On ne peut, en effet, légitimement concevoir une action efficace et surtout crédible aux bénéfices de réfugiés, si le HCR se voit refuser l'accès aux camps, ou si celui-ci se limite à une présence intermittente et parcellaire, au détriment des besoins d'assistance et de protection des réfugiés", a-t-il affirmé.
En second lieu, a-t-il poursuivi, le mandat du HCR, en terme de protection internationale, doit être pleinement respecté et ce, conformément à ses statuts, aux Conventions internationales et aux décisions de son Comité exécutif.
De même, a-t-il dit, "les populations réfugiées ne doivent pas être livrées à la merci des groupes armés, voir leurs droits bafoués, leur dignité piétinée, sans que le Haut Commissariat ne soit en mesure de dénoncer de telles pratiques, portant atteinte à la morale universelle".
Il a souligné, à ce propos, "la nécessaire séparation des populations civiles des éléments armés, qui doit être un principe cardinal de l'action du HCR".
Il a également indiqué que "parmi les principes fondamentaux de toute action humanitaire, sérieuse et crédible, figure le principe du recensement", estimant "totalement insensé que, dans certains différends, en particulier dans ceux de longue durée, le HCR se voit toujours dénié le droit de recenser les populations de réfugiés, qu'il est censé assister et protéger".
Et de s'interroger: "comment la Communauté internationale peut-elle, légitimement, estimer les besoins d'une population de réfugiés, sans qu'aucun recensement n'ait pu être effectué ?".
"Aussi, faut-il considérer que tout droit de veto, exercé par un pays hôte, à l'obligation statutaire du HCR, de recenser les réfugiés, comme une violation du droit international", a-t-il martelé, soulignant que de "telles situations, lorsqu'elles existent, doivent être dénoncées par les agences humanitaires, car elles portent atteinte à leurs obligations, à leur intégrité et à leurs mandats".
Il a également relevé que "les réfugiés n'ont pas vocation à le rester indéfiniment" et que "le HCR dispose, à cet égard, de solutions internationalement agréées".
"Parmi celles-ci, a-t-il dit, le rapatriement, librement consenti, doit continuer d'être privilégié, car plus à même de permettre un retour du réfugié dans des conditions de dignité, de respect et de justice".
Il a, enfin, souligné que "le HCR doit prendre toutes les dispositions nécessaires, pour que les réfugiés soient en mesure d'exprimer, à l'abri de toute pression, ou menace, leur souhait, quant à leur avenir".
MAP-10/11/2007

Friday, November 09, 2007

Des ONG britanniques interpellent la communauté internationale au sujet du calvaire des séquestrés de Tindouf

Londres, 09/11/07- Quatre ONG britanniques, actives dans le domaine de la protection des droits humains, ont appelé jeudi la communauté internationale à intervenir d'urgence pour mettre fin au calvaire des populations séquestrées par le "polisario" dans les camps de Tindouf (sud-ouest de Algérie).
"La communauté internationale doit agir d'urgence pour mettre un terme au calvaire des populations séquestrés par le polisario dans les camps de Tindouf, où la situation est devenue insupportable", a déclaré Lord Francis Newall, Président du Comité international pour les Prisonniers de Tindouf (ICPT, basé à Londres).
S'exprimant lors d'une rencontre avec la presse, Lord Newall a relevé que la communauté internationale, y compris l'organisation des Nations unies, doit intervenir pour faire toute la lumière sur les violations dont sont victimes les populations de Tindouf, en particulier les femmes, les enfants et les personnes âgées.
Le Président de l'ONG britannique a appelé l'Algérie à lever le siège imposé à ces populations afin de leur permettre de regagner le Maroc, leur pays d'origine.
Lord Newall a, par ailleurs, estimé que l'initiative marocaine pour la négociation d'un statut d'autonomie de la région du Sahara constitue le meilleur moyen pour un règlement définitif et équitable d'un conflit "crée et maintenu artificiellement autour de l'intégrité territoriale du Maroc".
De son coté, Mme Tanya Warburg, Présidente de l'association "Freedom for all" (liberté pour tous), a souligné que les droits les plus élémentaires des populations séquestrées sont bafoués, dénonçant "l'implication et la complicité" des autorités algériennes dans les flagrants violations et abus infligés aux populations retenues contre leur volonté dans les camps de Tindouf.
Elle a fait savoir que son association ne ménagera aucun effort pour sensibiliser le gouvernement et le parlement britanniques sur la situation alarmante qui prévaut dans ces camps.
La Présidente de l'association britannique a, par ailleurs, déploré le manque d'intérêt de la presse internationale, en particulier britannique, au sujet du calvaire des séquestrés de Tindouf.
La militante britannique a tenu à souligner l'importance de l'initiative marocaine d'autonomie pour la région du Sahara, relevant que cette initiative représente une forme d'autodétermination qui permettra de clore un dossier qui n'a que trop duré.
Mme Warburg s'est dite convaincue que l'initiative marocaine s'impose comme la solution la plus viable à ce conflit comme en témoigne, a-t-elle dit, le soutien et l'enthousiasme qu'elle a suscités dans plusieurs grandes capitales mondiales comme Londres et au sein du Conseil de Sécurité de l'Onu, qui a qualifié l'initiative de "crédible et sérieuse".
Même son de cloche chez Mme Jane Standing, Présidente de l'association "Family Protection", qui a dénoncé "la situation inhumaine qui sévit dans les camps de Tindouf, où les populations séquestrées sont victimes des pires violations de leurs droits les plus élémentaires et où la torture et autres formes de répression sont devenues monnaie courante".
Elle s'est interrogée "comment le régime algérien puisse cautionner et couvrir les agissements d'un groupe qui encourage les pratiques d'esclavage".
Elle a, dans ce sens, rappelé les résultats d'une enquête menée récemment dans les camps de Tindouf par deux journalistes australiens dans les camps de Tindouf.
"Toute la communauté internationale doit prendre connaissance de ces pratiques moyenâgeuses qui sévissent toujours dans les camps de Tindouf", a-t-elle dit, appelant toutes les personnes éprises de paix et de justice à oeuvrer pour la levée du siège imposé aux populations séquestrées dans les camps.
La Présidente de "Family Protection" a saisi l'occasion pour demander que toute la lumière soit faite sur le sort de plusieurs personnes disparues ou assassinées dans les camps.
"Le gouvernement algérien, qui abrite sur son sol les camps du polisario, assume tout naturellement l'entière responsabilité dans ce sens", a-t-elle ajouté.
Mme Standing s'est, par ailleurs, félicitée de l'élan crée par l'initiative marocaine d'autonomie pour la région du Sahara, relevant que cette initiative reste "le plan le plus viable et le plus approprié" pour avancer vers une solution définitive.
De son côté, M. Sydney Assor, Président du "Surrey Three Faith Forum", s'est attardé sur la sévère crise alimentaire dans les camps, dénonçant le détournement de l'aide humanitaire par les dirigeants du "polisario" au détriment des populations séquestrées.
"Il est temps d'agir", a martelé M. Assor, appelant à une enquête urgente sur les violations des droits de l'homme à Tindouf et sur le détournement de l'aide octroyée par les organisations humanitaires au profit des séquestrés.
"Les responsables de ces graves exactions doivent être traduits en justice", a-t-il dit, dénonçant l'attitude des autorités algériennes qui "apportent un soutien inconditionnel au polisario dans le seul but de faire durer un conflit fabriqué de toute pièce autour de l'intégrité territoriale du Maroc".
M. Assor a, dans ce sens, souligné que l'initiative marocaine de négocier un statut d'autonomie pour la région du Sahara offre le cadre approprié pour un règlement équitable de ce "problème fictif qui n'a que trop duré".
Ce conflit, a-t-il poursuivi, freine l'aspiration de toute la région du Maghreb à se constituer en un groupement régional soudé et capable de relever les réels défis des temps modernes, à savoir ceux de la globalisation et du développement économique et social.
Les représentants des quatre organisations britanniques ont affirmé qu'ils vont saisir par écrit le Foreign Office et les membres du parlement britannique au sujet de la situation dans les camps.
MAP-09/11/2007

Thursday, November 08, 2007

Les violations des droits de l'homme dans les camps du polisario à Tindouf dénoncées au parlement britannique

Londres, 08/11/07 - Les représentants d'organisations non gouvernementales britanniques ont dénoncé, mercredi soir, les violations massives des droits de l'homme commises dans les camps du polisario à Tindouf, en Algérie, appelant la communauté internationale à intervenir pour mettre fin à l'état de siège imposé à la population séquestrée dans ces camps.
Lors d'un débat subsidiaire, tenu au parlement de Westminster à la demande du député travailliste Jeremy Corbyn, ces acteurs britanniques ont notamment cité les pratiques d'esclavage encouragées par la "direction du polisario". "Ces pratiques révolues et abolies de par le monde existent malheureusement de nos jours dans une région qui relève juridiquement du territoire algérien", ont dit les participants à cette rencontre, se référant à une enquête menée récemment dans les camps de Tindouf par deux journalistes australiens.
La communauté internationale doit intervenir pour faire toute la lumière sur ce scandale, ajoutent-il, dénonçant également la répression et la torture commises par les dirigeants du "polisario" contre les hommes, les femmes et les enfants dans les camps de Tindouf.
Les intervenant ont également souligné que des centaines d'enfants sont arrachés à leurs familles et déportés à Cuba où ils sont soumis aux pires abus et violations au mépris de leurs droits fondamentaux à l'éducation, à la santé et à une vie digne et stable parmi les leurs.
Parallèlement, les représentants des ONG britanniques n'ont pas manqué de condamner le détournement par les dirigeants du "polisario" de l'aide humanitaire destinée aux populations séquestrée, une réalité constatée, ont-il indiqué, par plusieurs observateurs indépendants et internationaux.
Les intervenants ont, par ailleurs, appelé la communauté internationale à oeuvrer en faveur de la levée du siège imposé aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf afin de leur permettre de regagner les leurs dans les provinces du sud du Maroc.
Ils ont également tenu à souligner les efforts de démocratisation et de renforcement de la culture des droits de l'homme que le Maroc ne cesse de consentir. Ces efforts, ont-il indiqué, sont connus et reconnus par toute la communauté internationale.
Dans ce même ordre d'idée, les représentants des ONG britanniques ont souligné que l'initiative du Maroc de négocier une autonomie élargie pour ses provinces du sud sous souveraineté marocaine s'inscrit tout naturellement en droite ligne de cet élan de démocratisation, adopté en tant que choix irréversible.
Ils ont également souligné que cette initiative, qualifiée de "sérieuse et crédible" par le Conseil de Sécurité de l'Onu et par plusieurs pays, a été soutenue par 121 députés britanniques.
Rappelons que 121 membres de la Chambre des Communes (chambre basse du parlement britannique) ont signé récemment une motion de soutien à l'initiative marocaine pour la négociation d'un statut d'autonomie de la région du Sahara. Dans cette motion, les députés britanniques, représentant toutes les formations politiques du Royaume-Uni, ont souligné avoir accueilli "favorablement l'initiative marocaine d'accorder une large autonomie au Sahara".
Ils ont relevé que cette initiative "offre l'opportunité de répondre aux revendications des séparatistes, en garantissant à tous les Sahraouis (...) un rôle important dans les instances et institutions de la région, tout en reconnaissant la souveraineté et l'intégrité territoriale du Maroc".
Visiblement déstabilisés par les remarques pertinentes des représentants des ONG britanniques, appuyées par des arguments irréfutables, des séparatiste ayant pris part au débat de mercredi soir, n'ont pu que reconnaître que "l'aide humanitaire est bel bien détournées par certaines personnes". Ils ont également reconnu que "des jeunes sahraouis sont envoyés à Cuba et dans d'autres pays", allant même jusqu'à scander, à la surprise de l'assistance, des slogans faisant l'éloge de Cuba.
Plusieurs personnes prenant part au débat n'ont pas manqué de dénoncer le comportement des représentants des séparatistes, qui, ont-il dit, "n'ont fait montre d'aucun respect pour le lieu où la rencontre se déroulait".
MAP 08/11/2007

Wednesday, November 07, 2007

Espagne-Maroc :M. Mohamed Yassine Mansouri: "Le Maroc ne laissera jamais piétiner ou bafouer l'honneur de ses citoyens"

Madrid, 07/11/07 - Le Directeur Général des Etudes et de la Documentation (DGED), M. Mohamed Yassine Mansouri, a affirmé mercredi que "le Maroc ne laissera jamais piétiner ou bafouer l'honneur de ses citoyens", annonçant des poursuites judiciaires contre les associations ayant porté plainte contre des responsables marocains pour un prétendu génocide au Sahara.
"Sachez bien que le Maroc ne laissera jamais piétiner ou bafouer l'honneur de ses citoyens quels qu'ils soient. Mon pays, qui a eu le courage d'ouvrir une page de son histoire et de la lire au monde dans le cadre de sa marche inébranlable vers la consolidation de l'Etat de droit et de la démocratie, n'a de leçon à recevoir de personne", a souligné M. Mansouri, dans une déclaration à l'agence de presse espagnole Europa Press et à l'AFP.
Il a annoncé qu'il allait porter plainte contre ceux qui ont cité son nom en rapport avec un prétendu génocide au Sahara marocain.
"Mon nom a été cité et un tel préjudice, qui vise à porter atteinte à mon honneur et salir ma personne, ne peut être passé sous silence et doit être aujourd'hui dénoncé. Aussi, me réserverai-je le droit d'obtenir réparation du préjudice moral qui m'a été causé, en chargeant mes conseils d'introduire une action en dénonciation calomnieuse contre ces associations et personnes, à la solde dont on connaît l'origine et l'orientation, qui s'affairent maladroitement à manipuler l'histoire et la vérité", a-t-il affirmé.
M. Mansouri a indiqué qu'"en qualité de simple citoyen marocain", il entend exprimer son "indignation et amertume" à la suite de cette plainte déposée auprès de l'Audience Nationale, pour un prétendu crime de génocide perpétré au Sahara marocain.
"Moi, Mohamed Yassine Mansouri, je ne puis qu'éprouver mépris et ressentiment face à de telles accusations graves. Il est encore heureux que la justice espagnole se soit finalement aperçue que la plainte en question concernait aussi l'enfant âgé d'une douzaine d'années que j'étais dans les années 70", a-t-il affirmé.
Le responsable marocain, en déplacement en Espagne, a indiqué que sa visite dans ce pays s'inscrivait dans le cadre de l'accomplissement de ses responsabilités.
"Mon intention n'est pas ici de réagir aux récents développements qu'ont connus les relations des royaumes du Maroc et d'Espagne. Le Maroc a déjà fait connaître sa position à ce sujet, tant au niveau officiel que populaire et je n'ai donc nul besoin d'y revenir", a expliqué M. Mansouri.
"Je suis aujourd'hui en Espagne, au regard des responsabilités qui sont les miennes, pour poursuivre le travail et le combat que nous avons engagés ensemble pour préserver la sécurité et la stabilité de nos deux pays et celles de tout le pourtour méditerranéen, sincèrement convaincu que c'est notre destinée commune. Un tel travail et un tel combat ne sauraient souffrir d'aucune provocation, d'aucun malentendu ni d'aucune maladresse", a-t-il conclu.
MAP 08/11/2007.

Tuesday, November 06, 2007

Maroc-Sahara: SM le Roi : Le Maroc n'acceptera rien d'autre que l'autonomie

Casablanca, 06/11/07-SM le Roi Mohammed VI a affirmé que le Maroc, son Roi et son peuple, n'accepteront rien d'autre que l'autonomie, pour le règlement de la question du Sahara, dans le cadre d'un Etat uni et unifié, soulignant que le Royaume tient pour irrecevables toute thèse truffée d'intrigues et toute orientation insidieuse, et visant à entamer la souveraineté du Maroc, son unité nationale et son intégrité territoriale, qui sont non négociables et indivisibles.
"Le Royaume est disposé à poursuivre les négociations approfondies, en restant ouvert sur toutes propositions constructives, et en s'attachant à favoriser les conditions de confiance nécessaires pour que ces négociations, engagées avec toutes les parties concernées, puissent aboutir à une résolution définitive de ce conflit artificiel ", a indiqué le Souverain dans un discours adressé, mardi soir, à la Nation à l'occasion du 32-ème anniversaire de la Marche verte.
SM le Roi a assuré à cet égard, que le Maroc n'épargnera aucun effort pour assurer le succès de ces pourparlers. "Notre ambition est de parvenir à mettre en place une Union maghrébine opérante et efficiente. Notre v£u est que les potentialités de ses peuples soient mises au service de son essor, et que soient relevés, dans un esprit de concorde et de solidarité, et avec une volonté d'intégration, les véritables défis qui se posent en termes de développement et de sécurité, aux niveaux régional et international", a souligné le Souverain.
Dans le même esprit, a rappelé SM le Roi, le Maroc, "se fondant sur une approche de concertation aux niveaux local et national, et s'appuyant sur une unanimité sans faille, s'est attaché à présenter une initiative courageuse en faveur de l'autonomie, initiative qui répond aux standards internationaux, respecte la légalité internationale et prend en considération les spécificités socioculturelles de la région".
Le Souverain a ajouté que les efforts positifs déployés par le Maroc pour donner corps à ce projet, conjugués au vaste appui international recueilli par l'initiative constructive marocaine, ont donné lieu à une nouvelle approche onusienne, dans le traitement réservé à notre cause nationale fondamentale. Il s'agit, a dit SM le Roi, d'une démarche judicieuse qui écarte, de façon définitive, tous les plans stériles antérieurs et qui a permis l'adoption, à l'unanimité du Conseil de sécurité, de la Résolution 1754, qui a reconnu à la seule initiative marocaine, et à nulle autre, le caractère sérieux et crédible.
Partant de la dynamique que cette initiative a enclenchée, et de l'accueil favorable qui lui a été réservé, le Conseil de sécurité a appelé les parties concernées à négocier pour parvenir à une solution politique, consensuelle et définitive, sous l'égide des Nations Unies, a rappelé SM le Roi, précisant que le Maroc s'est effectivement engagé dans ce processus, avec sérieux et bonne foi, dans les deux rounds de négociations de Manhasset.
La démarche constructive du Royaume, a fait remarquer le Souverain, a été confortée par un appui fort de l'Assemblée Générale des Nations Unies, aussi bien que du Conseil de sécurité, à travers sa dernière Résolution 1783.
MAP 07/11/2007
SM le Roi a, d'autre part, rendu hommage à Ses fidèles sujets dans le Sahara marocain pour l'esprit de corps dont ils ont fait preuve conjointement avec les autorités, les forces de sécurité et militaires, pour préserver sa sécurité, sa stabilité et son intégrité et pour leur contribution au progrès et à l'essor de cette région, dans le cadre d'un Maroc sûr de son bon droit, toujours prêt à prendre les initiatives constructives pour le règlement du conflit factice suscité autour du Sahara marocain.
Et de conclure : "Le Maroc s'astreint à cette démarche en vertu de son engagement envers l'Union Maghrébine, et par fidélité à l'esprit de bon voisinage et de fraternité qui doit régner entre les cinq Etats de l'Union. Il y adhère aussi en vertu de son attachement à la préservation de la stabilité de la région".